80 episodes

Fragîle, c’est le podcast pour les amoureux de Porquerolles ou ceux qui souhaitent simplement découvrir l’île autrement, celle qui se cache derrière le cliché de carte postale.1 semaine sur 2, je vous propose d’aller à la rencontre des habitants de l’île. Ils ont entre 10 et 95 ans, ils nous racontent comment ils sont arrivés ici, à quoi ressemble la vie sur une île, l’endroit qu’il préfère, les souvenirs qui les ont marqués, comment ils voient l’île évoluer… Les écouter raconter Porquerolles, c’est entrer dans l’intimité de l’île, lieu d’histoire, d’inspiration artistique, de diversité biologique, de contrastes et de paradoxes.Retrouvez les notes de l’épisode avec des liens vers les ressources dont nous aurons parlées avec les invités sur fragileporquerolles.com . Un podcast présenté par Ingrid Blanchard

Fragîle Porquerolles Ingrid Blanchard

    • Society & Culture

Fragîle, c’est le podcast pour les amoureux de Porquerolles ou ceux qui souhaitent simplement découvrir l’île autrement, celle qui se cache derrière le cliché de carte postale.1 semaine sur 2, je vous propose d’aller à la rencontre des habitants de l’île. Ils ont entre 10 et 95 ans, ils nous racontent comment ils sont arrivés ici, à quoi ressemble la vie sur une île, l’endroit qu’il préfère, les souvenirs qui les ont marqués, comment ils voient l’île évoluer… Les écouter raconter Porquerolles, c’est entrer dans l’intimité de l’île, lieu d’histoire, d’inspiration artistique, de diversité biologique, de contrastes et de paradoxes.Retrouvez les notes de l’épisode avec des liens vers les ressources dont nous aurons parlées avec les invités sur fragileporquerolles.com . Un podcast présenté par Ingrid Blanchard

    #57 - Janine Seemuller - Lumière sur Port-Cros

    #57 - Janine Seemuller - Lumière sur Port-Cros

    Je vous propose cette semaine de poursuivre votre découverte de Port Cros.
    Plus sauvage, plus mystérieuse, plus lointaine, 10 fois moins peuplée que sa voisine Porquerolles, Port Cros, fut un haut lieu de villégiature intellectuelle pour des artistes et gens de lettres.

    Dans « l’Esprit de l’île » magnifique ouvrage paru aux éditions Claire Paulhan dont je vous recommande vivement la lecture, Pierre Buffet, grande personnalité de Port Cros écrit « Ceux qui ont su s’implanter dans cette île, avaient un supplément d’âme. Ils ont su se nourrir de la poésie de ce lieu et s’en sentir solidaires, au point souvent de ne pouvoir s’en arracher ».

    En cette rentrée, je suis heureuse de tendre mon micro à Janine Seemuller, l’une des premières institutrices de Port Cros. Janine est née en Allemagne sous l’occupation française à la fin des années 20 (en 1927). Elle grandit à Hyères et en 1944 à l’âge de 17 ans elle passe le concours de l’école normale pour devenir institutrice. Elle démarre ses premières années d’enseignement dans des hôpitaux et en 1947, elle est nommée sur l’île du Levant pour remplacer l’institutrice en place puis à Port Cros en 1948. Port Cros entre ainsi dans sa vie pour ne plus jamais en sortir.
    Avec Janine on a parlé de sa découverte des 3 îles, de son lien à Port-Cros, de sa rencontre avec Marceline Henry qu’elle désigne comme sa mère spirituelle, de ses amitiés, de poésie et de la vie…
    Il y a des rencontres qui transforment votre vision du monde et vous font sentir plus léger. Janine est ce celle-ci. Une rencontre lumineuse et rare qui je l’espère saura vous toucher autant qu’elle m’a touchée.

