15 épisodes

NOUVELLE SAISON: Kintsugi, l'histoire de ma reconstruction
Enfant, Julie a subi des agressions sexuelles de la part de son voisin. Un père de famille. Un ami de ses parents. Elle n’en a pas parlé avant ses 16 ans. Un soir de vacances, elle s’est confiée pour la première fois à sa meilleure amie : Nina Pareja. Pendant longtemps, elles n’ont pas su quoi faire de ces souvenirs, de ce passé, de cette violence. Mais en 2019, à 25 ans, Julie a décidé qu'elle voulait que cela change. Que l’on fasse quelque chose de son récit intime. Nina, devenue journaliste, lui a proposé de l'aider à raconter son histoire. Pendant trois ans, elles ont enregistré leurs conversations, leurs rencontres avec des spécialistes, leurs discussions avec la famille de Julie. Ensemble, elles ont choisi de raconter une lente résilience, une reconstruction toujours en cours et amorcée bien avant qu’elles ne se lancent dans ce podcast. Julie appelle ça son Kintsugi, d’après l’art ancestral japonais de réparation de la porcelaine brisée, qui, plutôt que de les cacher, met en avant les fissures avec de l’or.
Un podcast de Nina Pareja avec Julie, produit et réalisé par Slate.fr sous la direction de Christophe Carron et Benjamin Saeptem Hours. Prise de son, montage et réalisation: Aurélie Rodrigues Mona Delahais, notre stagiaire, a contribué à l’élaboration de ces épisodes. Musique: Thomas Loupias Illustration: Hina Hundt

———
Toujours disponible:
SAISON 1 «Les Ombres», un documentaire de Mahaut Chaudouët-Delmas sur les collaborateurs politiques. Trop payés par nos impôts, trop puissants sans avoir été élus, symboles du népotisme ou de la technocratie, ils alimentent tous les fantasmes d'une opinion qui ne connaît au fond pas vraiment leur rôle.

Kintsugi, l'histoire de ma reconstruction Slate.fr

    • Culture et société
    • 4,7 • 82 notes

NOUVELLE SAISON: Kintsugi, l'histoire de ma reconstruction
Enfant, Julie a subi des agressions sexuelles de la part de son voisin. Un père de famille. Un ami de ses parents. Elle n’en a pas parlé avant ses 16 ans. Un soir de vacances, elle s’est confiée pour la première fois à sa meilleure amie : Nina Pareja. Pendant longtemps, elles n’ont pas su quoi faire de ces souvenirs, de ce passé, de cette violence. Mais en 2019, à 25 ans, Julie a décidé qu'elle voulait que cela change. Que l’on fasse quelque chose de son récit intime. Nina, devenue journaliste, lui a proposé de l'aider à raconter son histoire. Pendant trois ans, elles ont enregistré leurs conversations, leurs rencontres avec des spécialistes, leurs discussions avec la famille de Julie. Ensemble, elles ont choisi de raconter une lente résilience, une reconstruction toujours en cours et amorcée bien avant qu’elles ne se lancent dans ce podcast. Julie appelle ça son Kintsugi, d’après l’art ancestral japonais de réparation de la porcelaine brisée, qui, plutôt que de les cacher, met en avant les fissures avec de l’or.
Un podcast de Nina Pareja avec Julie, produit et réalisé par Slate.fr sous la direction de Christophe Carron et Benjamin Saeptem Hours. Prise de son, montage et réalisation: Aurélie Rodrigues Mona Delahais, notre stagiaire, a contribué à l’élaboration de ces épisodes. Musique: Thomas Loupias Illustration: Hina Hundt

———
Toujours disponible:
SAISON 1 «Les Ombres», un documentaire de Mahaut Chaudouët-Delmas sur les collaborateurs politiques. Trop payés par nos impôts, trop puissants sans avoir été élus, symboles du népotisme ou de la technocratie, ils alimentent tous les fantasmes d'une opinion qui ne connaît au fond pas vraiment leur rôle.

