Le jeûne intermittent (fasting) : musculation et perte de poids Transformation Physique

    • Fitness

Je pratique le jeûne intermittent depuis pas mal de temps mais pourtant je ne le recommande presque jamais. Les gourous de l’intermittent fasting prônent ses vertus sur la perte de poids et la prise de muscle. Ce serait LA solution à la perte de gras. On ne peut pas vraiment leur en vouloir, c’est quand même leur fonds de commerce. Plus les effets semblent impressionnants et plus ils vendent de formation. Surtout qu’ils utilisent des études scientifiques pour appuyer leur argumentation. Ça prouve bien qu’ils ont raison non ?







Il est temps d’avoir un regard objectif du jeûne intermittent et de ses effets réels sur le tissu adipeux et la pratique de la musculation.







Si tu n’aimes pas lire, cet article existe aussi en version audio 😉 Clique sur « Play » pour l’écouter ou clique-ici pour le télécharger







Qu’est-ce que le jeûne intermittent (fasting) ?







Avant de commencer il est important de définir ce qu’est le jeûne intermittent appelé aussi l’intermittent fasting (IF).







Cette pratique a été popularisé par Martin Berkan avec sa méthode « Lean Gains ». Il faut dire qu’il a un physique très impressionnant et que ses clients ont aussi eu d’excellents résultats. Le principe de sa méthode est de consommer sa nourriture sur une période de 8 heures et de jeûner pendant 16 heures. On appelle ça un jeûne 16/8.















Il existe des tas de répartitions différentes. Par exemple tu peux faire un intermittent fasting 18/6 ou 20/4 (20 heures de jeûnes et 4 heures pendant lesquels tu peux manger). Il y a aussi la warrior diet ou l’OMAD (one meal a day, littéralement un repas par jour) ou encore le jeûne un jour sur deux.







Bref, la seule limite c’est l’imagination.







L’IF 16/8 est le plus pratiqué parce que c’est le plus simple à mettre en place et c’est également celui que je pratique. En général je prends mon dernier repas vers 20h et je prends le premier repas vers 12h. Ça se résume la plupart du temps à simplement sauter le petit déjeuner mais c’est quand même plus classe et scientifique de dire qu’on fait du jeûne intermittent ou de l’intermittent fasting. Il est aussi possible de garder le petit déjeuner mais de sauter le diner.







Au-delà de 24h de jeûne on sort du cadre de l’IF et de cet article







Fasting intermittent et perte de poids







Jeûne intermittent et apport calorique







La raison pour laquelle les gens se lancent dans l’aventure du fasting intermittent est toujours la même.







Ils veulent perdre du poids !







Sur les réseaux sociaux, à chaque fois qu’une personne demande des conseils pour perdre du poids, une armée de pratiquants de l’IF surgissent des hautes herbes tels des pokemons pour donner leur solution-miracle.







Dans les faits, avec un déficit calorique égal, l’intermittent fasting  n’est pas plus efficace pour perdre du poids que de faire une restriction calorique constante sans IF. C’est du moins ce que montre une méta-analyse de 2018.







En réalité c’est plutôt logique étant donné que le facteur primordial pour la perte de poids c’est le déficit calorique et non le timing nutritionnel. Si tu veux en savoir plus tu peux t’inscrire à une a href="https://transformation-physique.com/blog-transformation-physique-inscription-lettre-quotidienne/" target="_b...

Je pratique le jeûne intermittent depuis pas mal de temps mais pourtant je ne le recommande presque jamais. Les gourous de l’intermittent fasting prônent ses vertus sur la perte de poids et la prise de muscle. Ce serait LA solution à la perte de gras. On ne peut pas vraiment leur en vouloir, c’est quand même leur fonds de commerce. Plus les effets semblent impressionnants et plus ils vendent de formation. Surtout qu’ils utilisent des études scientifiques pour appuyer leur argumentation. Ça prouve bien qu’ils ont raison non ?







Il est temps d’avoir un regard objectif du jeûne intermittent et de ses effets réels sur le tissu adipeux et la pratique de la musculation.







Si tu n’aimes pas lire, cet article existe aussi en version audio 😉 Clique sur « Play » pour l’écouter ou clique-ici pour le télécharger







Qu’est-ce que le jeûne intermittent (fasting) ?







Avant de commencer il est important de définir ce qu’est le jeûne intermittent appelé aussi l’intermittent fasting (IF).







Cette pratique a été popularisé par Martin Berkan avec sa méthode « Lean Gains ». Il faut dire qu’il a un physique très impressionnant et que ses clients ont aussi eu d’excellents résultats. Le principe de sa méthode est de consommer sa nourriture sur une période de 8 heures et de jeûner pendant 16 heures. On appelle ça un jeûne 16/8.















Il existe des tas de répartitions différentes. Par exemple tu peux faire un intermittent fasting 18/6 ou 20/4 (20 heures de jeûnes et 4 heures pendant lesquels tu peux manger). Il y a aussi la warrior diet ou l’OMAD (one meal a day, littéralement un repas par jour) ou encore le jeûne un jour sur deux.







Bref, la seule limite c’est l’imagination.







L’IF 16/8 est le plus pratiqué parce que c’est le plus simple à mettre en place et c’est également celui que je pratique. En général je prends mon dernier repas vers 20h et je prends le premier repas vers 12h. Ça se résume la plupart du temps à simplement sauter le petit déjeuner mais c’est quand même plus classe et scientifique de dire qu’on fait du jeûne intermittent ou de l’intermittent fasting. Il est aussi possible de garder le petit déjeuner mais de sauter le diner.







Au-delà de 24h de jeûne on sort du cadre de l’IF et de cet article







Fasting intermittent et perte de poids







Jeûne intermittent et apport calorique







La raison pour laquelle les gens se lancent dans l’aventure du fasting intermittent est toujours la même.







Ils veulent perdre du poids !







Sur les réseaux sociaux, à chaque fois qu’une personne demande des conseils pour perdre du poids, une armée de pratiquants de l’IF surgissent des hautes herbes tels des pokemons pour donner leur solution-miracle.







Dans les faits, avec un déficit calorique égal, l’intermittent fasting  n’est pas plus efficace pour perdre du poids que de faire une restriction calorique constante sans IF. C’est du moins ce que montre une méta-analyse de 2018.







En réalité c’est plutôt logique étant donné que le facteur primordial pour la perte de poids c’est le déficit calorique et non le timing nutritionnel. Si tu veux en savoir plus tu peux t’inscrire à une a href="https://transformation-physique.com/blog-transformation-physique-inscription-lettre-quotidienne/" target="_b...