10 épisodes

Voices by DAY ROSE shares the passion, stories and success tips of entrepreneurs and artists in the fields of Luxury, art, experience and fashion.

Voices by DAY ROSE Audrey Kabla

    • Affaires

Voices by DAY ROSE shares the passion, stories and success tips of entrepreneurs and artists in the fields of Luxury, art, experience and fashion.

    🇫🇷 Une révolution de Swimwear : Flowher

    🇫🇷 Une révolution de Swimwear : Flowher

    Discover Flowher, "Swimwear made for anytime of the month."



    -What is your name and the name of your company?



    Z: I'm Zaynab



    N: And I'm Nora. We are the co-founders of Flowher.



    -Can you tell us what you do as if you were talking to a 5 year old? Simple without technical words. :-)



    Z: So, Flowher is a brand of menstrual swimsuits which allows women to be able to put on a swimsuit in complete safety during their period.



    N: And throughout the month. The swimsuit is designed to be worn also outside of periods, so as to create the ideal swimsuit for the whole summer.



    -When did you know that being an entrepreneur was meant for you?



    N: Since roughly adolescence. When we both started thinking about our careers, we were rather leaning on the idea of ​​one day being able to be our own bosses. In the meantime, we still had our beginnings in their respective careers. And it's true that the Covid and the confinement, it still greatly accelerated this way of thinking about that. Are we getting started? Are we not getting started? Are we old enough to do it? Not do it? So it's sure that getting started with two people is still easier to do that than one.



    Z: And then the decision-making was quite easy given our respective personal situations. And the age we have, we don't necessarily have responsibilities, yet. And suddenly, we said to ourselves that we could assume the responsibility of having a business at that age.



    Could you tell us about the sustainable aspect of Flowher?



    Z: You should know that sustainable development and all that is environmental and sustainability is something that is really strong. This is an extremely important aspect for us, for Flowher, because today it seems inconceivable to create a brand, especially in ready-to-wear, that is not eco-responsible. We have several aspects within Flowher itself that are eco-responsible.



    N: So already, first, we made the choice to produce swimsuits with a fabric that is recycled, which is made from marine waste from the sea, mainly plastic. It is a fabric that is Italian. Besides that, we have. We took care to choose packaging that was as eco-responsible as possible. So in terms of paper, we try to choose recycled paper. And we also have a packaging that was made to measure for the garment that is wet. So it's a small certified cotton pouch that is made by an NGO in India, which is only made up of women, so which participates in the social reintegration of women there. And most importantly, the absorbent part in swimwear. It was also thought to be non-harmful for the women who will wear the swimsuits. And we have two layers of cotton which are very thin, which are also eco-tax certified, so not harmful.



    Z: And overall, we also decided to have a European production, so it's not really related to the co-responsibility, but in any case it's part of our ethical commitments and social. So in a workshop that has specialized in swimsuits for more than 20 years today and it is a workshop that is on a human scale, which pays its employees decently. We went to see the workshop and then everything went well and it was a decision for us to do that.



    -What do you enjoy most about your daily work activities?



    Z: I think that in the aspect, in the general aspect, what we like the most is really to be independent and to do all as we want, at our own pace and what we want.



    N: It's true that it can be difficult for some to see fit, to say OK, since in fact, there are two of us and we launched the brand together and we are still two , for the moment, we wear all the hats. It might seem difficult to say today, we're getting into this or that subject, but in itself, it's super rewarding because clearly we touch on everything, we do everything and it's sure that there are subjects that fascinate us more than others, like all that is creation.



    -How do you take care of yourself and your private life?



    N: It's a bit complicated subject because in perso

    • 11 min
    🇫🇷 Un voyage alchimique avec Jess Cugno

    🇫🇷 Un voyage alchimique avec Jess Cugno

    🇺🇸 Lire l'article en anglais ci-dessous



    -Quel est ton prénom et le nom de ton business ? Peux-tu s’il te plaît présenter ton activité ? 



    Je m'appelle Jess Cugno. Je suis peintre, je fais une peinture énergétique, ce qu'on appelle, donc qui travaille sur les émotions, sur nous, qui est censé en fait nous nous raconter des choses.



