5 épisodes

“Les Acteurs du droit” propose de comprendre le droit et la justice à partir de personnages qui donnent chair au droit. L’émission dresse le portrait d’individus qui ont joué un rôle dans une affaire judiciaire et qui ont ensuite inspiré les scénaristes et les metteurs en scène. Chaque épisode s’attache à présenter un film basé sur une histoire vraie et dont le héros est, par essence, un acteur du droit.

Les Acteurs du droit - Amicus Radio Julie Allard, Anne Lagerwall, Vincent Lefebve, Julien Pieret

    • Éducation

“Les Acteurs du droit” propose de comprendre le droit et la justice à partir de personnages qui donnent chair au droit. L’émission dresse le portrait d’individus qui ont joué un rôle dans une affaire judiciaire et qui ont ensuite inspiré les scénaristes et les metteurs en scène. Chaque épisode s’attache à présenter un film basé sur une histoire vraie et dont le héros est, par essence, un acteur du droit.

    “Ni juge, ni soumise” de Jean Libon et Yves Hinant

    “Ni juge, ni soumise” de Jean Libon et Yves Hinant

    Résumé de l’épisode
    Pour son cinquième épisode, Les Acteurs du droit se penche sur le documentaire évènement de l’hiver 2018 : Ni juge, ni soumise des réalisateurs belges Jean Libon et Yves Hinant. Durant trois années, ils ont suivi la juge d’instruction bruxelloise Anne Gruwez durant ses heures de garde, lorsqu’elle interroge les suspects que lui livre la police, ou sur le terrain de ses enquêtes. Dans les pas de cette magistrate haute en couleur, les réalisateurs nous livrent le portrait saisissant d’une justice pénale des petites gens. Entre hilarité et consternation, entre fascination et scepticisme, Ni juge, ni soumise suscite immanquablement des émotions et des commentaires contrastés.
    De quand date le premier documentaire de l’histoire du cinéma ? Comment filmer la justice à l’œuvre ? Qui est Anne Gruwez et quelle fut sa trajectoire biographique ? Quelle est la différence entre le juge (belge) d’instruction et le juge (français) des libertés et de la détention ? Quelles autorisations furent nécessaires pour réaliser un tel documentaire ? Pourquoi une scène a-t-elle été retirée du film à la suite de la menace d’une action en justice ? Quelle est la signification de la traduction anglaise du titre, So Help Me God ? Ce documentaire soulève assurément de telles questions, auxquelles ce cinquième épisode des Acteurs du droit ne répondra pourtant pas. Il en soulèvera d’autres, plus fondamentales, sur le fonctionnement de la justice criminelle, sa représentation et les attentes qu’elle suscite de la part de ses acteurs et commentateurs. Vous croyez avoir vu Ni juge, ni soumise, vous croyez avoir tout lu… mais vous n’avez encore rien entendu. Les Acteurs du droit, ce n’est pas du cinéma, c’est mieux !
    Extraits sonoresDivers extraits du film Ni juge, ni soumise de Jean Libon et Yves Hinant (Belgique/France, 2017). En vue d’améliorer le confort d’écoute, certains extraits ont pu faire l’objet d’un montage marginal.
    Extrait de l’entretien de Jean Libon et Yves Hinant, GNCR (Groupement national des cinémas de recherche), 30 janvier 2018. Source : Youtube.
    Extrait de l’émission Entrée Libre (Leçons de Strip Tease) – France 5, 7 février 2018. Source : Youtube.
    Extrait de l’entretien de Jean Libon, L’invité – TV5 Monde, 6 avril 2018. Source : Youtube.
    Extrait de l’émission Matières à penser avec Antoine Garapon – France Culture, 3 mai 2018. Source : France Culture.
    Extrait de l’entretien de Jean Libon et Yves Hinant, Le Mois du Doc – Cinergie.be, 20 novembre 2018. Source : Youtube.
    Extrait de l’émission L’actu du jour – RTBF La première, 22 janvier 2019. Source : RTBF Auvio.
    Extrait de la 44e cérémonie des César – Canal+, 22 février 2019. Source : Youtube.
    Extrait du Journal télévisé – RTBF La Une, 20 mars 2019. Source : RTBF Auvio.
    Bande annonce Face au juge – RTL TVI. Source : Télé-Loisirs
    Extraits musicauxExtrait de la chanson Batumambe, Orchestre régional de Segou (album Mali Music, Syllart Records / Sterns Africa, 1988).
    Extrait de la chanson Batumambe, Combo belge (album Soyons moderne, Sowarex, 1989).
    Extraits de la bande originale de La Chèvre (La Cabra et El Duendecito), Vladimir Cosma (Larghetto, 1981).
    Extrait de la Marche de Radetzky, Johann Strauss, interprétée par le Berliner Philharmoniker dirigé par Herbert von Karajan (vol. 11, Rendez-Vous Digital, 2011).
    Extrait de la chanson Bad Woman, Céline Gillain (album : Bad Woman, Drama, 2018).
    Ressources bibliographiques« Á propos des procès filmés. Entretien avec Agnès Tricoire et Jean-Louis Comolli », Images documentaires, n° 54, 2005, pp. 41-58.
    Julie Allard, « Le personnage en politique. Secret et apparence chez Hannah Arendt », in Thierry Lenain et Aline Wiame (dir.), Personne/Personnage, Paris, Vrin,

