1h 58 min

#34 Damien Seguin, navigateur comme les autres... ou presque Into The Wind

    • Sports

Sur le papier, ça ne semblait pas très raisonnable ; dans les faits, ça n’a pas semblé lui poser de problèmes. Damien Seguin n’a pas de main gauche, et pourtant, il s’est classé 7e du Vendée Globe, avec beaucoup de naturel, si l’on peut dire.

Tellement de naturel, d’ailleurs, que le monde de la voile, plus habitué à voir en lui un compétiteur redoutable qu’un coureur handicapé, n’a perçu que dans le sprint final du Vendée Globe la portée de l’exploit qu’il réalisait.

Il faut écouter son parcours tout au long des deux heures de cet épisode pour mesurer la détermination nécessaire pour en arriver là.

Né à Briançon, grandi en Guadeloupe, il est aux portes de l’équipe de France de Tornado quand il découvre, à 23 ans, le 2.4, support solitaire des Jeux Paralympiques qu’il ne quittera que quatre olympiades et trois médailles (dont deux en or) plus tard.

Dès le milieu des années 2000, le large l’attire, mais le refus de la Solitaire du Figaro de l’accepter en 2005 va faire du bruit et, finalement, lui ouvrir les portes.

Figaro, Class40 (2 Routes du Rhum, 2 Transats Jacques Vabre), mais aussi Diam 24 (il gagne le Tour Voile en 2017) : « step by step », comme il le raconte, Damien Seguin gravit les marches vers le Graal de nombreux marins.

C’est donc presque naturellement - encore - qu’il s’aligne, à 41 ans, au départ du Vendée Globe, avec le succès que l’on sait. Pour ce compétiteur acharné, l’objectif est désormais de faire mieux lors de la prochaine édition, sur un bateau plus performant.

Comme n’importe quel coureur.

Générique : In Closing – Days Past
Post-production : Clovis Tisserand

Sur le papier, ça ne semblait pas très raisonnable ; dans les faits, ça n’a pas semblé lui poser de problèmes. Damien Seguin n’a pas de main gauche, et pourtant, il s’est classé 7e du Vendée Globe, avec beaucoup de naturel, si l’on peut dire.

Tellement de naturel, d’ailleurs, que le monde de la voile, plus habitué à voir en lui un compétiteur redoutable qu’un coureur handicapé, n’a perçu que dans le sprint final du Vendée Globe la portée de l’exploit qu’il réalisait.

Il faut écouter son parcours tout au long des deux heures de cet épisode pour mesurer la détermination nécessaire pour en arriver là.

Né à Briançon, grandi en Guadeloupe, il est aux portes de l’équipe de France de Tornado quand il découvre, à 23 ans, le 2.4, support solitaire des Jeux Paralympiques qu’il ne quittera que quatre olympiades et trois médailles (dont deux en or) plus tard.

Dès le milieu des années 2000, le large l’attire, mais le refus de la Solitaire du Figaro de l’accepter en 2005 va faire du bruit et, finalement, lui ouvrir les portes.

Figaro, Class40 (2 Routes du Rhum, 2 Transats Jacques Vabre), mais aussi Diam 24 (il gagne le Tour Voile en 2017) : « step by step », comme il le raconte, Damien Seguin gravit les marches vers le Graal de nombreux marins.

C’est donc presque naturellement - encore - qu’il s’aligne, à 41 ans, au départ du Vendée Globe, avec le succès que l’on sait. Pour ce compétiteur acharné, l’objectif est désormais de faire mieux lors de la prochaine édition, sur un bateau plus performant.

Comme n’importe quel coureur.

Générique : In Closing – Days Past
Post-production : Clovis Tisserand

1h 58 min

Classement des podcasts dans Sports