1h 56 min

#45 Thomas Vimare - Free - Gérer le design du trublion de la télécommunication Design Journeys

    • Design

Thomas est Head of Design chez Free.



Il commence sa carrière par un Bac pro hôtellerie. En parallèle, il joue énormément eux jeux vidéo et commence à faire des logos, des bannières et des sites internet pour des teams de e-sport. Ce faisant un nom dans le milieu, il commence à vendre des thèmes de site internet et se demande s’il ne peut pas en faire son métier. Après ses études d’hôtellerie, il enchaine par des études de graphisme et de communication visuelle à CIFACOM.



Au cours de ses études, il rejoint une agence de web design : Steaw. Il commence par travailler sur le design et l’integration web pour de petits clients. Puis, il se consacre uniquement à ce qu’il aime faire : du design. A la fin de ses études, Thomas signe un CDI chez Steaw, qui se fait racheter par Lonsdale Design. Il y travaille pour des porteurs de projets et des start-ups, tout en découvrant le fonctionnement d’une grosse agence et des appels d’offres. Après 6 ans, Thomas quitte l’agence qui l’a formé et fait grandir pour rejoindre Sounds, une application pour partager des extraits musicaux sur les réseaux sociaux, comme premier Designer.



Comme lors de sa précédente expérience, Thomas découvre tout : l’univers start-up et le monde du produit. Mais l’apprentissage est très rapide: il part 3 mois à San Francisco dans un incubateur, est formé par des designers de Facebook et doit faire évoluer très rapidement le produit. Thomas aborde la manière dont il faisait de la user research sur ce produit qui était surtout utilisé en Asie. Il revient sur l’importance des feedbacks de la communauté, de faire du service client pour comprendre les utilisateurs et de la manière d’en tirer des informations pour les intégrer dans son produit. Malheureusement, après 2 ans, l’entreprise n’arrive pas à lever des fonds et met la clé sous la porte.



A la suite de son licenciement économique, Thomas décide de prendre du temps pour tester des idées et des concepts d’application. Il prend aussi du temps pour savoir ce qu’il veut faire ensuite : travailler dans une grosse boite, continuer en start-up, faire autre chose ? Il prend le temps de nous expliquer sa réflexion qui l’amène à rejoindre Kard, le compte bancaire pour les adolescents.



Lorsqu’il rejoint Kard, Thomas à tout à faire. Il n’existe qu’un logo, une petite charte graphique et une liste d’attente pour s’inscrire au produit. Il commence par travailler sur la marque, afin de rendre la banque humaine et attrayante pour des adolescents. Il nous explique comment il a développé cette marque et l’a testée pour quelle réponde vraiment aux besoins des adolescents. De la même façon, Thomas revient sur la création du produit et des méthodes employées pour avoir des retours des adolescents et des parents.

Pendant le confinement, Thomas travaille en freelance pour Powder, une application pour détecter et enregistrer les meilleurs moments lors du partie de jeu vidéo. Il travaille alors à la création du produit, qui n’existait pas encore. Il revient sur la façon dont il a pu concevoir le produit à l’aide d’une communauté par l’entreprise.

Après le confinement, Kard fait évoluer son business model et Thomas estime qu’il est temps de changer. Il devient alors freelance chez Kard et passe à plein temps chez Powder. Aujourd’hui, Thomas y travaille toujours un jour par semaine, mais se concentre uniquement sur le maquettage de POC (proof of concept).



Pendant le confinement (encore), un ami de Thomas n’a pas le temps de faire une mission que Thomas accepte : Free Ligue 1 Uber Eats. La mission se passe bien, l’entreprise recherche des designers et Thomas est mis en relation avec la directrice Marketing de Free et… Xavier Niel pour discuter de l’ambition de la marque et des produits Free à venir. Après de longues réflexions, Thomas rejoint l’entreprise comme Head of Design. Il a pour

Thomas est Head of Design chez Free.



Il commence sa carrière par un Bac pro hôtellerie. En parallèle, il joue énormément eux jeux vidéo et commence à faire des logos, des bannières et des sites internet pour des teams de e-sport. Ce faisant un nom dans le milieu, il commence à vendre des thèmes de site internet et se demande s’il ne peut pas en faire son métier. Après ses études d’hôtellerie, il enchaine par des études de graphisme et de communication visuelle à CIFACOM.



Au cours de ses études, il rejoint une agence de web design : Steaw. Il commence par travailler sur le design et l’integration web pour de petits clients. Puis, il se consacre uniquement à ce qu’il aime faire : du design. A la fin de ses études, Thomas signe un CDI chez Steaw, qui se fait racheter par Lonsdale Design. Il y travaille pour des porteurs de projets et des start-ups, tout en découvrant le fonctionnement d’une grosse agence et des appels d’offres. Après 6 ans, Thomas quitte l’agence qui l’a formé et fait grandir pour rejoindre Sounds, une application pour partager des extraits musicaux sur les réseaux sociaux, comme premier Designer.



Comme lors de sa précédente expérience, Thomas découvre tout : l’univers start-up et le monde du produit. Mais l’apprentissage est très rapide: il part 3 mois à San Francisco dans un incubateur, est formé par des designers de Facebook et doit faire évoluer très rapidement le produit. Thomas aborde la manière dont il faisait de la user research sur ce produit qui était surtout utilisé en Asie. Il revient sur l’importance des feedbacks de la communauté, de faire du service client pour comprendre les utilisateurs et de la manière d’en tirer des informations pour les intégrer dans son produit. Malheureusement, après 2 ans, l’entreprise n’arrive pas à lever des fonds et met la clé sous la porte.



A la suite de son licenciement économique, Thomas décide de prendre du temps pour tester des idées et des concepts d’application. Il prend aussi du temps pour savoir ce qu’il veut faire ensuite : travailler dans une grosse boite, continuer en start-up, faire autre chose ? Il prend le temps de nous expliquer sa réflexion qui l’amène à rejoindre Kard, le compte bancaire pour les adolescents.



Lorsqu’il rejoint Kard, Thomas à tout à faire. Il n’existe qu’un logo, une petite charte graphique et une liste d’attente pour s’inscrire au produit. Il commence par travailler sur la marque, afin de rendre la banque humaine et attrayante pour des adolescents. Il nous explique comment il a développé cette marque et l’a testée pour quelle réponde vraiment aux besoins des adolescents. De la même façon, Thomas revient sur la création du produit et des méthodes employées pour avoir des retours des adolescents et des parents.

Pendant le confinement, Thomas travaille en freelance pour Powder, une application pour détecter et enregistrer les meilleurs moments lors du partie de jeu vidéo. Il travaille alors à la création du produit, qui n’existait pas encore. Il revient sur la façon dont il a pu concevoir le produit à l’aide d’une communauté par l’entreprise.

Après le confinement, Kard fait évoluer son business model et Thomas estime qu’il est temps de changer. Il devient alors freelance chez Kard et passe à plein temps chez Powder. Aujourd’hui, Thomas y travaille toujours un jour par semaine, mais se concentre uniquement sur le maquettage de POC (proof of concept).



Pendant le confinement (encore), un ami de Thomas n’a pas le temps de faire une mission que Thomas accepte : Free Ligue 1 Uber Eats. La mission se passe bien, l’entreprise recherche des designers et Thomas est mis en relation avec la directrice Marketing de Free et… Xavier Niel pour discuter de l’ambition de la marque et des produits Free à venir. Après de longues réflexions, Thomas rejoint l’entreprise comme Head of Design. Il a pour

1h 56 min