30 Folgen

Chaque premier mercredi du mois, Un Podcast à soi mêle intimité et expertise, témoignages et réflexions, pour aborder les questions de genre, de féminismes, d’égalité entre les femmes et les hommes. Un podcast de Charlotte Bienaimé pour ARTE Radio.

Un podcast à soi ARTE Radio

    • Nachrichten
    • 4,9 • 31 Bewertungen

Chaque premier mercredi du mois, Un Podcast à soi mêle intimité et expertise, témoignages et réflexions, pour aborder les questions de genre, de féminismes, d’égalité entre les femmes et les hommes. Un podcast de Charlotte Bienaimé pour ARTE Radio.

    Que faire des hommes violents ?

    Que faire des hommes violents ?

    Femmes et violences (4/4) : Une autre justice

    Selon de nombreuses études sociologiques, la prison est un lieu violent, raciste, classiste, et dégradant. Alors, comment celle-ci pourrait transformer quelque chose en ce qui concerne les hommes auteurs de crimes sexuels ou de violences conjugales ? Au-delà de la protection temporaire, comment une institution violente pourrait transformer des individus violents et par-delà changer les rapports sociaux au sein de notre société ?Dans un même temps, en tant que féministe, peut-on vraiment se passer de la prison ? Qu'inventer à la place ? Et comment nous protéger ?
    Cet épisode interroge une autre piste de justice : la justice restaurative. Il s'agit d'un espace de dialogue entre des auteurs et des victimes, proposé en parallèle, en complémentarité avec la justice pénale. Elle prend la forme de médiations restauratives, qui permettent à des auteurs et des victimes qui le souhaitent de se rencontrer à nouveau. Après les crimes, après les procès. Ou de rencontres entre auteurs et victimes concerné.e.s par des faits similaires, mais pas par les mêmes affaires.Cet épisode donne à entendre des paroles très rares de victimes et d'auteurs de pédocriminalités incarcérés, et de victimes et d'auteurs de viols incarcérés, qui ont choisi de se rencontrer. Qu'est-ce que ça change individuellement ? Collectivement ? Est-ce que ça fonctionne ? Jusqu'où ?
    Avec :- Flore, Pierre, Amed et Laurence- Marion Trotignon , juriste à l'Avimej- Héloise Squelbut de l'Institut Français pour la justice restaurative- Sandrine Lefranc, politiste- Corinne Rostaing, sociologue
    Textes :- Cécile Coulon, « Ma force »- Eve Ensler, « Le pardon »- Audre Lorde, « Sister Outsider »
    Remerciements :- À Héloise et Noémie de l'IFJR- À Marion Trotignon- Au centre de détention de Melun
    Ressources :- « Le mouvement pour la justice restaurative : « an idea whose time has come »- « Une institution dégradante, la prison », Corinne Rostaing- « Crimes et peines, penser l'abolitionnisme pénal », présenté par Gwenola Ricordeau- « Le conflit n'est pas une agression », Sarah Schulman- « Femmes en prison et violences de genre, résistances à perpétuité », Natacha Chetcuti-Osorovtiz- Collectif Fracas


    Enregistrements : juin 2021 - Prise de son, montage, textes et voix : Charlotte Bienaimé - Réalisation et mixage : Samuel Hirsch - Musique originale : Samuel Hirsch - Lectures : Estelle Clément Béalem - Sélection des textes et accompagnement éditorial : Juliette Hamon - Illustrations : Anna Wanda Gogusey - Production : ARTE Radio

