33 episodes

Le podcast de la parentalité constructive. Bienvenue sur ce podcast ! Je suis Emma Lagarrigue, déculpabilisatrice parentale et fondatrice de Parent Plus Qu'Imparfait. J'accompagne les parents plus qu’imparfaits à cheminer vers une parentalité déculpabilisante et constructive dans laquelle les besoins des parents ont aussi leur place. Parent Plus Qu'Imparfait s'adresse aux parents qui cherchent les clés de l’épanouissement afin de les transmettre à leurs enfants et qui culpabilisent de ne pas être un parent parfait.

Parent Plus Qu'Imparfait Emma Lagarrigue

    • Famille
    • 4.3 • 11 Ratings

Le podcast de la parentalité constructive. Bienvenue sur ce podcast ! Je suis Emma Lagarrigue, déculpabilisatrice parentale et fondatrice de Parent Plus Qu'Imparfait. J'accompagne les parents plus qu’imparfaits à cheminer vers une parentalité déculpabilisante et constructive dans laquelle les besoins des parents ont aussi leur place. Parent Plus Qu'Imparfait s'adresse aux parents qui cherchent les clés de l’épanouissement afin de les transmettre à leurs enfants et qui culpabilisent de ne pas être un parent parfait.

    Les conférences en ligne de Parent Plus Qu’Imparfait

    Les conférences en ligne de Parent Plus Qu’Imparfait

    Il y a du nouveau chez Parent Plus Qu’Imparfait : pour t’aider davantage à vivre une parentalité constructive, en particulier en ce moment, j’ai décidé d’organiser 4 conférences en ligne sur Facebook ! Ces live seront l’occasion de se “nourrir”, d’avoir des réponses à tes questions, d’échanger et de se sentir moins seul(e) !

    Pour accéder à la version audio de cet article, clique sur “Play” ou clique sur “télécharger” juste en-dessous pour enregistrer le podcast :

    Quand t’as le temps de rien…

    Cela fait plusieurs semaines désormais que nous sommes en crise sanitaire. Le confinement, en plus des tristes nouvelles, commence sérieusement à nous peser. J’avoue avoir été aux abonnées absentes sur le blog dernièrement car, contrairement à ce qu’on veut bien nous dire, s’occuper de nos enfants et faire tourner la maison tout en étant en télétravail, et bien ce n’est pas de tout repos ! Je fais une petite parenthèse parce que c’est important à mes yeux : franchement, quand tu regardes ton fil Instagram, il y a de quoi ressentir de la culpabilité ! Mais comment font tous ces parents pour cuisiner des gâteaux tous les jours, faire faire les devoirs à leurs enfants, imaginer des activités, travailler, faire du tri, jardiner, faire le ménage… Il faudra qu’on m’explique !

    Bref, comme je te disais, je me suis concentrée sur l’essentiel ces dernières semaines, c’est-à-dire, mon travail et ma famille. J’espère que tu ne m’en veux pas trop de t’avoir abandonné aussi longtemps…

    J’ai toutefois une très bonne nouvelle : ayant posé pas mal de congés, je suis désormais plus disponible pour toi ! Je vais pouvoir me rattraper et surtout, faire quelque chose pour m’excuser de t’avoir laissé durant un moment aussi spécial.

    Les conférences en ligne de Parent Plus Qu’Imparfait

    J’ai donc réfléchi ces derniers jours à comment je pouvais apporter, à mon niveau, un peu de soutien et de chaleur en cette période de confinement. Je me suis demandé : qu’est-ce qui nous fait du bien en ce moment ? Les apéros ou goûters Skype / What’s App / Facebook bien sûr !

    Cette idée n’a fait qu’un tour dans ma tête : je vais organiser des conférences en ligne gratuites ! Cela fait un moment que j’y pense mais je n’avais jusque là pas eu le courage de me lancer. Mais là, c’est différent. J’ai vraiment envie de t’apporter une petite bulle d’oxygène pendant cette période complexe à gérer.

