106 episodes

Lauren Bastide reçoit dans une chambre d’hôtel une femme inspirante, artiste, activiste, politique pour une conversation intime et profonde sur son enfance, sa carrière et ses combats.
Comment les femmes qui font le 21ème siècle ont-elles été façonnées par l’éducation qu’elles ont reçue, les invectives de la société, leur rapport à leur corps ?
Un nouvel épisode, un jeudi sur deux.

La Poudre was created by journalist, feminist activist and co-founder of Nouvelles Écoutes Lauren Bastide in order to offer women a safe space to express themselves.
La Poudre is a one-hour long intimate, in-depth conversation with an inspirational woman. Artists and activists join Lauren on her podcast to talk about their path, career and experience with being a woman in our world.
Some episodes of La Poudre are dubbed in English. Look for the 🇬🇧 !

La Poudre Nouvelles Écoutes

    • Society & Culture

Lauren Bastide reçoit dans une chambre d’hôtel une femme inspirante, artiste, activiste, politique pour une conversation intime et profonde sur son enfance, sa carrière et ses combats.
Comment les femmes qui font le 21ème siècle ont-elles été façonnées par l’éducation qu’elles ont reçue, les invectives de la société, leur rapport à leur corps ?
Un nouvel épisode, un jeudi sur deux.

La Poudre was created by journalist, feminist activist and co-founder of Nouvelles Écoutes Lauren Bastide in order to offer women a safe space to express themselves.
La Poudre is a one-hour long intimate, in-depth conversation with an inspirational woman. Artists and activists join Lauren on her podcast to talk about their path, career and experience with being a woman in our world.
Some episodes of La Poudre are dubbed in English. Look for the 🇬🇧 !

    Épisode 69 - Géraldine Dormoy

    Épisode 69 - Géraldine Dormoy

    Géraldine Dormoy, journaliste et autrice, est l’invitée du 69e épisode de La Poudre. Avec Lauren Bastide, elles ont parlé d’influence, d’internet et d’injonction.




    L’édito de Lauren :

    Nous sommes le 30 mars 2020, selon l’AFP 3,4 milliards d’êtres humains sont actuellement en confinement. J’enregistre cette introduction depuis chez moi et j’espère que vous allez bien. La conversation avec Géraldine Dormoy que vous vous apprêtez à écouter date de septembre dernier. Je venais de lire son livre, Un Cancer pas si grave, qui m’avait impressionnée. Dans ce journal, elle raconte son cancer du sein. Un cancer qui n’était pas si grave, elle en a réchappé, mais ce titre décrit bien aussi le flegme de cette journaliste que je connais, et apprécie depuis des années. Franchement, le calme et la franchise de Géraldine Dormoy font du bien par les temps qui courent. C’était donc en septembre 2019, c’était juste après le décès de Maëlle Sigonneau. Maëlle… Ça me bouleverse de penser à Maëlle. Qu’est-ce que j’aimerais l’entendre parler de santé, de féminisme et de politique en ce moment, avec sa vision acérée et sa douceur déterminée. Maëlle était l’autrice et la narratrice du podcast Impatiente produit par Nouvelles Écoutes. Elle l’avait co-créé avec l’anthropologue Mounia El Kotni. Dans ce documentaire, Maëlle raconte son cancer du sein et décrypte les injonctions sexistes qui ont parsemé son parcours de patiente. Son cancer était grave. Elle en est morte le 17 août 2019. Elle avait 33 ans. Quand vous aurez fini d’écouter cet épisode de La Poudre, prenez le temps, s’il-vous-plaît, d’aller écouter les sept épisodes d’Impatiente. Surtout le tout dernier, que nous avons mis en ligne il y a quelques jours : « La révolte gronde ». Après, si vous voulez bien, on réfléchira à ce que notre système de santé a de violent et d’injuste, et comment nous souhaitons construire le monde d’après.




