80 épisodes

Le podcast à l'écoute des esprits créateurs de notre temps.
Grands entretiens avec des personnalités du cinéma, de la photographie et du son.
Tous les épisodes sur negatif.co, iTunes, Spotify, YouTube et vos plateformes de podcast.

NÉGATIF Thibault ELIE

    • Télévision et cinéma
    • 4,1 • 7 notes

Le podcast à l'écoute des esprits créateurs de notre temps.
Grands entretiens avec des personnalités du cinéma, de la photographie et du son.
Tous les épisodes sur negatif.co, iTunes, Spotify, YouTube et vos plateformes de podcast.

    #39 Loup Bureau, journaliste & documentariste, à propos du film Tranchées

    #39 Loup Bureau, journaliste & documentariste, à propos du film Tranchées

    🇺🇦🎬 Entretien avec Loup Bureau, journaliste et documentariste, réalisateur du film « Tranchées »
    ➡ https://negatif.co/entretien/loup-bureau-tranchees/

    Le premier long-métrage de Loup Bureau, intitulé Tranchées, est le fruit d'un engagement au long cours aux côtés du peuple ukrainien depuis la révolution de l'Euromaïdan en 2013. Suivant des mois durant une brigade du 30e bataillon de l'armée ukrainienne, il documente l'étrange banalité du quotidien de soldats, vivant dans la poussière et la boue pour « tenir la position », à quelques dizaines ou centaines de mètres de l'adversaire. 

    Une « guerre gelée », largement sous-médiatisée depuis plusieurs années, avant qu'elle ne revienne au cœur de l'actualité la plus brûlante pour les médias du monde entier. Le film de Loup Bureau, pensé pour l'écran de cinéma, acte une rupture avec sa trajectoire dans le journalisme télévisé. Celui qui se qualifie aujourd'hui de documentariste a construit son film comme l'ouvrage d'un artiste, revendiquant une « liberté entière de pouvoir créer ».

    Tournant seul, au long cours, avec une petite caméra, un trépied et deux micros, mais sans traducteur, Loup Bureau s'inscrit dans les pas de Gianfranco Rosi et de Florent Marcie, celui du reportage de terrain pour « raconter ce que les autres ne racontent pas » comme le résume Loup Bureau à propos sa démarche singulière.

    Les chapitres
    00:00:00— Introduction
    00:02:37 — Du journalisme télévisé au documentaire de cinéma
    00:10:01 — Questions éthiques : risque, intimité et mort
    00:19:17 — En 2013, à la rencontre de la génération Euromaïdan
    00:29:37 — Un accès unique au terrain des tranchées
    00:40:40 — Filmer seul et s'affranchir des codes télévisés
    00:50:08 — Choix artistiques & perception visuelle des tranchées
    00:57:52 — Dans les tranchées on entend plus qu'on ne voit
    01:05:57 — Tisser une histoire au montage pour les spectateurs
    01:14:44 — Être radical dans sa démarche et sa sensibilité
    01:21:43 — Une musique « organique » jouée par un orchestre
    01:33:35 — Raconter ce que les autres ne racontent pas

    Abonnez-vous et écoutez l'épisode sur les plateformes ⬇️
    Audio # http://anchor.fm/negatif
    iTunes # https://apple.co/2Fiv8rJ
    Spotify # https://spoti.fi/2M54naQ
    YouTube # https://youtu.be/uMguLbsivFY

    • 1h 41 min
    #38 Stank, collectif de cinéastes

    #38 Stank, collectif de cinéastes

    📻 Entretien avec le collectif de cinéastes Stank
    ➡ https://negatif.co/entretien/stank

    Après avoir longuement discuté de Bruno Reidal, le premier long-métrage de Vincent Le Port, nous partons à la découverte de Stank, le collectif qui a produit ce film. Créé en 2012 par Roy Arida, Louis Tardivier, Pierre-Emmanuel Urcun et Vincent Le Port, il se définit comme un « collectif d’auteurs-réalisateurs » se consacrant « au développement et à la production de projets exigeants, sans restriction de genre, durée ou format ». Dans leur « catalogue » il y a donc des fictions, des documentaires, des films expérimentaux ou essais, parfois des objets filmiques non identifiables.

    En s’organisant en collectif, ils ont souhaité conserver la maîtrise des moyens pour faire des films dans le système de production français, en accédant notamment aux différents financements publics et privés. Mais cette double volonté d’autonomie et d’indépendance qui leur permet « d’aider d’autres réalisateurs à pondre » autant qu’avoir les moyens de mener à terme leurs propres projets.

