55 min

Very Good Trip : Bob Dylan - Episode 2 : Bob Dylan, un jeune homme en colère - 11/07/2021 Very Good Trip: Bob Dylan

    • Musique

Michka Assayas, nous propose cet été une émission spéciale de Very Good Trip qui balaiera la carrière de Bob Dylan et dont le 2eme épisode diffusé aujourd’hui est consacré à la facette protestataire, mais aussi à la place des femmes à l’aube de sa gloire : Certains ont coutume réduire le Bob Dylan des premières années à ce qu’on a appelé le protest song, la chanson folk politiquement engagée. Mais dès le début, il y avait bien autre chose. Dans une chanson qu’elle lui a consacré, voici comment Joan Baez l’a décrit : « Tu as jailli sur la scène, déjà une légende, le phénomène incorruptible, l’authentique vagabond, et tu t’es perdu dans mes bras ». Oui, Dylan s’est perdu dans les bras de Joan Baez mais enfin il s’est vite retrouvé. En 1965, c’est Dylan qui est au faîte de la gloire et Joan Baez est, à son tour, dans son ombre. En couple avec Joan Baez, Dyan l’emmène en tournée avec lui en Grande-Bretagne. Et elle attend un geste : que Dylan, en retour, l’intronise auprès de son public à lui. Or il ne le fait pas. Quand vous regardez le documentaire Don’t Look Back que D A Pennebaker a réalisé pendant cette tournée britannique en 1965, on voit la déception et l’amertume se peindre sur le visage de la chanteuse, qui se demande ce qu’elle fout là. Ce n’est un secret pour personne, il l’a reconnu et admis, Bob Dylan a été, jusque tard, un homme extrêmement infidèle. Dans une de ses premières chansons très personnelles, on la trouve dans son quatrième album, « Another Side of Bob Dylan », le premier à avoir sérieusement dérangé les puristes de la chanson contestataire et engagée, il a évoqué une brève rencontre, réelle ou imaginaire, avec une femme croisée dans le quartier hispanique de Spanish Harlem, à New York. La chanson s’appelle « Spanish Harlem Incident » et commence par ces mots : « Petite gitane, les bras de Harlem ne peuvent te tenir dans sa moiteur, ta température est bien trop chaude pour qu’on t’apprivoise ».

Michka Assayas, nous propose cet été une émission spéciale de Very Good Trip qui balaiera la carrière de Bob Dylan et dont le 2eme épisode diffusé aujourd’hui est consacré à la facette protestataire, mais aussi à la place des femmes à l’aube de sa gloire : Certains ont coutume réduire le Bob Dylan des premières années à ce qu’on a appelé le protest song, la chanson folk politiquement engagée. Mais dès le début, il y avait bien autre chose. Dans une chanson qu’elle lui a consacré, voici comment Joan Baez l’a décrit : « Tu as jailli sur la scène, déjà une légende, le phénomène incorruptible, l’authentique vagabond, et tu t’es perdu dans mes bras ». Oui, Dylan s’est perdu dans les bras de Joan Baez mais enfin il s’est vite retrouvé. En 1965, c’est Dylan qui est au faîte de la gloire et Joan Baez est, à son tour, dans son ombre. En couple avec Joan Baez, Dyan l’emmène en tournée avec lui en Grande-Bretagne. Et elle attend un geste : que Dylan, en retour, l’intronise auprès de son public à lui. Or il ne le fait pas. Quand vous regardez le documentaire Don’t Look Back que D A Pennebaker a réalisé pendant cette tournée britannique en 1965, on voit la déception et l’amertume se peindre sur le visage de la chanteuse, qui se demande ce qu’elle fout là. Ce n’est un secret pour personne, il l’a reconnu et admis, Bob Dylan a été, jusque tard, un homme extrêmement infidèle. Dans une de ses premières chansons très personnelles, on la trouve dans son quatrième album, « Another Side of Bob Dylan », le premier à avoir sérieusement dérangé les puristes de la chanson contestataire et engagée, il a évoqué une brève rencontre, réelle ou imaginaire, avec une femme croisée dans le quartier hispanique de Spanish Harlem, à New York. La chanson s’appelle « Spanish Harlem Incident » et commence par ces mots : « Petite gitane, les bras de Harlem ne peuvent te tenir dans sa moiteur, ta température est bien trop chaude pour qu’on t’apprivoise ».

55 min

Classement des podcasts dans Musique