51 min

Épisode 01 - Anthony Extimité

    • Culture et société

Anthony, co-hôte du podcast, est la deuxième personne à se livrer au micro d'Extimité. Il y évoque son enfance passée en zone d'éducation prioritaire de banlieue (00:32), l'#homophobie dès la cours de récré (01:16), et comment des cheveux lui ont permis de comprendre qu'il existait "d'autres noirs" (02:10). Si le #ComingOut a été un non-sujet pour lui (09:44), il a longtemps feint d'ignorer les questions de racisme au travail (10:56), jusqu'à ce que sa première relation amoureuse agisse comme un révélateur (15:25). La mort d'Adama Traoré (17:37) l'a renvoyé à sa propre condition d'homme noir de banlieue et au racisme qu'il avait involontairement intériorisé (18:44), en particulier l'antagonisme entre les Antilles et l'Afrique. Ce n'est qu'une fois arrivé à la fac à Paris qu'il a commencé à s'intéresser à la #mode comme moyen de se construire une identité choisie (22:30). Son couple mixte lui a également permis de comprendre comment l'homophobie s'exprimait différemment en fonction de la couleur de peau 24:06, et les injonctions à l'hypervirilité hétérnormée imposée aux hommes noirs. Il relie le peu d'affect exprimé dans beaucoup de familles noires 26:57 comme un héritage potentiel de l'esclavage. Il raconte aussi le déclic qui l’a aidé à enfin trouver les personnes noires belles (30:40), après une enfance complexée par ses parents qui l’enjoignaient à avoir honte de ses traits negroïdes (32:18). Il parle du privilège de « ne pas voir les couleurs » (36:30), du poids des #stéréotypes associés aux hommes noirs (39:30), et de ce qu’il en coûte d’être un noir gay efféminé (41:30). Anthony vous recommande : - Between the world and me (Une colère noire), de Ta-Nehisi Coates - La prochaine fois le feu, de James Baldwin - Retour à Reims, de Didier Eribon - Penser dans un monde mauvais, de Geoffroy de Lagasnerie - The Bluest eye, de Toni Morrison - À l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie, de Hervé Guibert Ce podcast est une création originale de Douce Dibondo et Anthony Vincent. Montage : Douce Dibondo Générique : To Na Bi - Persian Empire Pistes sonores diffusées : 10:38 David Bowie - Rebel Rebel 17:13 Kendrick Lamar - Alright 31:30 « I understood "Black is beautiful" » dans Toni Morrisson Remembers, documentaire de la BBC. 39:08 « Le nègre vous emmerde » Aimé Césaire, cahier d'un retour en pays natal de Véronique Kanor.
 
See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

Anthony, co-hôte du podcast, est la deuxième personne à se livrer au micro d'Extimité. Il y évoque son enfance passée en zone d'éducation prioritaire de banlieue (00:32), l'#homophobie dès la cours de récré (01:16), et comment des cheveux lui ont permis de comprendre qu'il existait "d'autres noirs" (02:10). Si le #ComingOut a été un non-sujet pour lui (09:44), il a longtemps feint d'ignorer les questions de racisme au travail (10:56), jusqu'à ce que sa première relation amoureuse agisse comme un révélateur (15:25). La mort d'Adama Traoré (17:37) l'a renvoyé à sa propre condition d'homme noir de banlieue et au racisme qu'il avait involontairement intériorisé (18:44), en particulier l'antagonisme entre les Antilles et l'Afrique. Ce n'est qu'une fois arrivé à la fac à Paris qu'il a commencé à s'intéresser à la #mode comme moyen de se construire une identité choisie (22:30). Son couple mixte lui a également permis de comprendre comment l'homophobie s'exprimait différemment en fonction de la couleur de peau 24:06, et les injonctions à l'hypervirilité hétérnormée imposée aux hommes noirs. Il relie le peu d'affect exprimé dans beaucoup de familles noires 26:57 comme un héritage potentiel de l'esclavage. Il raconte aussi le déclic qui l’a aidé à enfin trouver les personnes noires belles (30:40), après une enfance complexée par ses parents qui l’enjoignaient à avoir honte de ses traits negroïdes (32:18). Il parle du privilège de « ne pas voir les couleurs » (36:30), du poids des #stéréotypes associés aux hommes noirs (39:30), et de ce qu’il en coûte d’être un noir gay efféminé (41:30). Anthony vous recommande : - Between the world and me (Une colère noire), de Ta-Nehisi Coates - La prochaine fois le feu, de James Baldwin - Retour à Reims, de Didier Eribon - Penser dans un monde mauvais, de Geoffroy de Lagasnerie - The Bluest eye, de Toni Morrison - À l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie, de Hervé Guibert Ce podcast est une création originale de Douce Dibondo et Anthony Vincent. Montage : Douce Dibondo Générique : To Na Bi - Persian Empire Pistes sonores diffusées : 10:38 David Bowie - Rebel Rebel 17:13 Kendrick Lamar - Alright 31:30 « I understood "Black is beautiful" » dans Toni Morrisson Remembers, documentaire de la BBC. 39:08 « Le nègre vous emmerde » Aimé Césaire, cahier d'un retour en pays natal de Véronique Kanor.
 
See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

51 min

Classement des podcasts dans Culture et société