9 min

Sexe et sport sont-ils compatibles ‪?‬ Transformation Physique

    • Fitness

Masturbation et musculation sont-ils compatibles ? Ou plus largement, est-ce que le sexe impacte les performances sportives. Cette question revient souvent dans le milieu du sport et particulièrement dans la musculation. Mohamed Ali n’avait plus aucun rapport sexuel pendant des semaines précédant un match.







Certains entraîneurs recommandent à leurs athlètes de ne pas pratiquer d’activités de jambe en l’air la veille de compétitions. Pourtant, dans le village olympique pendant les jeux, c’est connu que les athlètes s’en donnent à cœur joie niveau sexe. Leurs performances ne semblent pas être si impactées que ça.







Est-ce que la masturbation et le sexe nuisent vraiment aux performances sportives et à la prise de masse musculaire ?



















Si tu n’aimes pas lire, cet article existe aussi en version audio 😉 Clique sur « Play » pour l’écouter ou clique-ici pour le télécharger







Orgasme et testostérone







Quand on parle de musculation et de sport, l’hormone maîtresse est la testostérone. Plus tu produits de testostérone et plus tu seras capable de construire de masse musculaire et d’améliorer tes performances.







Le premier argument en défaveur du sexe ou de la masturbation quand on fait du sport et particulièrement de la musculation c’est que l’orgasme diminuerait la production de testostérone. Ce serait catastrophique pour tout go muscu qui se respecte et qui veut un max de muscle.







Mais qu’en est-il vraiment ?







Une étude de 2010 a voulu étudier la question chez des membres de club échangiste Américain. 44 hommes ont été répartis en deux groupes. Le groupe des voyeurs et le groupe des actifs qui participaient aux ébats du club (les petits chanceux). Les deux groupes ont vu leur niveau de testostérone salivaire augmenter d’environ 36%. Donc le simple fait d’observer sans participer a été suffisant. Mais ceux qui ont eu des rapports sexuels ont eu la plus grande hausse de testostérone.







L’éjaculation ne fait donc pas baisser le niveau de l’hormone maîtresse, bien au contraire. Une étude longitudinale de 2016 conclue la même chose. J’en vois déjà plus d’un se ravir de cette conclusion mais calme tes ardeurs. Ce n’est pas parce qu’à court terme tu as une élévation de la testostérone que ça se traduit forcément par plus de muscle à long terme.







C’est une erreur fréquente d’extrapoler des phénomènes physiologiques de court terme sur des bénéfices à long terme.







Après un orgasme, le niveau de prolactine augmente ce qui entraîne une baisse de la production de dopamine. Hors c’est la dopamine qui est responsable de l’excitation. C’est ce qui explique pourquoi les hommes ont leur excitation qui chute rapidement après un rapport sexuel.







Sexe et performance







Voyons maintenant ce qui nous intéresse le plus, le rapport entre sexe et sport et plus particulièrement avec la performance sportive. Si le sport permet d’améliorer ses performances sexuelles, qu’en est-il de l’inverse ?







Je me souviens d’une émission de télé, « sport science », qui s’était posée la même question.

Masturbation et musculation sont-ils compatibles ? Ou plus largement, est-ce que le sexe impacte les performances sportives. Cette question revient souvent dans le milieu du sport et particulièrement dans la musculation. Mohamed Ali n’avait plus aucun rapport sexuel pendant des semaines précédant un match.







Certains entraîneurs recommandent à leurs athlètes de ne pas pratiquer d’activités de jambe en l’air la veille de compétitions. Pourtant, dans le village olympique pendant les jeux, c’est connu que les athlètes s’en donnent à cœur joie niveau sexe. Leurs performances ne semblent pas être si impactées que ça.







Est-ce que la masturbation et le sexe nuisent vraiment aux performances sportives et à la prise de masse musculaire ?



















Si tu n’aimes pas lire, cet article existe aussi en version audio 😉 Clique sur « Play » pour l’écouter ou clique-ici pour le télécharger







Orgasme et testostérone







Quand on parle de musculation et de sport, l’hormone maîtresse est la testostérone. Plus tu produits de testostérone et plus tu seras capable de construire de masse musculaire et d’améliorer tes performances.







Le premier argument en défaveur du sexe ou de la masturbation quand on fait du sport et particulièrement de la musculation c’est que l’orgasme diminuerait la production de testostérone. Ce serait catastrophique pour tout go muscu qui se respecte et qui veut un max de muscle.







Mais qu’en est-il vraiment ?







Une étude de 2010 a voulu étudier la question chez des membres de club échangiste Américain. 44 hommes ont été répartis en deux groupes. Le groupe des voyeurs et le groupe des actifs qui participaient aux ébats du club (les petits chanceux). Les deux groupes ont vu leur niveau de testostérone salivaire augmenter d’environ 36%. Donc le simple fait d’observer sans participer a été suffisant. Mais ceux qui ont eu des rapports sexuels ont eu la plus grande hausse de testostérone.







L’éjaculation ne fait donc pas baisser le niveau de l’hormone maîtresse, bien au contraire. Une étude longitudinale de 2016 conclue la même chose. J’en vois déjà plus d’un se ravir de cette conclusion mais calme tes ardeurs. Ce n’est pas parce qu’à court terme tu as une élévation de la testostérone que ça se traduit forcément par plus de muscle à long terme.







C’est une erreur fréquente d’extrapoler des phénomènes physiologiques de court terme sur des bénéfices à long terme.







Après un orgasme, le niveau de prolactine augmente ce qui entraîne une baisse de la production de dopamine. Hors c’est la dopamine qui est responsable de l’excitation. C’est ce qui explique pourquoi les hommes ont leur excitation qui chute rapidement après un rapport sexuel.







Sexe et performance







Voyons maintenant ce qui nous intéresse le plus, le rapport entre sexe et sport et plus particulièrement avec la performance sportive. Si le sport permet d’améliorer ses performances sexuelles, qu’en est-il de l’inverse ?







Je me souviens d’une émission de télé, « sport science », qui s’était posée la même question.

9 min