10 épisodes

Le podcast qui raconte comment l’hôpital de demain se construit aujourd’hui même en Suisse et dans toute la francophonie.

L'hôpital du futur @WarcoBrienza @Calypssa

    • Technologies

Le podcast qui raconte comment l’hôpital de demain se construit aujourd’hui même en Suisse et dans toute la francophonie.

    Ensemble construisons la santé de demain!

    Ensemble construisons la santé de demain!

    «  Nous vivons dans une société qui fait de la santé à posteriori: quand il y a un problème, on le résout. D’autres le font en avance de phase, comme la médecine chinoise. »
    Karim Bensaci, CTO pour CALYPS Saniia



    Cette semaine, @WarcoBrienza retrouve Karim Bensaci pour la dernière émission de cette série. Et pas des moindres! Ce sera l’occasion d’aborder les résultats de l’étude en ligne “Ensemble, construisons la santé de demain” lancée il y a quelques mois. 



    Parmi nos auditeurs, il y en a certainement qui auront vécu l’”expérience patient classique” à savoir celle dans laquelle… On patiente (!) comme l’annonçait Karim dans l’épisode ‘Soigner les soignants’. 



    Finalement, quelles prestations d’un hôpital, d’une clinique ou d’un centre de soins passent avant tout ? Et quelles pistes innovantes pour répondre au “désengorgement des urgences” ? Discussion et réponses avec Karim Bensaci, cofondateur de la solution d’IA Saniia.



    Les questions de l’étude abordées avec Karim Bensaci:



    Avant de démarrer, mentionnons que 30 participants d’Europe francophone - Suisse, France et Belgique - ont pris part à notre étude en ligne. Celle-ci a été communiquée à la rentrée d’août 2023, puis lors des conférences Medicalytics de septembre 2023. Comme d'habitude, les opinions formulées sont personnelles et n’engagent que nos podcasteurs.



    Une prédominance de réponses venues du territoire suisse romand influence nécessairement l'interprétation des réponses. Notamment sur le temps d’attente: chanceux, les Suisses attendent proportionnellement moins souvent et moins longtemps dans un établissement hospitalier que les résidents français.






    L’observation qui frappe sur le chart n°1, c’est la proportion de répondants qui a été chez le médecin au cours des 12 derniers mois. Comme quoi, le médecin de famille n’est pas mort!




    2 fois plus de répondants sont allés chez le médecin (50%) plutôt qu’à l’hôpital (23.33%).










    À notre (grande) surprise, 12 des 26 participants ayant répondu à cette question n’ont pas dû attendre lors de sa visite.



    NB: en général, on prend rdv avant d’aller chez le médecin, ce qui facilite les choses.








    Phénomène intéressant: 18 des 30 répondants ont sauté cette question pour répondre à la suivante, au meilleur taux de réponse parmi les 6 thèmes exposés. Malgré le désintérêt général, l’information aux accompagnants a été jugée comme “pire prestation possible” par un sondé. Si cette problématique ne touche pas tout le monde, elle peut fortement heurter une partie du public.



    Point positif: la consultation par le médecin a été jugée comme la “meilleure prestation possible” par près d’un tiers des participants.





    Que retenir des réponses ci-dessus? Si la santé de demain s'inspire de la “médecine 4P”, les notions de “Prévention” et de “Participation” semblent avoir plus d'impact que la “Prédiction” et la “Personnalisation”, à en croire la proportion élevée des participants adhérant aux 2 propositions suivantes:




    Plus que la prévention, la société doit valoriser positivement la bonne santé des individus (62,50% des répondants)



    La société doit prendre soin de la santé, pas que des maladies (60,87%)





    À titre illustratif, la médecine chinoise laisse la part belle à l’anticipation et à la promotion de la santé depuis 10’000 ans déjà…










    Ici, les choses sont claires. Aux yeux du patient, il est inacceptable de recevoir un diagnostic qui ne tient pas compte des symptômes qu’il a identifiés.