    - Musique originale : Samuel Hirsch

    • 1 Std. 13 Min.
    Reprendre sa liberté

    Reprendre sa liberté

    Femmes et violences (3/4) : Sortir de la prison

    Parce que personne n'est à l'abri d'être privé de liberté, et que le système punitif et sécuritaire tend à se diffuser au sein de la société, "Un podcast à soi" revient avec une grande série consacré à la violence, à la colère, à l'articulation entre le genre et la prison. Qu’elles soient prisonnières, proches de prisonniers ou victimes de violences, qu’est-ce que la prison fait aux femmes ? 
    Femmes et violences (3/4) : Reprendre sa liberté Après le passage en prison, comment préparer la sortie ? Comment se retrouver, et commencer une nouvelle vie ? Comment trouver son autonomie et les clés de son épanouissement ? Dans ce troisième épisode, nous partons à la rencontre de femmes qui purgent la fin de leur peine au sein de la Ferme Emmaüs Baudonne, à Tarnos, près de Bayonne. Si ce lieu unique en France ne les avait pas accueillies, elles seraient sorties sans rien. Salariées de la ferme, elles effectuent des travaux de maraîchage et de menuiserie tous les matins. L'après-midi est destiné à la recherche d'emploi, de logement, au passage du permis de conduire, à la santé, aux liens avec les proches... Ici, les travaux sont rémunérés, tout comme les heures de travail domestique. Celà fait partie des démarches féministes que les encadrant.e.s de la ferme souhaitent insuffler à la structure. Tout comme le travail d'accompagnement important autour des corps, qui ont changé, qui se sont souvent dégradés en prison. Encore plus pour les femmes qui en détention ont moins accès aux activités sportives et aux soins. Et qui sont plus soumises aux injonctions de bonne présentation à la sortie.
    Au-delà de la prison, cet épisode s'interroge et nous questionne tous.tes : Comment reprendre le pouvoir sur nos vies ? Comment être pleinement autonome ? Malgré les institutions qui enserrent, les dominations qui écrasent, les culpabilités intériorisées, les désirs étouffés ? Comment reprendre le pouvoir sur nos vies ? Quand matériellement, c'est impossible ? Quand l'éducation est entrée dans les corps ? Quelle couleur aurait le pouvoir féministe ? Celle du soin ou de la violence ? De l'écoute ou de la vengeance ? De la ruse à l'intérieur du système ou celle des échappées collectives ? Quelles utopies inventer ? Quels stratagèmes ? Quel plan ?
    Avec :- Céline, Nadia, Aïcha et Maud- Natacha Chetcuti-Osorovitz, sociologue spécialiste des violences de genre, épistémologie féministe et sociologie carcérale
    Textes :- « Que le diable m'emporte », Marie Maclane- « Le rayonnement des corps noirs », Kim Doré- « Le sas », Michel Azama- « Viendra le temps du feu », Wendy Delorme
    Remerciements :- À toute l'équipe de la ferme Emmaüs Baudonne- Merci à Pauline de Smet, de l'Observatoire International des prisons- À K, Elsa, Gaelle et Sylvia du journal l'Envolée- À Mathilde et Julie du Genepi
    Ressources :- « Femmes en prison et violences de genre, résistances à perpétuité », Natacha Chetcuti-Osorovtiz- « Une institution dégradante, la prison », Corinne Rostaing- « Penser la violence des femmes », Coline Cardi, Geneviève Pruvost- « Femmes détenues, les oubliées », Observatoire international des prisons- « Pour elles toutes », Gwenola Ricordeau- « Crimes et peines, penser l'abbolitionnisme pénal », présenté par Gwenola Ricordeau


    Enregistrements : avril 2021 - Prise de son, montage, textes et voix : Charlotte Bienaimé - Réalisation et mixage : Samuel Hirsch - Musique originale : Samuel Hirsch - Lectures : Laure Giappiconi - Sélection des textes et accompagnement éditorial : Juliette Hamon - Illustrations : Anna Wanda Gogusey - Production : ARTE Radio