    • 31 min
    “L’Ivresse du pouvoir” de Claude Chabrol

    “L’Ivresse du pouvoir” de Claude Chabrol

    Résumé de l’épisode
    Le quatrième épisode des Acteurs du droit est consacré au film L’Ivresse du pouvoir, de Claude Chabrol, sorti sur les écrans en 2006. Ce film relate les débuts de l’affaire ELF, vaste enquête économique qui fit trembler la République française durant les années 1990 et 2000. Emblématique d’une certaine collusion entre géopolitique, développement économique et business international, cette affaire mit en lumière les étranges mœurs d’une classe dirigeante moins animée par l’intérêt supérieur de la France que par la volonté de s’enrichir. Dans L’Ivresse du pouvoir, Chabrol met en scène le travail d’une juge d’instruction, Jeanne Charmant-Killman, personnage très largement inspiré de l’ancienne juge Eva Joly en charge de l’instruction initiale. Si le réalisateur s’attarde assez peu sur les détails, certes complexes, de l’affaire, il nous livre, comme à son habitude, une description assez ironique des petites mesquineries des grands bourgeois. Surtout, il nous offre le portrait ambigu d’une femme juge autant obsédée par son enquête et enivrée par les pouvoirs que lui procure sa fonction qu’insensible à la souffrance d’autrui et en particulier de ses proches. Entre chronique acide renvoyant dos à dos les personnes qui abusent de leur pouvoir (judiciaire ou économique) et portrait engagé d’une femme déterminée à lutter dans un monde d’hommes, ce film est à l’image de l’ensemble du cinéma chabrolien : ambivalent et sardonique.
    L’émission Les acteurs du droit propose de comprendre le droit et la justice à partir de personnages qui donnent chair au droit. L’émission dresse le portrait d’individus qui ont joué un rôle dans une affaire judiciaire et ont inspiré les scénaristes et les metteurs en scène. Chaque épisode s’attache à présenter un film basé sur une histoire vraie et dont le héros est un acteur du droit. Le résumé de l’œuvre et de son contexte sert de point de départ pour évoquer un thème qui présente aujourd’hui une certaine actualité : les fous doivent-il être jugés ? La justice est-elle politique ? Doit-on supprimer le juge d’instruction ? Les femmes magistrates sont-elles des juges comme les autres ?
    Extraits sonores
    Divers extraits tirés du film L’Ivresse du pouvoir de Claude Chabrol (France/2006)
    Pour améliorer le confort d’écoute, la bande sonore de certains extraits a parfois fait l’objet d’un montage marginal.

     

    Extrait du Journal télévisé de France 2 du 4 juillet 1996 (source : https://www.ina.fr/video/CAB96037991/le-floch-prigent-entendu-par-le-juge-eva-joly-video.html).
    Extrait du Journal télévisé (19/20 – édition nationale) de France 3 du 28 février 2002 (source : https://www.ina.fr/video/1954221001008/portrait-juge-eva-joly-video.html).
    Extrait du Journal télévisé (19/20 – édition nationale) de France 3 du 29 janvier 2003 (source : https://www.ina.fr/video/2202703001003/proces-jugement-de-l-affaire-elf-video.html)
    Extrait de l’entretien d’Isabelle Huppert par Olivier Bombarda à l’occasion de la sortie du film L’Ivresse du pouvoir (source : https://www.youtube.com/watch?v=yyFGJIdUTqo)
    Extrait d’une interview d’Eva Joly invitée de l’émission On a tout essayé du 7 février 2005 (source : https://youtu.be/3kg6SK3nsC0?t=2003).
    Extrait d’une interview de Claude Chabrol invité de l’émission Tout le cinéma du 12 avril 1993 (source : https://www.ina.fr/video/I00002952/claude-chabrol-a-propos-des-femmes-au-cinema-video.html)

