29 épisodes

Le Podcast GENTLEMAN CHEMISTRY
le Podcast des personnalités qui créent de la valeur avec style et nonchalance
Gentleman Chemistry est le Magazine mode homme Français fondé par Stéphane Butticé en Août 2014, qui par son approche donne les clés nécessaires pour arriver à se constituer la garde-robe idéale de l’homme moderne ainsi qu’un lifestyle qui se traduit par un mot clé : #trachic ! L’élégance classique Italienne qui casse les codes. Vous serez autant à votre aise dans un hall de palace que sur un tabouret dans un pub miteux fréquenté par des voyous. Sur GC, nous vous conseillerons sur comment choisir un ensemble sur mesure et PAP ou quelle tenue adopter le vendredi au bureau et le week-end, dans quel cas porter des bretelles ou une veste bleu marine, quelle paire de souliers (à lacets ou mocassins) ou mi-bas en fil d’Écosse. Où trouver des vêtements, montres et accessoires vintage (ayant plus de 30 ans d’âge et sans se ruiner). Sur ce Magazine de mode masculine, vous retrouverez également des contenus vidéos et podcasts exclusifs présentant des entrepreneurs et artisans : couturiers, tailleurs, chemisiers, bottiers, maroquiniers, maisons réalisant les plus belles cravates et écharpes en soie, drapiers transalpins… Nous nous forçons de sélectionner pour vous à travers la France, l’Italie et la Grande-Bretagne, les meilleurs artisans qui réalisent le produit dans leurs murs: uniquement la crème de la crème! Gentleman Chemistry sélectionne aussi pour vous les Médias mode homme à suivre absolument et les meilleurs spots où faire vos achats.

le Podcast Gentleman Chemistr‪y‬ Stéphane Butticé

    • Mode et beauté
    • 4.9 • 67 notes

Le Podcast GENTLEMAN CHEMISTRY
le Podcast des personnalités qui créent de la valeur avec style et nonchalance
Gentleman Chemistry est le Magazine mode homme Français fondé par Stéphane Butticé en Août 2014, qui par son approche donne les clés nécessaires pour arriver à se constituer la garde-robe idéale de l’homme moderne ainsi qu’un lifestyle qui se traduit par un mot clé : #trachic ! L’élégance classique Italienne qui casse les codes. Vous serez autant à votre aise dans un hall de palace que sur un tabouret dans un pub miteux fréquenté par des voyous. Sur GC, nous vous conseillerons sur comment choisir un ensemble sur mesure et PAP ou quelle tenue adopter le vendredi au bureau et le week-end, dans quel cas porter des bretelles ou une veste bleu marine, quelle paire de souliers (à lacets ou mocassins) ou mi-bas en fil d’Écosse. Où trouver des vêtements, montres et accessoires vintage (ayant plus de 30 ans d’âge et sans se ruiner). Sur ce Magazine de mode masculine, vous retrouverez également des contenus vidéos et podcasts exclusifs présentant des entrepreneurs et artisans : couturiers, tailleurs, chemisiers, bottiers, maroquiniers, maisons réalisant les plus belles cravates et écharpes en soie, drapiers transalpins… Nous nous forçons de sélectionner pour vous à travers la France, l’Italie et la Grande-Bretagne, les meilleurs artisans qui réalisent le produit dans leurs murs: uniquement la crème de la crème! Gentleman Chemistry sélectionne aussi pour vous les Médias mode homme à suivre absolument et les meilleurs spots où faire vos achats.