    Résumé de l’épisode :

    Géraldine Dormoy est l’autrice du livre Un Cancer pas si grave dans lequel elle raconte son cancer du sein. Journaliste, elle a travaillé à L’Express Style presque dix ans et est l’une des blogueuses mode précurseuses. Née en 1976, elle a grandit dans le Val d’Oise (12:14) dans une famille unie, ce qui ne l’empêche pas de grandir avec une certaine anxiété qu’elle a appris à gérer au fil des années. Très jeune, en partie influencée par sa fascination pour le monde de la mode, elle entretient un rapport pas toujours serein avec son corps et son poids (21:23) qui la mène jusqu’à la boulimie. C’est Internet et le soutien qu’elle y trouve dans les communautés en ligne qui lui permet de mettre des mots sur ses troubles alimentaires (26:00). C’est Internet encore qui la met sur le chemin qui sera le sien : en 2005, perdue professionnellement, elle ouvre un blog (35:12). Le succès qu’elle y rencontre la pousse à reprendre des études (37:00) et, après une formation à l’Institut français de la mode, elle rentre à L’Express Style en tant que journaliste en 2009. Passionnée par la mode, elle garde tout de même un certain recul avec le milieu et, aujourd’hui encore, analyse avec précision les écueils rencontrés par les influenceuses contemporaines (43:51) ou l’absence de vrais changements post #Me Too (47:10). C’est en 2017 qu’elle est diagnostiquée pour son cancer du sein. Un moment de sa vie qu’elle raconte avec franchise dans son livre, n’omettant ni son quotidien, ni les questions de sexualité (24:38) de rapport à son corps, ou encore les nombreuses remises en question des injonctions sexistes qui continuent à s’abattre sur les patientes (58:21) tout au long de leur parcours de soin.




    Bonne écoute, et continuez de faire parler La Poudre ! 




    La Poudre

    • 1 hr 15 min
    (Rediff) Épisode Bonus - Présent·e·s avec Elisa Rojas

    (Rediff) Épisode Bonus - Présent·e·s avec Elisa Rojas

    Pendant cette période de confinement, Nouvelles Écoutes, le studio qui produit ce podcast, organise un Podcast Club. Chaque jour, on vous propose de réécouter un épisode tiré de nos archives et d'échanger ensuite toutes et tous sur les réseaux sociaux de Nouvelles Écoutes. Prenez soin de vous et bonne écoute.




    Dans cet épisode bonus enregistré le 11 octobre 2018 au Carreau du Temple dans le cadre du cycle de conférences « Présent·e·s » qui explore la place des femmes dans l’espace public, Elisa Rojas raconte la création de son blog « Aux marches du Palais » comme un contre espace public (07:35), ce que l’étude du droit lui a apporté en tant que militante et femme handicapée (10:29), l’invisibilisation des luttes d’émancipation pour les personnes handicapées des années 70 (17:25), le CLHEE, organisation non-mixte, intersectionnelle et anticapitaliste (26:25), la contradiction interne des deux grandes lois de 1975 pour l’intégration des personnes handicapées (30:53), la lutte contre l’institutionnalisation (36:09), l’importance des réseaux sociaux dans son militantisme (47:48), les violences spécifiques contre les femmes handicapées (51:58), la difficulté de l’accès aux Disabilities Studies pour les militants francophones (1:02:35) et le droit à une vie à soi (01:04:09).




    Elisa Rojas est avocate et activiste pour les droits des personnes handicapées. Elle est co-fondatrice du C.L.H.E.E (Collectif Lutte et Handicaps pour l'Égalité et l’Émancipation). Née au Chili en 1979, Elisa Rojas emménage en France avec ses parents à l’âge de 2 ans et suit un parcours scolaire d’abord en institution spécialisée, puis en école ordinaire. Une fois diplômée du baccalauréat, elle entame des études de droits à l’université Paris I Panthéon Sorbonne. À l’âge de 25 ans, alors qu’elle est encore étudiante, elle interpelle les médias au sujet du Téléthon, qu’elle qualifie de campagne de communication géante. Après avoir passé le Barreau de Paris en 2007 et s’être installée à son compte, en 2013, elle créé son blog, « Aux marches du palais », qui lui permet de porter ses premiers combats politiques. Le C.L.H.E.E, dont elle un membre actif aujourd’hui, est un collectif intersectionnel et anti-capitaliste composé d’activistes directement concernés par le handicap. Il se bat particulièrement contre l'institutionnalisation qui domine les politiques du handicap en France.




    La Poudre est une production Nouvelles Écoutes

    Réalisation et générique : Aurore Meyer-Mahieu

    Coordination : Zisla Tortello

    Mixage : Laurie Galligani

    • 1 hr 8 min
    Épisode 68 - Vandana Shiva - (doublé en français)

    Épisode 68 - Vandana Shiva - (doublé en français)

    This episode of La Poudre was originally recorded in English. To listen to the undubbed version, click here.




