1h 8 min

Pr Fatou Sow, sociologue et témoin de son temps‪.‬ Conversations Féminines

    • Relations

Dr Fatou Sow est une sociologue sénégalaise. 
Ses premiers travaux de recherche qualifiés, à l’époque, de sociologie du développement, ont porté sur la formation de l’État et le rôle de l’administration, les questions de l’éducation, de la migration, de l’urbanisation, du travail et de l’emploi, de l’environnement, de la gestion du foncier et des énergies renouvelables, etc. Fatou Sow a également mené des recherches sociales sur les femmes, dans le cadre de ses travaux avec le ministère de la Femme et diverses institutions chargés de projets sur les femmes. Ainsi elle s’est progressivement intéressée à la question, puis elle s’y est investie, à partir des années 1980, avec l’émergence des études des femmes/women studies dans l’académie et la montée non moins importante des paroles des femmes et de leurs mouvements dans les sociétés civiles africaines et dans le reste du monde. On est passé de l’étude des femmes comme question sociale à leurs combats comme question politique. Les conférences des Nations Unies sur les femmes, organisées sur plus d’une décennie et les autres grandes conférences mondiales (la population, la terre, l’environnement, les droits humains, etc.) dans lesquelles les femmes se sont engagées activement, ont autant témoigné de leur vitalité, qu’impulsé des réflexions diverses nouvelles qui ont transformé, enrichi et surtout fait entendre les voix africaines. 
Elle s’est attachée à promouvoir, dans l’académie africaine, les études des femmes et des rapports de genre dans les cultures africaines et à enraciner une critique féministe des sciences sociales en Afrique. À cet effet, elle a contribué à la mise en place, à partir de 1994, à la mise en place des instituts sur le genre du CODESRIA, à Dakar. Elle a organisé, en 1999, à l’UCAD, le seconde colloque sur la recherche féministe francophone regroupant des universitaires de pays africains francophones, Canada, France, Suisse, Belgique, etc. Elle en a publié les actes sous le titre : la recherche féministe francophone : langue, identités et enjeux.  
Elle a été membre de plusieurs organisations scientifiques dont le Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales (CODESRIA) à Dakar ou le Centre d'enseignement, de documentation et de recherches pour les études féministes (CEDREF) à l’Université Paris-Diderot. Elle a participé à des groupes de recherche et de plaidoyer féministes. elle en a coordonné les activités francophones de DAWN (Development Alternatives with Women for a New Era), un groupe international de réflexion de féministes du Sud, basé à Suva, Fiji. Elle est aujourd’hui membre de leur Board of Trustees. Membre de Women Living Under Muslim Laws (WLUML), un réseau de recherche et de plaidoyer sur l’impact des lois musulmanes sur les femmes dans les contextes où elles s’appliquent, Fatou en a dirigé la coordination, à Londres, pendant une dizaine d’années. Elle a participé à la création, en 2006, du Forum féministe africain, un mouvement féministe panafricain dont le siège est à Accra et la devise : « féminisme sans si, ni mai ».
Retrouvez sur dukokalam.com la liste de ses principaux ouvrages sur les femmes et sa biographie complète. 
Support the showConversations Féminines est un podcast créé, écrit et réalisé par Zoubida Fall (du Kokalam)
--
Générique, montage et mixage: Mohamed Sow
Design et habillage graphique: Taha Gueffaf
Assistante de production: Christelle F.
--
La playlist des morceaux choisis par les invitées en cliquant ici
--
Déposez une suggestion ici

Dr Fatou Sow est une sociologue sénégalaise. 
Ses premiers travaux de recherche qualifiés, à l’époque, de sociologie du développement, ont porté sur la formation de l’État et le rôle de l’administration, les questions de l’éducation, de la migration, de l’urbanisation, du travail et de l’emploi, de l’environnement, de la gestion du foncier et des énergies renouvelables, etc. Fatou Sow a également mené des recherches sociales sur les femmes, dans le cadre de ses travaux avec le ministère de la Femme et diverses institutions chargés de projets sur les femmes. Ainsi elle s’est progressivement intéressée à la question, puis elle s’y est investie, à partir des années 1980, avec l’émergence des études des femmes/women studies dans l’académie et la montée non moins importante des paroles des femmes et de leurs mouvements dans les sociétés civiles africaines et dans le reste du monde. On est passé de l’étude des femmes comme question sociale à leurs combats comme question politique. Les conférences des Nations Unies sur les femmes, organisées sur plus d’une décennie et les autres grandes conférences mondiales (la population, la terre, l’environnement, les droits humains, etc.) dans lesquelles les femmes se sont engagées activement, ont autant témoigné de leur vitalité, qu’impulsé des réflexions diverses nouvelles qui ont transformé, enrichi et surtout fait entendre les voix africaines. 
Elle s’est attachée à promouvoir, dans l’académie africaine, les études des femmes et des rapports de genre dans les cultures africaines et à enraciner une critique féministe des sciences sociales en Afrique. À cet effet, elle a contribué à la mise en place, à partir de 1994, à la mise en place des instituts sur le genre du CODESRIA, à Dakar. Elle a organisé, en 1999, à l’UCAD, le seconde colloque sur la recherche féministe francophone regroupant des universitaires de pays africains francophones, Canada, France, Suisse, Belgique, etc. Elle en a publié les actes sous le titre : la recherche féministe francophone : langue, identités et enjeux.  
Elle a été membre de plusieurs organisations scientifiques dont le Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales (CODESRIA) à Dakar ou le Centre d'enseignement, de documentation et de recherches pour les études féministes (CEDREF) à l’Université Paris-Diderot. Elle a participé à des groupes de recherche et de plaidoyer féministes. elle en a coordonné les activités francophones de DAWN (Development Alternatives with Women for a New Era), un groupe international de réflexion de féministes du Sud, basé à Suva, Fiji. Elle est aujourd’hui membre de leur Board of Trustees. Membre de Women Living Under Muslim Laws (WLUML), un réseau de recherche et de plaidoyer sur l’impact des lois musulmanes sur les femmes dans les contextes où elles s’appliquent, Fatou en a dirigé la coordination, à Londres, pendant une dizaine d’années. Elle a participé à la création, en 2006, du Forum féministe africain, un mouvement féministe panafricain dont le siège est à Accra et la devise : « féminisme sans si, ni mai ».
Retrouvez sur dukokalam.com la liste de ses principaux ouvrages sur les femmes et sa biographie complète. 
Support the showConversations Féminines est un podcast créé, écrit et réalisé par Zoubida Fall (du Kokalam)
--
Générique, montage et mixage: Mohamed Sow
Design et habillage graphique: Taha Gueffaf
Assistante de production: Christelle F.
--
La playlist des morceaux choisis par les invitées en cliquant ici
--
Déposez une suggestion ici

1h 8 min