    L'article complet et toutes les notes et références citées dans l'épisode sont à retrouver sur fragileporquerolles.com

    • 1 hr 40 min
    #56 - Pierre Buffet – Port-Cros, L’Esprit de l’île

    #56 - Pierre Buffet – Port-Cros, L’Esprit de l’île

    Pour ouvrir cette nouvelle saison de FRAGÎLE, je vous propose de quitter momentanément Porquerolles pour découvrir une de ses îles sœurs, Port-Cros. Plus sauvage, plus mystérieuse, plus lointaine, 10 fois moins peuplée que sa voisine Porquerolles, Port Cros fut un haut lieu de villégiature intellectuelle pour des artistes et gens de lettres.

    Dans « l’Esprit de l’île » magnifique ouvrage paru aux éditions Claire Paulhan dont je vous recommande vivement la lecture, Pierre Buffet, grande personnalité de Port Cros écrit « Ceux qui ont su s’implanter dans cette île, avaient un supplément d’âme. Ils ont su se nourrir de la poésie de ce lieu et s’en sentir solidaires, au point souvent de ne pouvoir s’en arracher ». Pierre Buffet me fait l’honneur d’être l’invité de cet épisode. Qui mieux que lui pour témoigner de l’histoire incroyablement romanesque de ceux qui l’ont précédé sur cette île et traduire le caractère indéfinissable de Port-Cros.
    Esprit sensible, délicat, charmeur et brillant, Pierre Buffet incarne l’esprit de Port-Cros et de sa mémoire. Né en 1930, il est le petit neveu et l’héritier de Marcel et Marceline Henry, illustres figures de l’île. Depuis 1966, il est le propriétaire de l’hôtel Le Manoir qui perpétue l’esprit instauré par ses parents, Christiane et Robert Buffet à l’Hostellerie provençale de 1922 à 1968. 
    Avec Pierre nous avons parlé de son histoire et celle de ses aïeux, de son enfance insulaire, de ce qui a contribué à forger ce qu’il nomme « L’Esprit de l’île », de l’évolution de son lien à Port-Cros et d’insularité.
    Témoignage rare d’une personnalité éblouissante.

    L'article complet et toutes les notes et références citées dans l'épisode sont à retrouver sur fragileporquerolles.com

    • 1 hr 48 min
    Bande-annonce Saison 3 - Fragîle Port-Cros

    Bande-annonce Saison 3 - Fragîle Port-Cros

    Pour cette nouvelle saison de Fragîle, je vous propose de quitter momentanément Porquerolles pour découvrir une de ses îles sœurs, Port-Cros.

    Plus sauvage, plus mystérieuse, plus lointaine, 10 fois moins peuplée que sa voisine Porquerolles, Port Cros fut un haut lieu de villégiature intellectuelle pour des artistes et gens de lettres.

    Dans « l’Esprit de l’île » magnifique ouvrage paru aux éditions Claire Paulhan, Pierre Buffet, grande personnalité de Port Cros écrit « Ceux qui ont su s’implanter dans cette île, avaient un supplément d’âme. Ils ont su se nourrir de la poésie de ce lieu et s’en sentir solidaires, au point souvent de ne pouvoir s’en arracher ». Je vous propose d’aller à leur rencontre et de découvrir l’histoire incroyablement romanesque de cette île.

    Retrouvez les notes des épisodes avec des liens vers les ressources dont nous aurons parlées avec les invités sur fragileporquerolles.com
    Vous pouvez vous abonner au podcast FRAGILE sur Apple podcast, deezer, Spotify ou toute autre plateforme de podcats. C’est gratuit et cela vous permettra de recevoir les nouveaux épisodes tous les 15 jours et d’accéder aux anciens épisodes. 