    La militante écoféministe Vandana Shiva est l’invitée du 68e épisode de La Poudre. Avec Lauren Bastide, elles ont parlé de garder espoir, d’enlever les arbres et désobéir.

    L’édito de Lauren :

    Le 21 janvier 2017 j’étais à Washington, pour la Women’s March. Cela a donné l’épisode « La Marche » que j’ai posté le 8 mars 2017. C’est la que j’ai enregistré « We are not afraid of Donald Trump » du générique. J’arrive pas à croire que cela fait déjà trois ans. C’était je pense l’étincelle, la case départ de la révolution féministe que nous sommes en train de vivre. Ce jour là il y a avait un demi-million de femmes dans les rues, de Washington. Et ce jour là j’ai rencontré une femme : Ashley McCray.

    Cette rencontre a été déterminante pour moi. C’est grâce à elle une j’ai compris que le patriarcat, le colonialisme et le capitalisme étaient les trois facettes d’un même système.

    Résumé de l’épisode :

    Vandana Shiva mène depuis près de cinquante ans des combats écologistes et féministes dans le monde. Malgré cette lutte de longue haleine, elle est aussi l’une de celle qui porte le plus la notion d’espoir dans ses discours et ses écrits (02:45). Un espoir qu’elle ne cesse d’affirmer comme essentiel pour éviter le défaitisme : il faut combattre le fatalisme et se servir du temps qu’il reste pour agir, non pour fuir et abandonner la planète (03:29). Née le 5 novembre 1952 à Dehradun (Inde), elle fait des études de physique et de philosophie des sciences, en Inde puis au Canada. Après avoir œuvré contre la construction de gigantesques barrages, ou encore avec le mouvement Chipko (31:16) pour la préservation des forêts dans son pays d’origine, elle agit depuis de nombreuses années pour conserver l’autonomie des paysans sur l’utilisation des semences en se positionnant contre le brevetage des graines (14:17). Elle rappelle ainsi l’importance de garder du recul par rapport aux « avancées technologiques » (11:11) qui doivent rester des outils et donc pouvoir être remis en question. Lorsque cette remise en question n’est plus possible, ou détournée sous couvert de discours paternalistes, elle révèle le néocolonialisme véhiculé par les multinationales de l’agroalimentaire, qu’elle dénonce sans relâche. Si Vandana Shiva porte un combat écologiste, elle s’inscrit aussi dans les luttes féministes, démontrant les liens profonds entre ces problématiques. Elle a d’ailleurs reçu le prix Nobel alternatif en 1993 pour ces engagements conjoints. Elle revendique la valeur des savoirs réputés « féminins » de soin et de sens de la communauté pour servir de guide dans la transition qu’il faut aujourd’hui entreprendre (22:26). Pour cela, l’activiste rappelle aussi le pouvoir de la désobéissance civile, un outil militant utilisé notamment par Extinction Rebellion ces derniers temps (33:24). De son côté, elle ne baisse pas les bras et continue à inspirer les militant·e·s écoféministes à travers le monde.

    Bonne écoute, et continuez de faire parler La Poudre ! 




    La voix française de Vandana Shiva est incarnée par Patricia Loison, merci à elle.




    La Poudre est une émission produite par Nouvelles Écoutes

    Réalisation de l’introduction et générique : Aurore Meyer-Mahieu

    Traduction : Agnès El Kaïm

    Programmation et coordination : Gaïa Marty

    Prise de son voix française : Charles de Cillia

    Montage et mixage : Marion Emerit

    • 41 min
    Episode 68 - Vandana Shiva - 🇬🇧

    Episode 68 - Vandana Shiva - 🇬🇧

    Cet épisode de La Poudre est disponible à l’écoute dans une version doublée en français. Cliquez ici pour l’écouter.

    The ecofeminist activist Vandana Shiva is the guest of the 68th episode of La Poudre.With Lauren Bastide, they talked about staying hopeful, hugging trees and disobey.

    Lauren’s foreword:

    On the 21st of January 2017, I was in Washington D.C. at the Women’s March. This gave birth to the episode « La Marche », published on the 8th of March 2017. That’s where I recorded the « We are not afraid of Donald Trump » that you can hear in the opening credits. I can’t believe it’s been three years already. It was the spark, the starting point of the feminist revolution we are living today. On that day, half a million women were on the streets in Washington. And on that day, I met one woman : Ashley McCray.