    Non, le patient n’est pas/plus prêt à s’en remettre complètement au médecin!








    Pour conclure sur la question 8, il est à noter que les primes d’assurance ne sont pas considérées comme problématiques (‘aucun problème’ ou ‘peu problématique’) p

    Prédire les flux patients des urgences à la sortie de l’hôpital, avec Karim Bensaci

    Prédire les flux patients des urgences à la sortie de l’hôpital, avec Karim Bensaci

    «  Plus vite on trouve un lit, plus vite on le libère et mieux ça vaut pour tout le monde. »
    Karim Bensaci, CTO pour CALYPS Saniia



    Cette semaine, @WarcoBrienza cuisine Karim Bensaci sur ses activités d’innovateur dans l’écosystème des soins. CALYPS Saniia est une solution de prédictions des flux patients embarquant de l’intelligence artificielle (IA). À cet égard, elle optimise les ressources d’un hôpital - principalement le personnel soignant et les lits - selon le niveau de tension vécue par celui-ci. 



    En production au Centre Hospitalier de Valenciennes depuis 2019, des hôpitaux se sont également intéressés à Saniia en Suisse. Pour reprendre les termes de Karim Bensaci: “un séjour à l’hôpital, c’est un peu comme une pièce de théâtre, chaque acteur joue un rôle déterminé”. En plus d’une qualité de soin précise et rapide, l’IA promet:




    une convergence entre amélioration des services administrés aux patients ;



    une meilleure qualité de vie au travail aux soignants. 





    Omniprésente dans les médias, l’IA a jusqu'ici été peu abordée par la littérature scientifique, en particulier lorsqu’il s’agit d’évaluer ses bénéfices qualitatifs et quantitatifs dans le système de soins.



    Les questions posées à Karim Bensaci:



    Le 30 novembre 2021, l’Association des Laboratoires Japonais Présents en France (LaJaPF) en partenariat avec IQVIA - expert en données de santé dans 140 pays - ont organisé une conférence de presse à Paris pour présenter la 1ère étude transversale française qualifiant l’impact de l’intelligence artificielle (IA) en médecine. Cette étude avait pour objectif d’aboutir à une quantification des impacts potentiels de l’IA dans le domaine de la santé selon 3 axes identifiés:




    Premièrement, La performance & la qualité des soins: l’IA permet-elle de mieux soigner les patients?



    Deuxièmement, l’organisation des soins: le planning des soignants est-il impacté par l’IA? 



    Troisièmement, l’efficience: l’IA améliore-t-elle l’efficience des soins, économiquement parlant ?



    Finalement, 2 ans après la publication de l’étude LaJaPF/IQVIA, comment répondrais-tu à ces 3 questions avec l’expérience acquise par le personnel soignant qui a utilisé CALYPS Saniia ?





    Après avoir identifié une trentaine d’applications existantes en France sur la base de 5 critères d’un poids différent:




    maturité du logiciel



    reproductibilité



    population-cible



    transposabilité



    valeur ajoutée





    4 solutions ont été retenues en définitive pour la suite de l’étude LaJaPF/IQVIA. Une partie des résultats obtenus sur CALYPS Saniia sont résumés ci-après.



    Extrait de l'étude LaJaPF/IQVIA:



    Le taux de fiabilité sur la prédiction des urgences pour les 5 jours à venir par CALYPS Saniia dépasse 90%. Saniia aide ainsi les hôpitaux à mieux anticiper les ressources (soignants, lits). 

    En admettant l’adoption de cette innovation par 14% des centres hospitaliers en France - soit 190 à 200 établissements de santé contre moins de 10 en 2023:

    → L’économie annuelle est estimée à 374 millions d’euros pour les contribuables français.
    → Elle dépasse le seuil de 1,2 milliard d’euros avec l’utilisation de CALYPS Saniia par 44% des centres hospitaliers.Source: LaJaPF/IQVIA, décembre 2021




    Comment expliquer qu'à l'heure actuelle moins de 10 établissements hospitaliers en France utilisent une innovation comme Saniia ? Quels sont les freins ?



