38 épisodes

Amoureux de la raison, de la liberté et de la démocratie, John Stuart Mill observait : « Ce n’est que par la confrontation des opinions adverses que l’on a une chance de découvrir le reste de la vérité. » Hélas, notre époque semble avoir oublié cet esprit de la controverse féconde. Partout, on s’enferme dans des clans intellectuels jaloux de leur périmètre et de leur pureté. On transforme des oppositions normales d’idées en guerre culturelle et idéologique. On publie tribunes et pétitions sur ses engagements sans avoir envie de discuter avec ceux qui ne les partagent pas. On dénonce beaucoup, mais cette posture moralisatrice confondant l’indignation et l’argumentation ressemble à s’y méprendre à une extinction de la pensée critique. L’intimidation, l’autocensure et le conformisme n’ont jamais été les bases d’une démocratie vivante et sûre d’elle-même, mais plutôt les préludes des tyrannies. Peggy Sastre et Laetitia Strauch-Bonart entendent faire mentir l’époque. Après un tour de chauffe où elles se secoueront l’une l’autre les plumes, les Contrariantes recevront toutes les deux semaines des acteurs de la vie intellectuelle, culturelle, politique et scientifique pour parler de l’actualité et de l’inactualité des idées. Le programme est vaste : sortir des tribus et des bulles, aborder des sujets sérieux sans esprit de sérieux et des polémiques sans velléité excommunicatrice, préférer les faits aux émotions, les idées aux mots d’ordre, les connaissances aux tabous et aux totems. La parole et la pensée ne valent rien si elles ne peuvent être libres. Les Contrariantes offrent un nouvel espace pour cette liberté.
Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Les Contrariantes Le Point

    • Actualités
    • 4,3 • 29 notes

Amoureux de la raison, de la liberté et de la démocratie, John Stuart Mill observait : « Ce n’est que par la confrontation des opinions adverses que l’on a une chance de découvrir le reste de la vérité. » Hélas, notre époque semble avoir oublié cet esprit de la controverse féconde. Partout, on s’enferme dans des clans intellectuels jaloux de leur périmètre et de leur pureté. On transforme des oppositions normales d’idées en guerre culturelle et idéologique. On publie tribunes et pétitions sur ses engagements sans avoir envie de discuter avec ceux qui ne les partagent pas. On dénonce beaucoup, mais cette posture moralisatrice confondant l’indignation et l’argumentation ressemble à s’y méprendre à une extinction de la pensée critique. L’intimidation, l’autocensure et le conformisme n’ont jamais été les bases d’une démocratie vivante et sûre d’elle-même, mais plutôt les préludes des tyrannies. Peggy Sastre et Laetitia Strauch-Bonart entendent faire mentir l’époque. Après un tour de chauffe où elles se secoueront l’une l’autre les plumes, les Contrariantes recevront toutes les deux semaines des acteurs de la vie intellectuelle, culturelle, politique et scientifique pour parler de l’actualité et de l’inactualité des idées. Le programme est vaste : sortir des tribus et des bulles, aborder des sujets sérieux sans esprit de sérieux et des polémiques sans velléité excommunicatrice, préférer les faits aux émotions, les idées aux mots d’ordre, les connaissances aux tabous et aux totems. La parole et la pensée ne valent rien si elles ne peuvent être libres. Les Contrariantes offrent un nouvel espace pour cette liberté.
Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

    David Haziza : « Notre mièvrerie non violente est un rejet de la chair »

    David Haziza : « Notre mièvrerie non violente est un rejet de la chair »

    Invité de marque, David Haziza l'est à plus d'un titre. Déjà, parce qu'il aura fait tout le chemin de New York à Paris pour venir se soumettre aux questions de Ferghane Azihari et Peggy Sastre et, ensuite, parce que malgré son relatif jeune âge, on lui constate déjà un beau passif. Élève de l'École normale supérieure, où il a étudié la philosophie, David Haziza a ensuite choisi de poursuivre ses études aux États-Unis, à l'Université de Columbia, pour un doctorat au département de français, où il a également enseigné.
    Ses recherches, à la croisée de la littérature, de l'histoire des idées et des études religieuses, ont notamment été consacrées à Michelet, en particulier à sa Sorcière, et à l'historien de la mystique et des hérésies juives Gershom Scholem, dont les approches de l'histoire ont été mises en dialogue avec d'autres auteurs et chercheurs, comme Georges Bataille, Carlo Ginzburg ou encore Bakhtine. 
    Soit de quoi commencer à se faire une idée du caractère pour le moins buissonnant de l'œuvre de David Haziza. En 2017, il publie un premier livre aux éditions du Cerf, Talisman sur ton cœur, qui proposait une nouvelle traduction et un commentaire du Cantique des Cantiques. Et pour ce nouvel épisode des Contrariantes, c'est son deuxième ouvrage, paru en janvier chez Grasset, Le procès de la chair – Essai contre les nouveaux puritains qui en aura fait un invité immanquable.
    Pandémie, féminisme, tueries de masse, parentalité « bienveillante » et autres costards taillés au « sécuritarisme » de droite ayant alimenté les paniques morales et la peur du sexe de la gauche woke… Tout y passe et encore plus. Une parole libre dans un entretien aussi frais que foisonnant.

