31 min

Aux racines de l’affaire Matzneff et du mouvement pro-pédophilie des années 1968 Histoire radicale

    • Actualités

En écho à l’affaire Gabriel Matzneff suite aux révélations de Vanessa Springora et au rappel des liens avec Matzneff de certains intellectuels d'extrême-gauche de cette époque, un épisode qui va aux racines du mouvement pro-pédophilie des années 1968 - avec Jean Bérard, historien, maître de conférences à l'ENS - Paris Saclay
L'épisode comporte :
Une présentation des lectures possibles et des enjeux de l’affaire Matzneff et du mouvement pro-pédophilie des années 1968 (1’) ;
Une généalogie du concept de majorité sexuelle et son inégale fixation en fonction de l’orientation sexuelle (7’) ;
Un rappel des contestations par des adolescents homosexuels du Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire (FHAR) de l’interdiction des relations homosexuelles avant 21 ans (10’) ;
Une distinction entre pédophilie littéraire élitiste (celle de Matzneff) et pédophilie « politique » gauchiste malgré leur télescopage historique (12’) ;
Un rappel des débats de l’époque autour des notions de majorité sexuelle, de rapports de pouvoir au sein des rapports sexuels, de violences sexuelles et de consentement (15’) ;
Une présentation des échos contemporains de ces débats, notamment avec l’instauration d’une majorité sexuelle « graduelle » (en rapport avec l’âge du partenaire) au Canada (17’) ;
Un constat de l’échec de l’extrême-gauche des années 1970 à penser une domination adulte au-delà même des institutions « bourgeoises » (19’) ;
Un rappel de l’horizon d’espérance de l’extrême-gauche de l’époque, celui d’un dépassement révolutionnaire des rapports de domination adultes, et sa transformation au fil du reflux contestataire en une coalition hétéroclite anti-répression des pédophiles (22’) ;
Une généalogie du débat contemporain et de ses limites (23’) ;
Une histoire du passage d’une invisibilisation des violences pédophiles à une invisibilisation des violences intra-familiales (25’).

En écho à l’affaire Gabriel Matzneff suite aux révélations de Vanessa Springora et au rappel des liens avec Matzneff de certains intellectuels d'extrême-gauche de cette époque, un épisode qui va aux racines du mouvement pro-pédophilie des années 1968 - avec Jean Bérard, historien, maître de conférences à l'ENS - Paris Saclay
L'épisode comporte :
Une présentation des lectures possibles et des enjeux de l’affaire Matzneff et du mouvement pro-pédophilie des années 1968 (1’) ;
Une généalogie du concept de majorité sexuelle et son inégale fixation en fonction de l’orientation sexuelle (7’) ;
Un rappel des contestations par des adolescents homosexuels du Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire (FHAR) de l’interdiction des relations homosexuelles avant 21 ans (10’) ;
Une distinction entre pédophilie littéraire élitiste (celle de Matzneff) et pédophilie « politique » gauchiste malgré leur télescopage historique (12’) ;
Un rappel des débats de l’époque autour des notions de majorité sexuelle, de rapports de pouvoir au sein des rapports sexuels, de violences sexuelles et de consentement (15’) ;
Une présentation des échos contemporains de ces débats, notamment avec l’instauration d’une majorité sexuelle « graduelle » (en rapport avec l’âge du partenaire) au Canada (17’) ;
Un constat de l’échec de l’extrême-gauche des années 1970 à penser une domination adulte au-delà même des institutions « bourgeoises » (19’) ;
Un rappel de l’horizon d’espérance de l’extrême-gauche de l’époque, celui d’un dépassement révolutionnaire des rapports de domination adultes, et sa transformation au fil du reflux contestataire en une coalition hétéroclite anti-répression des pédophiles (22’) ;
Une généalogie du débat contemporain et de ses limites (23’) ;
Une histoire du passage d’une invisibilisation des violences pédophiles à une invisibilisation des violences intra-familiales (25’).

31 min

Classement des podcasts dans Actualités