    À l’été 2022, l’Agence nationale d’appui à la performance des établissements de santé et médico-sociaux (Anap) a publié une évaluation des 15 systèmes informatiques pour la gestion des lits disponibles sur sol français, dont CALYPS Saniia. Que manque-t-il à Saniia pour s’imposer comme solution de référence ?



    On a entendu un hôpital universitaire en Suisse considérer la gestion des flux comm

    La rééducation numérique, ou Saam pour les intimes

    La rééducation numérique, ou Saam pour les intimes

    «  Il faut voir la rééducation numérique comme Software as a medicine. »
    Daniel Perez-Marcos, coordinateur scientifique chez MindMaze



    Dans L’hôpital du futur, @WarcoBrienza et Karim Bensaci (@Calypssa) partent à la rencontre des acteurs de la santé. Cette semaine, nous écoutons Daniel Perez-Marcos, l’un des coordinateurs scientifiques chez MindMaze, une ancienne startup de l’EPFL (2012) devenue 1ère licorne de Suisse en 2016 et aujourd’hui reconnue comme leader dans le domaine de la rééducation numérique.



    Dr. Daniel Perez-Marcos coordonne l’incubateur santé de MindMaze, désormais leader mondial dans le domaine des thérapies numériques. Ses recherches visent à développer des solutions basées sur les neurosciences pour la neuroréhabilitation et le vieillissement en bonne santé grâce aux nouvelles technologies, en particulier la réalité virtuelle immersive, les interfaces cerveau-ordinateur et les bien nommés serious games.



    Chaque année en Suisse, 15'000 personnes sont victimes d’un AVC et 5000 personnes subissent un traumatisme crânio-cérébral (TCC), sévère ou modéré. Après un AVC ou un TCC, les patients peuvent rester hospitalisés pendant des mois, avec plusieurs séances thérapeutiques par jour. Le retour du patient à domicile induit une approche ambulatoire souvent insuffisante, d’où la complémentarité de nouvelles technologies digitales comme Mindmaze pour augmenter la fréquence et l’intensité des séances.



    Les questions posées à Daniel Perez-Marcos:




    Comment dit-on: “neuro-réhabilitation digitale”, “télé-réhabilitation neurologique” ou est-ce qu’on dit autrement ? 



    Quel est votre parcours professionnel Monsieur Perez-Marcos?



    Comment fonctionne une solution de rééducation numérique comme Mindmaze ?



    Mindmaze emploie-t-elle des algorithmes apprenants? Une IA pourrait-elle donner une orientation thérapeutique au patient? 



    Comment passe-t-on d'un jeu vidéo bon pour la santé à une solution médicale certifiée ?



    La certification est une 1ère étape, tandis que le remboursement par les assurances en constitue une 2e arrivant après la commercialisation du dispositif médical…



    La neuroréhabilitation est un processus dynamique et évolutif qui tient compte des changements physiques, psychologiques et sociaux du patient : comment MindMaze accompagne-t-elle ces changements ?



    Qu’il est rare de voir un dispositif médical d’une telle sophistication chez le patient! Dans ce cas, l’utilisateur reçoit-il une notice ?



    Qui Mindminze doit-il convaincre en 1er: les thérapeutes ou les patients ?



    Comment les cliniques et les établissements hospitaliers travaillent-ils avec Mindmaze?



    Pouvez-vous nous en dire plus sur le projet SwissNeuroRehab soutenu par Innosuisse ?



    Quelle sera la place de Mindmaze dans l’hôpital du futur?