    - Musique originale : Samuel Hirsch

    • 1 Std. 5 Min.
    Prisonnières et visiteuses

    Prisonnières et visiteuses

    Femmes et violences (2/4) : Ce que la prison fait aux femmes

    Parce que personne n'est à l'abri d'être privé de liberté, et que le système punitif et sécuritaire tend à se diffuser au sein de la société, Un podcast à soi revient avec une grande série consacré à la violence, à la colère, à l'articulation entre le genre et la prison. Qu’elles soient prisonnières, proches de prisonniers ou victimes de violences, qu’est-ce que la prison fait aux femmes ?
    Dans ce deuxième épisode, une ancienne prisonnière et une mère de détenu racontent leurs expériences de la prison. Le rapport au corps, à l'enfermement, aux autres détenues, au temps, à la violence.... À travers leurs témoignages, nous découvrons le quotidien au sein d'une institution « dégradante», qui pénalise plus lourdement les femmes, grandes oubliées du système pénitentiaire. De l'autre côté des murs, la prison a aussi un impact lourd sur toutes les femmes visiteuses, qui effectuent un travail de soutien émotionnel, économique et administratif auprès de leurs proches incarcérés. À l'inverse, très peu d'hommes accompagnent les prisonnières pendant leur détention.
    Précision : Najet conteste que la mort de son fils Idir en prison soit due à un suicide. Elle et l’association Idir espoir et Solidarité luttent pour faire toute la lumière sur ce décès.
    Avec :- Eve, Zineb et Najet- Coline Cardi, sociologue, spécialiste de la déviance et du genre.- Corinne Rostaing, sociologue, spécialiste du monde carcéral- Natacha Chetcuti-Osorovitz, sociologue spécialiste des violences de genre, épistémologie féministe et sociologie carcérale- Gwenola Ricordeau, professeure assistante en justice criminelle à la California State University, Chico
    Textes :- « Le vandalisme queer » Sara Ahmed- « Inconditionnelles » Kae Tempest- « Pour nos vies en morceaux » Gwenola Ricordeau- « Une question stupide » Susan Saxe dans Reclaim, Anthologie de textes écoféministes
    Remerciements :Comme toujours, mais en particulier ici, ce documentaire a été réalisé en étroite collaboration avec des chercheuses féministes. Je tiens à remercier tout particulièrement cette fois-ci Coline Cardi et Natacha Chetcuti-Ozorvitz pour leur confiance, nos échanges et leurs travaux inspirants qui nourrissent ma réflexion.Merci à Pauline de Smet, de l'Observatoire International des PrisonsA K, Elsa, Gaelle et Sylvia du journal l'EnvoléeA Mathilde et Julie du Genepi
    Ressources :- Femmes en prison et violences de genre, résistances à perpétuité, Natacha Chetcuti-Osorovtiz- Une institution dégradante, la prison, Corinne Rostaing- Penser la violence des femmes, Coline Cardi, Geneviève Pruvost- Femmes détenues, les oubliées, Observatoire international des prisons- Pour elles toutes, Gwenola Ricordeau- Crimes et peines, penser l'abolitionnisme pénal, présenté par Gwenola Ricordeau


    Enregistrements : avril 2021 - Prise de son, montage, textes et voix : Charlotte Bienaimé - Réalisation et mixage : Samuel Hirsch - Musique originale : Samuel Hirsch - Lectures : Laure Giappiconi - Sélection des textes et accompagnement éditorial : Juliette Hamon - Illustrations : Anna Wanda Gogusey - Production : ARTE Radio


