57 min

#136 - Superproducteur : développer un modèle de production local à destination d’une cible pro, avec Pauline Bignon Le Panier

    • Technologies

Le sujet : La prise de conscience des enjeux écologiques et sociaux de l’utilisation de matières premières à bas coût dans l’industrie agroalimentaire entraîne une évolution du métier d’agriculteur. Dans cet épisode du Panier, Laurent Kretz, cofondateur de CosaVostra, explore une initiative entrepreneuriale qui dynamise ce secteur d’activité.

L’invitée : Pauline Bignon se définit comme une “Gourmette passionnée”. À l’occasion de sa formation au Conseil en restauration à l’École Ducasse, elle côtoie des chefs cuisiniers engagés sur le sourcing de leurs produits et cofonde Superproducteur avec Frank Cedolin en 2014 pour répondre à ces besoins.

Initiative : Superproducteur est une marque de recettes apéro-dînatoires 100% artisanales et naturelles. Elle conçoit ces guides avec des agriculteurs français, qui prennent en charge la production des matières premières et la transformation des denrées. Enfin, elle assure la distribution auprès d’un public B2B.

# En fin d’année 2021, l’entreprise travaille avec 16 producteurs partout en France : fruits, légumes, viandes, grains, etc. Elle prend en charge la distribution dans plus de 1600 points de vente sur tout le territoire, et a vendu 300 000 produits depuis sa création en 2014.

# La première étape : chercher des producteurs. Pour vendre leurs produits, ces derniers participent à des marchés, et/ou travaillent avec le secteur de la grande distribution, ce qui contribue à la paupérisation du milieu. Là où leur salaire est de 1390€ par mois en moyenne, l’intérêt de Superproducteur, c’est un chiffre d’affaires garanti à hauteur de 20 à 50% de revenus supplémentaires.

# Quand les recettes sont définies, la transformation peut avoir lieu. Si le métier de producteur n’a rien à voir avec celui de la transformation, l’accompagnement est primordial pour donner un produit qui a plus de valeur. ⅓ du processus de transformation du réseau Superproducteur est fait sur place, et ⅔ à moins de 150km, ce qui donne des produits de meilleure qualité et un impact écologique plus faible.

# Les commandes ont lieu sur le site de Superproducteur, ce qui témoigne d’une volonté de digitalisation du secteur agroalimentaire. Cette dynamique, bien que naturelle, s’est accélérée suite à la pandémie de covid-19 : pas à pas, dans une optique customer oriented, l’entreprise intègre ses partenaires à son approche conseil et assure leur pérennité. Dans un souci d’automatisation, le règlement se fait par prélèvement avec GoCardless et permet aux clients de gagner du temps.

# Les marchandises sont stockées dans un entrepôt au Mans avant d’être redistribuées. Cette position stratégique permet de réduire les trajets pour leur réception mais aussi leur livraison. 60% des produits parviennent aux restaurateurs (cafés, hôtels, restaurants) et 40% en retail (cavistes, traiteurs). Les partenaires sont pour la plupart issus des circuits courts, et la collaboration passe souvent par le bouche à oreille, mais, pour Pauline Bignon, la recherche de nouveaux points de distribution est tout aussi importante que la production.

Pour en savoir plus sur les références abordées dans l’épisode :

Ecojoko : Innover pour contrer le gaspillage énergétique, avec Laurent Bernard

Ernesti : devenir l’acteur référent de l’accompagnement de nuit, avec Quentin Zakoian

Saleor

Pour découvrir tout ça, c’est par ici si vous préférez Apple Podcasts, par là si vous préférez Podcast Addict ou encore ici si vous préférez Spotify.

Et n’oubliez pas de laisser 5 étoiles et un commentaire sympa sur Apple Podcasts si l’épisode vous a plu.

Le Panier est un podcast du label Orso Media.