    Les conférences en ligne : demandez le programme !

    Réaliser ces live à l’heure de l’apéro, ça me semblait compliqué. A l’heure du goûter, encore plus. Tant pis, ça sera à l’heure du café, pendant la sieste ou le temps calme ! Durant 4 semaines, je te propose donc un webinair tous les samedis de 14h30 à 15h30.

    Voici le programme :



    Comment suivre ces live ?

    Tu souhaites assister à ces conférences en ligne ? C’est très simple, toutefois, il y a une condition : il faut avoir un compte Facebook. Je sais que certain(e)s me jetteront des pierres mais il fallait que je fasse un choix de plate-forme live et celle-ci était la plus simple pour moi d’un point de vue technique.

    Tu es sur Facebook ? Alors voici ce qu’il faut faire :



    * S’inscrire à la newsletter de Parent Plus Qu’imparfait si ce n’est pas encore fait. Ainsi, tu recevras le mot de passe qui te permettra de rejoindre l’aventure. Si tu es déjà inscrit, consulte ta messagerie (check tes spams), je t’ai envoyé le mot de passe. Si tu ne le trouves pas, contacte-moi et on arrangera ça ;).





    * Rends-toi sur la page Facebook du groupe fermé Les live de Parent Plus Qu’Imparfait

    * Renseigne le mot de passe reçu par e-mail

    * Dès que j’aurai validé ton adhésion, tu pourras assister aux Facebook live ou les (re)voir en différé.

    • 4 min
    Nouvelle année : je ne te souhaiterai pas une “bonne et heureuse année”

    Nouvelle année : je ne te souhaiterai pas une “bonne et heureuse année”

    Ca y est, nous y voilà ! Une nouvelle année commence avec son florilège de bonnes résolutions et de vœux prononcés par des proches et des moins proches. Dans ce billet, j’ai décidé pour ma part de ne pas te souhaiter une “bonne et heureuse année”.

    Pour accéder à la version audio de cet article, clique sur “Play” ou clique sur “télécharger” juste en-dessous pour enregistrer le podcast :

    Nous sommes en début d’année et pourtant, je ne vais pas te souhaiter une “bonne et heureuse année”. Je ne te souhaiterai pas non plus de la prospérité, de la réussite, du bonheur, de la chance… Une bonne santé, ça oui ! Mais pour le reste, je laisse les fournisseurs de ton taf ou ta marque de sous-vêtements préférée s’en charger.

    Ce que je te souhaite pour cette nouvelle année, c’est de…

    Non, c’est certain, je ne te souhaiterai pas une “bonne et heureuse année”. Ce que je te souhaite pour cette nouvelle année, c’est de :

    🎀 Réaliser le pouvoir immense que tu as sur ta vie pour passer de spectateur à acteur de ta propre vie.

    🎀 Changer la vision que tu as du monde qui t’entoure et de ton monde intérieur.

    🎀 T’approprier des concepts et des méthodes qui changeront ta vie comme ils ont changé la mienne.

    🎀 Te rendre compte à quel point tu peux être maître de tes émotions (et uniquement tes émotions, pas celles des autres).

    🎀 Réussir à te reconnecter à toi-même.

    🎀 Pouvoir prendre des rendez-vous réguliers avec toi-même pour te sentir mieux.

    🎀 Faire preuve de bienveillance envers toi-même.

    Est-ce égoïste ?

    On peut se dire que penser à soi et à son bien-être est un acte très égoïste – surtout quand on a des enfants – mais pour ma part, je suis convaincue du contraire.

    Parce que réaliser un travail sur soi, c’est se donner les chances d’être plus en paix avec soi-même et avec les personnes qui nous entourent. Alors forcément, si on se sent mieux, nos relations avec les autres et en particulier avec nos enfants seront plus apaisées. Et en bonus, on donne l’exemple à nos enfants ! Alors pourquoi s’en priver ?

