8 épisodes

Le podcast qui va aux racines historiques des enjeux contemporains

Histoire radicale Armel Campagne

    • Actualités
    • 5,0 • 5 notes

Le podcast qui va aux racines historiques des enjeux contemporains

    Généalogie d'une obsession post-coloniale. La sexualité de "l'homme arabe" en France (1)

    Généalogie d'une obsession post-coloniale. La sexualité de "l'homme arabe" en France (1)

    Deux épisodes qui vont aux racines de l’obsession post-coloniale française pour la sexualité des hommes arabes autour de Mâle décolonisation. L’ « homme arabe » et la France, de l’indépendance algérienne à la révolution iranienne (Payot, 2017) de Todd Shepard – avec l’auteur, historien et professeur d’histoire à l’Université Johns Hopkins de Baltimore.

    • 1h
    Généalogie d'une obsession post-coloniale. La sexualité de "l'homme arabe" en France (2)

    Généalogie d'une obsession post-coloniale. La sexualité de "l'homme arabe" en France (2)

    Deux épisodes qui vont aux racines de l’obsession post-coloniale française pour la sexualité des hommes arabes autour de Mâle décolonisation. L’ « homme arabe » et la France, de l’indépendance algérienne à la révolution iranienne (Payot, 2017) de Todd Shepard – avec l’auteur, historien et professeur d’histoire à l’Université Johns Hopkins de Baltimore.

    • 1h 22 min
    Aux racines historiques du fascisme et du néo-fascisme

    Aux racines historiques du fascisme et du néo-fascisme

    En hommage à l’historien du fascisme Zeev Sternell, récemment décédé, un épisode qui va aux racines historiques du fascisme et du néo-fascisme autour de La possibilité du fascisme. France, la trajectoire du désastre (La Découverte, 2018), avec l’auteur, Ugo Palheta, sociologue, maître de conférences à l’Université de Lille et animateur du site Contretemps.
    L’épisode comporte
    Une définition provisoire et minimale du (néo)fascisme (2’) ;
    Une discussion des définitions possibles du (néo)fascisme comme mouvement de masse, comme idéologie, comme régime et comme projet politique de régénération et d’unification du corps national par l’élimination des minorités ethno-raciales et des oppositions socio-politiques (4’) ;
    Une critique de l’analyse du fascisme comme révolutionnaire (18’) ;
    Une discussion de l’importance du contexte social, politique, économique, international et mémoriel dans l’histoire du (néo)fascisme (24’) ;
    Une analyse du caractère opportuniste des (néo)fascistes en matière économique et religieuse, mais pas en matière identitaire (28’) ;
    Une discussion des conditions de possibilité d’arrivée au pouvoir du fascisme en termes de crise d’hégémonie politique généralisée et de crise du capitalisme (35’) ;
    Une analyse des milices (néo)fascistes comme se développant surtout lorsqu’il y a un fort mouvement ouvrier et une culture violente (43’) ;
    Un rappel de l’importance des stratégies de respectabilisation du nazisme, du fascisme italien et du Front National (50’) ;
    Un décryptage de l’illusion d’un rejet de l’antisémitisme au sein du Rassemblent National (55’) ;
    Une discussion des parallèles possibles entre l’antisémitisme des années 1920-1930 en Allemagne et en France et l’islamophobie (57’) ;
    Une analyse du contexte actuel comme potentiellement pré-fasciste (58’) ;
    Une analyse du « musulman » comme ennemi intérieur et extérieur des néo-fascistes des années 2010, pendant du « juif » des années 1930 (1h02’) ;
    Une analyse de l’idéologie néo-fasciste et de sa vision des migrants et des financiers (juifs) comme partie prenante du même complot mondialiste, avec l’aide des élites et de l’extrême-gauche, menant à une dissolution de l’identité nationale (1’05’) ;
    Un rappel de l’importance du caractère historiquement situé de chaque (néo)fascisme (1’06) ;
    Une analyse du passage de compromis fordiste des années 1950-1960 au bloc national-racial comme base sociale de l’hégémonie politique des partis dominants (1’08) ;
    Une conclusion au sujet des conditions de possibilités d’arrivée au pouvoir du Rassemblement National en France : un triomphe d’une alliance national-raciste et de l’illusion d’un dépassement des problèmes socio-économiques par une voie raciste aux dépens d’une alliance anti-hégémonique des subalternes et un ralliement des élites économiques à une solution néo-fasciste du fait du discrédit complet des partis traditionnels (1’14).