    • 3 min
    # [Rediff] - Raphaël Bezile : faire de sa passion son métier

    # [Rediff] - Raphaël Bezile : faire de sa passion son métier

    « Ma passion c’est la mer, sous l’eau, sur l’eau, les rivières aussi…. Plus globalement c’est l’eau déclinée sous toutes ses formes »
    Installé à Porquerolles depuis 25 ans avec sa femme Sabine et ses enfants, Raphaël connait l’île depuis plus longtemps encore puisqu’il y venait en vacances petit chez ses grands-parents. 
    Entrepreneur, il est co-gérant d’une société de travaux sous-marins, Porquerolles Marine Services qui s’est diversifiée dans plusieurs services dédiées aux professionnels de la mer et aux plaisanciers : assistance maritime, maintenance à flot, yachting, convoyage…
    Il gère également une société qui collecte des déchets sauvages et nettoie les plages de l’île depuis 2003 pour le Parc national de Port Cros. Il explique comment s’opère la collecte manuelle sur les plages, le rôle joué par les bois flottés et les mattes de posidonies indispensables à l'équilibre du littoral, et les trouvailles les plus incongrues qu’il a faite sur les plages.
    Il est également patron bénévole à la SNSM (Société Nationale des Sauveteurs en Mer) et pratique la voile avec passion. 
    Embarquez avec Raphaël pour un épisode aquatique. Une vision à la fois sensible et engagée sur l’avenir de Porquerolles.  
    L'article complet et toutes les notes et références citées dans l'épisode sont à retrouver sur fragileporquerolles.com

    • 1 hr 7 min
    # [Rediff] - Jeanne Biras - Fenêtre sur port

    # [Rediff] - Jeanne Biras - Fenêtre sur port

    Jeanne a fait carrière dans le cinéma. Après des études à l’IDHEC (Institut des hautes études cinématographiques) à Paris, elle a collaboré en tant que directrice de casting à plus de 40 longs métrages avec des réalisateurs tels que Louis Malle,  Arnaud Desplechin, Olivier Dahan ou Virginie Despentes. Une filmographie éclectique. Depuis, elle a écrit et réalisé plusieurs longs métrages et séries pour la télévision. 
    L’épisode s’ouvre sur l’image de son plus jeune fils de 22 ans, le matin même de notre rencontre. Sur le point de quitter l’île, admirant la baie et la côte à l’horizon d’une des fenêtres du Miramar entre le port et pointe prime, il glisse à Jeanne: « Ce que je souhaite de tout cœur, c’est que ça ne change jamais tel que c’est maintenant ».
    Remontant le fil de sa mémoire, Jeanne va retracer, façon flash back, les épisodes de son incroyable histoire familiale avec en creux l’évolution de son rapport à l’île. 
    Son grand-père était, comme F-J Fournier (acquéreur de l’île en 1912), responsable d’une mine d’or en Indochine. Amoureux de nature, ses grands-parents découvrent Porquerolles au milieu des années 50. Marine, la mère de Jeanne est l’ainée d’une grande fratrie. Elle rencontre son futur mari, Roger « un fougueux moustachu » un soir de bal du 14 juillet en 1958. Jeanne revient sur l’incroyable parcours de son père. Orphelin, originaire du Périgord, autodidacte, résistant, monté à Paris pour faire les Beaux-Arts, il vit de petits boulots, répond à une petite annonce et se retrouve assistant de Matisse pour ses collages et créations de papiers découpés.
    Il milite au Parti Communiste à la cellule du 6ème arrondissement où se retrouve une partie de l’intelligentsia parisienne. Il y rencontre Floria Fournier (fille de F-J Fournier) et son mari Jean Prodromidès qui lui proposent un poste de régisseur à la ferme Notre-Dame. Jeanne est conçue à Porquerolles et prise sous l’aile de sa grand-mère qu’elle adore et qui la considère comme sa fille. 
    Elle raconte ses étés d’enfance et d’adolescence sur l’île, la liberté, les copains, les fêtes…
    A l’âge de 19 ans, l’île lui apparait comme étriquée, trop étroite. Jeanne a besoin de voir le monde, elle se lance dans le cinéma. Ce n’est que 5 ans plus tard, au milieu des années 80, à la naissance de son premier fils qu’elle décide de retourner à Porquerolles. 
    S’ouvre un nouvel épisode de la vie de Jeanne, avec ses enfants qui se mélangent aux enfants du village, se déplacent en bande. Années 90. A travers l’évocation de ses souvenirs, on ressent le vent de liberté et ce sens du collectif qui soufflent sur ces années d’amitié où les vacances se vivent en communauté. 
    Jeanne a posé ses valises à Porquerolles depuis quelques mois avec un rêve à réaliser : «tourner un film à Porquerolles, nourri de son approche et de sa connaissance de l’île"». 
    Outre ses activités cinématographiques, Jeanne se forme depuis 3 ans pour être professeur de yoga. «Porquerolles est un lieu très chargé au niveau énergétique, organique » propice à l’exercice de la méditation qu’elle pratique quotidiennement de façon assez ritualisée. 
    Comme une boucle qui semble se refermer, Jeanne est devenue grand-mère récemment. 
    Pourtant à l’écouter et l’observer, le regard pétillant et songeur tourné vers l’encadrement de la fenêtre, ce n’est pas l’image d’un chapitre qui se clôt qui apparaît, mais bien la feuille blanche sur laquelle elle s'apprête à composer la suite qui se dessine. 
    Un épisode envoutant qui vous embarque sur les rivages de l’imaginaire.
    L'article complet est à retrouver sur fragileporquerolles.com