    Extraits musicaux
    Divers extraits de la bande originale du film L’Ivresse du pouvoir composée par Matthieu Chabrol.
    Extrait de l’opéra Othello de Giuseppe Verdi & Arrigo Boito (La chanson du saule) interprété par le Robert Benedetti Orchestra & Berthe Monmart, Bibliothèque nationale de Fr

    • 33 min
    “Section spéciale” de Costa-Gavras

    “Section spéciale” de Costa-Gavras

    Résumé de l’épisode
    Le troisième épisode des Acteurs du droit est consacré au film Section spéciale, de Costa-Gavras, sorti sur les écrans en 1975. Ce film relate l’affaire des sections spéciales, ces juridictions d’exception qui ont été mises en place par le régime de Vichy, en août 1941, afin de condamner des communistes et des Juifs de façon expéditive et en violation de certains des principes juridiques les plus essentiels. Ce film mobilise, à travers une galerie de personnages, divers problèmes se situant au carrefour du droit, de la politique et de la morale. L’instrumentalisation politique de la justice ou encore le problème de la conscience du juge sont ainsi interrogés à partir d’une chronique singulière, mise en images par Costa-Gavras dans un film devenu classique, mais toujours d’une brûlante actualité. Du processus ayant mené à l’adoption de la loi du 14 août 1941 à la première journée d’audience de la section spéciale parisienne, les spectateurs sont conduits à se poser la question de la possibilité, mais aussi des limites, de la justification d’une politique oppressive, discriminatoire et criminelle par des moyens légaux.
    L’émission Les acteurs du droit propose de comprendre le droit et la justice à partir de personnages qui donnent chair au droit. L’émission dresse le portrait d’individus qui ont joué un rôle dans une affaire judiciaire et ont inspiré les scénaristes et les metteurs en scène. Chaque épisode s’attache à présenter un film basé sur une histoire vraie et dont le héros est un acteur du droit. Le résumé de l’œuvre et de son contexte sert de point de départ pour évoquer un thème qui présente aujourd’hui une certaine actualité : les fous doivent-il être jugés ? La justice est-elle politique ? Doit-on supprimer le juge d’instruction ?

    Extraits sonores


    Divers extraits tirés du film de Costa-Gavras Section spéciale (France/Italie/Allemagne de l’Ouest, 1975).
    Un extrait de « Le totalitarisme et la liberté », Entretiens avec Costa-Gavras, émission À voix nue, 13 mai 2014, France Culture
    Un extrait du discours prononcé par Charles de Gaulle le 25 août 1944 à Paris sur la Place de l’Hôtel de Ville, France, Coopérative générale du cinéma français, Institut national de l’audiovisuel.
    Un extrait du discours prononcé par Manuel Valls le 13 janvier 2015 à Paris devant l’Assemblée nationale, France Télévisions.



    Extraits musicaux


    Divers extraits d’Éric Demarsan, Section spéciale, bande originale du film de Costa-Gavras, RCA Records, 1975.
    Divers extraits de Boris Godounov de Modest Mussorgsky et Alexander Pushkin, Orchestre national de la Radio-Télévision française, coll. « Bibliothèque Nationale de France », 1952.



    Ressources bibliographiques


    Ch. Amson, « La Section spéciale, ou le procès de la docilité », in D. Amson, Ch. Amson et J.-G. Moore, Les grands procès, 2e éd., Paris, PUF, coll. « Questions judiciaires », 2015, pp. 413-419.
    H. Arendt, « Eichmann à Jérusalem », in Les Origines du totalitarisme. Eichmann à Jérusalem, P. Bouretz (dir.), trad. A. Guérin et M.-I. Brudny-de Launay, révision M. Leibovici, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 2002.
    Responsabilité et jugement, trad. J.-L. Fidel, Paris, Payot & Rivages, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2005.
    R. Aron, Histoire de Vichy (1940-1944), Paris, Fayard, coll. « Les grandes études contemporaines », 1954.
    A. Bancaud, Une exception ordinaire. La magistrature en France, 1930-1950, Paris, Gallimard, coll. « Nrf Essais », 2002.
    « La haute magistrature sous Vichy », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 1996, vol. 49, pp. 45-62.
    « La magistrature et la répression politique de Vichy ou l’histoire d’un semi-échec 

