35 min

Les Débats : Collectionneurs d’hier et d’aujourd’hui ACTUABD

    • Books

À l’occasion de la sortie du célèbre BDM, le catalogue-argus encyclopédique de la bande dessinée qui a publié en décembre dernier sa 22e édition aux éditions Les Arènes, nous avons rencontré Philippe Mellot, l’un de ses auteurs et cocréateurs à l’origine de cette publication unique en son genre en France et l'expert de Catawiki, la célèbre maison d'enchères de BD en ligne, Louis Girard. 

L’objet du débat ? La collection. Comment se fabrique un argus ? Comment se construit une cote ? Collectionne-t-on la même chose hier et aujourd’hui, et de la même façon ? Pour répondre à ces questions, nous avons interrogé deux experts en la matière qui ont rencontré plusieurs générations de collectionneurs.  

En février 1980, à l'exemple de The Overstreet Comic Book Price Guide américain (Nov. 1970) et du Matla's Stripkatalogus hollandais (1976), paraissait pour la première fois en France un guide-argus de la bande dessinée avec les cotations des bandes dessinées anciennes : Le BDM. Ses auteurs ? Le « B » : Michel Béra, collectionneur qui quitta l’aventure vers les années 2000 ; le « D », c’est Michel Denni, alias « Max » , propriétaire de la librairie Lutèce à Paris et le « M » Philippe Mellot, journaliste et rédacteur en chef de la version Dargaud de "Charlie Mensuel". 

Nous avons rencontré ce dernier. Il nous raconte son parcours, les conditions de la création de cet ouvrage et le contexte de la collection à l’époque de la création du guide-argus.  Il évoque la première génération des collectionneurs, celle qui lisait des BD en 1905-1910 : "L’Épatant", "L’Intrépide" et, pour les filles, "La Semaine de Suzette" ; puis la seconde génération, celle qui lisait "Mickey", "Hop-là", "Robinson", suivie de celle des « Dupuis – Lombard – Dargaud » et enfin le cas particulier de la collection de "Tintin" qui est une collection en soi dont Philippe Mellot et ses amis ont établi la nomenclature et dont il est un des experts souvent sollicité par Moulinsart. Mellot raconte enfin comment s’établit une cote dans le BDM aujourd’hui par rapport à ce qui se pratiquait il y a quelques années encore. Il est le seul expert en bande dessinée près de la Cour d’appel de Paris.  

Face à lui, Louis Girard, expert de la Chambre nationale des experts spécialisés en objet d’art et de collection (CNES). Il travaille actuelle pour Catawiki, la maison d'enchères en ligne la plus prospère d'Europe. Le département bande dessinée de la maison néerlandaise a réalisé plus de 14 millions de chiffre d’affaires en 2020, un record.  L’un et l’autre connaissent bien le monde de la collection. Nous les avons rencontrés pour vous.

________________________________________________________________

Un reportage de Didier Pasamonik et Cédric Munsch © ActuaBD SAS



(Cette interview est à retrouver en vidéo sur la chaîne YouTube de ActuaBD : https://www.youtube.com/c/actuabd/videos ) 

À l’occasion de la sortie du célèbre BDM, le catalogue-argus encyclopédique de la bande dessinée qui a publié en décembre dernier sa 22e édition aux éditions Les Arènes, nous avons rencontré Philippe Mellot, l’un de ses auteurs et cocréateurs à l’origine de cette publication unique en son genre en France et l'expert de Catawiki, la célèbre maison d'enchères de BD en ligne, Louis Girard. 

L’objet du débat ? La collection. Comment se fabrique un argus ? Comment se construit une cote ? Collectionne-t-on la même chose hier et aujourd’hui, et de la même façon ? Pour répondre à ces questions, nous avons interrogé deux experts en la matière qui ont rencontré plusieurs générations de collectionneurs.  

En février 1980, à l'exemple de The Overstreet Comic Book Price Guide américain (Nov. 1970) et du Matla's Stripkatalogus hollandais (1976), paraissait pour la première fois en France un guide-argus de la bande dessinée avec les cotations des bandes dessinées anciennes : Le BDM. Ses auteurs ? Le « B » : Michel Béra, collectionneur qui quitta l’aventure vers les années 2000 ; le « D », c’est Michel Denni, alias « Max » , propriétaire de la librairie Lutèce à Paris et le « M » Philippe Mellot, journaliste et rédacteur en chef de la version Dargaud de "Charlie Mensuel". 

Nous avons rencontré ce dernier. Il nous raconte son parcours, les conditions de la création de cet ouvrage et le contexte de la collection à l’époque de la création du guide-argus.  Il évoque la première génération des collectionneurs, celle qui lisait des BD en 1905-1910 : "L’Épatant", "L’Intrépide" et, pour les filles, "La Semaine de Suzette" ; puis la seconde génération, celle qui lisait "Mickey", "Hop-là", "Robinson", suivie de celle des « Dupuis – Lombard – Dargaud » et enfin le cas particulier de la collection de "Tintin" qui est une collection en soi dont Philippe Mellot et ses amis ont établi la nomenclature et dont il est un des experts souvent sollicité par Moulinsart. Mellot raconte enfin comment s’établit une cote dans le BDM aujourd’hui par rapport à ce qui se pratiquait il y a quelques années encore. Il est le seul expert en bande dessinée près de la Cour d’appel de Paris.  

Face à lui, Louis Girard, expert de la Chambre nationale des experts spécialisés en objet d’art et de collection (CNES). Il travaille actuelle pour Catawiki, la maison d'enchères en ligne la plus prospère d'Europe. Le département bande dessinée de la maison néerlandaise a réalisé plus de 14 millions de chiffre d’affaires en 2020, un record.  L’un et l’autre connaissent bien le monde de la collection. Nous les avons rencontrés pour vous.

________________________________________________________________

Un reportage de Didier Pasamonik et Cédric Munsch © ActuaBD SAS



(Cette interview est à retrouver en vidéo sur la chaîne YouTube de ActuaBD : https://www.youtube.com/c/actuabd/videos ) 

35 min