1 076 épisodes

Culture Numérique c'est un flux de podcast édité par Siècle Digital qui embellit votre culture web chaque semaine. Nous y abordons des thématiques liées aux géants du numérique (Meta, Google, Apple, Amazon), à l'utilisation des technologies en Chine, mais aussi du marketing, des réseaux sociaux, et même de l'économie.
Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.

Culture Numérique Siècle Digital

    • Technologies
    • 4,7 • 118 notes

Culture Numérique c'est un flux de podcast édité par Siècle Digital qui embellit votre culture web chaque semaine. Nous y abordons des thématiques liées aux géants du numérique (Meta, Google, Apple, Amazon), à l'utilisation des technologies en Chine, mais aussi du marketing, des réseaux sociaux, et même de l'économie.
Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.

    Les élections à l’épreuve des deepfakes

    Les élections à l’épreuve des deepfakes

    2024 sera une année électorale record : Union européenne, Brésil, Etats-Unis, Mexique, Indonésie, Inde, Pakistan ou encore le Bangladesh, tous ces territoires ont une élection programmée pour cette année. La moitié de la population mondiale en âge de voter se rendra aux urnes et 8 des 10 États les plus peuplés du monde sont concernés. Toutefois, qui dit élections dit désinformation. Il faut donc s’attendre à voir le nombre de fausses informations exploser. Avec le boom qu’a connu l’intelligence artificielle en 2023, il faut également s’attendre à voir exploser le nombre de deepfakes.
    Apparue au milieu des années 2010, la technique des deepfake utilise l’intelligence artificielle, entre autres, pour reproduire des comportements humains. Ainsi, un deepfake permet d’imiter la voix et le visage d’une personnalité politique par exemple et de lui faire dire ce que l’on veut. Les deepfakes peuvent être des outils de désinformation particulièrement efficaces, surtout en période électorale. Alors, est-ce un danger pour la démocratie ? C’est la question que Siècle Digital a posée à 2 experts, Ivan Kwiatkowski, chercheur en cybersécurité chez HarfangLab, et le journaliste Gerald Holubowicz.
    Les épisodes de Culture Numérique sont disponibles sur Siècle Digital et les plateformes de streaming.

    Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.

    • 48 min
    Threads : que vaut le « Twitter bienveillant » après son ouverture en Europe ?

    Threads : que vaut le « Twitter bienveillant » après son ouverture en Europe ?

    Comment s’en sort Threads, le dernier né du géant des réseaux sociaux Meta ? Il a été lancé dans le monde entier en juillet 2023, avant de débarquer en Europe en décembre. Trois jours seulement après son lancement sur le vieux continent, Threads comptait 2,6 millions de téléchargements. Au niveau mondial, en octobre, Mark Zuckerberg, le PDG de Meta, évoquait le chiffre de 100 millions d’utilisateurs. À titre de comparaison, à ce moment-là X en comptait 245 millions. Une montée en puissance rapide et vertigineuse, qui augurait d’un avenir radieux. Le fonctionnement de Threads étant basé sur l’infrastructure d’Instagram, il facilite l’inscription et la création d’une audience. C’est également un lieu sans publicité, hybride, où information et instantanéité semblent se mélanger à du divertissement. En opposition à son concurrent X, Mark Zuckerberg a pensé Threads pour être positif, un endroit convivial pour discuter.
    Malgré tout cela, de nombreuses questions subsistent sur Threads : quels sont les contenus les plus prisés par ses utilisateurs ? Y a-t-il des opportunités pour les marques ? Quelles sont les communautés présentes ? Ou encore comment se comporte l’algorithme ? Devant tant d’interrogations, à Siècle Digital, nous avons décidé de faire un premier bilan sur Threads, après quasiment 2 mois de lancement dans l’Union européenne, avec Nathan Pillot, planeur stratégique chez We Are Social.
    Les épisodes de Culture Numérique sont disponibles sur Siècle Digital et les plateformes de streaming.

    Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.

    • 29 min
    2023, une année en demi-teinte pour la French Tech

    2023, une année en demi-teinte pour la French Tech

    2023 était-elle une année réussie pour la French Tech ? Si elle ne s'est pas révélée complètement ratée, elle n'était pas totalement réussie pour autant. En 2022, il y a eu 365 opérations de levées de fonds pour un total de 12,3 milliards d’euros récoltés par les start-up françaises. Mais en 2023, ce montant a chuté : 281 opérations pour 8,3 milliards d’euros. Une baisse importante en un an seulement. Est-ce vraiment étonnant ? L’année précédente était déjà placée sous le signe de la sobriété. Inflation, hausse des taux d’intérêt, frilosité des investisseurs et recherche de la rentabilité : ces facteurs ont entraîné une raréfaction de l’offre de financement.
    Pourtant, des champions français s’en sont bien sortis. Plus globalement, l’Hexagone a moins souffert du contexte économique difficile que certains de ses voisins, comme le Royaume-Uni. Alors qu'aujourd'hui, l’heure semble à la prudence, quels enseignements tirer des levées de fonds dans la French Tech en 2023 ? Quel bilan en dresser ? Qu’est-ce que cela dit de 2024 ? Quels sont les profils des investisseurs ? Pour répondre à toutes ces questions et bien d’autres encore, Siècle Digital est allé voir le cabinet de conseil KPMG, qui a dévoilé en janvier son baromètre annuel Tech Insights, et tout particulièrement Jean-Pierre Valensi, associé KPMG France.
    Les épisodes de Culture Numérique sont disponibles sur Siècle Digital et les plateformes de streaming.

    Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.

    • 22 min
    Atos : « too big to fail », une faillite interdite

    Atos : « too big to fail », une faillite interdite

    Un géant français de la technologie est au bord du précipice : Atos, entreprise de services numérique tricolore historique. Cette société née dans les années 1990 avait pourtant tout pour réussir. Partenaire historique des Jeux Olympiques ou encore du gouvernement sur le nucléaire, Atos, c’est à l’origine des activités de gestion de serveurs informatiques. Mais avec le temps, ce mastodonte européen s’est diversifié. Depuis quelques années, il est présent sur des marchés porteurs, à l’instar de la cybersécurité. Aujourd’hui, il compte plus d’une centaine de milliers d’employés, dont plus de 50 000 en France. Des employés plongés dans l’incertitude la plus totale depuis près de 2 ans.
    Atos est cerné de dette, et les échéances de paiement approchent, avec l’urgence de trouver des liquidités. À cette fin, en 2022, un projet est lancé : la scission de ses activités en deux entreprises : Eviden d’un côté, Tech Foundations de l’autre. Un projet qui s'est invité dans les débats des députés français et qui a suscité l'opposition de certains actionnaires. Aujourd’hui, la situation de l'entreprise est critique. Pour faire un point sur les dernières péripéties d'Atos, Siècle Digital est allé voir Leïla Marchand, journaliste aux Échos.
    Les épisodes de Culture Numérique sont disponibles sur Siècle Digital et les plateformes de streaming.


    Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.

    • 23 min
    CES 2024 : entre télévisions transparentes et IA à gogo, que faut-il retenir ?

    CES 2024 : entre télévisions transparentes et IA à gogo, que faut-il retenir ?

    Le CES, c'est la grande messe annuelle de l’électronique grand public. Depuis longtemps, il s'agit d'un rendez-vous incontournable pour les journalistes spécialisés, les passionnés et les grandes entreprises liées à la tech. Après des années covid un peu compliquée et une année 2023 de reprise, en 2024, le Consumer Electronics Show était bel et bien de retour. Le CES se tient chaque début d’année à Las Vegas. Il a été créé en 1967 par Jack Wayman et dès sa première édition, l’événement a réuni près de 200 exposants et 17 500 participants.
    Mais avec les années, ce salon a changé, muté. Il s’oriente de plus en plus vers du B2B. Pour d’autres, il se transforme peu à peu en salon de l’auto, tandis que les innovations présentées ressemblent de moins en moins à des gadgets inutiles. Véritable réussite, l’édition de cette année, qui s’est tenue du 9 au 12 janvier, a accueilli plus de 4 000 exposants, pour 130 000 visiteurs espérés. Dans cet épisode, Siècle Digital revient sur le CES 2024 et ses tendances, avec Jérôme Colombain, journaliste et créateur du média Monde Numérique.
    Les épisodes de Culture Numérique sont disponibles sur Siècle Digital et les plateformes de streaming.

    Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.

    • 33 min
    Loi SREN : une régulation du numérique à la française très critiquée

    Loi SREN : une régulation du numérique à la française très critiquée

    La loi française visant à sécuriser et réguler l'espace numérique est appelée loi SREN. Déposé sous forme de projet de loi par le gouvernement en mai 2023, ce texte a fait beaucoup parlé, au point de faire polémique. Pourtant, ses intentions sont louables. Concrètement, la loi SREN a notamment pour objectif de protéger les citoyens des arnaques en ligne, de protéger les mineurs contre la pornographie, ou encore de lutter contre le cyberharcèlement. Sous le feu de critiques : la méthode choisie. Plusieurs associations évoquent une loi autoritaire, qui viendrait remettre en cause le principe du pseudonymat sur internet.
    Une chose est certaine : ce projet de loi a d’énormes implications. Ne serait-ce qu'en voulant contrôler l’identité des personnes allant sur des sites pornographiques, tous les modes d’accès aux plateformes comme les réseaux sociaux changeraient. Le gouvernement souhaite aller tellement loin, que son texte vient empiéter sur le RGPD et le DSA, entraînant des avertissements de la Commission européenne. En compagnie de Marc Rees, journaliste au média l’informé, Siècle Digital décode les mesures de cette loi SREN, son avenir, ainsi que les raisons de la colère européenne.
    Les épisodes de Culture Numérique sont disponibles sur Siècle Digital et les plateformes de streaming.


    Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.

    • 34 min

Avis

4,7 sur 5
118 notes

118 notes

zoé4 ,

Wahou

Grégoire t’es trop un bg

Empidex ,

Podcast de qualité

Très bon podcast, très instructif

matthieu valle ,

J’écoute ça tous les matins

Ma routine du matin. Sujets super intéressants et toujours sur le dernier sujet qui m’intéresse

Classement des podcasts dans Technologies

Micode
BFM Business
Challenges
Guillaume Vendé
Lex Fridman
ORIGAMI

D’autres se sont aussi abonnés à…

Jérôme Colombain
Choses à Savoir
franceinfo
Les Echos
France Inter
BFM Business