9 épisodes

Raconter le monde en 2021, ce n’est pas une mince affaire. D’un côté, la défiance envers les médias s’accentue partout dans le monde - un monde où l’on ne sait plus toujours très bien où se situe la vérité.
De l’autre, la liberté de la presse est menacée, plus que jamais : d’après RSF, en 2020, 387 journalistes ont été emprisonnés, dont un nombre croissant de femmes.
Une période trouble, dans laquelle CFI, l’agence française de développement médias, a voulu raconter ces femmes et ces hommes qui, partout autour du monde, travaillent chaque jour pour informer leurs semblables. Au nom de quoi elles et ils se lèvent chaque matin ? Qu’est-ce qui relie une présentatrice télé vietnamienne, un journaliste yéménite et une blogueuse camerounaise ?
Ces derniers mois, la journaliste Camille Diao, a eu l’occasion, et la chance de discuter avec des reporters, des blogueurs, des acteurs et des actrices des médias à travers le monde. Ils ont longuement raconté leurs parcours, leurs inspirations, leurs combats. Et de fil en aiguille, entre ces femmes et ces hommes qui vivent aux quatre coins de la planète, s’est dessiné un certain nombre de correspondances : des convictions communes, des idées, du courage, de la passion. Chacun d’entre eux a bénéficié, à un moment de leur carrière, de l’accompagnement de CFI.
Ils sont dix. Ils viennent du Bénin, de Birmanie, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Cameroun, d’Egypte, de l’Irak, du Liban, du Vietnam et du Yémen. Ils sont aussi inspirés qu’inspirants, et ils s’apprêtent à vous raconter leurs histoires.
Correspondances, le podcast des artisans de l’info, est une série portée par CFI, l’agence française de développement médias.

Correspondances, le podcast des artisans de l'info CFImédias

    • Culture et société
    • 5.0 • 13 notes

Raconter le monde en 2021, ce n’est pas une mince affaire. D’un côté, la défiance envers les médias s’accentue partout dans le monde - un monde où l’on ne sait plus toujours très bien où se situe la vérité.
De l’autre, la liberté de la presse est menacée, plus que jamais : d’après RSF, en 2020, 387 journalistes ont été emprisonnés, dont un nombre croissant de femmes.
Une période trouble, dans laquelle CFI, l’agence française de développement médias, a voulu raconter ces femmes et ces hommes qui, partout autour du monde, travaillent chaque jour pour informer leurs semblables. Au nom de quoi elles et ils se lèvent chaque matin ? Qu’est-ce qui relie une présentatrice télé vietnamienne, un journaliste yéménite et une blogueuse camerounaise ?
Ces derniers mois, la journaliste Camille Diao, a eu l’occasion, et la chance de discuter avec des reporters, des blogueurs, des acteurs et des actrices des médias à travers le monde. Ils ont longuement raconté leurs parcours, leurs inspirations, leurs combats. Et de fil en aiguille, entre ces femmes et ces hommes qui vivent aux quatre coins de la planète, s’est dessiné un certain nombre de correspondances : des convictions communes, des idées, du courage, de la passion. Chacun d’entre eux a bénéficié, à un moment de leur carrière, de l’accompagnement de CFI.
Ils sont dix. Ils viennent du Bénin, de Birmanie, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Cameroun, d’Egypte, de l’Irak, du Liban, du Vietnam et du Yémen. Ils sont aussi inspirés qu’inspirants, et ils s’apprêtent à vous raconter leurs histoires.
Correspondances, le podcast des artisans de l’info, est une série portée par CFI, l’agence française de développement médias.

    Correspondances #8 - Nibras Al Mamoury, la voix des journalistes irakienne

    Correspondances #8 - Nibras Al Mamoury, la voix des journalistes irakienne

    Nibras Al Mamory est née en Irak, dans les années 70. Cette journaliste politique de 47 ans, mère de trois enfants, est l’une des figures du paysage médiatique irakien. Elle se fait connaître au milieu des années 2000 en présentant des émissions politiques sur plusieurs chaînes du pays et deviendra plus tard responsable des relations médias auprès du chef du Parlement, à Bagdad.