    #9 Norbert Benaim - de vendeur de costumes pour homme à vendeur de produits pour gentleman

    #9 Norbert Benaim - de vendeur de costumes pour homme à vendeur de produits pour gentleman

    Aujourd’hui, l’invité du Podcast Gentleman Chemistry, est un tonton flingueur de la boutique pour Monsieur institution à Paris. J’entends par institution – une boutique établie à Paris depuis plus de 30 ans ! Il s’agit de la boutique de vêtements pour homme Willman située au 21, rue Jean-Mermoz dans le très chic huitième arrondissement de Paris (oui, vous avez deviné ! A deux pas de la boutique de notre cher ami chemisier sur-mesure Daniel Lèvy que nous avons aussi interviewé dans ce podcast). Selon le maitre des lieux, ses clients recherchent un produit avant une marque ! Et vous savez quoi ? Ca tombe bien car c’est ce qu’on y trouve dans la boutique de notre invité, Norbert Benaim : des vêtements de prêt-à-porter réalisés à Naples !
    Je suis très heureux d’avoir pu réaliser cette interview exclusive avec Norbert Benaim. Je suis maintenant ravi de vous inviter à rejoindre ma conversation avec Norbert Bénaim !
    J’ai pris beaucoup de plaisir dans la réalisation de cette interview. Si vous aussi avez aimé ce podcast, n’hésitez pas à laisser un commentaire en le notant avec 5 étoiles sur l'application Apple Podcast de votre smartphone ou sur Itunes depuis votre ordinateur. Vous pouvez également vous abonner sur la plateforme Apple Podcast I Spotify I Deezer I Stitcher I TuneIn I Podcastics pour ne pas rater une miette des podcasts à venir !
    N’oubliez pas de partager le podcast, de le noter en laissant votre ressenti, c’est très important pour aider le podcast à émerger dans les classements en plus de le faire découvrir au plus grand nombre tout en me motivant à m’améliorer en faisant de nouveaux épisodes !
    Bonne écoute,
    Stéphane
    Titre: Eclectic Prawn Auteur: Dumbo Gets Mad Source: https://dumbogetsmad.bandcamp.com Licence: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/deed.fr Téléchargement (9MB): https://www.auboutdufil.com/index.php?id=470

    • 1h 47 min
    #8 Daniel Lévy - de démonstrateur à chemisier sur-mesure pour hommes