    • 1 hr 18 min
    # [Rediff]- Claudine Richet Paquin – Une île à la croisée des chemins : entre héritage familial, contemplation du présent, et enjeux d’avenir

    # [Rediff]- Claudine Richet Paquin – Une île à la croisée des chemins : entre héritage familial, contemplation du présent, et enjeux d’avenir

    Parlant de la transmission de François-Joseph Fournier à sa fille aînée Monita : « C’était sa fille aînée (…) Maman était très curieuse, il l’a vraiment formée, ça l’a façonnée (…) Il se passionnait pour son éducation, lui a donné l’esprit d’entreprise  (…) Il faisait des récits aussi (…) il avait ce sens de l’aventure pour la postérité ; Il lui a transmis 2 choses : l’esprit d’aventure et  la volonté de rester fidèle à l’esprit et à l’utopie de son père »
    Petite fille de François Joseph Fournier, Claudine Richet Paquin a grandi à Porquerolles au début des années 50 jusqu’à l’âge de ses 4 ans. En âge d’aller à l’école, ses parents décident de partir s’installer à Paris, où elle va passer une grande partie de sa vie et y faire carrière en tant que chercheuse au CNRS. Claudine s’est installée dans le sud-ouest pour sa retraite. Porquerolles est toujours restée présente dans sa vie, puisqu’elle y revenait régulièrement en vacances et continue d’y passer de longs séjours hors saison, où elle aime voir s’y rassembler sa famille et ses amis. 
    Elle a permis la publication l’année dernière d’un ouvrage écrit par sa mère Monita Fournier Richet intitulé « 39-45, vu de Porquerolles », document historique précieux sur une période peu documentée sur l’île. Il s’agit du témoignage de Monita Fournier Richet, sur cette période qu’elle a vécu en première ligne puisqu’au décès de son père FJ Fournier, alors qu’elle n’a que 22 ans, elle va être chargée avec sa sœur Doria, de gérer l’héritage de son père, dont le domaine de Porquerolles qui couvre alors presque toute l’île a l’exception de quelques maisons. Elle s’occupe de la culture de la vigne, des cultures de la ferme, gère la ligne maritime qui relie l’île au continent. Et quand la guerre menace, elle devient l’interlocutrice privilégiée du gouvernement, fait face aux Italiens puis aux allemands qui occupèrent l’île successivement entre 42 et 44.
    Lourde responsabilité pour une jeune femme d’à peine 25 ans. Avec Claudine, nous avons remonté le fil de l’histoire familiale pour comprendre où Monita est allée puiser sa force et sa détermination, et en quoi rester fidèle à l’utopie de son père a guidé ses actions tout au long de sa vie. 
    Un témoignage passionnant dans lequel Claudine nous partage avec générosité et sincérité un pan de son histoire familiale et de celle de l’île, ce qu’elle nomme « nostalgie agricole » et sa vision plus personnelle des enjeux et de l’avenir de Porquerolles. Tout cela émaillé de souvenirs émouvants où le sens du détail côtoie librement une dimension contemplative. 
     L'article complet et toutes les notes et références citées dans l'épisode sont à retrouver sur fragileporquerolles.com

    • 1 hr 8 min

Top Podcasts In Society & Culture

Listeners Also Subscribed To