100 episódios

Du lundi au jeudi de 20h à 21h, Jacques Pradel nous plonge dans les arcanes de la police et de la justice. Entouré de spécialistes, archives sonores, protagonistes et grands témoins à l’appui, il rouvre les enquêtes des plus grandes affaires judiciaires.

L'heure du crime RTL

    • Crimes verídicos

Du lundi au jeudi de 20h à 21h, Jacques Pradel nous plonge dans les arcanes de la police et de la justice. Entouré de spécialistes, archives sonores, protagonistes et grands témoins à l’appui, il rouvre les enquêtes des plus grandes affaires judiciaires.

    Cannes : la mystérieuse disparition du lord de Shaftesbury

    Cannes : la mystérieuse disparition du lord de Shaftesbury

    A la Une de "l’Heure du Crime" aujourd’hui, une histoire tragique qui ressemble à un roman de Georges Simenon, comme l'avait écrit la chroniqueuse judiciaire Pascale Robert-Diard dans les colonnes du Monde, sous le titre "Le Lord que Simenon aurait aimé", en référence au roman Liberty Bar du célèbre écrivain belge.

    Mais cette histoire tragique est bien réelle. Tout avait commencé, il y a dix ans, par une disparition mystérieuse à Cannes. Le 4 novembre 2004, Sir Ashley Cooper, dixième comte de Shaftesbury, riche jet-setter de 66 ans qui partage son temps entre la Grande-Bretagne et la Côte d'Azur, s’installe dans une chambre de l’hôtel Noga Hilton de Cannes, vide le minibar et décide d’aller passer la soirée en ville.

    Personne ne le reverra vivant à partir de cette date. L’affaire bascule dans le drame lorsque le corps du Lord est découvert un an plus tard, dans une décharge sauvage près de Théoule-sur-Mer. Très vite, sa jeune épouse, Jamila M’Barek, est soupçonnée par les enquêteurs…

    • 40 min
    Violette Nozière : une tueuse condamnée à mort puis réhabilitée

    Violette Nozière : une tueuse condamnée à mort puis réhabilitée

    A la Une de "l’Heure du crime", l’étrange personnalité de Violette Nozière, l’une des plus célèbres empoisonneuses françaises. Violette Nozière, c’est un parcours criminel hors du commun : celui d’une jeune fille de 18 ans, qui administre à ses parents un barbiturique puissant, avant d’incendier leur appartement parisien pour faire croire à un tragique accident domestique...

    Après une cavale de quelques jours dans Paris, elle fait ses aveux au célèbre commissaire Guillaume. Son procès, en octobre 1934, divise la France et choque profondément la société de son époque. Condamnée à mort, puis graciée. Libérée de prison à la fin de la seconde guerre mondiale, elle est morte dans l’anonymat en 1966, à l’âge de 51 ans. On a dit un peu tout et n’importe quoi sur cette affaire, sur la personnalité de cette jeune fille totalement mythomane, sur le mobile réel de son acte atroce. 80 ans après les faits, subsistent encore un véritable mystère sur la personnalité profonde de cette femme.

    • 42 min
    Jean Paul Getty : son petit-fils kidnappé, il hésite avant de payer la rançon

    Jean Paul Getty : son petit-fils kidnappé, il hésite avant de payer la rançon

    On vous raconte ce soir le kidnapping en 1973, à Rome, du petit-fils de Paul Getty, l’homme le plus riche du monde à cette époque. Ridley Scott en a fait un film, sorti en décembre 2017, son titre :« Tout l’argent du monde ».

    Le 10 juillet 1973, John Paul Getty Junior, 16 ans et demi, petit-fils du premier milliardaire de l’histoire américaine, est enlevé en plein cœur de Rome, par un groupe de ravisseurs masqués. Le jeune homme vivait en Italie depuis plusieurs années car son père, John Paul Getty II y dirigeait la branche locale de l'entreprise pétrolière familiale.

    • 40 min
    Meurtre de Brigitte Dewèvre : un crime parfait, jamais élucidé

    Meurtre de Brigitte Dewèvre : un crime parfait, jamais élucidé

    Parmi les trop nombreux cas de crimes non élucidés, il y a l’affaire de Bruay-en-Artois... Tout commence le 6 avril 1972. Ce jour-là, on découvre le corps sans vie d’une jeune fille de 15 ans, Brigitte Dewèvre, sur un terrain vague d’une petite ville du nord de la France, en plein pays minier : Bruay-en-Artois.

    C’est le premier grand fait divers de l’ère télévisuelle, une instruction à ciel ouvert, avec un juge qui prend à témoin les journalistes dans l’avancée de son enquête. L’affaire se transforme rapidement en affaire politique, avec la mise en cause d’un notable, le notaire des Houillères du Nord, Pierre Leroy, accusé d’être le meurtrier de la jeune ouvrière. La justice est soupçonnée de protéger ce notable. La France est coupée en deux : ceux qui croient à la culpabilité du notaire, et ceux qui pensent que le juge Henri Pascal, un des fondateurs du syndicat de la magistrature, mène son enquête uniquement à charge.

    • 44 min
    Tulle : le corbeau menaçait de dévoiler des secrets de notables

    Tulle : le corbeau menaçait de dévoiler des secrets de notables

    Depuis les rebondissements dans l’affaire Grégory, on reparle beaucoup des lettres et des coups de fil des corbeaux qui dressent les habitants d’une ville ou d’un village les uns contre les autres et provoquent souvent des drames.

    Ce soir avec mes invités, nous allons revenir en détail sur la toute première histoire de corbeau du XXème siècle. Ça s’est passé dans la ville de Tulle en Corrèze pendant trois longues années. Entre 1917 et 1922, 110 lettres anonymes, signées "l’œil du Tigre" ont révélé publiquement les turpitudes supposées de notables, de commerçants, de prêtres, de fonctionnaires honorables.

    Cette épidémie de lettres anonymes a causé la mort de deux personnes, et le cinéaste Henri-Georges Clouzot s’en est inspiré 20 ans plus tard pour son film « Le Corbeau », avec Pierre Fresnais, Ginette Leclerc et Noël Rocquevert dans les rôles principaux.

    • 43 min
    Hyères : le tueur Albert Millet s'en prenait aux femmes qui lui disaient non

    Hyères : le tueur Albert Millet s'en prenait aux femmes qui lui disaient non

    Nous ouvrons aujourd'hui le dossier d'une affaire criminelle unique dans les annales judiciaires : celle d'un certain Albert Millet... Aujourd'hui encore, dans la ville d'Hyères, tout le monde connaît le nom d'Albert Millet. Ce tueur multiréciviste avait été surnommé "le sanglier des Maures", car, après chacun de ses méfaits, il prenait le maquis dans cette colline qui surplombe la cité des Palmiers.

    Ce qui demeure unique dans les annales, c'est la répétition du même scénario criminel en 1954, puis en 1979, en 2002 et pour finir en 2007. Albert Millet ne supportait pas qu'une femme veuille le quitter. A chaque fois, il a tué, d'un coup de couteau ou d'une balle de revolver. Il a été condamné deux fois à mort, peines commuées en perpétuité, puis à 20 ans de réclusion. En 53 ans, il aura passé 45 ans en prison.

    • 40 min

Top podcasts em Crimes verídicos

Ouvintes também assinaram

Mais de RTL