    This encounter was crucial for me. Thanks to her, I understood that patriarchy, colonialism and capitalism are three sides of the same system.

    Episode summary:

    Vandana Shiva has been leading both environmentalist and feminist fights for more than fifty years accross the globe. Despite this long-term endeavor, she is also one of the few carrying the idea of necessary hope in her speeches and writings (02:45). She sees hope as essential to avoid defeatism: we need to fight fatalism and use all the remaining time to act instead of running away and abandoning the planet (03:29). Born on the 5th of November 1952 in Dehradun (India), she studied physics and science philosophy, in both India and Canada. After fighting against gigantic dams construction, or taking part in the Chipko movement for forest preservation in India, she has been working towards peasants’ autonomy in their use of seeds by taking a stance against seed patenting (13:17). She warns us about keeping in perspective the various “technological advances” (11:11) which have to remain mere tools which can be challenged and reassessed. When they cannot be called into question, or their reevaluation is made impossible by paternalist discourses, it reveals the neocolonialist methods of the food-processing industry she condemns relentlessly. If Vandana Shiva has been fighting for the environment, she has also taken part in feminist battles, establihsing the profound link between the two. She has indeed received the Alternative Nobel Prize in 1993 for her activism in these intertwined issues. She reminds and honors the value of “womanly” knowledge regarding care and sense of community to help guide us in the much needed transition (22:26). To reach this goal, she also reminds us of the power of civil disobedience, an activist tool used nowadays by Extinction Rebellion among others (33:24). As for Vandana Shiva, she does not give up and keeps on inspiring ecofeminist activists around the world.




    Executive Producer : Nouvelles Écoutes 

    Production and signature tune : Aurore Meyer-Mahieu

    Production assistant : Gaïa Marty 

    Editing and mixing : Marion Emerit

    • 40 min
    Épisode bonus - La France et les féminismes

    Épisode bonus - La France et les féminismes

    Maboula Soumahoro, docteure en civilisation du monde anglophone et spécialiste des études africaines-américaines, Élise Thiébaut, journaliste et écrivaine, et Aurore Koechlin, doctorante en sociologie, étaient au Columbia Global Center au micro de Lauren Bastide pour un enregistrement en public le 4 février 2020. 




    L’édito de Lauren :

    C’était le 4 février 2020 au Columbia Global Center

    Ce soir-là, dans une salle chaleureuse, magnifique, remplie de poudreuses et de poudreux attentifs, je recevais trois femmes qui pensent le féminisme en France aujourd’hui : la chercheuse Maboula Soumahoro, la sociologue Aurore Koechlin et la journaliste et autrice Élise Thiébaut. On s’est demandé comme notre belle nation embrassait le combat féministe. Spoiler : c’est pas joli joli.

    Merci à Loren Wolfe d’avoir facilité cet événement.

    Je suis très heureuse de pouvoir le partager avec vous aujourd’hui.




    Résumé de l’épisode :

    La France a-t-elle un problème avec les féministes ? Spoiler alert : oui.

    Est-ce qu’on parle de la France qui accueille le mouvement #MeToo par une tribune sur le droit d’importuner (01:21:08) ? Est-ce qu’on parle de la France où 149 femmes par an meurent sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint sans que le gouvernement ne daigne débloquer un euro supplémentaire pour les associations (13:24) ? Est-ce qu’on parle de la France qui accorde douze nominations aux Césars à un réalisateur accusé de viol ? Est-ce qu’on parle de la France qui tient à tout prix à arracher leur voile aux femmes musulmanes qui le portent (52:30) ? Est-ce qu’on parle de la France où on appelle « féministe » des personnes tenant H24 des propos transphobes ? Est-ce qu’on parle de la France qui interdit la PMA aux lesbiennes jusqu’à il y a très peu de temps, et aux trans, toujours ? Est-ce qu’on parle de la France qui voit comme une menace le fait que des femmes noires se réunissent en ateliers non-mixtes (21:28) ? Est-ce qu’on parle de la France où les travailleuses du sexe, en raison de lois répressives, voient leur situation se dégrader de jour en jour ? Oui, on parle bien de cette France-là. 

    Au micro de Lauren Bastide, Maboula Soumahoro, maîtresse de conférence et autrice, Élise Thiébaut, journaliste et écrivaine et Aurore Koechlin, doctorante en sociologie et militante démontent le mythe d’une France féministe (06:50) et décryptent comment le pays de Monique Wittig est aussi le théâtre d’affrontements incessants sur les droits des femmes. 