    Parmi les réalisateurs et réalisatrices qu’ils ont accompagnés : Jean-Baptiste Alazard (Saint Jean-Baptiste, Alléluia!), Bojina Panayotova (L’immeuble des braves), Grégoire Couvert et Grégoire Orio (Khamsin), Lucile Mercier (Sans Cheval) ou Guillermo Quintero (Homo Botanicus). Les trois membres du collectif nous racontent comment les projets sont accompagnés — dans les limites des capacités économiques et humaines de Stank — pour que chaque film puisse aboutir. Mais également les contradictions qu’impose la « double casquette » de producteur ou de réalisateur sur les propres projets qu’ils ont réalisés.

    Les chapitres
    00:00:00— Introduction
    00:01:57 — Un collectif hétéroclite et hétérogène
    00:12:11 — Ponts entre les films et « ligne éditoriale »
    00:20:15 — Autonomie, liberté et porteurs de projets
    00:32:23 — Éloge du régisseur de tournage
    00:45:16 — Sous le béton et Bruno Reidal, deux exemples
    00:58:40 — Le conflit des deux casquettes
    01:03:18 — La fémis, un réseau d'amitié et un laboratoire
    01:10:46 — La sclérose du système de financement français
    01:21:44 — Seuil de rentabilité et difficultés
    01:29:08 — Futurs projets

    Abonnez-vous et écoutez l'épisode sur les plateformes ⬇️
    Audio # http://anchor.fm/negatif
    iTunes # https://apple.co/2Fiv8rJ
    Spotify # https://spoti.fi/2M54naQ
    YouTube # https://youtu.be/WH-rwBh44kM

    • 1h 31 min
    [Ciné-concert] "Plogoff" par Monolithe Noir

    [Ciné-concert] "Plogoff" par Monolithe Noir

    🎼 Entretien avec Monolithe Noir à propos du cinéconcert "Plogoff, des pierres contre les fusils"
    ➡ https://negatif.co/entretien/monolithe-noir

    En 1980, Nicole et Félix Le Garrec s’immergent six semaines au sein du village de Plogoff, alors en lutte contre le projet d’installation d’une centrale nucléaire. En 2022, le documentaire a été projeté au Festival international du film politique de Carcassonne lors d’une séance spéciale sous la forme d’un ciné-concert assuré par le groupe Monolithe Noir, alias Antoine Pasqualini et Yannick Dupont.

    Nous avons évoqué ensemble la découverte de ce film engagé par une nouvelle génération, l’adaptation de leur style musical à l’espace donné par le film et le caractère unique du ciné-concert.

    Les chapitres
    00:00:00— Introduction
    00:01:16 — Plogoff, un film qui donne la parole et à plusieurs niveaux de lecture
    00:05:26 — Une pratique de musiciens engagés
    00:13:10 — Intégrer son style musical au film sans passer par-dessus
    00:17:11 — Le dispositif sonore : sonorités électroniques, percussif, atmosphérique
    00:22:03 — Le challenge de l'improvisation en temps réel
    00:26:16 — Une création éphémère et unique

    Abonnez-vous et écoutez l'épisode sur les plateformes ⬇️ 
    Audio # http://anchor.fm/negatif
    iTunes # https://apple.co/2Fiv8rJ
    Spotify # https://spoti.fi/2M54naQ
    YouTube # https://youtu.be/As2JeGMOUq0

    • 34 min
    #37 Vincent Le Port, cinéaste, réalisateur de "Bruno Reidal"

    #37 Vincent Le Port, cinéaste, réalisateur de "Bruno Reidal"

    Entretien avec Vincent Le Port, cinéaste, réalisateur de "Bruno Reidal", en salles le mercredi 23 mars !
    ➡ https://negatif.co/entretien/vincent-le-port-bruno-reidal/

    🔪 Quelque part entre le film d’époque naturaliste et le serial killer movie, Vincent Le Port raconte l’histoire-vraie de Jean-Marie Bladier — renommé Bruno Reidal par les experts médicaux — un jeune homme de 17 ans qui a étranglé et décapité un jeune garçon de son village dans le Cantal.

    🎞 Jeune réalisateur passé par la Fémis, il s'agit de son premier long-métrage. Également producteur au sein du collectif Stank (que nous explorerons dans le prochain épisode), Bruno Reidal a été montré à la Semaine de la critique de Cannes et au Festival Premiers Plans d'Angers. Le film sort en salles le mercredi 23 mars.