    #8 Daniel Lévy - de démonstrateur à chemisier sur-mesure pour hommes

    Aujourd’hui, l’invité du Podcast Gentleman Chemistry, est un chemisier sur mesure pour homme que je fréquente depuis plusieurs années maintenant. Il me reçoit dans sa boutique-boudoir nichée au 3, rue du Cirque, à deux pas des palaces La Réserve, le Bristol et du Palais de l’Elysée, dans le très chic huitième arrondissement de Paris. Selon Daniel Lévy, un beau vêtement c’est une somme de détail qui nécessitent du temps ; c’est pour cela qu’il s’adresse à une clientèle exigeante qui sait faire la différence, en appréciant les bonnes et belles choses.
    De Bergerac à ParisDaniel Lévy naît à Bergerac en 1966 d’un père agent immobilier/agent de voyage et d’une mère libraire. Daniel Lévy a grandi bercé par la musique New Wave, jazz et classique en bande. Son blouson Mac Douglas sur les épaules, avec sa tignasse, il vécut une enfance paisible à Bergerac, jusqu’à la terminale, pour ensuite se rendre à Paris, en 1987, pour fréquenter la Sorbonne pour un DEUG d’histoire de l’art en caressant l’envie de devenir commissaire-priseur qu’il a dû freiner pour de nombreuses raisons.
    Brummell, grand magasin de vêtements pour hommeDurant cette expérience universitaire, il fut engagé pour des extras en tant que démonstrateur dans la section vêtements pour hommes du grand magasin Printemps Haussmann à Paris, appelé le Brummell, pour des marques telles que :
    · Yves Saint-Laurent
    · Dormeuil
    · Dior
    · Zins…
    Durfor, chemises sur mesureTrès tôt, la nécessité d’indépendance se fait ressentir ; du coup Daniel Lévy se fait embaucher au Brummell mais, cette fois, à temps plein. En 1990, un ancien collègue qui travaillait pour un chemisier appelé Durfor laissait sa place devenue vacante en proposant l’opportunité à Daniel Lévy qui ne se fit pas attendre pour accepter le poste dans la très chic Place Vendôme, en face d’un autre chemisier pour homme emblématique à Paris : Charvet.
    Durfor produisait des chemises sur mesure réalisées par des couturières dans un petit atelier en Normandie, à Flers. C’est avec cette expérience que débute l’attrait pour la chemise sur mesure et le souci du détail de Daniel Lévy. Durfor concevait des chemises de fabrication assez rustique se traduisant par de choix de tissus en popelines d’alsace (des tissus construits avec une chaine simple et un fil assez grossier à la différence d’un fil en double retors, deux fils tordus entre eux garantissant solidité et élasticité à la chemise – plus le fil est fin, plus le toucher est soyeux et la définition des dessins précise) mais qui restait cependant de belles chemises qualitatives, correspondant à une époque révolue (où la tendance n’était plus aux tissus épais mais aux tissus fins).
    Liste Rouge, Marcel Bur et Elysées SoieriesL’histoire de Durfor dura jusqu’en 1995 date à laquelle la Maison fut rachetée par Michelle Monier qui la rebaptisa par la suite Liste Rouge (rachetée précédemment, alors spécialisée dans les chaussures anglaises en demi-mesure). En 1998, Liste Rouge Chemise s’installe au 138, rue du Faubourg Saint-Honoré, dans le huitième arrondissement de Paris, en englobant les ateliers de Marcel Bur, ancien tailleur ayant eu ses heures de gloire et Elysées Soieries, une marque proposant de très belles chemises en prêt-à-porter. Liste Rouge chez qui Daniel Lévy a perfectionné son œil attentif aux étoffes de vestes, aux tissus de chemises, à la belle facture, aux détails des chemises et à leurs coupes mais, surtout, au service rendu aux clients jusqu’en 2014 - est encore aujourd’hui un agrégat de ces 3 entités.
    Daniel Lévy, le coq chemisier prend son envolDaniel Lévy décide de tourner la page avec son expérience auprès de la Maison Liste Rouge sentant sa courbe de croissance stagne