    -Quand as-tu su que te mettre à ton compte était la solution ou une évidence ?



    Ça fait 20 ans que je suis à mon compte. Pour moi, c'était très important d'avoir cette liberté. J'ai déjà travaillé pour des gens, mais très jeune, j'ai très vite vu que ça me correspondait pas très bien parce que j'aime bien en fait pouvoir aller là ou j'ai envie d'aller me laisser en fait liberticide à travailler. En fait, ma grand mère, était artiste peintre. Elle était prof d'art et je pense que depuis toute petite, je l'ai vue toujours faire des choses, peindre, œuvrer à quelque part. Je pense que c'est une femme que j'ai toujours été très proche, qui m'a toujours beaucoup inspirée sur un plan et sans penser une fraction de seconde qu'un jour ce serait moi qui ferait ça.



    C'est drôle, pendant toute mon enfance, je l'ai vu faire, mais sans me dire à un moment donné que j'avais un talent particulier pour l'art ou pour quelque chose comme ça. Et un jour, je suis thérapeute, une femme est rentrée dans mon cabinet. On a échangé un peu toutes les deux et elle m'a dit est ce que ça te intéresserait qu'on fasse un échange? Je suis art thérapeute, donc ça, c'était en 2010, je pense entre 2010 et 2011. Et moi, j'ai dit pourquoi pas? Je trouvais que c'était une très bonne idée. Donc je suis allée dans son cabinet. On a commencé à travailler ensemble, l'avait mis une immense table avec plein plein, plein de sortes d'arts. Ce soit l'écriture, la peinture, tout l'aquarelle même. Je crois qu'il y avait même un truc de sculpture, tout.



    Je suis sortie de chez elle, j'ai été m'acheter des pinceaux, été m'acheter de la peinture, j'étais m'acheter des toiles. Et puis j'ai pu arrêter de peindre depuis. Ça fait presque dix ans, voire onze ans. Voilà le début de l'histoire.



    -Comment procèdes-tu pour recruter et fidéliser tes clients ? Peux-tu partager avec nous les clefs de ton succès ? 



    J'ai commencé à peindre d'abord pour essayer un peu ce que ça me racontait. Mais je me suis vite rendu compte qu'en fait, ces toiles avaient une vibration précise et étaient vraiment là pour travailler sur les émotions des gens. Et il se passait quelque chose entre le tableau et une personne. Des fois, c'est plusieurs personnes, mais souvent un tableau va choisir son propriétaire. C'est très difficile à expliquer, mais il se passe une interaction entre entre le tableau et la personne. J'ai assisté à des choses incroyables, des choses assez assez folles dans mes expos, les gens qui tombaient à genoux, en pleurs devant. Et ça, c'était un truc que j'ai difficile à expliquer. Donc, les gens qui vont choisir ma peinture ou qui vont être attirés par une peinture à quelque part, ça se fait de manière complètement naturelle.



    -Quel précieux conseil peux-tu donner aux jeunes et futurs indépendants, artistes et entrepreneurs, pour voir grandir sereinement leur business ?



    Difficile de donner des conseils. Mais ce que j'aurais envie de dire, c'est qu'à un moment donné, il faut sauter. Allez y, croyez en vos rêves ou en vos passions. Et s'il faut sauter, il faut sauter. À un moment donné, je pense que rien n'arrive sans le saut. Chaque être humain doit explorer son potentiel créatif. Je pense qu'on a tous quelque chose qu'on doit pouvoir. On doit pouvoir créer quelque chose.



    -Quel est le prochain voyage que tu souhaites entreprendre ou apprendre ? Et pour quelles raisons ?



    Je suis actuellement en voyage à Paris. Je viens de Genève à l'origine donc je suis souvent à Genève aussi. J'ai une petite place à la montag

    🇺🇸 Annika Connor et la Renaissance moderne

    🇺🇸 Annika Connor et la Renaissance moderne

    🇺🇸 Lire l'article en anglais ci-dessous



    -Peux-tu s’il te plaît, présenter ton activité ? 



    Je suis une artiste basée à Brooklyn, New York.



    -Quand as-tu su que te mettre à ton compte était la solution ou une évidence ?