    • 33 min
    Le juge Fayard dit “le shériff” d’Yves Boisset

    Le juge Fayard dit “le shériff” d’Yves Boisset

    Résumé de l’épisode
    Le deuxième épisode des Acteurs du droit est consacré au film Le juge Fayard, dit le Shérif, réalisé en 1977 par Yves Boisset. Ce film est inspiré du juge d’instruction François Renaud, assassiné dans la ville de Lyon en 1975 alors qu’il enquêtait sur les liens entre politiques et mafia locale. Le portrait de cet acteur du droit, haut en couleurs, permet d’interroger la fonction du juge d’instruction en France, tour à tour qualifié de “petit juge” ou “d’homme le plus puissant de France”, les uns érigeant cette figure au rang de gardien de la justice, les autres remettant en cause son impartialité et souhaitant sa disparition.
    L’émission Les acteurs du droit propose de comprendre le droit et la justice à partir de personnages qui donnent chair au droit. L’émission dresse le portrait d’individus qui ont joué un rôle dans une affaire judiciaire et ont inspiré les scénaristes et les metteurs en scène. Chaque épisode s’attache à présenter un film basé sur une histoire vraie et dont le héros est un acteur du droit. Le résumé de l’œuvre et de son contexte sert de point de départ pour évoquer un thème qui présente aujourd’hui une certaine actualité : les fous doivent-il être jugés ? La justice est-elle politique ? Doit-on supprimer le juge d’instruction ?




    Animation
    Julie Allard, Vincent Lefebve, Julien Pieret

    Réalisation
    Arnaud Dumanois

    Coordination
    Léa Delion

    Musique originale
    Didier Riey




    Extraits sonores

    Divers extraits tirés du film d’Yves Boisset Le juge Fayard dit « Le Sheriff » (France, 1977).
    Divers extraits de « Yves Boisset ou le prix du danger », Entretiens avec Yves Boisset, émission À voix nue, 15-19 juin 2015, France Culture : https://www.franceculture.fr/emissions/voix-nue/yves-boisset-ou-le-prix-du-danger-15


    Extraits musicaux

    Philippe Sarde, Le juge Fayard dit « Le Sheriff », bande originale du film d’Yves Boisset, Barclay, 1977 :

    « Générique » ;
    « Le tunnel »



    Ressources bibliographiques

    Rapport de la Commission d’enquête sur les actions du Service d’action civique, Assemblée nationale, s.o. 1981-1982, 17 juin 1982.
    Audigier, François, Histoire du SAC : la part d’ombre du gaullisme, Paris, Stock, 2003.
    Berlion, Olivier, Le Juge, la République assassinée, bande dessinée en 3 tomes, Paris, Dargaud, préface de Francis Renaud, 2015-2017.
    Boisset, Yves, La vie est un choix, Paris, Plon, 2011
    Clère, Jean-Jacques et Farcy, Jean-Claude (dir.), Le juge d’instruction. Approches historiques, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, Coll. « Institutions », 2010,
    Colombat, Benoît et Davodeau, Etienne, Cher Pays de Notre Enfance. Enquête sur les années de plombs de la Ve République, bande dessinée, Paris, Futuropolis, 2015.
    Derogy, Jacques, Enquête sur un juge assassiné. Vie et mort du magistrat lyonnais François Renaud, Paris, Robert Laffont, 1977.
    Labrunie, Jean, Le sheriff. Autopsie de l’assassinat d’un juge, Paris, éditions Olivier Orban, 1975.
    Renaud, Francis, Justice pour le juge Renaud, Monaco, Éditions du Rocher, 2011.
    Scalia, Damien et Kennes, Laurent (dir.), Du juge d’instruction vers le juge de l’enquête. Analyse critique et de droit comparé, Bruxelles, Anthémis, 2017.
    Trévidic, Marc, Qui a peur du petit méchant juge ?, Paris, JC Lattès, 2014.
    Wolton, Thierry, Les Écuries de la Ve, Paris, Grasset, 1989.

