79 épisodes

Ballades autour d'un rapport singulier et pluriel à la musique

Soutenez-nous !

Chroniques Musicales Le Village Pop

    • Musique

Ballades autour d'un rapport singulier et pluriel à la musique

Soutenez-nous !

    50 - Partir au travail en musique

    50 - Partir au travail en musique

    Bulle - quelques pensées baladeuses autour de Ramones "Sheena Is a Punk Rocker"

    Texte :

    Ce matin, tu es songeur, la question chatouille ton aversion pour le monde marchand : comment ces quatre traine-savates new yorkais se sont-ils retrouvés embrigadés sous forme de tee-shirt sur le dos d’influenceuses de réseaux sociaux ? Rien ne laissait présager cet avenir désincarné pour les hérauts d’un punk rock encore balbutiant. Souvent, ils ont été considérés comme des têtes de nœuds. Il est vrai que contrairement aux Têtes Parlantes, leurs collègues de CBGB, ils ont plutôt porté la crétinerie en étendard. Et pourtant, cette chanson aurait pu être écrite par Brian Wilson, tant elle donne l’impression que les rouleaux californiens pourraient lécher les pieds de la statue de la liberté. Et pourtant, tu n’échangerais pas les trois accords de ce riff essentiel contre toute la production de guitaristes persuadés, parce qu’ils ont dix-huit doigts véloces, de faire de la musique. Et pourtant, on oublie souvent que, derrière l’improbable silhouette dégingandée de Joey, se cache un excellent chanteur. Et pourtant ils te sont indispensables. Que dirait Sheena de tout ça ; sans aucun doute « One, Two,, Gabba Gabba Hey !!! »

    This morning, you're thinking, the question tickling your aversion to the commercial world: how did these four New York trainees end up as a T-shirt on the backs of social networking influencers? Nothing suggested this disembodied future for the heralds of punk rock in its infancy. Often, they were considered to be dickheads. It's true that, unlike their CBGB colleagues, the Talking Heads, they were more likely to wear their cretinism as a standard. And yet, this song could have been written by Brian Wilson, so much so that it gives the impression that Californian rollers could lick the feet of the Statue of Liberty. And yet, you wouldn't trade the three chords of this essential riff for the entire output of guitarists convinced, because they have eighteen speedy fingers, that they are making music. And yet, we often forget that behind Joey's improbable gangly figure lies an excellent singer. And yet they are indispensable to you. What would Sheena say about all this; without a doubt "One, Two,, Gabba Gabba Hey!!! "

     

     



    Soutenez-nous !

    • 4 min
    Abus Dangereux 157 - Extrait 2

    Abus Dangereux 157 - Extrait 2

    Présentation d'une partie du numéro 157 par l'équipe des chroniqueurs



    Soutenez-nous !

    • 4 min
    86 - Partir au travail en musique

    86 - Partir au travail en musique

    Bulle - quelques pensées baladeuses autour de Buzzcocks  "Why Can’t I Touch It"

    Texte :

    Ce matin, contre toute vraisemblance physiologique, ton rythme cardiaque adopte celui d’une basse entêtante. Tu te balances en épousant corporellement l’alternance des guitares qui persistera bien après que se sera tue la voix. Moins rageuses qu’à leur habitude, elles évoquent la finesse des dialogues au sein de Television. La frustration qu’énonce Pete Shelley, d’une voix pourtant plus affirmée que fébrile, ne t’est pas étrangère, quand s’efface progressivement, sans toutefois disparaitre, la frontière entre le désir et sa concrétisation. Tu pressens qu’aujourd’hui tu sauras la surmonter. Malgré son thème, cette chanson ne dépare pas de l’atmosphère de cette matinée et augure de ce que sera la luminosité du jour. Tu souris.   

    This morning, against all physiological likelihood, your heartbeat adopts that of a heady bass. You sway to the alternating guitars, which continue long after the voice has died down. Less raging than usual, they evoke the finesse of the dialogues within Television. The frustration expressed by Pete Shelley, in a voice that is more assertive than feverish, is not foreign to you, when the frontier between desire and its concretization progressively disappears, without however disappearing. You feel that today you will be able to overcome it. In spite of its theme, this song is not out of place in the atmosphere of this morning and augurs what the brightness of the day will be. You smile.   



    Soutenez-nous !

    • 7 min
    Abus Dangereux 157 - Extrait 1

    Abus Dangereux 157 - Extrait 1

    Présentation d'une partie du numéro 157 par l'équipe des chroniqueurs



    Soutenez-nous !