    Mais avant même d’être journaliste, Nibras Al Mamory est féministe. Elle a fondé en 2011 le Forum des journalistes irakiens, une organisation qui soutient les droits des femmes et leur place dans les médias. 

    De ses débuts de journaliste en 1992, au sortir de la guerre du Golfe, jusqu’à son retour sur le terrain en 2019, pour suivre les manifestants qui obtiendront la démission du Premier ministre Abdel-Mehdi, Nibras Al Mamory revient sur quasi 30 années passés au service de l’info dans son pays.

    • 23 min
    Correspondances #7 - Inoussa Maiga, un regard novateur sur le monde agricole burkinabé

    Correspondances #7 - Inoussa Maiga, un regard novateur sur le monde agricole burkinabé

    Inoussa Maïga est le fondateur d’AgribusinessTV, un media vidéo online qui met en avant le secteur agricole et ses innovations, dans une dizaine de pays d’Afrique. Changer l’image de l’agriculture, raconter les histoires de ceux qui réussissent, susciter des vocations à travers le continent : c’est la mission que s’est donné ce journaliste de 35 ans né dans une zone rurale de l’Est du Burkina Faso. Et pourtant, comme vous allez l’entendre, Inoussa Maïga a longtemps été fâché avec l’agriculture…

    Inoussa grandit dans les années 90 dans une très grande famille : 16 enfants au total entre son oncle et son père, dont les maisons mitoyennes donnent sur la même grande cour. La famille vit de la culture du riz, du maïs, du mil et de l’élevage du bétail.

    Le petit Inoussa, poussé par sa mère, a la chance de briller à l’école. Avant-dernier de la famille, c’est le seul qui atteindra l’université, et s’éloignera un temps du monde rural et agricole… pour mieux y revenir. Mais reprenons. Là où commence l’histoire d’Inoussa Maïga…

    • 27 min
    Correspondances #5 - Anne-Marie Befoune, la citoyenne engagée au Cameroun

    Correspondances #5 - Anne-Marie Befoune, la citoyenne engagée au Cameroun

    Anne-Marie Befoune grandit dans le Cameroun des années 90, francophone dans un pays où 20% de la population parle anglais. Et vous allez l’entendre dans le récit d’Anne-Marie : un monde sépare les locuteurs des deux langues. Depuis l’indépendance en 1960, les deux régions anglophones de l’Ouest du pays sont sous-représentées dans les instances politiques, marginalisées dans tous les lieux de pouvoir. Une tension historique qui culmine depuis 2017 dans un violent conflit séparatiste qui n’a pas encore trouvé d’issue.

    Quelques années plus tôt, Anne-Marie Befoune avait quitté le Cameroun pour le Sénégal. Et c’est depuis Dakar qu’en 2015, elle lance son blog Elle Citoyenne.

    En écoutant l’histoire d’Anne-Marie, Camille n’a pas pu s’empêcher de penser à Ifemelu, le personnage principal d’Americanah, best seller de l'auteure nigériane Chimamanda Ngozie Adichie. Toutes les deux ont une intelligence vive, des qualités d’observation, et un point de vue sur le monde qu’elles déroulent sur un blog, sous pseudo, suscitant la curiosité de leurs congénères.

    • 28 min
    Correspondances #6 - Shymaa Adel, la journaliste égyptienne sur le front

    Correspondances #6 - Shymaa Adel, la journaliste égyptienne sur le front

    Shymaa Adel a 33 ans, dont déjà 13 passés au sein d’une rédaction. Cette journaliste égyptienne d’investigation travaille depuis une décennie pour le quotidien national Al-Watan, basé au Caire.