    Je suppose qu'à bien des égards, cultiver un côté commercial a toujours été quelque chose dont j'étais consciente que je devais faire en tant qu'artiste. Je viens d'une famille d'hommes d'affaires et mon grand-père était un grand collectionneur d'art et m'a beaucoup appris en grandissant sur le côté commercial de l'industrie de l'art. Et donc à bien des égards, j'ai eu beaucoup de chance parce qu'en vivant à New York, je suis basé à Brooklyn, vous savez, cette ville renforce ce besoin d'agitation.



    -Pourrais-tu nous parler un peu de ce que tu fais comme peinture et comment en es-tu arrivée à la peinture ?



    Oui, eh bien, j'ai toujours été peintre. J'ai commencé à peindre en tant que jeune fille à l'âge de neuf ans. J'ai commencé à travailler à l'huile et la peinture a toujours été mon principal amour, mais j'ai l'impression qu'à bien des égards, je suis aussi devenu un peu un artiste multidisciplinaire où parfois mes idées se sont étendues au-delà de la toile ou de la page. Et, vous savez, je me retrouve à travailler sur des projets d'écriture ou d'acteur ou d'avoir des idées pour la comédie ou le film. Et donc je pense que nous vivons maintenant à un moment où vous n'avez pas à vous définir exclusivement par un aspect, et cela donne aux artistes une chance de s'épanouir de différentes manières. Mais pour moi, la peinture a toujours été la racine de tout. J'aime juste ça. Un tableau peut enchanter et hypnotiser son public et il peut changer de sens avec le temps. Vous savez, vous pouvez regarder le même tableau encore et encore à différents moments de votre vie, et il peut vous dire autre chose à chaque fois.



    -Quel précieux conseil peux-tu donner aux jeunes et futurs indépendants, artistes et entrepreneurs, pour voir grandir sereinement leur business ?



    Je suggérerais de promouvoir votre art. Vous savez, faire des affaires sans publicité, c'est comme faire un clin d'œil à une fille dans le noir, vous savez, que vous le faites, mais que personne d'autre ne le fait. Et j'ai pensé que c'était tellement motivant parce que, vous savez, c'est facile quand on est créateur de se perdre dans son studio et d'oublier de promouvoir ce qu'on fait, de le commercialiser ou de le monétiser. Mais le faire connaître au monde est la prochaine étape jamais créée.



    Annika Connor Instagram



    Ecoutez sur Apple Podcasts



    Ecoutez sur Deezer



    Voir plus sur Voices by DAY ROSE





    🇺🇸 Article in English



    -Can you please tell us what it is that you do?



    I am an artist based in New York City.



    -When did you know that being self-employed was meant for you?



    I guess in many ways, cultivating a business side was always something that I was aware that I needed to do as an artist. I come from a family of businessmen and my grandfather was a big art collector and taught me as I was growing up a lot about the business side of the art business. And so in many ways I was really fortunate because by living in New York City, I'm Brooklyn based, you know, this city reinforces that need for hustle.



    -Can you tell us a bit about what you paint and how did you get into painting?



    Yes, well, I've always been a painter. I started painting as a young girl when I was nine years old. I started working in oils and painting has always been my main love, but I do feel that in many ways I've also kind of become a little bit of a multiple disciplined artist where sometimes my ideas have extended beyond the canvas or the page. And, you know, I find myself working on writing projects or acting projects or having ideas for comedy or film. And so I think we're now living in a moment where you don't have to define yourself by exclusiv

    • 20 min
    🇫🇷 Ep #2: Zoe Satche, photographe de mode  

    🇫🇷 Ep #2: Zoe Satche, photographe de mode  

    Explorez la photographie de portrait et de mode avec Zoe ☝️





    🇺🇸 Lire l'article en anglais ci-dessous



    -Quel est ton prénom et le nom de ton business ? 



    Je m'appelle Zoé Satche et le nom de mon entreprise est Satche Photography.



    -Peux-tu s’il te plaît, présenter ton activité comme si tu t’adressais à un enfant de 5 ans ? 



    Je suis photographe depuis le collège, depuis 10 ans. Actuellement je me spécialise dans la photographie de mode et de portrait. Je réalise des photos pour des particuliers ainsi que pour des marques de mode.