    Voilà pourquoi je ne te souhaite pas une “bonne et heureuse année”…

    Bien sûr que j’espère que tu passeras une chouette année ! Mais la vie, ce n’est pas que des moments heureux. D’ailleurs, même quand tu obtiens ce dont tu avais rêvé, tu es certes satisfait, mais pas toujours plus heureux. Combien de personnes estiment avoir tout ce dont elles rêvent sans se sentir heureuses ?

    Je pense que la plus grande force dont nous pouvons nous doter, c’est de savoir comment traverser les moments difficiles, qu’ils s’agissent de petites contrariétés ou de grands drames, sans perdre notre confiance, notre joie de vivre et notre âme.

    Et en tant de parents, c’est aussi bien sûr pouvoir transmettre cette force à nos enfants. Car malgré tous les efforts que nous pouvons déployer, nous ne pourrons jamais leur éviter de vivre des déceptions ou des échecs. Surtout quand ils deviendront adultes.

    La, ou plutôt les questions à se poser sont donc pour moi les suivantes : comment arrêter de subir les choses qui nous entourent ? Comment mieux vivre nos émotions ? Que faire pour voir le verre à moitié plein sans se croire dans un monde de Bisounours ? Comment faire pour appréhender nos faiblesses comme des forces ? Comment faire preuve de bienveillance envers soi sans être égoïste ? Que faire pour exprimer nos propres limites avec bienveillance ? Comment se libérer des petits tracas qui empoisonnent notre quotidien ? Comment ne pas se rendre malade par rapport à une situation ?

    C’est tout ce travail que je te propose de faire ensemble pour cette nouvelle année. 2020 promet d’être riche en apprentissage et en émotions ! Pour toi, comme pour moi !

    Nouvelle année : mes voeux pour les parents plus qu’imparfaits

    • 4 min
    Remplacer le mot Désolé par Merci : un petit pas vers l’amour de soi

    Remplacer le mot Désolé par Merci : un petit pas vers l’amour de soi

    Tu sais que sur Parent Plus Qu’Imparfait, la bienveillance envers soi, même quand on est parent/adulte, est un sujet important. Aujourd’hui, je te propose un premier article autour de l’amour de soi, principe incontournable si on veut être bienveillant envers soi-même. Voici donc une première piste pour s’approprier l’idée de s’aimer soi-même que je te propose de tester dès aujourd’hui : remplacer le mot Désolé par Merci.



    Pour accéder à la version audio de cet article, clique sur “Play” ou clique sur “télécharger” juste en-dessous pour enregistrer le podcast :

    Désolé, pardon, excuse-moi, je m’en veux…

    As-tu remarqué combien de fois par jour on emploie le mot “désolé”, même quand on n’est pas coupable ? Personnellement, je le disais un nombre incalculable de fois ! Sûrement pour que les autres m’accordent de la compassion, qu’ils ne soient pas trop durs avec moi, qu’ils se rendent compte que je ne suis pas à l’aise avec telle ou telle situation… Et puis clairement, c’était devenu un tic de langage.

    Le problème avec l’utilisation abusive de ce terme, c’est qu’on se place constamment en victime. Notre corps agit donc en conséquence : regard vers le bas, dos courbé, lèvres pincées… Et notre interlocuteur va naturellement approuver cela et rentrer dans ce “jeu de rôle” par un “mouai”, un rictus qui veut dire que “bon, ça va pour cette fois” ou tout simplement se dire que quand même, on exagère.

    Je ne sais pas toi mais personnellement, cette attitude ne m’aidait pas à positiver, à grandir, à me responsabiliser, à être bienveillante envers moi-même ou à construire des relations saines.

    Aujourd’hui, je voudrais te proposer de tester quelque chose que j’ai découvert grâce à une BD de l’illustratrice chinoise Yao Xiao. Ce principe peut sembler tout bête et pourtant, il a complètement changé ma relation à moi-même et aux autres :

    Remplacer le mot DÉSOLÉ par MERCI

    Est-ce impoli de ne pas s’excuser ?

