6 épisodes

René, 67 ans, raconte à sa fille Nina ses années 52-62, ses années algériennes, celles de l'enfance et de la guerre. En cinq épisodes, il fait appel à ses sens pour se souvenir de ce que ses yeux d’enfant ont vu, de ce que son nez sentait, de ce qu’il mangeait et ne mange plus, de ce que ses mains saisissaient pour jouer, de ce que son corps ressentait sous le soleil oranais, les langues mêlées qu’il entendait au marché, les bruits sourds des armes et, parfois, des larmes.

«52-62, mon enfance en Algérie», un podcast Slate.fr par Nina Pareja.

52-62, mon enfance en Algérie Slate.fr

    • Histoire
    • 4,9 • 154 notes

René, 67 ans, raconte à sa fille Nina ses années 52-62, ses années algériennes, celles de l'enfance et de la guerre. En cinq épisodes, il fait appel à ses sens pour se souvenir de ce que ses yeux d’enfant ont vu, de ce que son nez sentait, de ce qu’il mangeait et ne mange plus, de ce que ses mains saisissaient pour jouer, de ce que son corps ressentait sous le soleil oranais, les langues mêlées qu’il entendait au marché, les bruits sourds des armes et, parfois, des larmes.

«52-62, mon enfance en Algérie», un podcast Slate.fr par Nina Pareja.

    Le toucher: «Ma mère nous pinçait les joues pour vérifier qu'on était toujours vivants»

    Le toucher: «Ma mère nous pinçait les joues pour vérifier qu'on était toujours vivants»

    René, 67 ans, a toujours collectionné des œuvres d'art ou des petits objets puis il s'est créé un petit musée personnel. Des petites oeuvres, des jouets, des babioles qui lui rappellent l’Algérie, ce qu'il aurait aimé pouvoir ramener dans sa petite valise à l'heure du départ en juillet 1962 mais qu'il a dû laisser là-bas..
    Aujourd'hui, il raconte à sa fille Nina ses années 52-62, ses années algériennes, celles de l'enfance et de la guerre. En cinq épisodes, il fait appel à ses sens pour se souvenir de ce que ses yeux d’enfant ont vu, de ce que son nez sentait, de ce qu’il mangeait et ne mange plus, de ce que ses mains saisissaient pour jouer, de ce que son corps ressentait sous le soleil oranais, les langues mêlées qu’il entendait au marché, les bruits sourds des armes et, parfois, des larmes. Après un premier épisode consacré à l'ouïe, un deuxième à l'odorat, un troisième au goût, un quatrième à la vue, ce cinquième et dernier épisode est dédié au toucher.
    Suivez Slate Podcasts sur Instagram et Facebook. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.
    Musique: «I don't want to do this without you (Saeptem 52/62 Cut)», Late Night Feeler

    • 22 min
    La vue: «Cette nuit-là, j'ai détesté ce qu'on appelle l'armée française»

    La vue: «Cette nuit-là, j'ai détesté ce qu'on appelle l'armée française»

    La mer, le soleil brûlant, les figuiers, les paysages, les visages, les mirages sur la route. Parmi les images de l'Algérie, il y a les jolies cartes postales. Mais aussi la vision de la guerre. Les uniformes qui débarquent à la maison en pleine nuit. Les corps qui tombent.
    René, 67 ans, raconte à sa fille Nina ses années 52-62, ses années algériennes, celles de l'enfance et de la guerre. En cinq épisodes, il fait appel à ses sens pour se souvenir de ce que ses yeux d’enfant ont vu, de ce que son nez sentait, de ce qu’il mangeait et ne mange plus, de ce que ses mains saisissaient pour jouer, de ce que son corps ressentait sous le soleil oranais, les langues mêlées qu’il entendait au marché, les bruits sourds des armes et, parfois, des larmes. Après un premier épisode consacré à l'ouïe, un deuxième à l'odorat et un troisième au goût, ce quatrième et avant-dernier est dédié à la vue.
    Suivez Slate Podcasts sur Instagram et Facebook. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.
    Musique: «I don't want to do this without you (Saeptem 52/62 Cut)», Late Night Feeler

    • 22 min
    Le goût: «On a partagé une bouteille d’Orangina, c’était bien»

    Le goût: «On a partagé une bouteille d’Orangina, c’était bien»

    Les galettes de la vieille voisine. Le piment, les épices, les escargots à la sauce piquante, la rate farcie, l'Orangina… Et puis, évidemment, la cuisine de sa mère. Quels goûts restent, cinquante-sept ans après le départ d'Algérie? Quels souvenirs de la guerre portent-ils?
    René, 67 ans, raconte à sa fille Nina ses années 52-62, ses années algériennes, celles de l'enfance et de la guerre. En cinq épisodes, il fait appel à ses sens pour se souvenir de ce que ses yeux d’enfant ont vu, de ce que son nez sentait, de ce qu’il mangeait et ne mange plus, de ce que ses mains saisissaient pour jouer, de ce que son corps ressentait sous le soleil oranais, les langues mêlées qu’il entendait au marché, les bruits sourds des armes et, parfois, des larmes. Après un premier épisode consacré à l'ouïe et un deuxième à l'odorat, le troisième est dédié au goût.
    Suivez Slate Podcasts sur Instagram et Facebook. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.
    Musique: «I don't want to do this without you (Saeptem 52/62 Cut)», Late Night Feeler