    Kintsugi 1/7: Prendre la parole - «Je hurlais mais personne n'entendait rien»

    Kintsugi 1/7: Prendre la parole - «Je hurlais mais personne n'entendait rien»

    Dans cette histoire, tout commence par la parole… Une parole un temps perçue comme le seul espace de vérité. Pourquoi on parle, pourquoi on se tait?
    En 2011, Nina et Julie sont en vacances en Tunisie. Pendant plusieurs jours, un homme qui séjourne dans le même hôtel qu'elles les regarde avec insistance. Un soir, il essaye même de forcer la porte de leur chambre. Entre peur et angoisse, les traumatismes de Julie remontent à la surface: ce n'est pas seulement un homme qui veut rentrer dans une chambre, c'est le souvenir des agressions sexuelles perpétrées par le père de sa meilleure amie d'enfance qui ressurgit.
    Son traumatisme, Julie le partage avec des milliers de personnes en France. D'après la dernière grande enquête «Violences et rapports de genre» de l'Institut national d'études démographiques (INED), une femme sur vingt aurait été victime de violences sexuelles au sein de sa famille ou de son entourage proche avant ses 18 ans.
    Dans le premier épisode de Kintsugi, l'histoire de ma reconstruction, Julie se confie à Nina. Et, pour la première fois, met des mots sur ce qu'elle n'a jamais su dire.
    À lire sur le même sujet: L'ampleur des violences sexuelles intrafamiliales par les chiffres
    Kintsugi, l'histoire de ma reconstruction est un podcast de Nina Pareja avec Julie, produit et réalisé par Slate.fr sous la direction de Christophe Carron et Benjamin Saeptem Hours.
    Prise de son, montage et réalisation: Aurélie Rodrigues
    Mona Delahais, notre stagiaire, a contribué à l'élaboration de ces épisodes.
    Musique: Thomas Loupias
    Illustration: Hina Hundt
    Le poème que vous entendez à la fin des épisodes a pour titre Quelqu'un n'est pas venu. Il est signé de Julie.
    Si vous êtes confronté ou préoccupé par une situation d'enfant en danger ou en risque de l'être, pour vous-même ou pour un autre enfant que vous connaissez, vous pouvez contacter le Service national d'accueil téléphonique de l'enfance en danger en composant le 119.

    • 36 min
    Kintsugi 2/7: Face à la police - «Il m'a dit de ne rien attendre de la justice»

    Kintsugi 2/7: Face à la police - «Il m'a dit de ne rien attendre de la justice»

    La question de l'établissement des preuves peut être un frein pour de nombreuses victimes, qu'il s'agisse d'agressions sexuelles récentes ou plus anciennes. À 25 ans, soit dix-sept années après les derniers faits, Julie porte plainte au commissariat. C'est un moment qu'elle a longtemps repoussé.
    Maître Carine Durrieu Diebolt, avocate pénaliste spécialisée dans les affaires de violences sexuelles, exclusivement du côté des victimes, aide Nina et Julie à comprendre ce qui constitue une preuve.
    Dans ce deuxième épisode de Kintsugi, l'histoire de ma reconstruction, Julie et Nina sont décontenancées par l'accueil au commissariat. Partout en France, des victimes de violences sexuelles ont témoigné des difficultés rencontrées lors de leur dépôt de plainte –des expériences relayées via #DoublePeine.
    À lire sur le même sujet: «Se libérer de quelque chose pour toujours»: qu'attendent les victimes de la justice?
    Kintsugi, l'histoire de ma reconstruction est un podcast de Nina Pareja avec Julie, produit et réalisé par Slate.fr sous la direction de Christophe Carron et Benjamin Saeptem Hours.
    Prise de son, montage et réalisation: Aurélie Rodrigues
    Mona Delahais, notre stagiaire, a contribué à l'élaboration de ces épisodes.
    Musique: Thomas Loupias
    Voix additionnelles: Louise Nguyen, Nina Bailly et Nina Iseni
    Illustration: Hina Hundt
    Le poème que vous entendez à la fin des épisodes a pour titre Quelqu'un n'est pas venu. Il est signé de Julie.
    Si vous voulez déposer plainte, vous pouvez, pour faciliter les démarches, faire une pré-plainte en ligne sur https://www.pre-plainte-en-ligne.gouv.fr/ et ainsi obtenir un rendez-vous.
    Dans les cas de violences conjugales et/ou sexuelles, il peut être très utile de faire appel à un avocat ou à un juriste avant de porter plainte, afin de venir au commissariat ou à la gendarmerie avec des pistes de preuves.

    • 44 min
    Kintsugi 3/7: Reconnaître les signes - «Ce jour-là personne n'a rien vu, je suis rentrée j'étais morte, vidée: j'étais le fantôme de moi-même»

    Kintsugi 3/7: Reconnaître les signes - «Ce jour-là personne n'a rien vu, je suis rentrée j'étais morte, vidée: j'étais le fantôme de moi-même»

    Quand Julie était enfant, elle n'a pas réussi à dire qu'elle était agressée sexuellement. Mais est-ce que les autres auraient pu le voir? Est-ce que ce genre de choses se voient? Certains signes, non verbaux, étaient là, existaient d'une manière détournée.
    Dans ce troisième épisode de Kintsugi, Thierry Baubet, professeur de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent à l'Université Paris 13 et chef du service de psychiatrie de l'hôpital Avicenne, à Bobigny (Seine-Saint-Denis), nous explique les potentiels signes chez l'enfant auxquels il faut être vigilant.
    Sébastien Boueilh, le fondateur de l'association Colosse aux pieds d'argile, qui œuvre à la prévention des violences sexuelles, nous parle de son travail en milieu scolaire et associatif. Julie, quant à elle, repense à son histoire et à tout ce qu'elle a peut-être essayé de montrer.

