65 Folgen

Le podcast de Louie Media qui vous aide à renouveler votre bibliothèque. De grandes lectrices nous accueillent chez elles pour nous faire découvrir ce qu'il y a sur leurs étagères et partager trois livres qui comptent pour elles. Un mardi sur deux.


Interviews: Clémentine Goldszal, Gladys Marivat, Elisabeth Philippe, Maud Ventura, Agathe Le Taillandier.
Présentation: Agathe Le Taillandier. Coordination: Maud Benakcha.

Le Book Club Louie Media

    • Bücher
    • 4.7 • 14 Bewertungen

Le podcast de Louie Media qui vous aide à renouveler votre bibliothèque. De grandes lectrices nous accueillent chez elles pour nous faire découvrir ce qu'il y a sur leurs étagères et partager trois livres qui comptent pour elles. Un mardi sur deux.


Interviews: Clémentine Goldszal, Gladys Marivat, Elisabeth Philippe, Maud Ventura, Agathe Le Taillandier.
Présentation: Agathe Le Taillandier. Coordination: Maud Benakcha.

    Dima Abdallah : “Le geste créatif est profondément révolté”

    Dima Abdallah : “Le geste créatif est profondément révolté”

    Dima Abdallah est autrice. Née au Liban à la fin des années 1970, alors que le pays est en proie à la guerre civile, elle s’installe en France avec une partie de sa famille à l’âge de douze ans. En août 2020, cette archéologue de formation publie son premier roman, Mauvaises Herbes. Pour cette publication elle obtient la mention spéciale du jury du Prix de la littérature arabe 2020. Dima Abdallah y fait le récit d’une petite fille libanaise. Contrainte de quitter Beyrouth pendant la guerre pour venir en France, elle trouve refuge dans son amour pour la nature. 


    L‘ouvrage que Dima Abdallah a choisi pour cet épisode du Book Club fait partie des classiques de la littérature. Elle nous présente la pièce de théâtre Les Justes d’Albert Camus. L’histoire de ce groupe d’activistes russes qui planifie l’assassinat d’un despote résonne en elle et la renvoie à son passé pendant la guerre: “on peut perdre de son humanité en croyant défendre une cause qui nous semble primordiale”. La violence peut-elle être justifiée par une cause juste? Et puis, “qu’est-ce qui est juste finalement?” Dima Abdallah trouve dans cette pièce de théâtre des pistes de réflexions à ces questions universelles et tellement d’actualité. 


    Dans cet épisode, Dima Abdallah aborde aussi comment exprimer la violence à travers les livres. L’autrice, tout comme Albert Camus qu’elle admire tant, est convaincue que la littérature peut être un vecteur efficace pour en parler, la dénoncer, et surtout “lutter contre son absurdité”. 


    Dima Abdallah recommande également la lecture d’Un jour ce sera vide, premier roman d’Hugo Hindenberg, sorti en septembre 2020. Vous pouvez retrouver l’interview de l’auteur par Charlotte Pudlowski, dans notre podcast Fracas.
    Le Book Club est un podcast présenté par Agathe le Taillandier. Maud Ventura a envoyé les questions de cette interview à Dima Abdallah. Lucile Rousseau-Garcia a fait le montage de cet épisode. Jean-Baptiste Aubonnet a fait le mixage de cet épisode et Pauline Thomson en a composé la musique. Maud Benakcha est à l’édition et à la coordination du podcast.
    Ce podcast est également rendu possible grâce à Marion Girard, responsable de productions. Maureen Wilson responsable éditoriale. Mélissa Bounoua directrice des productions et Charlotte Pudlowski directrice éditoriale.
     
    See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

    • 18 Min.
    Uèle Lamore : “J’adore me perdre dans des mondes imaginaires”

    Uèle Lamore : “J’adore me perdre dans des mondes imaginaires”

    Uèle Lamore est cheffe d’orchestre. C'est elle qui dirige l’Orchestre Orage, un orchestre français de musiques actuelles. Uèle Lamore est aussi compositrice et arrangeuse pour d’autres artistes et pour le cinéma. Pour chacune de ses créations, elle cherche à raconter "une histoire”. Dans son premier EP Tracks, sorti en septembre 2020, la musicienne retranscrit en mélodie sa propre histoire, au travers de deux villes qu’elle aime particulièrement: Kyoto au Japon et Vitry-sur-Seine en banlieue parisienne. 