    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

    • 53 min
    Philippe Val : « Il ne faut pas laisser les clés de notre monde aux fanatiques »

    Philippe Val : « Il ne faut pas laisser les clés de notre monde aux fanatiques »

    On ne présente plus Philippe Val. Journaliste, écrivain et essayiste, il fut pendant dix-sept ans à la tête du célèbre journal satirique Charlie Hebdo. Auteur de plus de vingt ouvrages publiés durant ce qu’on peut désormais qualifier de longue carrière, son dernier livre paru aux éditions de l’Observatoire s’intitule Dictionnaire philosophique d’un monde sans Dieu. Un titre évocateur, mais qui n’est guère surprenant pour celui qui, à l’intérieur ou à l’extérieur de la rédaction de Charlie Hebdo, a toujours revendiqué une forme décomplexée d’athéisme militant.
    Cette irrévérence à l’égard d’un dieu improbable se conjugue cependant sans difficulté avec la sympathie pour les croyants qui ne ressentent guère le besoin de manier sur terre un quelconque glaive divin. Hélas, le chemin pour que l’obscurantisme dépose les armes est encore long. Face au fanatisme, « il n’est d’autre remède à cette maladie épidémique que l’esprit philosophique, qui, répandu de proche en proche, adoucit enfin les mœurs des hommes, et qui prévient les accès du mal », disait Voltaire.
    Tel est l’esprit qui anime Philippe Val dans ce riche entretien, où se mêlent de profondes réflexions sur le fait religieux, la possibilité de s’épanouir dans un monde sans dieu, la dette que notre civilisation devrait au christianisme, la place de l’islam et des minorités postcoloniales… Rencontre avec un libre-penseur bien décidé à le rester.

    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

    • 48 min
    Philippe Aghion : « En France, on a trop tardé à faire des réformes »

    Philippe Aghion : « En France, on a trop tardé à faire des réformes »

    Philippe Aghion est l’un des rares économistes français que le monde nous envie. Auteur en 2020, avec Céline Antonin et Simon Bunel du Pouvoir de la destruction créatrice (Odile Jacob), synthèse de plus de trente ans de recherches, on ne pouvait pas rêver meilleur invité pour relancer les Contrariantes, le podcast des idées élevées en liberté, dans une formule pas tout à fait pareille ni tout à fait une autre. Suivant le glorieux précepte du changement dans la continuité, votre émission bimensuelle préférée consistera désormais en un grand entretien animé, depuis les studios du Point, par Peggy Sastre et Ferghane Azihari, complété d’une chronique intitulée « Les Contrariétés de Mathilde », réalisée par Mathilde Berger-Perrin.
    Et pour initier cette nouvelle saison, Philippe Aghion est un invité de marque. Professeur au Collège de France depuis 2015, à l’Institut européen d'administration des affaires (Insead) et à la London School of Economics, après avoir, entre autres, enseigné à Harvard et été, là encore entre autres, membre du Cercle des économistes, son œuvre se focalise sur la croissance et l’innovation. Et le paradigme Aghion, à l’oeuvre au Conseil d'analyse économique, à la Commission pour la libération de la croissance française – la fameuse Commission Attali – ou encore auprès de François Hollande, Alain Juppé, Emmanuel Macron et dans les programmes les plus récents de sciences économiques et sociales au lycée, vise à développer un capitalisme vertueux, à la fois favorable à l'innovation et protecteur pour les citoyens, grâce à un dialogue intelligent entre l'Etat, les entreprises et la société civile. Une apparente gageure qui se dissipe dès qu’on prête l’oreille à son argumentation lumineuse, assistée d’un sens de la pédagogie hors du commun.

    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

    • 42 min
    Ce n'est qu'un au revoir ?

    Ce n'est qu'un au revoir ?