    Parmi les sujets de la prochaine édition des conférences Medicalytics qui se tiendront le 28 septembre 2023 à Lausanne, Patrick Pestalozzi, Vice President - Global Strategic Accounts chez Mindmaze, abordera la question Remplacer la consultation chez le médecin, c’est pour demain? dans l’atelier Innovation présenté par l’incubateur H4. Rééducation numérique, digitalisation des prestations de soins, hôpital du futur, anticipation des parcours patients, consultations à distance ou encore télémédecine seront au rendez-vous! Plus d’informations et inscriptions sur Medicalytics.ch.

    Le processus de validation clinique chez Big Pharma

    Le processus de validation clinique chez Big Pharma

    «  Pendant une étude clinique, on peut parfois perdre 30% à 50% des patients qu’on doit réengager. »
    Pierre-Antoine Dejace, Directeur Projets Transverses chez Business&Decision Life Sciences



    À la suite de notre précédent podcast sur la pharmacie centrale d'un hôpital, nous écoutons cette semaine Pierre-Antoine Dejace, directeur des projets transverses chez Business&Decision Life Sciences [BDLS], une société basée à Bruxelles qui opère en tant que Clinical Research Organization (CRO) pour les plus grands groupes pharmaceutiques d’Europe, les Big Pharma.



    En sciences de la vie, le processus de validation subit une complexité inhérente aux:




    protocole de validation clinique ;



    sélection des cohortes de patients à sélectionner ;




    ce qui explique l’implication d’un acteur externe et indépendant comme la CRO dans cette phase de recherche que constitue la validation d’un médicament.



    Entre pandémie, transformation digitale et décentralisation des activités de recherche, les métiers de CRO ont passablement évolué, tandis que les appareils médicaux - ou medical devices - embarquent plus de technologie et génèrent plus de données exploitables.



    Autant d’enjeux abordés avec Pierre-Antoine dans ce podcast:




    Quels sont les domaines d’activités d’une CRO comme BDLS et comment ces activités ont-elles évolué au cours des (5) dernières années ?



    Une recherche clinique suppose un encadrement médical: d’où provient cet encadrement, d’un hôpital universitaire ou d’ailleurs ?



    On peut commettre des erreurs lors de la détermination des critères d'éligibilité et la conception d’un essai (i.e. biais dans l'élaboration des critères d'éligibilité, manque d'attention portée au patient ou manque de souplesse sur la participation des patients). Comment gérer l’écart entre l'idéal de la recherche et la réalité ?



    Au sujet des medical devices: qui dit technologies connectées dit génération de data. Quels sont les défis posés par les appareils mesurant des données à la fois personnelles et sensibles ?



    Des données personnelles et sensibles de patients sont traitées par le CRO. Depuis l’avènement du RGPD, la perception de risque associée à la gestion des données sensibles a-t-elle changé ?



    Dans l’hôpital du futur, les données de recherches pourraient se mêler aux données opérationnelles de patients participant au processus de validation. Quelle(s) contribution(s) cela pourrait-il apporter ?



    L’IA est de plus en plus présente dans les activités médicales. Quels sont les exemples tangibles d’utilisation d’IA par les Big Pharma ?





    Parmi les sujets de la prochaine édition des conférences Medicalytics qui se tiendront le 28 septembre 2023 à Lausanne, Pierre-Antoine Dejace abordera la Décentralisation du processus de validation clinique, vue d’un CRO dans la salle plénière de la Haute École de la Santé La Source. Interopérabilité des données de santé, digitalisation des prestations de soins, anticipation des parcours patients, hôpital du futur, Big Pharma ou encore télémédecine seront au rendez-vous! Plus d’informations et inscriptions sur www.medicalytics.ch.

    La pharmacie, nouvel eldorado des IA ?

    La pharmacie, nouvel eldorado des IA ?