    -Quand as-tu su que te mettre à ton compte était la solution ou une évidence ?



    Il n'y a pas très longtemps. J'ai toujours voulu faire un Master. Mais je voulais que ma photographie soit à côté, comme ma passion. Avec le temps, dans mes stages, apprentissages, beaucoup de gens m'ont embauché à cause de mes photographies. J'ai dit à ma mère que j'en avais tellement marre d'être embauchée à cause de mes photos. Mais elle m'a dit que c'est super que j'aie un talent qui se voit. Depuis lors, j'ai réalisé que je pouvais poursuivre cela. Je suis venu à Paris et j'ai travaillé régulièrement avec de nombreux clients. J'ai réalisé que je pouvais parfaitement gagner ma vie en travaillant comme photographe le week-end, au lieu d'avoir un travail régulier à plein temps dans un bureau.



    -Qu’aimes-tu le plus faire au quotidien dans tes journées de travail ?
    Une journée type consiste à faire des moodboards, à chercher des idées, des modèles, des vêtements, des lieux et des retouches… Pour moi le mieux c'est de chercher des vêtements.



    -Comment procèdes-tu pour recruter et fidéliser tes clients ? Peux-tu partager avec nous les clefs de ton succès ? 



    Quand j'ai commencé, je n'avais pas beaucoup de clients. Mais c'était facile de les trouver, parce que mes prix étaient si bas. Et Instagram m'a donné beaucoup de visibilité, notamment pour mon tournage au début quand j'ai commencé. Peu de gens faisaient ce que je faisais dans le Sud. Mais aussi mon succès vient du travail non-stop.



    -En quoi ta marque joue-t-elle un rôle crucial dans le succès de ton entreprise ?



    Ma réputation sur Instagram me permet d'avoir beaucoup de crédibilité aux yeux de mes clients et clients potentiels. Je pense avoir une image de marque positive et colorée. Ma communauté est très engagée avec mon contenu et cela aide beaucoup.



    -Quel précieux conseil peux-tu donner aux jeunes et futurs indépendants, artistes et entrepreneurs, pour voir grandir sereinement leur business ?



    Depuis que j'ai été dans une école de marketing, je suis assez conscient du processus. J'essaie d'être inventive et je propose la même chose aux gens. Par exemple, je mélange les notions de photographie et de mode, ce qui n'est pas courant. Essayez de vous diversifier au maximum et démarquez-vous de vos concurrents.



    -De quelle façon prends-tu soin de toi et de ta vie perso au quotidien ? 



    En ce moment, c'est assez difficile. Je sais que c'est vraiment mauvais. Je n'ai pas de pause, mais j'aime faire ce que je fais, donc quand j'ai une pause, j'ai l'impression de rater quelque chose au travail. Je ne prends pas assez de temps pour m'occuper de moi car je suis très occupé en ce moment.



    -Quel est le prochain voyage que tu souhaites entreprendre ou apprendre ? Et pour quelles raisons ?



    Los Angeles sera mon prochain voyage. Nous avons un projet avec une maquilleuse pour voyager aux États-Unis et travailler avec des marques là-bas.



    -Tu es plutôt salé ou sucré ? Ton plat ou dessert préféré ? As-tu une adresse à recommander ?



    J'aime vraiment les aliments salés. Surtout la cuisine italienne, j'adore ! Ma nourriture préférée est tous les types de pâtes. Je recommanderais le restaurant juste en dessous de mon appartement appelé "Lino", un restaurant italien.



    -Enfin ou peut-on te retrouver et découvrir tes produits/serv

    • 15 min
    🇺🇸 Ep #1 : Rebecca Berrih, productrice de film à Los Angeles

    🇺🇸 Ep #1 : Rebecca Berrih, productrice de film à Los Angeles

    Vivez la vie d'un cinéaste et entrepreneur avec Rebecca Berrih 👆



    Bienvenue à Voices by DAY ROSE Episode #1 avec Audrey Kabla et notre invitée Rebecca Berrih. Chaque semaine, nous rencontrerons un entrepreneur, un talent, pour parler de son parcours et pour vous inspirer.





    -Quel est ton nom et le nom de ton business ?