    - Musique originale : Samuel Hirsch

    • 1 Std. 1 Min.
    Des femmes violentes

    Des femmes violentes

    Femmes et violences (1/4) : Passer à l'acte

    Parce que personne n'est à l'abri d'être privé de liberté, et que le système punitif et sécuritaire tend à se diffuser au sein de la société, Un podcast à soi revient avec une mini-série consacrée à la violence, à la colère, à l'articulation entre le genre et la prison. Qu’elles soient prisonnières, proches de prisonniers ou victimes de violences, qu’est-ce que la prison fait aux femmes ?
    Dans ce premier épisode, des femmes autrices de violences racontent leurs parcours avant leur entrée en prison. En donnant à entendre sans tabou ni concession des parcours de femmes violentes, ce premier volet nous invite à interroger la violence au prisme du genre : Eve a poignardé plusieurs conjoints violents et Zineb, jeune délinquante, est devenue proche des réseaux djihadistes. Si elle est avant tout une puissance d'agir pour les hommes, pour les femmes l'usage de la violence est quasiment toujours précédé de violences masculines et/ou économiques, sociales, institutionnelles. Sans déresponsabiliser et, par là même, déposséder les femmes de leurs actes, cet épisode permet d'envisager la construction genrée d’un imaginaire violent dépourvu de femmes.
    Avec :- Eve et Zineb- Coline Cardi, Maîtresse de conférences (Université Paris 8 - Cresppa/CSU), sociologue, spécialiste de la déviance et du genre.- Corinne Rostaing, sociologue, spécialiste du monde carcéral (Université Lyon 2)- Natacha Chetcuti-Osorovitz, sociologue spécialiste des violences de genre, épistémologie féministe et sociologie carcérale- Géraldine Casutt ,doctorante, préparant une thèse sur les femmes djihadistes et leurs rapport à la violence
    Textes :- « Toute rage dehors » Anonyme, infokiosque- « Féroces », Cécilia Colombo- « Deux ou trois choses dont je suis sûre » Dorothy Allison- « Je ne chasse pas sur mon territoire » Astrid Chaffringeon
    Remerciements :Comme toujours, mais en particulier ici, ce documentaire a été réalisé en étroite collaboration avec des chercheuses féministes. Je tiens à remercier tout particulièrement cette fois-ci Coline Cardi et Natacha Chetcuti-Osorovitz pour leur confiance, nos échanges et leurs travaux inspirants qui nourrissent ma réflexion.Merci à Pauline de Smet, de l'Observatoire International des prisonsÀ Krista, Elsa, Gaelle et Sylvia du journal l'EnvoléeÀ Mathilde et Julie du GenepiÀ mes parents qui m’ont accompagnée jusqu’à Bayonne afin que je puisse enregistrer les voix des femmes, tout en restant auprès de mon bébé nouveau né dont je ne souhaitais pas être séparée trop longtemps.
    Ressources :- Femmes en prison et violences de genre, résistances à perpétuité, Natacha Chetcuti-Osorovtiz, La Dispute- Une institution dégradante, la prison, Corinne Rostaing, Gallimard- Penser la violence des femmes, Coline Cardi, Geneviève Pruvost, La Découverte- Femmes détenues, les oubliées, Observatoire international des prisons


    Enregistrements : mars 2021 - Prise de son,montage, textes et voix : Charlotte Bienaimé - Réalisation et mixage : Samuel Hirsch - Musique originale : Samuel Hirsch - Lectures : Laure Giappiconi - Sélection des textes et accompagnement éditorial : Juliette Hamon - Illustrations : Anna Wanda Gogusey - Production : ARTE Radio

    • 1 Std. 17 Min.
    Prendre soin, penser en féministes le monde d'après (26)

    Prendre soin, penser en féministes le monde d'après (26)