    Les chapitres
    00:00:00— Introduction
    00:02:49 — Être cinéaste
    00:08:48 — Du vrai tueur au personnage de Bruno Reidal
    00:22:26 — Un texte unique dans la littérature française
    00:33:35 — Adaptation, scénarisation et reconstitution
    00:43:23 — L'incarnation de Dimitri Doré par la voix
    00:54:22 — De la cohérence esthétique du film d'époque
    01:04:36 — Musique et montage : donner le ton du film

    Abonnez-vous et écoutez l'épisode sur les plateformes ⬇️ 
    Audio # http://anchor.fm/negatif
    iTunes # https://apple.co/2Fiv8rJ
    Spotify # https://spoti.fi/2M54naQ
    YouTube # https://youtu.be/twuduGI5in4

    • 1h 17 min
    "Money Boys" : entretien avec C.B. Yi, réalisateur

    "Money Boys" : entretien avec C.B. Yi, réalisateur

    🈸 Entretien avec C.B. Yi à propos du film Money Boys
    ➡ https://negatif.co/entretien/cb-yi-money-boys/
    🎞 Né en Chine et vivant depuis son adolescence en Autriche, C.B. Yi a tourné ce premier long-métrage à Taiwan. Il y tisse l’histoire de jeunes travailleurs du sexe dans la société chinoise contemporaine. Fei, un beau jeune homme, grand et mince, au visage enfantin et angélique, vend son corps à des hommes riches. C.B. Yi brosse un portrait intime, brut mais délicat, résolument sensible et émouvant, sur les paradoxes et les contraintes qui conduisent une partie de la jeunesse à faire ce choix de vie.
    💬 Nous avons parlé de son souci d’un film réaliste, du travail avec les acteurs et l’exigence esthétique du plan-séquence dans son tournage.
    🏆 Le film a été présenté en première mondiale dans le cadre de la compétition Un certain regard à Cannes l’année dernière. Il a été en compétition pour le Grand Prix du Jury au Festival du film Premiers Plans d’Angers en France.
    📅 Moneys Boys sort dans les salles de cinéma françaises le 16 mars 2022.
    Abonnez-vous et écoutez l'épisode sur les plateformes ⬇️
    Audio # http://anchor.fm/negatif
    iTunes # https://apple.co/2Fiv8rJ
    Spotify # https://spoti.fi/2M54naQ
    YouTube # https://youtu.be/J9j3WwNmrk8

    • 33 min
    "This Train I Ride" entretien avec Arno Bitschy

    "This Train I Ride" entretien avec Arno Bitschy

    Entretien avec Arno Bitschy à propos de son film "This Train I ride"

    ➡ https://negatif.co/entretien/arno-bitschy



    🇺🇸À l’occasion du Festival Premiers Plans d’Angers, focus sur le documentaire This Train I Ride d’Arno Bitschy. Aux États-Unis, il a suivi plusieurs femmes, des hobos, nomades, de générations différentes, ayant un point commun, une même passion : sauter dans un train clandestinement et traverser leur pays de ce même mouvement.

    ⛰ Au milieu de nulle part, le vacarme métallique d’un train de marchandises résonne. Les wagons avancent, se ressemblent et une jeune femme monte à bord et se cache entre deux conteneurs.

    🚂 C’est donc un road movie documentaire qu’il a filmé seul sur la route, dans la tradition esthétique et politique du cinéma-direct ; où s’entrechoque les wagons mais aussi les réflexions les plus universelles sur la liberté, la solitude et l’indépendance.



    Les chapitres

    00:00:00— Introduction
    00:01:30 — Des femmes qui prennent le pouvoir sur leur vie
    00:07:12 — L'outil caméra : être à l'écouter, filmer petit à petit
    00:12:28 —  Le personnage planète de Christina
    00:17:37 — L'outil caméra : un dispositif léger et des objectifs vintage
    00:26:48 — Le montage comme lieu pour penser le film
    00:36:50 — Se réconcilier avec l'être humain par les marges



    Abonnez-vous et écoutez l'épisode sur les plateformes ⬇️
    Audio # http://anchor.fm/negatif
    iTunes # https://apple.co/2Fiv8rJ
    Spotify # https://spoti.fi/2M54naQ
    YouTube # https://youtu.be/p2s63CusQic

    • 46 min

Avis

4,1 sur 5
7 notes

7 notes

Classement des podcasts dans Télévision et cinéma

2 Heures de Perdues
PARDON LE CINÉMA
We Love Cinema
Dear Media, Amanda Hirsch
-
Plan Séquence

D’autres se sont aussi abonnés à…

France Inter
France Inter
CAPTURE MAG
France Culture
CAPTURE MAG
Le Point