    Kintsugi, l'histoire de ma reconstruction est un podcast de Nina Pareja avec Julie, produit et réalisé par Slate.fr sous la direction de Christophe Carron et Benjamin Saeptem Hours.
    Prise de son, montage et réalisation: Aurélie Rodrigues
    Mona Delahais, notre stagiaire, a contribué à l'élaboration de ces épisodes.
    Musique: Thomas Loupias
    Voix additionnelles: Sarah Koskievic, Hélène Decommer, François Pottier, Alexandre Bert, Julie le Dantec, Mona Delahais, Aurélie Rodrigues, Victor Benhamou et Ali Kaya
    Illustration: Hina Hundt
    Le poème que vous entendez à la fin des épisodes a pour titre Quelqu'un n'est pas venu. Il est signé de Julie.
    Si vous suspectez un cas de violence sans que la personne mineure ne se soit confiée, vous pouvez appeler ou écrire à la cellule de recueil des informations préoccupantes (CRIP) de votre département.
    Si un enfant est dans une situation très préoccupante ou révèle des faits, écrivez ou appelez le procureur de la République ou son substitut du palais de justice le plus proche et envoyez une copie de votre courrier à la CRIP de votre département.
    Si un jeune est en danger immédiat, contactez le commissariat de police ou de gendarmerie en appelant le 17.
    Pour entrer en contact avec l'association Colosse aux pieds d'argile, rendez-vous sur colosse.fr.

    • 43 min
    Kintsugi 4/7: Retrouver son corps – «C’est mon corps qui réagissait, pas moi»

    Kintsugi 4/7: Retrouver son corps – «C’est mon corps qui réagissait, pas moi»

    La violence sexuelle s'exerce en premier lieu sur le corps, un corps parfois impensé. Le corps de Julie, lui, somatise le trauma psychique. Pendant longtemps, il ne peut pas être touché à certains endroits. Comme si son agresseur y avait laissé une empreinte, son empreinte. Le corps n'est plus sacré, le corps n'est plus tout à fait sien.
    Dans ce quatrième épisode, on entend Thierry Baubet, professeur de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent à l'Université Paris 13, chef du service de psychiatrie à l'hôpital Avicenne de Bobigny, parler de l'impact des violences sexuelles sur les victimes mineures.
    Laurence Fischer, multiple championne de karaté, témoigne également de son travail dans la fondation Fight For Dignity qui propose une activité sportive adaptée, notamment au sein de la Maison des femmes de Saint-Denis.
    À lire sur le même sujet: Quelles réponses peut apporter la justice pour lutter contre les violences sexuelles sur mineurs?
    Kintsugi, l'histoire de ma reconstruction est un podcast de Nina Pareja avec Julie, produit et réalisé par Slate.fr sous la direction de Christophe Carron et Benjamin Saeptem Hours.
    Prise de son, montage et réalisation: Aurélie Rodrigues
    Mona Delahais, notre stagiaire, a contribué à l'élaboration de ces épisodes.
    Musique: Thomas Loupias
    Voix additionnelles: Louise Nguyen
    Illustration: Hina Hundt
    Le poème que vous entendez tout au long de l'épisode a pour titre Quelqu'un n'est pas venu. Il est signé de Julie.
    Après avoir déposé plainte, n'hésitez pas à contacter régulièrement l'officier chargé de votre enquête pour avoir des nouvelles de son avancement.

    • 37 min
    Kintsugi 5/7: Vingt mois plus tard - «Il ne va pas rencontrer l'enfant mais l'adulte, car l'enfant du crime est mort»

    Kintsugi 5/7: Vingt mois plus tard - «Il ne va pas rencontrer l'enfant mais l'adulte, car l'enfant du crime est mort»