    Les fausses croyances

    A première vue, tu trouves ça peut-être un peu bizarre car ces deux mots n’ont pas du tout la même signification. Et puis peut-être que tu te dis aussi que ne pas s’excuser, c’est être impoli et surtout, c’est fuir ses responsabilités.

    Alors attention, l’idée n’est pas d’arrêter de s’excuser. Une vraie demande de pardon est irremplaçable et indispensable pour réparer une relation. Mais observe-toi le temps d’une ou deux journées et tu verras que, peut-être, tu utilises toi aussi les mots ”désolé”, “pardon” et autres synonymes alors que ce n’est pas toujours nécessaire.

    “Pardon pour ce dont je ne suis pas responsable”

    Pire, on va même s’excuser pour quelque chose dont on n’est pas responsable !!! Comme dire à un client ou à tes invités lors d’une fête “Je suis vraiment désolée, le beau temps n’est pas de la partie aujourd’hui !”. Alors, si tu as une quelconque responsabilité et influence sur la météo, envoie-moi ton numéro via le formulaire de contact, ça m’intéresse 😜.

    Si un moment tu as un doute, remplace le mot “désolé” par “je te demande pardon pour” qui est une expression très forte et tu verras si ta tournure de phrase tient la route ou pas.

    Remplacer le mot “Désolé” par Merci : un premier pas pour se respecter et se faire respecter

    Comme je te le disais juste avant, quand on s’excuse, on n’est rarement fier de nous. Notre attitude en dit long sur ce qu’on pense de nous-même à cet instant précis. Et le problème, c’est qu’on peut avoir tendance à s’auto-flageller, à se repasser encore et encore le truc dans sa tête. Bref,

    • 6 min
    Comment gérer mes propres émotions de parent ?

    Comment gérer mes propres émotions de parent ?

    C’est fou comme on a souvent l’impression de subir nos émotions et de ne pas réussir à les maîtriser… On connaît aujourd’hui l’importance des émotions et on les enseigne à nos enfants mais réussir à gérer nos propres émotions relève du défi ! Dans cet article, je te propose des idées pour bien vivre tes émotions.



    Pour accéder à la version audio de cet article, clique sur “Play” ou clique sur “télécharger” juste en-dessous pour enregistrer le podcast :

    Cet article participe au carnaval d’articles sur la Gestion des Emotions organisé par Marie du Blog Secrets de Nutritionniste.

    La coupe est pleine

    Il est 19h, tu rentres du travail, tu es fatigué(e). Les cartables traînent dans le couloir de l’entrée, le salon ressemble à un champ de bataille… Ta vue se brouille, tu sens la chaleur monter en toi… Tu exploses ! Tu en as assez de répéter tous les jours la même chose – c’est pourtant pas bien compliqué de poser son cartable sur le banc et de ranger les jouets au fur et à mesure ! Sur le moment, il fallait que ça sorte. Et ça t’a fait du bien. Mais très vite, la colère laisse place à la culpabilité voire au désespoir. Non seulement tu en as marre de cette situation récurrente mais en plus, tu te sens mal de t’être emporté de la sorte. Ce n’est pas comme ça que tu envisageais tes soirées en famille. Si seulement tu pouvais gérer tes émotions, ce serait super non ?

    Est-il possible de gérer mes propres émotions ?

    J’ai deux bonnes nouvelles et une mauvaise nouvelle pour toi. Je commence par la mauvaise…

    Comme nous l’explique Carol Pirotte dans mon podcast “Parent hypersensible : comment faire face aux émotions de nos enfants ?” (je t’invite vivement à écouter ce podcast, qui a d’ailleurs été chaudement recommandé par Madame Figaro à ses lectrices !), on ne peut pas gérer des émotions. On peut gérer nos finances ou gérer un projet mais pas nos émotions !

