4 min

#99 – Le syndrome de l’imposteur et Effet Eurêk‪a‬ Batooba Culture Générale

    • Cours

Si vous écoutez un épisode de Batooba pour la première fois, sachez que 4 années se sont écoulées depuis la diffusion de l’épisode précédent! Aujourd’hui, je vous propose un nouvel et probablement dernier épisode de Batooba sur un thème qui me tient à coeur il s’agit du syndrome de l’imposteur.





Cet été, j’ai lu la biographie de Michelle Obama. C’est une personnalité que je ne connaissais évidemment pas très bien. Je n’avais en tête que ses apparitions publiques où elle me faisait toujours l’effet d’être comme un poisson dans l’eau : confiante en elle, à l’aise dans toutes les situations…





Dans sa biographie, elle décrit des sentiments qui sont bien éloignés de l’image de confiance en elle qu’elle véhicule. En effet, Une question revient sans cesse dans son livre : suis-je à la hauteur? De son enfance, en passant par ses études et son rôle de première dame des États Unis, ce doute l’a en permanence accompagnée.Dans son livre, elle décrit parfaitement bien les symptômes du syndrome de l’imposteur.





Ce syndrome n’est pas rare, bien au contraire, il est même extrêmement répandu. 70% de la population aurait au moins une fois dans sa vie ressenti les symptômes du syndrome de l’imposteur…  





Albert Einstein lui même en souffrait : « L’estime exagérée dans laquelle on tient mon travail me met parfois très mal à l’aise. Il me semble quelquefois être un escroc malgré moi. »





Mais revenons à Michelle Obama…
Dès que j’ai commencé à lire son livre, tout ce qu’elle évoquait me semblait étrangement familier. J’avais l’impression de bien la connaitre, de bien la comprendre. Mais, j’étais incapable de mettre le doigt sur ce qui me paraissait aussi naturel. Puis, j’ai lu cette phrase: 
« J’avais parfois l’impression d’être comme un cygne glissant sur un lac, sachant que ma fonction m’imposaIt d’évoluer sans cesse gracieusement et de paraître sereine, tout en pédalant sans cesse sous l’eau »





Lorsque j’ai lu pour la première fois, cette phrase, « ça a fait tilt » dans ma tête. En effet, je me reconnais beaucoup dans le sentiment d’imposteur qu’elle décrit. A bien y réfléchir, ce sentiment fait parti des éléments qui m’ont poussé à créer Batooba. En effet, j’avais peur de ne pas être à la hauteur en société, de ne pas être intéressant ou de ne rien connaitre sur rien, ou du moins d’avoir tout oublié…





Mais je me suis également rendu compte, que, loin d’être un frein, ce syndrome de l’imposteur est un moteur essentiel pour moi. Il me pousse à me dépasser et à apprendre tous les jours.





Alors comment ? 





Pour moi, la clé, c’est quand « ça fait tilt dans ma tête », quand les pièces du puzzle s’assemblent dans mon esprit, que j’arrive à faire du lien ou à donner du sens à quelque chose qui était jusque là abstrait où inconnu. Ces moments où « ça fait tilt », je les appelle les « effets eurêka ». Un déclic se produit en nous et nous prenons confiance, nous sommes prêts à dépasser notre syndrome de l’imposteur et à agir. 





C’est exactement dans cet esprit que je lance un nouveau podcast intitulé Effet Eureka, qui permet d’exploiter le syndrome de l’imposteur pour exprimer votre potentiel. C’est un podcast quotidien qui vous aide à surmonter vos craintes, à avoir le courage d’oser et l’énergie pour vous dépasser. Si cela vous intéresse, rendez-vous sur effeteureka.com





Ainsi s’achève le 99ème épisode de Batooba, probablement le dernier, mais ne sait-on jamais. J’en profite donc pour remercier tout ceux qui m’ont soutenu dans cette aventure,

Si vous écoutez un épisode de Batooba pour la première fois, sachez que 4 années se sont écoulées depuis la diffusion de l’épisode précédent! Aujourd’hui, je vous propose un nouvel et probablement dernier épisode de Batooba sur un thème qui me tient à coeur il s’agit du syndrome de l’imposteur.





Cet été, j’ai lu la biographie de Michelle Obama. C’est une personnalité que je ne connaissais évidemment pas très bien. Je n’avais en tête que ses apparitions publiques où elle me faisait toujours l’effet d’être comme un poisson dans l’eau : confiante en elle, à l’aise dans toutes les situations…





Dans sa biographie, elle décrit des sentiments qui sont bien éloignés de l’image de confiance en elle qu’elle véhicule. En effet, Une question revient sans cesse dans son livre : suis-je à la hauteur? De son enfance, en passant par ses études et son rôle de première dame des États Unis, ce doute l’a en permanence accompagnée.Dans son livre, elle décrit parfaitement bien les symptômes du syndrome de l’imposteur.





Ce syndrome n’est pas rare, bien au contraire, il est même extrêmement répandu. 70% de la population aurait au moins une fois dans sa vie ressenti les symptômes du syndrome de l’imposteur…  





Albert Einstein lui même en souffrait : « L’estime exagérée dans laquelle on tient mon travail me met parfois très mal à l’aise. Il me semble quelquefois être un escroc malgré moi. »





Mais revenons à Michelle Obama…
Dès que j’ai commencé à lire son livre, tout ce qu’elle évoquait me semblait étrangement familier. J’avais l’impression de bien la connaitre, de bien la comprendre. Mais, j’étais incapable de mettre le doigt sur ce qui me paraissait aussi naturel. Puis, j’ai lu cette phrase: 
« J’avais parfois l’impression d’être comme un cygne glissant sur un lac, sachant que ma fonction m’imposaIt d’évoluer sans cesse gracieusement et de paraître sereine, tout en pédalant sans cesse sous l’eau »





Lorsque j’ai lu pour la première fois, cette phrase, « ça a fait tilt » dans ma tête. En effet, je me reconnais beaucoup dans le sentiment d’imposteur qu’elle décrit. A bien y réfléchir, ce sentiment fait parti des éléments qui m’ont poussé à créer Batooba. En effet, j’avais peur de ne pas être à la hauteur en société, de ne pas être intéressant ou de ne rien connaitre sur rien, ou du moins d’avoir tout oublié…





Mais je me suis également rendu compte, que, loin d’être un frein, ce syndrome de l’imposteur est un moteur essentiel pour moi. Il me pousse à me dépasser et à apprendre tous les jours.





Alors comment ? 





Pour moi, la clé, c’est quand « ça fait tilt dans ma tête », quand les pièces du puzzle s’assemblent dans mon esprit, que j’arrive à faire du lien ou à donner du sens à quelque chose qui était jusque là abstrait où inconnu. Ces moments où « ça fait tilt », je les appelle les « effets eurêka ». Un déclic se produit en nous et nous prenons confiance, nous sommes prêts à dépasser notre syndrome de l’imposteur et à agir. 





C’est exactement dans cet esprit que je lance un nouveau podcast intitulé Effet Eureka, qui permet d’exploiter le syndrome de l’imposteur pour exprimer votre potentiel. C’est un podcast quotidien qui vous aide à surmonter vos craintes, à avoir le courage d’oser et l’énergie pour vous dépasser. Si cela vous intéresse, rendez-vous sur effeteureka.com





Ainsi s’achève le 99ème épisode de Batooba, probablement le dernier, mais ne sait-on jamais. J’en profite donc pour remercier tout ceux qui m’ont soutenu dans cette aventure,

4 min

Classement des podcasts dans Cours