    • 1h 17 min
    La formation d’une force contre-révolutionnaire : le Hezbollah, 1982-2020

    La formation d’une force contre-révolutionnaire : le Hezbollah, 1982-2020

    Un épisode qui va aux racines historiques du Hezbollah comme force contre-révolutionnaire et néo-libérale, à l’heure du soulèvement libanais contre le système confessionnel en crise et de l’écrasement final de l’insurrection syrienne, à partir de Hezbollah. The Political Economy of Lebanon’s Party of God (Pluto Press, 2016) [Hezbollah. Un fondamentalisme religieux à l’épreuve du néolibéralisme, Syllepse, 2019] de Joseph Daher – en compagnie de l’auteur, politiste, chargé de cours à l’Université de Lausanne et professeur affilié à l’Institut européen universitaire.
    L’épisode comporte :
    Une genèse historique du système confessionnel libanais et de la place des chiites en son sein (3’) ;
    Une histoire de l’émergence du Hezbollah dans le contexte de la guerre civile libanaise, de l’exportation de la révolution islamique d’Iran et de l’invasion israélienne du Liban (7’) ;
    Une analyse des transformations du Hezbollah d’un parti populiste islamiste contestataire à sa naissance en un parti néo-libéral de plus en plus intégré au système confessionnel (10’) ;
    Une discussion des rapports du Hezbollah au mouvement ouvrier libanais (21’) ;
    Une description de l’hégémonie relative du Hezbollah sur sa clientèle confessionnelle et sa contestation (30’) ;
    Une conclusion autour du caractère contre-révolutionnaire du Hezbollah (39’).

    • 46 min
    Genèse d’une contre-révolution victorieuse : Syrie, 2011-2020

    Genèse d’une contre-révolution victorieuse : Syrie, 2011-2020

    Un épisode qui va aux racines historiques de l’écrasement réussi de l’insurrection syrienne de 2011, à partir de Syria After the Uprisings. The Political Economy of State Resilience (Pluto Press, 2019) de Joseph Daher – en compagnie de l’auteur, politiste, chargé de cours à l’Université de Lausanne et professeur affilié à l’Institut européen universitaire.
    L’épisode comporte :
    Une analyse de l’Etat patrimonial syrien (2’) ;
    Une discussion des facteurs internes et externes favorables au maintien au pouvoir du régime de Bachar Al-Assad (5‘) ;
    Une description de la base sociale et populaire du régime et de l’opposition en termes de classe et de confession, et des stratégies de pourrissement confessionnaliste et islamiste du régime (14’) ;
    Une analyse critique de l’opposition officielle et des interventions des « amis de la Syrie » (Turquie, Qatar, Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis) (18’) ;
    Une genèse historique des groupes fondamentalistes islamistes et leur caractérisation comme contre-révolutionnaires (28’) ;
    Une mise au point au sujet des Kurdes, du PYD, du Rojava et de l’intervention anti-Daech (34’) ;
    Un décryptage du discours pseudo-laïc du régime (53’) ;
    Un exposé des limites et des contradictions de la contre-révolution victorieuse du régime (55’) ;
    Une conclusion sur l’actualité de la contre-révolution et de la révolution (57’).

    • 1h 4 min
    Aux racines historiques des Printemps arabes (2011-2019)

    Aux racines historiques des Printemps arabes (2011-2019)

    Un épisode qui va aux racines politiques, économiques et sociales des Printemps arabes, à partir de Le peuple veut. Une exploration radicale du soulèvement arabe (Actes Sud, 2013) et de Symptômes morbides. La rechute du soulèvement arabe (Actes Sud, 2017) – en compagnie de l’auteur, Gilbert Achcar, professeur en études de développement à l’Université de Londres – SOAS.
    L’épisode comporte :
    Une genèse coloniale et postcoloniale des États patrimoniaux du monde arabophone (3’) ;
    Une discussion des causes et des conséquences de l’échec des modernisations de rattrapage industrielles des « socialismes arabes » des années 1960-70 (10’) ;
    Une typologie des États patrimoniaux et néo-patrimoniaux et des processus de patrimonialisation (17’) ;
    Une analyse des liens, à l’origine des soulèvements arabes, entre précarité, sous-développement capitaliste et régimes patrimoniaux et néo-patrimoniaux (25’) ;
    Une histoire du tournant libéral (intifah) des années 1970-90 et de ses conséquences socio-économiques, conduisant au déclenchement en 2011 des premiers « Printemps arabes » (31’) ;
    Une analyse des « Printemps arabes » comme un processus révolutionnaire de longue durée destiné à perdurer en l’absence de transformations radicales (38’)

    • 47 min

Avis du public

5,0 sur 5
5 notes

5 notes

Classement des podcasts dans Actualités