    • 19 min
    L'odorat: «Jouer dans les égouts pour apprendre à survivre»

    L'odorat: «Jouer dans les égouts pour apprendre à survivre»

    Que sent un pays en guerre? Quels souvenirs emporte-t-on de son enfance en Algérie, quand on a dû la quitter à l'âge de 10 ans? Pourquoi, au milieu du parfum des figuiers, des sardines grillées et des oranges, se souvient-on aussi de l'odeur du pétrole et de celles des égouts?
    René, 67 ans, raconte à sa fille Nina ses années 52-62, ses années algériennes, celles de l'enfance et de la guerre. En cinq épisodes, il fait appel à ses sens pour se souvenir de ce que ses yeux d’enfant ont vu, de ce que son nez sentait, de ce qu’il mangeait et ne mange plus, de ce que ses mains saisissaient pour jouer, de ce que son corps ressentait sous le soleil oranais, les langues mêlées qu’il entendait au marché, les bruits sourds des armes et, parfois, des larmes. Après un premier épisode consacré à l'ouïe, le deuxième est dédié à l'odorat.
    Suivez Slate Podcasts sur Instagram et Facebook. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.
    Musique: «I don't want to do this without you (Saeptem 52/62 Cut)», Late Night Feeler

    • 16 min
    L'ouïe: «De tous côtés on n'entend plus que ça, des coups de canon, des coups de bazooka»

    L'ouïe: «De tous côtés on n'entend plus que ça, des coups de canon, des coups de bazooka»

    René, 67 ans, raconte à sa fille Nina ses années 52-62, ses années algériennes, celles de l'enfance et de la guerre. En cinq épisodes, il fait appel à ses sens pour se souvenir de ce que ses yeux d’enfant ont vu, de ce que son nez sentait, de ce qu’il mangeait et ne mange plus, de ce que ses mains saisissaient pour jouer, de ce que son corps ressentait sous le soleil oranais, les langues mêlées qu’il entendait au marché, les bruits sourds des armes et, parfois, des larmes.
    Les sons de l'Algérie, ceux des gens, de la vie, de la rue, de la guerre, les chansons et les souvenirs : ce premier épisode de 52-62, mon enfance en Algérie est consacré à l'ouïe.
    Suivez Slate Podcasts sur Instagram et Facebook. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.
    Musique: «I don't want to do this without you (Saeptem 52/62 Cut)», Late Night Feeler

    • 22 min
    52-62, mon enfance en Algérie: Introduction

    52-62, mon enfance en Algérie: Introduction

    René, 67 ans, raconte à sa fille Nina ses années 52-62, ses années algériennes, celles de l'enfance et de la guerre. En cinq épisodes,  il fait appel à ses sens pour se souvenir de ce que ses yeux d’enfant ont vu, de ce que son nez sentait, de ce qu’il mangeait et ne mange plus, de ce que ses mains saisissaient pour jouer, de ce que son corps ressentait sous le soleil oranais, les langues mêlées qu’il entendait au marché, les bruits sourds des armes et, parfois, des larmes.
    «52-62, mon enfance en Algérie», un podcast Slate.fr par Nina Pareja.
    Suivez Slate Podcasts sur Instagram et Facebook. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.

    • 2 min

Avis

4,9 sur 5
154 notes

154 notes

nawel_reallife ,

Émotions

Quel beau podcast
Enfant issue de l’immigration algérienne j’ai pris beaucoup de plaisir à écouter les souvenirs de ce monsieur sur le pays de mes parents.
Pays que je ne connais pas moi même. J’ai très envie d’y aller.
Merci pour le respect dans les mots, pour la fraternité qui se ressent, pour la vérité pas toujours facile à exprimer.

L36300 ,

LS3600

❤️

FrenchyGoLucky ,

Quel récit extraordinaire

Merci pour ce récit si touchant et plein de sincérité ! J’ai écouté les 5 épisodes à la suite !
Je l’intéresse depuis quelques temps à l’histoire de mon pays d’origine que nous avons quitté il y a 25 ans pendant la guerre civile dans les années 90! Ce beau récit vient compléter le puzzle ...
mille mercis ❤️

Classement des podcasts dans Histoire

RTL
Choses à Savoir
France Culture
Radio Classique
Benjamin Brillaud
France Inter

D’autres se sont aussi abonnés à…

France Inter
Binge Audio
France Culture
Slate.fr
Sunday Night Productions
BBC Radio 4

Plus par Slate.fr

Slate.fr
Slate.fr
Slate.fr
Slate.fr
Slate.fr
Slate.fr