    • 5 min
    85 - Partir au travail en musique

    85 - Partir au travail en musique

    Bulle - quelques pensées baladeuses autour de Sugar Minott "River Jordan"

    Texte :

    Ce matin tu suis le cours du fleuve, emporté doucement par la fluidité de la musique et la limpidité de la voix. Il ne sera pourtant pas question pour toi de rejoindre quelque terre promise que ce soit en suivant les eaux bibliques mais de te laisser tranquillement flotter sur la musique en imaginant quelle pourrait être la destination de tes rêves, le lieu et le temps de la plénitude. Il y serait possible de poser la dernière pièce d’un puzzle dont les éléments t’apparaissent pourtant désespérément bien épars . Subitement las de te poser d’insolubles questions sur d’improbables événements, tu reviens à la musique. A chacune de tes très nombreuses écoutes de cette chanson, tu ressens au plus intime les inflexions de la voix de celui qui n’a pas usurpé son surnom. Tout est ici affaire de légèreté, d’élégance, de générosité. Pourquoi certains morceaux, certains sons, certaines interprétations te lassent-ils là ou d’autres, comme celui-ci, t’accompagnent sans que l’intensité de tes sensations décroisse ? tu es arrivé depuis longtemps à destination avant que la moindre ébauche d’hypothèse ait pu orienter ta réflexion, tu décides que, définitivement, l’explication du plaisir est sans intérêt.

    This morning you will follow the course of the river, gently carried away by the fluidity of the music and the clarity of the voice. However, it will not be a question for you to reach some promised land by following the biblical waters but to let yourself float quietly on the music by imagining what could be the destination of your dreams, the place and the time of the plenitude. It would be possible to put the last piece of a puzzle whose elements seem desperately scattered. Suddenly tired of asking yourself unsolvable questions about improbable events, you come back to music. With each of your many listenings of this song, you feel the most intimate inflections of the voice of the one who did not usurp his nickname. Everything here is about lightness, elegance, generosity. Why do certain pieces, certain sounds, certain interpretations bore you where others, like this one, accompany you without the intensity of your sensations decreasing? You arrived a long time ago at your destination before the slightest hypothesis could orient your reflection, you decide that, definitively, the explanation of pleasure is without interest.

     

     



    Soutenez-nous !

    • 4 min
    84 - Partir au travail en musique

    84 - Partir au travail en musique

    Bulle - quelques pensées baladeuses autour de Creedence Clearwater Revival "Bad Moon Rising"

    Texte :

    Aujourd’hui tu t’es décidé pour du basique, du fondamental. Ta première idée était de passer à l’atelier de Cosmo, voir s’il daignerait descendre de son vélo pour enfin révéler qui allait faire cesser cette satanée pluie. Cependant tu as plutôt opté pour la chemise en jean et l’ambiance bucolique de la lumière traversant les arbres. Tu te mets en route, faisant fi des avertissements du chanteur, préférant les imaginer réservés à la nuit.  Le rythme reproduit sans équivoque le trot enlevé du cheval. Ton peu d’habileté pour l’exercice équestre autant que le manque évident de monture te poussent à en proposer un pathétique plagiat qui te réjouit. Il provoque chez le quidam qui t’aperçoit le sourire amusé réservé aux grands enfants, les mouvements de tête désapprobateurs voire le regard apeuré face au différent, à l’original. Peu importe les jugements hâtifs, seule subsiste la joie simple de la mélodie limpide, du rythme enlevé, de l’effet en toi provoqué.

    Today you decided on the basics, the fundamentals. Your first thought was to drop by Cosmo's workshop, to see if he'd deign to get off his bike and finally reveal who was going to make the damn rain stop. But instead you opt for the denim shirt and the bucolic atmosphere of the light coming through the trees. You set off, ignoring the singer's warnings, preferring to imagine them reserved for the night.  The rhythm unequivocally reproduces the horse's brisk trot. Your lack of skill in equestrian exercise as well as the obvious lack of a mount pushes you to propose a pathetic plagiarism that delights you. It provokes the amused smile reserved for big children, the disapproving head movements or even the frightened look of the original. No matter what the hasty judgments are, the only thing that remains is the simple joy of the clear melody, of the lively rhythm, of the effect on you.

     

     



    Soutenez-nous !

    • 3 min

Classement des podcasts dans Musique