    Crise du covid et utopies au prisme du genre

    La crise du Covid a mis au-devant de la scène de nombreuses femmes, autrefois invisibles, qui exercent en grande majorité ces métiers dits « du care », essentiels à la marche de notre monde. Elles sont aides-soignantes travaillant en Ehpad, infirmières, aides à domicile, institutrices, caissières, nounous, agentes d'entretien... Leur travail est habituellement peu considéré, peu rémunéré, voire dévalorisé.Au-delà de la célébration ponctuelle, cet épisode cherche à leur rendre hommage, pour ne pas oublier leurs histoires et leurs voix aussi vite qu'elles ont été mises en lumière. Il interroge aussi plus largement la notion de soin : qui prend soin de qui ? Est-ce que le care n'est pas aussi une question de classe ? Comment ont été soigné.e.s les habitantes et habitants des quartiers populaires ?Et au-delà encore, comment prend-on soin ? Qu'en est-il du soin que l'on porte aux morts ? Mais aussi au monde vivant, et aux animaux ? Et pourquoi tout cela nous amène à parler de vulnérabilité, de pouvoir et d'utopies concrètes ?Un épisode choral, où vous pourrez retrouver des voix déjà entendues dans les épisodes précédents. Il clôture notre troisième saison, et lance des pistes de réflexions pour le retour d'Un podcast à soi en 2021, après le congé maternité de Charlotte Bienaimé.
    Avec :- Nadège, aide-soignante dans un Ehpad de l'Est de la France.- Pascale Molinier, psychologue, autrice de nombreux ouvrages sur l'éthique et le travail du care- Vinciane Despret, philosophe- Hanane, féministe, lesbienne, militante des quartiers populaires, membre du collectif Femmes en lutte 93- Myriam Bahaffou, chercheuse, militante écoféministe- Emilie Hache, philosophe- Cy Lecerf Maulpoix, journaliste et militant queer, spécialiste des questions écoqueer.
    Textes :- Monologue du virus, Lundi matin- Starhawk, « The fifth sacred thing »/ La cinquième chose sacrée (Traduction Juliette Hamon)- Ursula K. Le Guin, A left-handed commencement address (Traduction Juliette Hamon)- Donna Haraway, « Manifeste des espèces compagnes »- Françoise d'Eaubonne, « Les bergères de l'apocalypse »
    Musiques :- Chanson sans peur de Vivir Quintana accompagnée par El Palomar- La danse des bombes, sur un texte de Louise Michel par la chorale Les chianteuses - Captation : bisounours deter - Mixage : Jean Tevenin
    Remerciements :- Sandra Laugier- Mathilde Goanec- No anger- Juliette Rennes- Adel Tincelin : retrouvez son texte écrit pour l'épisode en cliquant sur "Télécharger le transcript"- Sarah Ben
    Liens :- Pascale Molinier, Le travail du care. Édition 2020, La Dispute, « Le genre du monde », Paris, 2020- Le soucis des autres. Ethiques et politiques du care, Sandra Laugier, Patricia Paperman-  « Touche pas à nos vieux » Cinq concepts pour penser le vieillissement- Au bonheur des morts, Vinciane Despret- Réenchanter la mort, Alexa Hagerty- Le monstre politique, Blog d'Hanane- Portrait d'Hanane dans Komitid- Caféministe avec Myriam Bahaffou- Myriam Bahaffou sur France Inter- Ce à quoi nous tenons, propositions pour une écologie pragmatique- Sensibilités climatiques, entre mouvances écoféministes et queer- Les sociétés matriarcales, Heide Goettner-Abendroth- Thread de ressources sur le monde féministe d'après


    Enregistrements : mai 20 - Prise de son,montage, textes et voix : Charlotte Bienaimé - Réalisation et mixage : Samuel Hirsch - Musique originale : Samuel Hirsch - Lectures : Estelle Clément Béalem - Sélection des textes, traductions et accompagnement éditorial : Juliette Hamon - Illustrations : Anna Wanda Gogusey - Production : ARTE Radio

    • 1 Std. 21 Min.
    Les mauvais genres : trans et féministes (25)

    Les mauvais genres : trans et féministes (25)

