76 Folgen

Jusqu'en 1918, le vaste château situé au cœur de Vienne était le centre politique de la monarchie. Aujourd'hui, la Hofburg de Vienne continue à remplir cette même fonction pour l'Autriche démocratique. Dans le temps, l'empereur Joseph II y concevait son programme de réformes révolutionnaire, le Congrès de Vienne délibérait et dansait et l'empereur François-Joseph accordait ses audiences. Maintenant, ce château est la résidence du président fédéral, du ministre de la Chancellerie et des secrétaires d'Etat de la République. Cet extravagant complexe architectural aux formes asymétriques, qui comprend 19 cours et 18 ailes, abrite également de nombreuses institutions culturelles, de l'École d'équitation espagnole à la Bibliothèque nationale autrichienne. La Hofburg de Vienne est une destination particulièrement attrayante pour tous ceux qui désirent se replonger dans l'univers des Habsbourg. Un seul billet leur ouvre les portes de trois théâtres fascinants de l'Autriche impériale. Dans la Collection d'argenterie, de somptueux services de tables, des surtouts de jusqu'à 30 mètres de long et de la fine lingerie de table témoignent de la luxueuse magnificence de l'art de la table impérial. Le Musée Sisi présente les multiples facettes de la personnalité de l'impératrice Élisabeth. De nombreuses objets d'exposition, certains très personnels, offrent un aperçu passionnant du monde privé et officiel de l'impératrice Élisabeth. Nulle part ailleurs, le mythe Sisi est aussi vivant et dévoile aussi bien le côté mystérieux de cette femme exceptionnelle. La visite des Appartements impériaux livre aux visiteurs une vue sur la vie et l'univers du plus célèbre couple de monarques d'Autriche. Les 19 salles de travail, de séjour et de réception de l'empereur François-Joseph et de son épouse Sisi sont aménagées dans un grand souci d'authenticité historique. Leur relative modestie forme un charmant contraste avec le faste somptueux que l'on trouve dans la résidence d'été de Schönbrunn.

Hofburg de Vienne - Appartements impériaux, Musée Sisi, Collection d'argenterie Schloß Schönbrunn Kultur- und Betriebsges.m.b.H.

    • Gesellschaft und Kultur

Jusqu'en 1918, le vaste château situé au cœur de Vienne était le centre politique de la monarchie. Aujourd'hui, la Hofburg de Vienne continue à remplir cette même fonction pour l'Autriche démocratique. Dans le temps, l'empereur Joseph II y concevait son programme de réformes révolutionnaire, le Congrès de Vienne délibérait et dansait et l'empereur François-Joseph accordait ses audiences. Maintenant, ce château est la résidence du président fédéral, du ministre de la Chancellerie et des secrétaires d'Etat de la République. Cet extravagant complexe architectural aux formes asymétriques, qui comprend 19 cours et 18 ailes, abrite également de nombreuses institutions culturelles, de l'École d'équitation espagnole à la Bibliothèque nationale autrichienne. La Hofburg de Vienne est une destination particulièrement attrayante pour tous ceux qui désirent se replonger dans l'univers des Habsbourg. Un seul billet leur ouvre les portes de trois théâtres fascinants de l'Autriche impériale. Dans la Collection d'argenterie, de somptueux services de tables, des surtouts de jusqu'à 30 mètres de long et de la fine lingerie de table témoignent de la luxueuse magnificence de l'art de la table impérial. Le Musée Sisi présente les multiples facettes de la personnalité de l'impératrice Élisabeth. De nombreuses objets d'exposition, certains très personnels, offrent un aperçu passionnant du monde privé et officiel de l'impératrice Élisabeth. Nulle part ailleurs, le mythe Sisi est aussi vivant et dévoile aussi bien le côté mystérieux de cette femme exceptionnelle. La visite des Appartements impériaux livre aux visiteurs une vue sur la vie et l'univers du plus célèbre couple de monarques d'Autriche. Les 19 salles de travail, de séjour et de réception de l'empereur François-Joseph et de son épouse Sisi sont aménagées dans un grand souci d'authenticité historique. Leur relative modestie forme un charmant contraste avec le faste somptueux que l'on trouve dans la résidence d'été de Schönbrunn.