    • 1h 13 min
    #7 Franz-Arthur Mac Elhone - Du cabinet RH au Harry's Bar

    #7 Franz-Arthur Mac Elhone - Du cabinet RH au Harry's Bar

    Je reçois Franz-Arthur Mac Elhone quelques semaines seulement avant le deuxième confinement, je le rencontre un vendredi 4 septembre 2020 au Harry’s New York Bar (Harry’s Bar pour les intimes) à la réouverture du lieu-dit après le premier déconfinement. Vous suivez ?
    Franz-Arthur MacElhoneFranz-Arthur Mac Elhone est un jeune (32 ans 1988) entrepreneur Franco-Américain ayant fait ses études en Angleterre (sciences d’économie politique), pour ensuite travailler dans le recrutement à Paris puis avec le Maire de Cannes pendant 3 années. Enfin, plus récemment, il prend les rênes du bar de son père : le Harry’s New York Bar au ‘‘sank roo doe noo’’ (5, rue Daounou 75002 Paris). Un bar traditionnellement inventif !
    New York Bar ou un voyage dans le temps
    L’histoire du Harry’s Bar commence avec un certain Clancy, propriétaire d’un bar sur la Septième Avenue (7th Avenue) de New-York, dans l’Upper West Side, dont on ignore le nom. Sentant le vent tourner avec l’arrivée de l’amendement américain lié à la prohibition (interdisant, entre 1920 à 1933, la fabrication, le transport, la vente, l’importation et l’exportation de boissons contenant de l’alcool) il décide de le mettre en vente.
    Tod Sloan, Jockey ‘‘bar fly’’En 1911, le jockey américain Tod Sloan (fêtard invétéré des années folles à Paris) décide alors racheter le Bar à Clancy pour le démonter entièrement : boiseries en acajou, plafond étamé, banquettes molletonnées, serveurs en blouse blanches mais aussi l’impressionnante collection de fanions universitaires de l’Ivy League pour le faire remonter à Paris (car il était jockey en France) pour en faire l’un des premiers bars à cocktail en Europe et de France où l’on retrouve cette ambiance du pays toute made in U.S.A. tant recherchée par la clientèle de l’époque, mais surtout où pouvoir siroter un cocktail convenable à Paris. Le New York Bar est né le jour de Thanksgiving, un 26 novembre 1911 ? Le lieu est juste un amusement pour Tod Sloan qui menait un train de vie totalement décomplexé : ‘‘Lui même devait être sans doute le premier client du bar, une sorte de pilier de comptoir’’ (le ‘‘bar fly’’ est devenu par la suite l’emblème du Harry’s New York Bar avec ses deux mouches gantées et coiffées d’un haut de forme ndlr).
    Harry Mac Elhone, barman aventurierUn Écossais de Dundee, Harry Mac Elhone, barman aventurier, ayant fait ses armes au Ciro’s à Londres – pousse la porte du New York Bar pour y devenir barman en se disant qu’un jour il le rachèterait. Suite à des difficultés financières dues à son train de vie très dépensier, Tod Sloan dut mettre en vente le New York Bar. Après sa démobilisation militaire, Harry Mac Elhone rachète le bar en le renommant Harry’s New York Bar, en 1923. À la mort de Harry Mac Elhone, en 1958, son fils Andy puis après lui Duncan son petit-fils, reprennent les rênes du bar. Aujourd’hui, le fils de Duncan, Franz-Arthur Mac Elhone est aux commandes de l’entreprise restée familiale.
    Un lieu à l’ambiance américaine à ParisHarry Mac Elhone fonde le Harry’s New York Bar avec la volonté de satisfaire une frustration ressentie par ses compatriotes en mal du pays. En effet, entre deux guerres de nombreux américains vivaient à Paris et il n’y avait pas de lieu pour ces nostalgiques du pays de l’oncle Sam où pouvoir :
    1. Avoir un lieu de rendez-vous.
    2. Un lieu où pouvoir siroter un bon coktail en écoutant du Jazz live.
    3. Un lieu où pouvoir voter (nous y reviendrons).
    Harry Mac Elhone avait la solution : le Harry’s Bar !
    Lieu mythique fréquenté par le gratin de l’époque
    Le Harry’s Bar a été le lieu mythique où se bousculaient de célèbres expatriés, mais pas seulement, dans le désordre :
    · la créa

    • 1h 51 min
    # 6 Paul Mouginot - Ingénieur, Artiste (partie 2/2)