    «  Il y a beaucoup d’intérêt à la donnée logistique: très structurée, massive à l’hôpital, qualifiée, relativement fiable, elle est aussi un peu moins confidentielle que la donnée de santé. »
    Dr. Etienne Cousein, Pharmacien au CHU de Lille & fondateur de PharmIA




    Dans L’hôpital du futur, @WarcoBrienza et Karim Bensaci (@Calypssa) partent à la rencontre des acteurs de la santé. Cette semaine, nous écoutons Dr. Étienne Cousein, à la fois pharmacien praticien au Centre hospitalier universitaire de Lille et directeur scientifique de PharmIA, startup qu’il a lui-même fondée. 



    On dit de la pharmacie centrale d'un hôpital qu’elle est un maillon essentiel de la chaîne de soins de santé, contribuant à la sécurité et à l'efficacité des traitements médicaux. Elle combine expertise pharmaceutique, gestion de stocks, technologie et collaboration interprofessionnelle pour répondre aux besoins en médicaments - ainsi qu’en fournitures médicales - de l'ensemble de l’hôpital.



    Les questions posées au Dr. Cousein:



    Les défis auxquels la pharmacie d'un hôpital général peut être confrontée varient, mais parmi eux, on trouve notamment: (1) la gestion des stocks, (2) l'erreur de médication, (3) les interactions médicamenteuses, (4) la conformité réglementaire ou (5) l'efficacité des flux de travail.




    Quelles solutions les hôpitaux utilisent-ils pour faire face à ces 5 défis?



    Dans quels domaines une solution comme PharmIA - plateforme digitale dédiée aux pharmaciens hospitaliers - peut-elle aider ?



    À terme, une solution comme PharmIA va–t-elle accompagner, ou remplacer les pharmaciens?



    Quid de l’imbrication des flux logistiques dans les flux patients: quels sont les liens à faire?





    Nous savons déjà que les algorithmes d'IA peuvent traiter d'importants volumes de données patients. Nous savons aussi qu'ils savent ingérer des tonnes de littérature médicale ou de directives cliniques pour y extraire des informations structurées. Ces dernières sont utiles notamment pour identifier des tendances ou des propensions, que ce soit pour un individu, un groupe ou une population. 




    Dans ce contexte, comment voyez vous évoluer le métier de pharmacien ?



    Dans quel(s) dessein(s) la chaire industrielle e-LoDi  a-t-elle été créée à Lille  ?



    Comment voyez-vous la pharmacie centrale de l’hôpital du futur ?



    La pharmacie centrale d’un hôpital en Chine laisse une place privilégiée à la médecine traditionnelle chinoise. La pharmacopée et les plantes à usage pharmaceutique (550+) sont ainsi largement utilisées pour traiter tout type de pathologies. La médecine traditionnelle occidentale - la naturopathie - et l’usage des plantes pourraient-ils revêtir pareille importance dans les hôpitaux de France et d’Europe ?



    A horizon 2030, une pharmacie entièrement gérée par des robots pilotés par une ou plusieurs IA, est-ce que c’est réaliste  ?





    À ne pas manquer: la prochaine édition des conférences Medicalytics qui se tiendront le matin du 28 septembre 2023 à la Haute Ecole de Santé La Source. Parmi les sujets abordés: interopérabilité des données de santé, digitalisation des prestations de soins, anticipation des flux patients, intelligence artificielle et télémédecine. Odiolab est partenaire de cet événement que nous allons couvrir lors des 2 prochains podcasts! Plus d’informations et inscriptions sur Medicalytics.ch



    Pharmacie centrale, référence #1 :




    Gestion des stocks : Les pharmacies d'hôpitaux doivent maintenir des niveaux de stock précis pour les médicaments et les fournitures, tout en évitant les surstocks ou les pénuries.



    Erreurs de médication : Garantir l'exactitude des commandes, de la dispensation et de l'administration des médicaments est essentiel pour la sécurité des patients.