    01 - Introduction

    01 - Introduction

    • 1 Min.
    02 - l’Office de l’argenterie et de la vitrine de cuivres

    02 - l’Office de l’argenterie et de la vitrine de cuivres

    À la fin de la monarchie en 1918, plusieurs parties du gigantesque service de la Cour, devenu sans emploi, ont été regroupées dans l’« Office de l’argenterie et de porcelaines ». Le musée a été ouvert au public en1923, présentant des objets provenant de la collection de porcelaines et d’argenterie, de la pâtisserie confiserie de la Cour, de la cave, de la cuisine et de la lingerie de la Cour. Nous vous invitons à découvrir ici les différentes facettes des anciens offices de la Cour ainsi que l’art de la table tel que le concevait la monarchie des Habsbourg. Vous voyez là une série de cuves en cuivre, de casseroles, de marmites et de formes qui peuvent vous donner un aperçu de l’importance et de la variété des tâches dans les cuisines de la Cour : les turbotières, chaudrons, casseroles à asperges, pots à oilles, pots à braise dont le couvercle incurvé rempli de braises assurait une « chaleur de voûte », tout cela témoigne du formidable déploiement d’énergies qu’exigeait une Cour de plus de 5 000 personnes. On utilisait toutes sortes de formes en cuivre, pour la gelée, le fromage de tête, le biscuit, pour la crème, le praliné et bien entendu pour le fameux « gugelhupf » de l’empereur. Ces formes vous donnent une idée de ce qu’était l’art de la pâtisserie confiserie de la Cour. À l’époque, le cuivre était un matériau courant dans les cuisines aristocratiques ou bourgeoises. Le cuivre a l’avantage d’être un excellent conducteur de chaleur, par contre, son inconvénient est de produire le vert de gris lorsqu’il est en contact avec des aliments acides ; comme le vert de gris est un poison, les batteries de cuisine devaient être étamées et la couche d’étain régulièrement contrôlée.

    • 1 Min.
    03 - Ancien office de l’argenterie, divers services, couverts en argent

    03 - Ancien office de l’argenterie, divers services, couverts en argent

    Dans la première salle de l’Office de l’argenterie et de porcelaines, à l’intérieur des vitrines en chêne provenant encore de la monarchie, vous pouvez voir des pièces individuelles ou des parties de service de table en provenance de Hongrie, de Bohème ou de la manufacture de Vienne, ainsi que de la vaisselle de toilette en porcelaine de Bohème blanc et or. Remarquez la splendide série de verres diversement taillés provenant de la maison Lobmeyr de Vienne. Dans les verres de couleur verte, on servait les vins rhénans. Le présentoir vitré au centre de la pièce contient le couvert impérial en argent. Le premier grand service impérial fut livré par Stephan Mayerhofer encore avant 1837, plus tard la Cour commanda l’argenterie à son successeur, la société Mayerhofer et Klinkosch, puis finalement au fournisseur de la Cour, Joseph-Karl Klinkosch. Ces couverts continuent à être utilisés dans les banquets officiels.

    • 1 Min.
    04 - Linge de Cour, couverts pour les visites d’États

    04 - Linge de Cour, couverts pour les visites d’États

    Dans le présentoir vitré au milieu de la pièce sont exposées des pièces provenant de la lingerie impériale. Jusqu’en 1872, le linge du service de la Cour était marqué de divers tampons et identifié à la couleur jaune, ce n’est que plus tard qu’on broda les monogrammes et les couronnes sur le linge. Le linge de bain et le linge de lit étaient autrefois en fin lin blanc. Les serviettes en toile piquée ne firent leur apparition qu’à la fin du XIXe siècle et le tissu éponge encore bien plus tard. Plusieurs services en porcelaine exposés dans les armoires vitrines vous donnent une idée de l’évolution du goût au fil du temps. Au début du XIXe siècle, sous François Ier et Ferdinand Ier, la vaisselle ordinaire changea peu d’aspect extérieur ; c’était une vaisselle sobre, en porcelaine blanche à bords lisses dorés, seul l’aigle impérial permet de reconnaître le style ou la signature du décorateur. Dans la vitrine à gauche du passage vers la salle suivante, vous pouvez voir une partie du service utilisé jusqu’il y a peu lors des visites officielles d’État, mais nous y reviendrons plus tard. Sous la monarchie, ce service s’appelait « Hofform » et servait pour les dîners de la famille impériale.

    • 1 Min.
    05 - Vaisselle de toilette en porcelaine

    05 - Vaisselle de toilette en porcelaine

    Élisabeth fut le premier membre de la famille impériale à se faire installer une salle de bain moderne – en 1876. Avant cela, il n’y avait pas de salles de bain telles que nous les connaissons aujourd’hui. Mais pendant longtemps encore, la plupart des membres de la Cour ont du se contenter d’accessoires de toilette comme aiguières, brocs, lave-pieds, plats à barbe, boîtes à savon, vases de nuit et autres objets similaires. Les décors n’étaient pas unitaires - la plupart de ces objets étaient simplement blancs avec un bord doré et un aigle en or.

    • 35 s
    06 - Le service de la manufacture Minton

    06 - Le service de la manufacture Minton

    Le service anglais est un service de table exceptionnel et a été offert par l’impératrice Élisabeth à l’empereur François-Joseph pour le pavillon de chasse d’Offensee. Il a été conçu en 1870 par William Coleman et présente de façon naturaliste des insectes, des oiseaux, des animaux marins et des plantes.

    • 56 s

Top‑Podcasts in Gesellschaft und Kultur

Mehr von Schloß Schönbrunn Kultur- und Betriebsges.m.b.H.