    # 6 Paul Mouginot - Ingénieur, Artiste (partie 2/2)

    Paul Mouginot est le co-fondateur de DACO. Pour ceux d’entres vous qui n’auraient pas écouté l’épisode précédent, je recommande vivement de revenir un épisode en arrière.
    Paul va nous expliquer les passions qu’il nourrit pour : son chat Kotek, l’art et le travail créatif et sa collection personnelle… Mais aussi d’Aurèce Vettier, de la Porsche 993 et de l’enduit à la chaux…
    Kotek le ChatPaul Mouginot nourrit une passion idyllique pour les chats.
    Après s’être installé avec sa compagne Kasha, ils décident d’avoir un chat, une présence. Survient alors la rencontre avec le chat noir (couleur qui va avec tout) Kotek, né le 14 octobre 2016. Kotek, c’est l’ami du couple, avec des émotions et des sentiments très forts. Quand il miaule, il sait ce qu’il demande. Il respecte les œuvres d’art, il a une zone design où il peut s’adonner à ses occupations physiologiques et à ses loisirs. Il dispose d’une litière en chêne construite, poncée, en bois brûlé, par Paul Mouginot lui-même. Ce chat est bien traité (soyez-en assurés). Il participe aux conversations du couple en donnant de temps à autre son avis.
    Artiste (travail créatif)Aujourd’hui, Paul Mouginot pense avoir atteint son point d’équilibre dans son domaine; pour lui, l’art ça évoque ‘‘la R&D de la vie’’. Il est, depuis tout petit, bercé par l’intérêt que vouait son père à l’art et qui l’emmenait à la biennale de Lyon. Et puis vient la rencontre de collectionneurs, Nadia Candet qui organise un événement Private Choice, lui transmettant le virus de la collection pour plusieurs raisons : le soutien d’artistes jeunes vivants, un peu comme un soutien militant. Pour vivre avec l’énergie de l’œuvre à la Maison.
    Paul Mouginot n’achète pas pour la valeur esthétique de l’art mais pour l’énergie que l’œuvre dégage sur la matière.
    Aurèce VettierPaul Mouginot, en travaillant avec l’IA et en cultivant sa passion pour l’art, s’est demandé s’il n’y avait pas un trait d’union entre ces deux univers ? Comment utiliser l’IA pour générer de nouvelles formes ? Grand projet sur lequel il travaille avec Anis Gandoura avec qui il a fondé Aurèce Vettier, un nom unisexe qui représenterait un nom d’artiste généré, lui aussi, par l’IA. Aurèce Vettier produit des objets qui n’auraient pas pu être produits sans l’intervention de la machine : génération de formes, un algorithme, etc… Mais qui, sans l’humain, n’aurait pas eu non plus d’intérêt. Comment arriver à créer une synergie entre les deux univers.
    Curation Collection Paul MouginotRécemment, nous avons étés conviés par Paul Mouginot via Aurèce Vettier pour l’exposition organisée par un groupe de recherche appelé la Méditerranée. Ensemble ils ont mis en place une exposition inaugurale à Clichy — lamediterannee.org — y exposer des œuvres, assemblage, sélection des travaux en répondant à cette question comment fait-on aujourd’hui pour proposer un nouvel esprit de l’art ?
    Porsche 993Paul Mouginot voue (un autre) culte maniacal pour un constructeur automobile Stuttgartois : Porsche. Une des raisons clivantes, c’est que la maison de Stuttgart est fondée par l’ingénieur Ferdinand Porsche en 1931 mais, aussi, pour tous les ingénieurs ayant travaillé sur les châssis des automobiles à travers l’histoire de la marque. C’est une marque de voitures où les véhicules anciens sont traités comme des œuvres d’art. Il faut en prendre soin, ça se restaure. Ce sont des voitures fiables, il n’y a jamais aucune réparation vraiment grave ou problématique, la mécanique est fiable, chaque pièce à sa place. La voiture emblématique que Paul affectionne est la Porsche 911/993 produite entre 1994 et 1998. C’est la dernière Porsche avec refroidissement à a

    • 1h 12 min
    # 5 Paul Mouginot - Ingénieur, Artiste (partie 1/2)