    Interactions médicamenteuses : L'identification et la gestion des interactions médicamen

    Du Dossier Patient Informatisé (DPI) au parcours patient augmenté

    Du Dossier Patient Informatisé (DPI) au parcours patient augmenté

    « Ce bracelet avec ‘tag’ est aussi là pour sécuriser le patient: au niveau de l’identitovigilence, des données aux différentes étapes de son parcours permettent de valider qu’il s’agit bien de lui.»




    Etienne Thenon, CEO de Kheops Technologie



    Dans L’hôpital du futur, @WarcoBrienza - cette fois sans son acolyte Karim Bensaci - part à la rencontre des acteurs de la santé. Cette semaine, il reçoit 2 passionnés de technologies:



    - M. Etienne Thenon, CEO de la société Kheops Technologies basée à Genève, éditrice notamment du dossier patient informatisé (DPI) ClevEHR et K-LS, solution permettant de géolocaliser en temps réel tous les éléments mobiles (patients + matériel médical) au sein de l’établissement de santé.
    - M. Mathieu Lorenzato, COO de la société Calyps basée à Martigny, éditrice des solutions Qlinik for Mediway pour la gestion des cabinets de médecins et des centres médicaux (avec ou sans urgences) et Saniia, l’intelligence artificielle dédiée à l’anticipation des flux dans l’hôpital.



    Comme évoqué dans le 1er épisode de ce podcast avec Dr. Maisonneuve, les systèmes sanitaires des pays dits développés assistent à une digitalisation progressive des établissements hospitaliers depuis la fin des années 90. Au final, seuls 60% des établissements médicaux en France étaient équipés d’un Dossier Patient Informatisé (DPI) achevé à 100% en 2017. Les hôpitaux sont-ils prêts à réaliser leur transformation ?



    Les questions posées à Etienne Thenon et Mathieu Lorenzato:




    Un tour de table s’impose: pouvez-vous nous résumer vos parcours respectifs dans le domaine de la santé, Etienne & Mathieu ?



    Les grands hôpitaux utilisent jusqu’à 300 applications informatiques entre DPI, GAM (Gestion Administrative du Malade), PMSI (Programme de Médicalisation des Systèmes d'Information) et tant d’autres encore. En pratique, comment un DPI comme ClevEHR se connecte-t-il à ces solutions externes ?



    Le parcours patient est normé grâce aux données relevées par ces systèmes d’information. Qu’est-ce que la data peut apporter à la prise de décision du personnel soignant ?



    Des exemples concrets vous viennent-ils à l’esprit ?



    L’hébergement de données personnelles et sensibles est un gros sujet pour les cliniques et les hôpitaux. En général, ces derniers excluent les données cliniques hébergées sur un cloud. Comment cela se passe chez Kheops Technologies?



    Pour avoir échangé à ce sujet avec des architectes et des médecins, je sais que la notion de ‘tracking’ est généralement peu appréciée du personnel soignant. Arrivez-vous à convaincre vos interlocuteurs des bénéfices de la géolocalisation du matériel, voire du patient ?



    Le 28 septembre 2023, vous allez présenter un sujet autour du parcours patient lors de l’événement Medicalytics. Pouvez-vous déjà nous teaser vos propos?





    Parmi les sujets de la prochaine édition des conférences Medicalytics qui se tiendront le 28 septembre 2023 à Lausanne, Etienne Thénon & Mathieu Lorenzato présenteront le "Parcours patient, de l’accueil à la sortie du bloc opératoire" en salle plénière de la Haute Ecole de la Santé La Source. Interopérabilité des données de santé, digitalisation des prestations de soins, anticipation des flux patients, intelligence artificielle ou télémédecine seront également au rendez-vous! Plus d’informations et inscriptions sur Medicalytics.ch

Classement des podcasts dans Technologies

Lex Fridman Podcast
Lex Fridman
Digital Podcast
Schweizer Radio und Fernsehen (SRF)
Darknet Diaries
Jack Rhysider
Deep Questions with Cal Newport
Cal Newport
Tech Won't Save Us
Paris Marx
Acquired
Ben Gilbert and David Rosenthal