    Parcours de vie, débats et luttes communes des trans et des féministes

    Il y a quelques mois éclatait au sein du mouvement féministe un conflit lancé par certaines militantes qui remettaient en question la place des femmes trans dans les milieux féministes. Cet épisode de "Un podcast à soi" aborde cette question et tente de comprendre ce qui se joue dans ces prises de position. Mais plutôt que d'insister sur les divisions, il interroge avant tout les alliances possibles, en donnant la parole à des personnes trans et féministes. Leurs témoignages et leurs analyses ne sont pas représentatives de l'ensemble des personnes trans ou des théories transféministes, mais elles permettent de nous interroger : qu'est-ce que les luttes trans et féministes peuvent s'apporter mutuellement ? qu'est-ce que les parcours trans racontent de notre rapport au genre, à la masculinité, à la féminité, à la binarité ? 
    Les personnes que vous entendez dans cet épisode ont été enregistrées juste avant que nous soyions confiné.e.s. J'ai ensuite réécouté et monté les sons chez moi, comme d'habitude. Pourtant, rien n'était pareil. Tout était plus lent. Il a fallu aussi enregistrer les textes de la comédienne à distance, sur des micros de téléphone. Les récupérer, et espérer que ça fonctionne. Transmettre le tout au réalisateur, pour travailler les musiques et le mixage sans être ensemble, cette fois-ci. Tenir encore plus à l'importance de ce travail à quatre oreilles, qui a aussi été rendu possible grâce à l'aide matérielle, la présence et les encouragements de mon compagnon et de mes proches, ainsi qu'à la détermination du réalisateur Charlie Marcelet, des comédiennes Estelle Clément Béalem et Mya Bollaert, et de toute l'équipe d'ARTE Radio, Silvain Gire, Chloé Assous-Plunian, Sara Monimart, Stella Defeyder et Marion Metz.
    Avec :- Héloise et Dal- Emmanuel Beaubatie, sociologue, post doctorant à l'INED.- Karine Espiniera, sociologue des médias, co-fondatrice de l'Observatoire des Transidentités- Maud Yeuse Thomas, co-fondatrice de l'Observatoire des Transidentités
    Textes :- On a que deux vies, journal d'un transboy, Adel Tincelin- Stone Butch Blues, Leslie Feinberg- Un Appartement sur Uranus, Paul B Preciado
    Remerciements :- Mya Bollaers, actrice du film Lola vers la mer- Juliet Drouar, qui tient un blog sur Médiapart- Perrine Kervran, autrice de l'importante série « Les transidentités racontées par les trans »
    Liens :- Le film d'Océan- « Manifeste d'une femme trans », de Julia Serrano - Le fond d'aide sociale trans- L'Observatoires des transidentités- « L'espace social du genre », Emmanuel Beaubatie- «  Changer de sexe et de sexualités » , Emmanuel Beaubatie- Les travaux de Karine Espiniera sur les transféminismes- Les trans comme parias, Maud Yeuse Thomas et Karine Espiniera- « Testo Junkie » Paul B Preciado- « Homo Inc-corporated » , Sam Bourcier- Queer Zone, Sam Bourcier- Compte Instagram de Lexie, Agressively Trans
    Associations transgenres et intersexes :- Genre Pluriel (Belgique)- Acceptess-T (Paris)- C'est pas mon genre ! (Lille)- Trans Posé·e·s (Tours)- Collectif Des Raciné·e·s (Lyon)- Prendre Corps (Picardie)- Ouest Trans (Ouest)- RITA (Grenoble)


    Enregistrements : février-mars 20 - Prise de son, montage, textes et voix : Charlotte Bienaimé - Réalisation et mixage : Charlie Marcelet - Musique originale : Samuel Hirsch - Lectures : Estelle Clément Béalem - Accompagnement éditorial : Juliette Hamon - Illustrations : Anna Wanda Gogusey - Production : ARTE Radio

    • 1 Std. 12 Min.

Kundenrezensionen

4,9 von 5
31 Bewertungen

31 Bewertungen

Juliette V. ,

Tellement Riche

Je ne peux pas assez vous remercier pour le travail que vous faites, et tous ces témoignages que vous recueillez avec tellement l’intégrité et partagez avec délicatesse. Mon monde est plus riche grâce à ce podcast.

Juneuva ,

Super Podcast

Merci, le contenu est très intéressant !
Super travail, comme toujours, merci Arte—meilleure chaine de (très, très) loin.

Top‑Podcasts in Nachrichten

Das gefällt dir vielleicht auch

Mehr von ARTE Radio