    # 5 Paul Mouginot - Ingénieur, Artiste (partie 1/2)

    Il y a plusieurs années, lors d'un vernissage dans la galerie de la marque de mailles pour hommes « Six & Sept » (aujourd'hui devenue une vraie marque de PAP pour hommes « Asphalte »), j'ai fait connaissance d'un (alors) jeune photographe. Il s'agissait de Paul Mouginot.
    Depuis son plus jeune âge, Paul Mouginot nourrit 3 passions : les sciences & technologies, l'art & la culture, au sens large, et le monde des affaires. Aujourd’hui, Paul Mouginot est, dans le désordre : photographe pour le Magazine de mode Purple, enseignant à l’IFM, collectionneur et curateur d’art mais, surtout, il aime se définir comme : un "ingénieur-artiste". Il est, en effet, le co-fondateur de la start-up DACO. DACO, faisait partie de la seconde promotion de l'accélérateur de Veepee qui l'a récemment intégrée dans le groupe Veepee (Vente Privée). DACO analyse et étudie, en temps réel, l'environnement concurrentiel des marques de mode à 360°, en faisant levier avec les technologies de pointe basées sur des algorithmes d’ IA de reconnaissance faciale/d’images. DACO aide les marques et les distributeurs, e-commerce dans la mode, à étudier très finement leur environnement concurrentiel en faisant levier sur les toutes dernières technologies d'IA et de reconnaissance d'images mais aussi sur une expertise de marché développée au sein de l'entreprise et au contact des différents clients. Paul Mouginot a aussi d'autres passions qu’il chérit : sa collection personnelle d’art, son chat Kotek, un amour pour les Porsches 993 et l'enduit à la chaux…
    Paul Mouginot naît en Juillet 1990 à Chambéry (son bled Savoyard) où il retourne avec grand plaisir quand il le peut, d’un père ingénieur et d’une mère professeur d’espagnol.
    La façon la plus simple de définir Paul Mouginot est de le définir comme ingénieur-artiste. Passionné de mathématiques et d’algorithmie.
    À l’issue de ses études, après un passage dans le conseil en stratégie, il crée l’entreprise DACO avec deux autres associés qui utilisaient les technologies d’intelligence artificielle pour affiner les prix des sites e-commerce. En 2018, ils se font racheter par la société de Jacques-Antoine Granjon : Vente Privée.
    Artiste IngénieurC’est un tiraillement que Paul Mouginot a depuis qu’il est tout petit qui a été source de fertilité et de créativité. Il a toujours été intéressé par la création au sens large. Aussi bien de passer de 0 à 1 que faire de la curation : « C’est une forme de créativité que d’aller chercher dans le monde des choses qui m’intéressent et de les ramener à la maison en quelque sorte ». Et donc, cette dimension artistique, c’est vrai qu’au début, très, très tôt dans ce qu’il appelle une carrière, où il commence en tant que photographe. Étudiant, c’était sa source de revenus, ce qui lui a permis de vivre à Paris - soutenu également par sa famille. Une source de revenus qui était incontestablement une passion et qui l’amènera à travailler très tôt pour le magazine Purple.
    Plus récemment il se met à fusionner ces deux passions en utilisant l’intelligence artificielle. Il s’intéresse beaucoup à comment il peut trouver de nouveaux algorithmes novateurs pour trouver de nouvelles formes. Des nouvelles manières d’écrire des textes, de générer des images et de se confronter à ça et d’être encore plus créatif.
    PhotographieIl se prend d’amour pour la photo très jeune. Dans sa famille, il nous raconte avoir eu de bons photographes amateurs qui s’équipaient très tôt d’appareils photos de pointe pour l’époque. Paul Mouginot apprend avec son père à développer ses photos et, à douze ans, il se lance dans la photo au moyen format.
    Agence photoIl crée une agence de photo de mode pendant son cursus d’école d’ingénieur à Par

    • 1h 31 min
    #4 Arthur Leclercq - des Championnats de Motocross à l'Union Special