    Rebecca est une productrice française, basée à Los Angeles. Son entreprise s'appelle Elysian Fields Entertainment.



    -Peux-tu s'il tu plaît, me présenter ton activité ?



    Je réalise des films, je produis aussi des clips musicaux et commerciaux. J'ai toujours voulu faire des films donc je suis assez content de faire des films.



    -Quand as-tu su que te mettre à ton compte était une évidence,  c’était la solution pour toi ?



    J'ai créé ma première entreprise à 21 ans. Je vivais en France. D'abord, je n'avais aucune idée. Nous avons commencé très heureusement à travailler avec Disney. Après cela, j'ai travaillé avec d'autres personnes, mais à la fin, j'ai adoré travailler pour moi-même. J'aime gérer et embaucher les gens et l'équipe avec qui je travaille.



    -Qu'aimes tu faire le plus au quotidien, dans tes journées de travail ?



    Mon activité professionnelle quotidienne est très différente. Si je ne tourne pas, j'ai plusieurs réunions par jour. Le soir, je vais généralement à des projections pour regarder des films et rencontrer des gens. Le reste de la journée, j'envoie des e-mails aux personnes que je souhaite contacter. Des gens que je ne connais pas et avec qui j'ai envie de travailler. En plus de cela, je m'occupe également de la gestion de l'entreprise.



    -Comment recrute-tu tes clients ? Peux-tu partager avec nous les clés de ton succès ?



    Je pense que la clé est de se mettre à la place des clients. Faites toujours de votre mieux. J'adore le livre "Les quatre accords" et la partie qui dit "Toujours faire de votre mieux". Si vous faites de votre mieux, vous ne vous sentirez jamais coupable. Le recrutement est un mélange d’appel à froid, LinkedIn, Instagram, tout ce qu'il faut. Et un mélange de personnes que vous connaissez. La clé est de toujours partager ce que vous faites.



    -De quelle façon tu capitalise sur ta marque ? 



    Ma marque est le nom de mon entreprise : « Elysian Entertainment ». J'utilise le même nom sur toutes mes plateformes, c'est vraiment important. Vous voulez montrer votre travail, plus vous montrez de travail, plus une entreprise veut travailler avec vous.



    -Quels conseils précieux pourrais-tu donner aux jeunes et futurs entrepreneurs et artistes ?



    Quand il s'agit de donner des conseils aux entrepreneurs et aux artistes, je pense que je me parlerais et me dirais, essaie de rencontrer les gens que tu aimes et travaille avec eux. S'il y a un artiste que vous aimez, rencontrez-le et travaillez avec lui !



    -De quelle façon prends-tu soin de toi quotidiennement ?



    Avoir une routine est le plus important. Vous devez avoir une routine. Je me réveille très tôt, je n'essaie pas, je me réveille juste. Je prends un café et lis les nouvelles et le cinéma. Je m'entraîne aussi les matins.



    -Quelle serait ton prochain voyage ? Et pourquoi?



    Nous sommes dans une période étrange. Je suis originaire de Paris, mais je n'ai pas pris l'avion depuis 2 ans. Je pense que tant qu'on n'aura pas besoin de masques (12 heures pour aller à Paris), j'irai en Floride voir des amis et de la famille.



    -Es-tu plutôt sucré ou salé ? As-tu un plat, un repas à partager avec nous et une adresse locale que tu recommanderais ?



    J'aime beaucoup les plats simples, comme Shake Shack. J'aime manger des sushis, des lobster rolls... J'aime tout ce qui est réconfortant. Le meilleur endroit français pour les pâtisseries françaises s'appelle Sweet Lilly à Los Angeles.



    Pour en savoir plus sur le travail de Rebecca Berrih, visitez son site web ici.



    Pour écouter sur Apple Podcasts, cliquez ici.



    Pour écouter su

    • 11 min
    🇫🇷 Ines Carpin, Influenceuse et Podologue

    🇫🇷 Ines Carpin, Influenceuse et Podologue

    Découvrez la vie d'une podologue 👆





    -Quel est ton nom et le nom de ton business ?



    Sur les plateformes de réseaux sociaux, je suis connue sous le nom de "Inès Carpin" sous le nom d'utilisateur "vismaviedepodo".