    Dans cet épisode du Book Club, Uèle Lamore nous parle d’un chef-d'œuvre de la littérature fantastique, et de la littérature britannique: Le Hobbit, de J. R. R. Tolkien. Enfant, c’est grâce à ce livre qu’elle apprend à lire et à écrire en anglais, avec l’aide de son père. Sur le moment, l'apprentissage est rude. Ce n’est que quelques années après, en le relisant, qu'elle est transportée par le monde que l'écrivain a inventé. “Il va vraiment de A à Z avec son univers”. Uèle Lamore est fascinée par la minutie avec laquelle J. R. R Tolkien construit ce monde parallèle, dans Le Hobbit d’abord, puis dans sa suite, la trilogie du Seigneur des Anneaux. “Tout est expliqué et explicable”. 


    L'œuvre de J. R. R. Tolkien permet aussi à Uèle Lamore d’échapper à son quotidien. Durant son enfance et son adolescence, elle est beaucoup moquée pour être une “geek”, une de ces personnes “cheloues qui traînaient entre {elles} et qui faisaient des trucs bizarres avec des cartes”. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. C’est même devenu plutôt “cool” d’avoir des références comme Le Hobbit en poche. Et la cheffe d’orchestre ne peut que s’en réjouir. 


    Si vous souhaitez en savoir plus sur le métier de cheffe d’orchestre et sur la place des femmes dans ce domaine professionnel encore très masculin, nous vous conseillons de vous rendre sur les sites de l'Association française des orchestres et le Fevis.
    Le Book Club est un podcast présenté par Agathe le Taillandier. Marie Salah a envoyé les questions de cette interview à Uèle Lamore. Maud Benakcha a fait le montage de cet épisode. Elle est également à l’édition et à la coordination du podcast. Jean-Baptiste Aubonnet a fait le mixage de cet épisode et Pauline Thomson en a composé la musique. 
    Ce podcast est également rendu possible grâce à Marion Girard, responsable de productions. Maureen Wilson responsable éditoriale. Mélissa Bounoua directrice des productions et Charlotte Pudlowski directrice éditoriale.
     
    See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

    • 22 Min.
    Bérengère Krief : “Je me suis toujours laissée guider”

    Bérengère Krief : “Je me suis toujours laissée guider”

    Bérengère Krief est comédienne et humoriste. Depuis janvier 2020 (et on l’espère de nouveau bientôt), elle est à l’affiche d’Amour, son One woman show dans lequel elle revient sur quelques-unes de ses histoires de coeur.


    Ce sont notamment d’histoires d’amour compliquées dont Bérengère Krief nous parle dans son épisode. Elle se souvient d’une rupture, fin 2017. “Je suis complètement dans mon truc de comédie romantique qui s’écroule”. La comédienne ressent alors le besoin de voyager seule. Elle décide de partir pour l’Australie. Mais malgré “le guide de la parfaite touriste” qu’elle avait pris soin de préparer avant son départ, rien à faire, Bérengère Krief s’ennuie. “Je voyais bien que je n’avais pas d’émotions, de joie”. Jusqu’à ce qu’une amie lui parle du Livre des coïncidences, du docteur Deepak Chopra, que Bérengère Krief nous présente dans cet épisode du Book Club. 


    Cet essai de développement personnel marque un avant et un après dans son périple australien et plus généralement dans sa vie. “Mon voyage avant de télécharger Le livre des coïncidences, ce n’était qu’une débâcle de moi-même”. Exit les programmes de visites trop chargés, ce livre pousse Bérengère Krief à apprécier la liberté de son voyage.


    Le Book Club est un podcast présenté par Agathe le Taillandier. Marie Salah a envoyé les questions de cette interview à Bérengère Krief. Clémence Lecart a fait le montage de cet épisode. Jean-Baptiste Aubonnet a fait le mixage de cet épisode et Pauline Thomson en a composé la musique. Maud Benakcha est à l’édition et à la coordination de ce podcast. 


    Ce podcast est également rendu possible grâce à Marion Girard, responsable de productions. Maureen Wilson responsable éditoriale. Mélissa Bounoua directrice des productions et Charlotte Pudlowski directrice éditoriale.
     
    See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

    • 24 Min.
    Adélaïde Bon : “De la joie s'il vous plaît, de la joie !”

    Adélaïde Bon : “De la joie s'il vous plaît, de la joie !”