    Téléchargez les références complètes

    • 36 min
    Le juge et l’assassin de Bertrand Tavernier

    Le juge et l’assassin de Bertrand Tavernier

    Résumé de l’épisode

    L’émission Les acteurs du droit propose de comprendre le droit et la justice à partir de personnages qui donnent chair au droit. L’émission dresse le portrait d’individus qui ont joué un rôle dans une affaire judiciaire et ont inspiré les scénaristes et les metteurs en scène. Chaque épisode s’attache à présenter un film basé sur une histoire vraie et dont le héros est un acteur du droit. Le résumé de l’œuvre et de son contexte sert de point de départ pour évoquer un thème qui présente aujourd’hui une certaine actualité : les fous doivent-il être jugés ? La justice est-elle politique ? Doit-on supprimer le juge d’instruction ?



    Le premier épisode des Acteurs du droit est consacré au film Le juge et l’assassin, réalisé en 1976 par Bertrand Tavernier. Ce film est inspiré du juge d’instruction Emile Fourquet (Philippe Noiret) qui résout, au XIXème siècle, la première affaire de tueur en série en France, “l’affaire Joseph Vacher” (Michel Galabru). Autour de la question: “Doit-on juger les fous?”, s’affrontent et s’illustrent dans ce film les grandes thèses classiques de la criminologie. Tavernier dresse également un portrait critique des institutions bourgeoises et répressives, dont le juge d’instruction est l’émanation.


    Invités
    Julie Allard est professeure de philosophie du droit et directrice du Centre de droit public de l’Université libre de Bruxelles (ULB).
    Vincent Lefebve est chercheur et maître d’enseignement à l’ULB, où il mène des recherches postdoctorales consacrées aux représentations des juges et de la justice au cinéma.
    Julien Pieret est professeur à l’ULB, spécialiste notamment des relations entre droit et mouvement sociaux.

    Extraits sonores

    Divers extraits tirés du film de Bertrand Tavernier, Le Juge et l’assassin (France, 1976).
    Michel Foucault, extrait d’un débat télévisé, en français et en anglais, entre Michel Foucault et Noam Chomsky, enregistré à l’École supérieure de technologie d’Eindhoven (Pays-Bas) en novembre 1971 et diffusé à la télévision néerlandaise.
    Extrait d’un texte du GIP (Groupe d’information sur les prisons) : Le GIP enquête dans un prison-modèle : Fleury-Mérogis, Paris, Champ Libre, coll. « Intolérable », n° 2, 1971.


    Extraits musicaux

    Philippe Sarde, Le Juge et l’Assassin, bande originale du film de Bertrand Tavernier, label : Saravah, SH 10061, 1976 :
    – « Pour le temps et pour l’éternité » ;
    – « La Complainte de Bouvier l’éventreur », paroles de Jean-Roger Caussimon, chanson interprétée
    par Jean-Roger Caussimon ;
    – « La commune est en lutte », paroles de Jean-Roger Caussimon, chanson interprétée par Isabelle
    Huppert.


    Ressources bibliographiques

    Chevrier, Olivier, Crime ou folie : un cas de tueur en série au XIX e siècle. L’affaire Joseph Vacher,
Paris, L’Harmattan, coll. « Sciences criminelles », 2006.
    Dayez, Bruno, Justice et cinéma. Quarante méditations sur la justice vue à travers le septième art, Louvain-la- Neuve, Anthemis, 2007.
    Deloux, Jean-Pierre, Vacher assassin : un serial killer français au XIX e siècle, Paris, Claire Vigne Éditrice, coll. « L’autre histoire », 1995.
    Esposito, Fiammetta, Le tueur en série : étude de profils français à l’usage des praticiens, préf. Laurence Leturmy et Jean Louis Senon, Paris, LGDJ, 2011.
    Flores-Lonjou, Magalie et Miniato, Lionel, « Le Juge et l’Assassin : mise en scène d’une instructionpénale à la fin du XIX e siècle »
    Fourquet, Émile, Les vagabonds. Les vagabonds criminels. Le Problème du vagabondage, préf. Alexandre Lacassagne, Paris, Marchal et Billard, 1908.
    Guéry, Christian, Justices à l’écran, Paris, PUF, coll. « Questions judiciaires »,

    • 29 min

Classement des podcasts dans Éducation

D’autres se sont aussi abonnés à