    Depuis le dépôt de plainte de Julie en novembre 2019, la police ne l'a jamais informée de l'avancement de l'enquête –ni par téléphone, ni par mail, ni par courrier. Dans ce cinquième épisode de Kintsugi, elle décide d'appeler le commissariat et découvre que son dossier a été transféré. Alors qu'elle n'attendait rien de la justice, Julie va de surprise en surprise.
    L'historienne Anne-Claude Ambroise-Rendu, autrice de l'ouvrage Histoire de la pédophilie, nous éclaire sur l'évolution de la prise en compte par la justice des violences sexuelles commises sur les enfants; le magistrat et procureur général à la cour d'appel de Grenoble, Jacques Dallest, nous renseigne sur les différentes cours de justice en France.
    Kintsugi, l'histoire de ma reconstruction est un podcast de Nina Pareja avec Julie, produit et réalisé par Slate.fr sous la direction de Christophe Carron et Benjamin Saeptem Hours.
    Prise de son, montage et réalisation: Aurélie Rodrigues
    Mona Delahais, notre stagiaire, a contribué à l'élaboration de ces épisodes.
    Musique: Thomas Loupias
    Illustration: Hina Hundt
    Voix additionnelle: Aurélie Rodrigues

    Le poème que vous entendez dans l'épisode a pour titre Quelqu'un n'est pas venu. Il est signé de Julie.
    Si un jour, vous devez vous porter en justice, pensez à vous renseigner auprès de votre assurance ou de votre banque sur les régimes de protection juridique auxquels vous auriez pu souscrire sans forcément le savoir; attention cependant: si cela concerne des affaires antérieures à la souscription, cela peut ne pas fonctionner.
    Pensez aussi à vous renseigner sur l'aide juridictionnelle. Dans certaines villes, il existe des permanences gratuites d'avocats.

    • 47 min
    Kintsugi 6/7: À la barre - «Le mot “pulsion”, c'est pour faire disparaître la vérité sous la poussière»

    Kintsugi 6/7: À la barre - «Le mot “pulsion”, c'est pour faire disparaître la vérité sous la poussière»

    En septembre 2021, dix-sept ans après les derniers faits d'agressions sexuelles et deux ans après son dépôt de plainte, Julie voit enfin son agresseur être jugé. Un procès qui lui permet d'avancer sur le chemin de la résilience pour, peut-être, obtenir enfin réponse à une question centrale: pourquoi lui a-t-il fait ça?
    Même en étant préparée, Julie ne sait pas comment son corps et son esprit vont réagir face à celui qui l'a agressée. Au procès, ce dernier explique ses agissements par la pulsion, qui n'est pas punissable; ses passages à l'acte, en revanche, le sont. Le docteur Mathieu Lacambre, médecin psychiatre au CHU de Montpellier qui travaille au Criavs (Centre ressources pour les intervenants auprès des auteurs de violences sexuelles), décortique ici la différence entre pathologie pédophile et pédocriminalité.
    Kintsugi, l'histoire de ma reconstruction est un podcast de Nina Pareja avec Julie, produit et réalisé par Slate.fr sous la direction de Christophe Carron et Benjamin Saeptem Hours.
    Prise de son, montage et réalisation: Aurélie Rodrigues
    Mona Delahais, notre stagiaire, a contribué à l'élaboration de ces épisodes.
    Musique: Thomas Loupias
    Illustration: Hina Hundt
    Voix additionnelles: Alexandre Bert, Alain Frachon, François Pottier et Christophe Carron
    Le poème que vous entendez dans l'épisode a pour titre Quelqu'un n'est pas venu. Il est signé de Julie.
    Si vous vous sentez troublé ou attiré sexuellement par les personnes mineures, vous pouvez appeler le 0806231063, vous y recevrez une écoute attentive et vous pourrez être orienté vers des professionnels de santé en capacité de vous venir en aide. Ne restez pas seul avec ces pensées. L'appel est anonyme et non surtaxé.

    • 41 min

Avis

4,7 sur 5
82 notes

82 notes

Tyty97110 ,

D’utilité publique

Un podcast utile pour toutes les personnes concernées de près ou de loin par ce sujet des violences sexuelles.

qwedxgg445 ,

Mary

Bonjour ! Excellent podcast. Très touchant. Très instructif. Une précision quant à la psy. Ils ou elles ne se comportent pas de cette manière brutale et indélicate. Moi, j’ai été super bien accueillie et la ps a suivi mon rythme pour trouver les mots et le courage de les prononcer. Courage à Julie.

gribouilli003 ,

Dure et juste fresque

Merci pour ces épisodes si bien montés, au ton juste et avec ce si fragile équilibre entre le personnel, le vécu, les conséquences post traumatisme, et le parcours judiciaire. Bravo

Classement des podcasts dans Culture et société

Agathe Lecaron
France Inter
Slate.fr
France Inter
France Culture
Binge Audio

D’autres se sont aussi abonnés à…

Slate.fr
Louie Media
Agathe Lecaron
Louie Media
ARTE Radio
Louie Media