    En fait, depuis qu’on est petit, on nous a toujours fortement incité à canaliser nos émotions. C’est donc déjà ce qu’on essaie de faire au quotidien ! Quand on cherche à maîtriser une émotion, on va soit la réprimer et la garder en nous, soit la refouler et donc la nier.

    Sauf qu’à un moment, cette émotion doit sortir. On va par exemple se mettre à crier sur nos enfants le soir parce qu’on aura accumulé des tensions émotionnelles au cours de notre journée de travail, se mettre à pleurer comme une madeleine devant L’amour est dans le pré, ou pire, développer avec le temps des maladies plus ou moins graves…

    Il est donc important selon moi de changer notre vision des choses et de nous défaire enfin de cette idée selon laquelle que nous devons à tout prix gérer nos propres émotions (ou celles de nos enfants).

    OK mais alors, que peut-on faire des émotions qui nous embarrassent ? Les deux bonnes nouvelles arrivent…

    Gérer mes propres émotions : quand l’émotion est là…

    Une émotion, c’est un mouvement qui sort (E signifie “vers l’extérieur” et motion”, mouvement). Elle est fondamentale à notre survie car c’est grâce à elle qu’on va par exemple prendre la fuite si on se retrouve nez à nez avec un ours. Là où ça nous pose problème, c’est quand on va réagir avec la même intensité lorsqu’on est face à une situation moins grave. Ce qui est, avouons-le, plus souvent le cas.

    Alors que faire lorsqu’on est saisi d’une émotion désagréable ? Lorsque l’émotion est là, il faut “simplement” la vivre. Car les émotions en elles-mêmes ne tuent pas au contraire, elles nous prouvent que nous sommes bel et bien vivant.

    Voici trois étapes qui t’aideront à vivre une émotion désagréable et ainsi faire preuve de bienveillance envers toi-...

    • 10 min
    Comment puis-je t’aider davantage ?

    Comment puis-je t’aider davantage ?

    J’aimerais apprendre à te connaître plus et à comprendre les problèmes que tu rencontres dans ton quotidien de parent afin de t’aider davantage et de répondre le plus précisément possible à tes besoins. Si tu es pressé, tu peux directement aller en bas de l’article pour remplir le questionnaire que j’ai préparé. Merci !

    Pour accéder à la version audio de cet article, clique sur “Play” ou clique sur “télécharger” juste en-dessous pour enregistrer le podcast :

    Merci d’être là !

    Parent Plus Qu’Imparfait existe maintenant depuis 15 mois pile poile et vous êtes de plus en plus nombreux à me suivre, que ce soit sur le blog, sur les réseaux sociaux, les plateformes de podcasts et vidéos ou à travers ma newsletter .

    Un grand merci pour votre soutien sans faille et pour vos témoignages et messages d’encouragement que je reçois régulièrement et qui me font chaud au cœur !

    Tout le temps que je consacre à ce blog m’enrichit chaque jour et me comble de bonheur. Je suis tellement reconnaissante d’avoir la possibilité de te transmettre toutes ces choses qui ont changé ma vie de parent et qui font de moi une personne plus en phase avec mes valeurs .

    Tes problématiques de parent, qu’elles soient directement liées à tes enfants ou bien à ton couple ou encore à ton enfant intérieur me touchent particulièrement. C’est pour cette raison que je souhaiterais aller plus loin dans l’aide et l’accompagnement que je peux te proposer.

    J’aimerais t’aider davantage

    Mais pour ça, il va falloir que j’apprenne à te connaître davantage : savoir qui tu es, découvrir tes aspirations familiales, comprendre les problèmes que tu peux rencontrer à la maison, les choses qui te chagrinent…

    J’ai donc créé un questionnaire, je te remercie par avance des quelques précieuses minutes que tu y accorderas. Grâce à tes réponses, je serai en mesure de créer du contenu qui répond au plus près à tes attentes et à t’aider davantage.