    Adélaïde Bon est comédienne, autrice et lectrice à voix haute. En mars 2018, elle publie son premier roman, La Petite fille sur la banquise, dans lequel elle raconte le viol dont elle a été victime à l’âge de neuf ans. Elle y décrit la difficulté de parler avec justesse de ce qu’elle a subi. “La violence sexuelle nous prive de mots”. Pendant des années, elle a le sentiment que les mots lui font défaut, qu’ils mentent, et elle ne parvient plus à communiquer avec le monde qui l’entoure. 


    C’est en partie grâce à la littérature qu’Adélaïde Bon réussit à se reconstruire. Elle se réfugie dans les “mondes imaginaires et fictifs”. Elle devient alors une “lectrice dévorante”. Mais Adélaïde Bon ne parvient pas à se détacher de cette méfiance qu’elle a envers les mots. Il lui manquait un livre “qui dirait les mots à l’endroit”. Ce livre, elle est finalement tombée dessus par hasard il y a quelques années. C’est le roman L’art de la joie de Goliarda Sapienza, et elle a choisi de nous le présenter dans cet épisode. 


    Il retrace la vie de Modesta, née en Italie au début du XXème siècle. Dans ce livre, il est aussi question de viol, d’inceste, de rapports de domination. Adélaïde Bon se sent alors rassurée de savoir qu’il est possible de “dire les choses, les vraies choses, celles qui sont tues”. 


    Et puis il y a ce titre: L’art de la joie. C’est la première chose qui a attiré l’attention d’Adélaïde Bon quand elle a acheté ce livre. “La joie ça a été ma bouée de sauvetage pendant des années”. Adélaïde Bon voit à travers le portrait de cette femme la possibilité de se libérer de son passé, et de reprendre le contrôle de son récit. 
    Le Book Club est un podcast présenté par Agathe le Taillandier. Marie Salah a envoyé les questions de cette interview à Adélaïde Bon. Clémence Lecart a fait le montage de cet épisode. Jean-Baptiste Aubonnet a fait le mixage de cet épisode et Pauline Thomson en a composé la musique. Maud Benakcha est à l’édition et à la coordination de ce podcast. 
    Ce podcast est également rendu possible grâce à Marion Girard, responsable de productions. Maureen Wilson responsable éditoriale. Mélissa Bounoua directrice des productions et Charlotte Pudlowski directrice éditoriale.
     
    See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

    • 24 Min.
    Daria Marx : “J’aimerais lire quelque chose de léger qui parle de grosses sans parler de poids”

    Daria Marx : “J’aimerais lire quelque chose de léger qui parle de grosses sans parler de poids”

    Daria Marx est autrice, militante et blogueuse. Que ce soit à travers les réseaux sociaux, en tant que cofondatrice et membre du collectif Gras Politique, ou encore grâce à son livre Gros n’est pas un gros mot, paru en 2018, la jeune femme s’engage dans la lutte contre la grossophobie. Daria Marx signe aussi le documentaire Ma vie en gros, diffusé sur France 2 en juillet 2020. Elle y raconte les difficultés qu’elle rencontre au quotidien en tant que grosse, dans une société où l’on rejette encore les corps dits “hors-normes”. 


    Daria Marx adore lire la nuit, “je trouve qu’il y a un silence qui s’y prête”. Depuis son canapé, elle nous parle de sa bibliothèque remplie de “quatre ou cinq-cent livres bien tassés”, dans laquelle elle prend soin de séparer les romans, les livres sur le féminisme et ses livres de religion. Il y a aussi une boule de divination, le Choixpeau d’Harry Potter, et c’est finalement grâce à ce mélange de littérature et de “souvenirs” qu’elle se sent vraiment chez elle. 


    Daria Marx entretient une relation particulière avec le roman qu’elle a choisi pour cet épisode. “Je l’adore et je le déteste”. Elle nous parle de Big, de Valérie Tong Cuong, qui raconte l’histoire de Marianne, une femme grosse.. Lorsqu’elle le lit pour la première fois à la fin des années 1990, elle est très enthousiaste car Marianne, c’est “la première grosse de la littérature qu’{elle} rencontre”, Daria Marx s’identifie à l’héroïne. “Mon poids prenait beaucoup beaucoup de place, et dans ma tête et dans ma vie”. Mais aujourd’hui, en 2020, elle nuance sa lecture.