    -Peux-tu s'il tu plaît, me présenter ton activité ?



    Je suis pédicure/podologue depuis 15 ans. En tant que pédicure, je soigne les infections des pieds des gens. En tant que podologue, je crée des semelles orthopédiques dans le but d'améliorer votre posture et de supprimer les douleurs musculaires de vos pieds. On peut dire que j'ai un double emploi.



    -Quand as-tu su que te mettre à ton compte était une évidence,  c’était la solution pour toi ?



    Depuis toute petite j'avais un problème d'autorité, je n'ai jamais voulu avoir de patron. De plus, j'ai toujours voulu aller dans le domaine de la médecine, soigner les gens. Je suis d'abord allé dans le domaine du paramédical, et j'ai découvert la podologie et cela m'a passionné. Il n'y a que 3% de podologues qui sont employés par des entreprises donc je n'avais pas d'autre choix que de devenir podologue indépendant. Pour mon compte Instagram, ça a grossi pendant la période de confinement où j'ai commencé à faire des petits sketchs rigolos et j'avais envie de continuer après la période de confinement, car faire rire les gens me rend toujours heureuse.



    -Qu'aimes tu faire le plus au quotidien, dans tes journées de travail ?



    La meilleure chose que j'aime dans mon activité est la capacité de guérir les gens rapidement. Je me sens bien quand les gens quittent mon bureau avec un sourire. Pour mon compte Instagram, je suis très reconnaissante de voir que je peux faire sourire les gens avec mon contenu et mes anecdotes.



    -Comment recrute-tu tes clients ? Peux-tu partager avec nous les clés de ton succès ?



    Pour recruter mes clients je ne peux pas faire grand chose puisque je suis dans le domaine de la médecine, je ne peux pas promouvoir mon travail. La meilleure façon de recruter mes clients est le bouche-à-oreille. Sur Instagram, j'essaie de publier le plus possible. Chaque fois que j'ai du temps libre au bureau, j'essaie de créer autant de contenu que possible.



    -De quelle façon capitalise-tu sur ta marque ?



    Encore une fois, malheureusement, je ne peux pas faire de marketing pour mon entreprise. Je fais de mon mieux pour rendre mes clients satisfaits lorsqu'ils visitent mon bureau.



    -Quels conseils précieux pourrais-tu donner aux jeunes et futurs entrepreneurs et artistes ?



    Faites une bonne étude de marché. C'est une étape très importante à franchir avant de démarrer votre carrière, entreprendre une étude de marché approfondie pour mieux comprendre le domaine. Au début, essayez de réseauter autant que vous le pouvez avec des médecins, des pharmaciens pour augmenter les chances d'avoir une publicité de bouche à oreille pour votre entreprise…



    -De quelle façon prends-tu soin de toi quotidiennement ?



    Depuis que j'ai eu mon premier enfant il y a 5 ans, j'ai décidé de réduire mon horaire de travail pour avoir plus de temps pour moi et mes enfants. J'ai commencé à faire plus de sport après la grossesse. J'ai 2 jours de la semaine où je peins sur l'un, et je vais à la piscine sur l'autre.



    -Quelle serait ton prochain voyage ? Et pourquoi?



    Je rêve de retourner à Bali..mais c'est un peu compliqué en ce moment. J'ai donc récemment réservé des vacances à Abu Dhabi, car le soleil me manque vraiment. De plus, j'adorerais visiter l'Asie du Sud, c'est un endroit très exceptionnel.



    -Es-tu plutôt sucré ou salé ? As-tu un plat, un repas à partager avec nous et une adresse locale que tu recommanderais ?



    Une adresse à recommander est le restaurant de mon frère qui s'appelle Man Mo Dim Sum sur la place des Chartrons à Bordeaux. Ils préparent des plats Dim Sum à la française, tels que Dim Sum Ratatouille. . et autres. De plus, depuis que je suis à Paris, tou

    • 18 min

Classement des podcasts dans Affaires

Matthieu Stefani | Orso Media
Delphine Pinon
Caroline Mignaux
Choses à Savoir
Pauline Laigneau
Max Piccinini