    #4 Arthur Leclercq - des Championnats de Motocross à l'Union Special

    Il y a quelques semaines à peine après le déconfinement lié à cette crise sanitaire (et économique) historique, je me décide à aller à la rencontre d'Arthur Leclercq, fondateur de l'atelier de réparation SuperStitch situé au 13, rue Racine dans le sixième arrondissement de Paris. Je rencontre pour la première fois Arthur Leclercq en 2016 durant un event organisé dans l'une de mes boutiques héritage préférées de Paris, Royal Cheese, pour la marque de denim Levi's. Je suis chaleureusement accueilli par le maître des lieux et l'un de ses amis dans la boutique atelier qu'est SuperStitch. On discute de tout et de rien pendant que lui switch de machine en machine pour réparer les denim confiés par ses clients. L'idée m'était venue plutôt de façon naturelle de lui proposer de se prêter au jeu du podcast : il a accepté sans aucuns chichis.
    Arthur Leclercq, classe 1989 (30 ans), né en Charente-Maritime (à Saint-Jean-d'Angèly), et ayant grandi à Poitier (ce qu'il définit une belle bourgade) est un passionné de sports mécaniques (ancien compétiteur en motocross) et de denim. Né d'un père informaticien pour des logiciels de sécurité d'une banque et d'une mère entrepreneuse, à la tête d'une boîte de nuit de province avec parking en graviers pendant plus de vingt ans. Il y fréquente ce lieu âgé de seulement dix ans, copinant avec les videurs, des "personnages assez spécifiques" que l'on ne rencontrerait pas hors contexte monde de la nuit (un monde à part).
    sortir les poubelles, une école de la vie
    A 13 ans il commence à mettre les mains dans le cambouis, en aidant sa mère à la tache dans la boîte de nuit, en s'occupant du bar, du tri des bouteilles, à la sortie des poubelles... Inconsciemment avec un parcours scolaire "laborieux" et semé d'embuches, cette humilité responsabilisante lui avait très tôt inculqué le désir de faire les choses par lui même avec la notion de prise de risques que seuls connaissent les entrepreneurs. Arthur Leclercq se voyait initialement chirurgien (pour sauver des vies). Le destin en voulut autrement...
    Bac -10
    Arthur Leclercq ne passera pas son épreuve de Bac (car pas réveillé ce jour là...), Bac Pro tournage fraisage où Arthur fait son apprentissage en usinant des pièces pour l'automobile, l'aéronautique... En apprenant sur des machines conventionnelles et par la suite numériques qui par ailleurs le passionnaient par l'aspect manuel, minutieux et qui force à la réflexions permanente qui le rapprochent de la mécanique et des machines bien réglées...
    championnats de motocross et automobiles accidentées
    Arthur Leclercq nous raconte sa passion de toujours le motocross et les sports mécaniques de façon générale, qui a démarrée des ses cinq ans. Sa chambre était parsemée de posters de ses idoles du moment, notamment de posters de : Ricky Carmichael, David Vuillemin, James Stewart Jr. (pilote emblématique de 2003/2004, surnommé le "Tiger Woods du motocross" qui avait révolutionné le motocross par sa technique minutieuse et le "Scrub" permettant au technicien de pencher la moto sur la crête d'un appel de saut diminuant le temps du saut en l'air)... Arthur Leclercq dut mettre un terme à sa passion coûteuse en stoppant sa participation aux Championnats de France et les épreuves de Championnat d'Europe en 2006 à cause des frais mirobolants de déplacements, de camion, le dépenses du mécano et des machines...
    Arthur nous explique aussi une autre passion les automobiles accidentés (des autres). Il aime voir comment elle se déforme, ce qu'il y a à l'intèrieur.
    un métier où l'on ne triche pas
    Arthur Leclercq se passionne pour la mécanique avec son apprentissage et son hobby semi professionnel du motocross. Il constate qu'on ne peut pas tricher avec la mécanique. Si les réglages sont mal faits, les machines n

    • 1h 33 min

Avis d’utilisateurs

4.9 sur 5
67 notes

67 notes

DamZurich ,

Invités originaux

Tres belles interviews et surtout des invités originaux !

Les conseils d'un sage ,

Super

Super, génial

M.Merveil ,

Chic

Très agréable à écouter ,on ressent la passion et l’amour du métier.

L’interlocuteur très à l’aise et spontanée c’est une analyse juste !!!!!!

Découverte de cette profession à travers ce podcasts c’était très instructif.

Le succès réside dans la capacité à capter l’attention des autres la c’est gagné ,Bravo !!!!

Classement des podcasts dans Mode et beauté

D’autres se sont aussi abonnés à