    Ce livre l’amène à réfléchir à l’image des femmes dans la société. Car si Big a été écrit par une femme qui n’est pas en surpoids, l’autrice arrive quand même à décrire avec justesse la “douleur d’être dans un corps différent”. Quelques clichés persistent, mais pour Daria Marx, une deuxième lecture de ce roman est possible: celle qui interroge les standards de beauté féminine inatteignables que projette la société sur les femmes. 


    Daria Marx recommande aussi la lecture du roman Vie amoureuse de Zeruya Shalev, qui reprend le récit de la spirale incestueuse. Et si vous souhaitez en savoir plus sur le sujet, vous pouvez aussi écouter la deuxième saison de notre podcast Injustices, Ou peut-être une nuit.
    Le Book Club est un podcast présenté par Agathe le Taillandier. Oriane Olivier a envoyé les questions de cette interview à Daria Marx. Lucile Rousseau-Garcia a fait le montage de cet épisode. Jean-Baptiste Aubonnet a fait le mixage de cet épisode et Pauline Thomson en a composé la musique. Maud Benakcha est à l’édition et à la coordination de ce podcast. 
    Ce podcast est également rendu possible grâce à Marion Girard, responsable de productions. Maureen Wilson responsable éditoriale. Mélissa Bounoua directrice des productions et Charlotte Pudlowski directrice éditoriale.
     
    See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

    • 19 Min.
    Alice et moi : “Toute sa vie, elle se jette dans l’inconnu”

    Alice et moi : “Toute sa vie, elle se jette dans l’inconnu”

    Alice et moi est chanteuse. Après le succès à l’automne 2018 de son titre “J’veux sortir avec un rappeur », elle vient de finir l’écriture de son premier album, qui sortira début 2021. Le prénom Alice et moi, c’est tout simplement parce qu’ “il y a Alice, et puis il y a moi”. Un côté hypersensible,“dans sa bulle”, et puis il y a l’autre Alice, “celle qui fonce” et qui n’écoute pas ses peurs. 


    Une dualité qu’Alice et moi retrouve dans le livre qu’elle a choisi pour cet épisode. La chanteuse nous présente L’histoire d’Helen Keller, un roman de Lorena A. Hickok qu’elle a lu pour la première fois à l’âge de dix ans. Le livre raconte la jeunesse d’Helen, une petite fille sourde, muette, et aveugle, accompagnée de son éducatrice. Alors qu’elle commence à peine à appréhender le monde qui l’entoure, son handicap l’enferme dans son corps et l’empêche, dans un premier temps, de s’exprimer et de se faire comprendre des autres. Alice et moi ne prétend pas comparer son expérience avec celle d’Helen, mais la chanteuse reste touchée par la sensibilité de l’enfant, à laquelle elle s’identifie beaucoup. “Même si d’extérieur j’étais enjouée et sociable, au fond j’étais très coupée du monde”. Elle voit ce personnage évoluer et sortir de cette introversion forcée, pour finalement faire “de ses faiblesses sa force”. Et cette image accompagne encore aujourd’hui Alice et moi dans sa carrière d’artiste, surtout lorsque “ses émotions de petite fille réservée” refont surface. 


    Alice et moi retient aussi le bonheur qu’Helen Keller ressent grâce à l’apprentissage de nouvelles choses. “Toute sa vie, elle se jette dans l’inconnu avec une joie incroyable et pour moi ça c’est hyper inspirant”. Alors même si parfois elle a peur, Alice et moi repense à cette petite fille, et elle se rappelle de toujours rester optimiste. 
    Le Book Club est un podcast présenté par Agathe le Taillandier. Maud Ventura a envoyé les questions de cette interview à Alice et moi. Clémence Lecart a fait le montage de cet épisode. Jean-Baptiste Aubonnet a fait le mixage de cet épisode et Pauline Thomson en a composé la musique. Maud Benakcha est à l’édition et à la coordination de ce podcast. 
    Marion Girard est responsable de productions. Maureen Wilson est responsable éditoriale. Mélissa Bounoua est directrice des productions et Charlotte Pudlowski directrice éditoriale.
     
    See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

    • 16 Min.

Kundenrezensionen

4.7 von 5
14 Bewertungen

14 Bewertungen

garance2204 ,

Beau partage

et belle idée que d’entrer dans la bibliothèque de qqn pour faire sa connaissance

Top‑Podcasts in Bücher

Zuhörer haben auch Folgendes abonniert:

Mehr von Louie Media