    Chargement…

    • 2 min
    Le jour où l’éducation permissive m’a gonflée

    Le jour où l’éducation permissive m’a gonflée

    Comme le sujet de l’éducation parentale me passionne, je lis beaucoup de choses sur des blogs spécialisés (tu reconnaîtras d’ailleurs peut-être à quoi fait référence le titre de cet article), des sites Internet généralistes, des groupes Facebook… Hier, une suggestion de contenu est apparue sur mon fil d’actualités Facebook. Il s’agissait d’un article à propos des Violences Éducatives Ordinaires qui avait reçu de très nombreux commentaires. En parcourant ces messages, j’ai constaté, une fois de plus, à quel point beaucoup de monde confondait éducation permissive et positive.

    Pour accéder à la version audio de cet article, clique sur “Play” ou clique sur “télécharger” juste en-dessous pour enregistrer le podcast :

    Voici quelques extraits de commentaires que j’ai pu lire :

    “Avec cette nouvelle mode d’éducation bienveillante, on développe une culture de l’enfant roi et de l’enfant tyran ! Vous en faites des enfants pourris gâtés ! ”

    ”Allez-y les parents parfaits avec votre parentalité positive ! Laissez vos enfants vous cracher dessus, vous taper… C’est eux qui commandent après tout !”

    ”L’éducation positive rend les enfants capricieux, exigeants, impolis… Et les parents laissent faire !”

    “Les parents qui pratiquent la parentalité bienveillante font tout pour que leurs enfants n’aient aucune frustration à la maison et cèdent à tout ! Je ne vous explique pas la galère après à l’école pour les enseignants !”

    Le problème de la parentalité positive, c’est qu’il n’existe pas de définition officielle. Chacun l’interprète donc à sa sauce. Ceux qui sont contre cette forme d’éducation vont avoir ce genre de discours. Ceux qui sont pour et qui cherchent à pratiquer la parentalité bienveillante peuvent, pour certains, avoir ce type de comportements.

    Pour quelle raison ? Et bien parce beaucoup de personnes confondent l’éducation permissive (ou laxiste) avec l’éducation positive. Je suis moi aussi tombée dans le panneau au début !

    L’éducation permissive, c’est quoi ?

    Education et Permissivité sont-ils compatibles ?

    L’éducation permissive, c’est le fait de faire grandir un enfant sans cadre. Le parent laxiste et trop indulgent ne pose aucune limite même s’il sait que son enfant a un comportement inapproprié et satisfait les moindres demandes de celui-ci. Il ne dit jamais Non à son enfant par peur qu’il ressente de la frustration et met tout en œuvre pour faire disparaître les conflits.

    Quand on sait qu’éduquer, c’est mettre en œuvre des moyens pour assurer la formation et le développement d’un être humain, on est en droit de se poser la question suivante : peut-on vraiment associer les termes “éducation” et “permissivité” ?



    Qui sont les parents permissifs ?

    Parmi les parents qui pratiquent la parentalité laxiste, bon nombre d’entre eux :



    * Ont souffert d’un excès d’autorité à leur encontre lorsqu’ils étaient enfants. Ces personnes font donc un rejet total de toute forme d’autorité et ne supportent pas les règles et les limites.

    * Ont vécu sans cadres ni limites et reproduisent le seul schéma qu’ils connaissent.

    * N’ont pas choisi d’être parents et ne s’assument pas ce nouveau rôle. On rentre alors dans une forme de négligence.

    * Ont fini par baisser les bras, soit parce qu’ils sont isolés, soit parce qu’ils sont démunis face aux comportements d’un de leurs enfants…

    * Culpabilisent vis-à-vis d’une situation : séparation des parents, manque de présence, de moyens financiers…

    * Souhaitent pratiquer une parentalité plus respectueuse de l’enfant mais confondent parentalité bienveillante et parentalité laxiste.



    On le constate clairement : il n’existe pas un seul pr...

    • 12 min

Customer Reviews

4.3 out of 5
11 Ratings

11 Ratings

Top Podcasts In Famille

You Might Also Like