    Depuis ses débuts, Shymaa Adel a connu bien des bouleversements politiques : la révolution de 2011 et la chute d’Hosni Moubarak, la difficile démocratisation qui s’ensuit, l’arrivée au pouvoir en 2012 du premier président démocratiquement élu : Mohamed Morsi, affilié aux Frères musulmans ; puis le coup d’État militaire de juillet 2013, mené par le général Abd El-Fattah Al Sissi.

    Au milieu de tout ça, pendant de longues années, le travail de Shymaa était tourné vers l’extérieur : les zones de guerre, les conflits, qu’elle a couvert dans tout le monde arabe. Mais depuis 2016, de retour chez elle en Égypte, elle se concentre sur le secteur de la santé.

    Quand Camille a discuté avec Shymaa, elle a été saisie d’emblée par le contraste entre sa voix, encore très jeune, parfois même hésitante, et les histoires qu’elle lui racontait, qui témoignent d’un courage, d’une détermination hors du commun. C’est l’histoire d’une journaliste qui n’hésite pas à prendre des risques. Et qui a commencé à les prendre très tôt.

    • 28 min
    Correspondances #4 - Ahmed Baider, garant de l’information sur la guerre au Yémen

    Correspondances #4 - Ahmed Baider, garant de l’information sur la guerre au Yémen

    Ahmed Baider est un jeune reporter yéménite qui couvre la crise humanitaire de son pays pour de nombreuses chaînes de télévision étrangères : ITV News, la BBC, Sky News ou encore Channel 4.

    Ahmed a 28 ans. Il est né à Sanaa, la capitale du Yémen. Lorsqu’en 2011, dans le sillage des printemps arabes, le peuple se soulève contre le régime en place, Ahmed est à peine majeur. La révolution tourne vite à la guerre civile. En mars 2015, l’Arabie saoudite prend la tête d’une coalition sunnite internationale qui bombarde le pays et impose un blocus sur l’aide humanitaire. 

    C’est dans ce contexte qu’Ahmed Baider devient fixeur pour les journalistes étrangers en mission sur place. Il les aide à chroniquer les destructions, la famine, la pire crise humanitaire au monde. Un beau jour de 2015, la vie d’Ahmed a changé pour toujours. Alors, lorsqu’il se remémore la vie d’avant, sa voix, par moments, se met à trembler…

    • 25 min
    Correspondances #3 - Hang Dinh, la journaliste vietnamienne résiliente

    Correspondances #3 - Hang Dinh, la journaliste vietnamienne résiliente

    Hang Dinh, c’est la Anne Sinclair vietnamienne. Elle fut l’un des visages de la télévision nationale pendant une quinzaine d’années.

    Mais cela fait 15 ans de plus qu’Hang Dinh a quitté les plateaux télé pour se consacrer à l’enseignement. Elle cumule aujourd’hui deux activités : professeure à l’Université d’Hanoi et bénévole au Media Training Center de l’association des journalistes vietnamiens. 

    Comme beaucoup de journalistes que vous entendrez dans cette série, Hang Dinh est portée par sa vocation. Elle y met tout son temps, toute son énergie.

    En 1965, alors que l’armée américaine commence à bombarder le Vietnam, la petite Hang Dinh et toute sa famille sont déplacés dans la campagne des environs d’Hanoï. Les 6 enfants ne mangent pas toujours à leur faim. Le quotidien est rythmé par les sirènes d’alarme, les bombardements, les évacuations.

    En 1975, la guerre est terminée. Le Nord Vietnam, communiste, réussit son offensive contre le Sud capitaliste. Le pays réunifié devient la république socialiste du Viêt Nam. Hang Dinh, qui a fini le lycée, retourne à Hanoi et y entame ses études…

    • 31 min

Avis d’utilisateurs

5.0 sur 5
13 notes

13 notes

etienne1972 ,

Bravo de donner la parole aux professionnels Africains

Bravo de donner la parole aux professionnels Africains de l’information

Classement des podcasts dans Culture et société