    Même les meilleures choses ont une fin… Laetitia Strauch-Bonart ayant décidé de voguer vers de nouvelles aventures éditoriales, le podcast « Les Contrariantes » cesse d’exister. L’occasion pour nos duettistes d’un petit numéro spécial « best of » et de se remémorer le meilleur et le pire de deux saisons riches en échanges, en découvertes, en contre-pieds et contrariétés… mais aussi en bons gros ratés et en numéros qui, heureusement, n’ont jamais vu le jour ! Un immense merci à nos auditeurs et que les plus fidèles se rassurent : ici ou ailleurs, les idées élevées en liberté sont loin d’avoir dit leur dernier mot.  ​​​​​​
    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

    • 15 min
    « L’IEP Grenoble n’est pas la caricature woke qu’on en fait »

    « L’IEP Grenoble n’est pas la caricature woke qu’on en fait »

    Le 4 mars 2021, un syndicat étudiant local organisait une séance de collages sur les murs de l’Institut d’études politiques (IEP) de Grenoble. Deux enseignants de l’établissement, Klaus Kinzler et Vincent Tournier, y étaient désignés à la vindicte publique, accusés d'« islamophobie » et de « fascisme », et leur licenciement exigé. Formuler publiquement de telles accusations – infondées – contre des enseignants six mois seulement après l’assassinat de Samuel Paty, voilà qui démontrait, s’il en était encore besoin, que certaines organisations de gauche n’avaient tiré aucune leçon d’un attentat dont la cible avait été désignée par les réseaux sociaux.
    C’était le début de l’affaire dite de « Sciences Po Grenoble » ou de « l’affaire Kinzler », du nom de l’enseignant à avoir le plus pris la parole dans les médias, notamment pour dénoncer la longue détérioration de l’IEP sur le plan de la liberté d’expression et du pluralisme idéologique. Depuis l’année dernière, l’Inspection générale a diligenté une enquête mettant en cause la gestion de l’affaire, les étudiants incriminés ont été relaxés en conseil de discipline et l’administration de l’établissement, restée muette pendant des mois, a suspendu M. Kinzler de ses fonctions en décembre 2021 après qu’il a commenté cette décision dans la presse.
    La presse, justement, a été accusée par la direction de l’IEP et certains de ses chercheurs d’avoir « instrumentalisé » la polémique et d’avoir adopté un point de vue par trop biaisé. C’est un reproche fait notamment au Point qui, depuis les débuts de « l’affaire de Sciences Po Grenoble », a informé ses lecteurs de ses péripéties. En février, assistée par l’agence de conseils en affaires publiques, Euros/Agency, la direction de l’IEP Grenoble encourageait ainsi les enseignants à « être très prudents quant aux sollicitations très pressantes » du Point. Le fondateur de l’agence et ancien élève de l’école, Mathieu Collet, estimait pour sa part que notre journal avait « choisi d’alimenter une polémique débile » fragilisant « des gens qui bossent justement pour éviter les effets délétères d’articles aussi lamentables que les vôtres ».
    C’est dans un état d’esprit largement plus apaisé que Dorian Guinard, maître de conférences en droit public à l’IEP Grenoble, a contacté de lui-même les Contrariantes pour apporter « un éclairage différent » sur cette affaire.

    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

    • 43 min
    « L'attachement à son pays est une forme de gratitude »

    « L'attachement à son pays est une forme de gratitude »

    En plein non-débat présidentiel, et alors que la guerre assombrit l'Europe, la question de la défense de notre mode de vie et de nos valeurs rejaillit comme elle ne l'avait pas fait depuis longtemps. C'est l'occasion pour les Contrariantes d'évoquer un sujet aussi large que chauvin, notre douce France. Pour ce faire, elles se penchent sur le dernier ouvrage publié par l'une d'elles, De la France. Ce pays que l'on croyait connaître (Perrin/Presses de la cité), qui analyse les difficultés chroniques de notre pays mais aussi ses réussites. Point de départ de la discussion, la confrontation de deux visions différentes, l'une lyrique et affective, l'autre, celle de notre autre Contrariante, qui n’est pas loin de celle que l'écrivain Michel Houellebecq décrivait en recevant le prix Goncourt en 2010 : « Je ne suis pas un citoyen et je n’ai pas envie de le devenir. Le devoir par rapport à son pays, ça n’existe pas, il faut le dire aux gens. On est des individus. La France est un hôtel, rien de plus. » Alors, la France est-elle seulement le pays où nous habitons ou bien quelque chose de plus et autre ? Réponse dans cette édition spéciale des Contrariantes. 


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

    • 1h 1m

Avis

4,3 sur 5
29 notes

29 notes

sophiehelenefranque ,

Bizarre

Poutine le grand démocrate a raison d’envahir l’Ukraine pour dire « Ça suffit ! » aux Occidentaux mais le gouvernement de la France est un État policier… Curieux quand-même !

RedSun475 ,

Bravo !

La liberté n’est pas un vain mot pour ce duo de choc. Sa capacité à débattre sereinement de sujets brûlants avec le concours d’invités remarquables impressionne vraiment. Merci à Lætitia et Peggy et longue vie aux Contrariantes !

Bernard B. ,

👍🏼

Ici ça pense "différemment" et ça fait du bien !
Merci :)

Classement des podcasts dans Actualités

RTL
Hugo Décrypte
Anna Rvr
France Inter
France Télévisions
Le Monde

D’autres se sont aussi abonnés à…

France Culture
Europe 1
Europe 1
Philippe Meyer
France Culture
France Culture