44 min

Prête-à-porter l'enfant d'un.e autre? Sous nos yeux

    • Philosophie

Des enfants abandonnés dans des hôpitaux ukrainiens : une image que nous retiendrons de cette période de confinement. Ces bébés sont ceux « commandés » par des « clients » européens de l’Ouest. Comme les produits non-essentiels entassés dans les entrepôts de marques de vente en ligne, les « clients » n’ont pas pu « récupérer » ces enfants.

Si le langage choque, la pratique devrait aussi. L’épisode a révélé au grand jour les déboires de la « gestation pour autrui ».

Avec une grande clarté, Ana-Luana Stoicea Deram souligne les enjeux politiques, économiques et éthiques de la maternité de substitution.

Ana-Luana Stoicea-Deram est sociologue. Ancienne élève étrangère de l'École Normale Supérieure, elle a enseigné à l'Université de Bucarest, à l'Université de Paris 12 et à l'Institut of EuropeanStudies (Paris). A présent, elle enseigne les politiques sociales et familiales dans une école de formation à l'action sociale. Militante féministe depuis de nombreuses années, en Roumanie comme en France, elle est notamment membre du Collectif pour le Respect de la Personne (CoRP), dont elle a été la présidente (de 2016 à 2019), et co-présidente fondatrice de la Coalition internationale pour l'abolition de la maternité de substitution (CIAMS). Sa préoccupation pour les questions d'égalité entre les femmes et les hommes, et pour l'impact de la pratique de « gestation pour autrui » sur les droits des femmes l'ont amenée à:
- coordonner un numéro thématique (« What is surrogacy for feminism ? ») d'une revue d'études féministes (ana lize, journal of gender and feministstudies), sur la signification de la maternité de substitution pour le féminisme ;
- et à co-organiser un colloque (en 2018), au Palais du Luxembourg, dont les actes sont parus à l'automne 2019 dans le livre Pour le respect des femmes et des enfantspublié par CoRP, Cqfd Lesbiennes féministes, Cadac...

Prête-à-porter l'enfant d'un.e autre?

Des enfants abandonnés dans des hôpitaux ukrainiens : une image que nous retiendrons de cette période de confinement. Ces bébés sont ceux « commandés » par des « clients » européens de l’Ouest. Comme les produits non-essentiels entassés dans les entrepôts de marques de vente en ligne, les « clients » n’ont pas pu « récupérer » ces enfants.

Si le langage choque, la pratique devrait aussi. L’épisode a révélé au grand jour les déboires de la « gestation pour autrui ».

Avec une grande clarté, Ana-Luana Stoicea Deram souligne les enjeux politiques, économiques et éthiques de la maternité de substitution.

Ana-Luana Stoicea-Deram est sociologue. Ancienne élève étrangère de l'École Normale Supérieure, elle a enseigné à l'Université de Bucarest, à l'Université de Paris 12 et à l'Institut of EuropeanStudies (Paris). A présent, elle enseigne les politiques sociales et familiales dans une école de formation à l'action sociale. Militante féministe depuis de nombreuses années, en Roumanie comme en France, elle est notamment membre du Collectif pour le Respect de la Personne (CoRP), dont elle a été la présidente (de 2016 à 2019), et co-présidente fondatrice de la Coalition internationale pour l'abolition de la maternité de substitution (CIAMS). Sa préoccupation pour les questions d'égalité entre les femmes et les hommes, et pour l'impact de la pratique de « gestation pour autrui » sur les droits des femmes l'ont amenée à:
- coordonner un numéro thématique (« What is surrogacy for feminism ? ») d'une revue d'études féministes (ana lize, journal of gender and feministstudies), sur la signification de la maternité de substitution pour le féminisme ;
- et à co-organiser un colloque (en 2018), au Palais du Luxembourg, dont les actes sont parus à l'automne 2019 dans le livre Pour le respect des femmes et des enfantspublié par CoRP, Cqfd Lesbiennes féministes, Cadac...

Prête-à-porter l'enfant d'un.e autre?

44 min

Classement des podcasts dans Philosophie