Le sujet : La prise de conscience des enjeux écologiques et sociaux de l’utilisation de matières premières à bas coût dans l’industrie agroalimentaire entraîne une évolution du métier d’agriculteur. Dans cet épisode du Panier, Laurent Kretz, cofondateur de CosaVostra, explore une initiative entrepreneuriale qui dynamise ce secteur d’activité.

L’invitée : Pauline Bignon se définit comme une “Gourmette passionnée”. À l’occasion de sa formation au Conseil en restauration à l’École Ducasse, elle côtoie des chefs cuisiniers engagés sur le sourcing de leurs produits et cofonde Superproducteur avec Frank Cedolin en 2014 pour répondre à ces besoins.

Initiative : Superproducteur est une marque de recettes apéro-dînatoires 100% artisanales et naturelles. Elle conçoit ces guides avec des agriculteurs français, qui prennent en charge la production des matières premières et la transformation des denrées. Enfin, elle assure la distribution auprès d’un public B2B.

# En fin d’année 2021, l’entreprise travaille avec 16 producteurs partout en France : fruits, légumes, viandes, grains, etc. Elle prend en charge la distribution dans plus de 1600 points de vente sur tout le territoire, et a vendu 300 000 produits depuis sa création en 2014.

# La première étape : chercher des producteurs. Pour vendre leurs produits, ces derniers participent à des marchés, et/ou travaillent avec le secteur de la grande distribution, ce qui contribue à la paupérisation du milieu. Là où leur salaire est de 1390€ par mois en moyenne, l’intérêt de Superproducteur, c’est un chiffre d’affaires garanti à hauteur de 20 à 50% de revenus supplémentaires.

# Quand les recettes sont définies, la transformation peut avoir lieu. Si le métier de producteur n’a rien à voir avec celui de la transformation, l’accompagnement est primordial pour donner un produit qui a plus de valeur. ⅓ du processus de transformation du réseau Superproducteur est fait sur place, et ⅔ à moins de 150km, ce qui donne des produits de meilleure qualité et un impact écologique plus faible.

# Les commandes ont lieu sur le site de Superproducteur, ce qui témoigne d’une volonté de digitalisation du secteur agroalimentaire. Cette dynamique, bien que naturelle, s’est accélérée suite à la pandémie de covid-19 : pas à pas, dans une optique customer oriented, l’entreprise intègre ses partenaires à son approche conseil et assure leur pérennité. Dans un souci d’automatisation, le règlement se fait par prélèvement avec GoCardless et permet aux clients de gagner du temps.

# Les marchandises sont stockées dans un entrepôt au Mans avant d’être redistribuées. Cette position stratégique permet de réduire les trajets pour leur réception mais aussi leur livraison. 60% des produits parviennent aux restaurateurs (cafés, hôtels, restaurants) et 40% en retail (cavistes, traiteurs). Les partenaires sont pour la plupart issus des circuits courts, et la collaboration passe souvent par le bouche à oreille, mais, pour Pauline Bignon, la recherche de nouveaux points de distribution est tout aussi importante que la production.

Pour en savoir plus sur les références abordées dans l’épisode :

Ecojoko : Innover pour contrer le gaspillage énergétique, avec Laurent Bernard

Ernesti : devenir l’acteur référent de l’accompagnement de nuit, avec Quentin Zakoian

Saleor

Pour découvrir tout ça, c’est par ici si vous préférez Apple Podcasts, par là si vous préférez Podcast Addict ou encore ici si vous préférez Spotify.

Et n’oubliez pas de laisser 5 étoiles et un commentaire sympa sur Apple Podcasts si l’épisode vous a plu.

Le Panier est un podcast du label Orso Media.

57 min

Classement des podcasts dans Technologies

Caroline Mignaux
Carlos Diaz
Jérôme Colombain
France Culture
frenchspin
Micode

Plus par Big Bang Media - CosaVostra

CosaVostra | Orso Media
CosaVostra
CosaVostra
CosaVostra
CosaVostra