    Merci à l’équipe du Columbia Global Center d’avoir rendu cet enregistrement possible. 




    Bonne écoute, et continuez de faire parler La Poudre ! 




    La Poudre est une émission produite par Nouvelles Écoutes

    Réalisation de l’introduction et générique : Aurore Meyer-Mahieu

    Programmation et coordination : Gaïa Marty

    Montage et mixage : Marion Emerit

    • 1 hr 30 min
    Épisode 67 - Jeanne Cherhal

    Épisode 67 - Jeanne Cherhal

    Jeanne Cherhal, flamboyante compositrice et interprète, est l’invitée du 67e épisode de La Poudre. Avec Lauren Bastide, elles ont parlé d’Aurélia Aurita, de Colette Renard et de Barbara.




    L’édito de Lauren :

    Je crois que La Poudre, je l’ai faite pour me fabriquer des sœurs. Jeanne Cherhal fait partie de ces sœurs qui me sont tombées dessus, sans prévenir. On s’est aimées alors qu’on ne s’était même pas rencontrées. Elle, en m’écoutant parler, moi, en l’écoutant chanter. Un jour, elle m’a demandé de souffler sur de la poudre, devant une caméra, pour son clip. Et du coup, moi, je lui ai demandé de venir parler dans un micro pour La Poudre. Cet épisode est dans la boîte depuis quelques mois, mais je voulais vous le balancer là, autour du 8 mars, parce que Jeanne, au fond, incarne cette valeur un peu galvaudée mais pourtant tellement essentielle au mouvement féministe : la sororité. 




    Résumé de l’épisode :

    40 ans. Année de grâce et d’épanouissement. C’est ce que célèbre Jeanne Cherhal, brillante compositrice et interprète qui enchante la chanson française depuis 20 ans, dans L’an 40, son dernier album sorti il y a quelques mois (04:12). Née en 1978 à Erbray, près de Nantes, elle grandit dans ce petit coin de campagne entourée de figures qui peuplent ses compositions : sa grand-mère, femme d’agriculteur (10:44), sa mère, passionnée de théâtre et de littérature (12:56) et son père, plombier (15:10). Elle apprend le piano toute seule, en rejouant Sheller en solitaire au piano. Une façon acharnée de travailler en répétant qui la porte encore aujourd’hui (17:28). Jeune autodidacte musicale, elle est aussi précoce dans ses prises de conscience féministes : c’est au collège qu’elle s’insurge pour la première fois contre l’un de ses professeurs tentant d’imposer ses vues sur l’avortement à sa classe de 4e (20:20). Elle chante ainsi sur la condition des femmes depuis ses premiers albums, ne se refusant comme sujet ni les règles, ni les agressions sexuelles, et fait même parfois de la chanson son arme militante en écrivant des titres en réponse à un rappeur contre l’avortement ou en soutien aux Pussy Riot (39:50). Elle débute très jeune sur scène et a gagné en assurance au fil des années et de ses titres écrits comme autant de petites nouvelles (53:30), combattant son syndrome de l’impostrice qui se calme avec le temps (25:55). Dans ce milieu souvent encore très masculin, elle impose aujourd’hui sa vision créatrice et met en avant les femmes qui travaillent à ses côtés (44:37). Ce soutien aux autres figures féminines qui lui tiennent à cœur s’incarne d’ailleurs encore et encore dans ses projets : de la reprise d’un album entier de Véronique Sanson, à son hommage à Barbara comme compositrice sur la scène de la Philharmonie, jusqu’aux portraits de femmes qu’elle publie sur les réseaux sociaux pour célébrer la sortie de L’an 40. Elle agit dans son art comme dans son quotidien, en toute sororité.




    Bonne écoute, et continuez de faire parler La Poudre ! 




    Le morceau que vous entendez dans l’introduction est « L’An 40 » de Jeanne Cherhal.




    La Poudre est une émission produite par Nouvelles Écoutes

    Réalisation de l’introduction et générique : Aurore Meyer-Mahieu

    Programmation et coordination : Gaïa Marty

    Montage et mixage : Marion Emerit

    • 58 min

Customer Reviews

Jessica-Lauren ,

Génial

Je suis une étudiante l’anglaise et j’écoute le podcast m’aider mon français. Aussi, je suis une féministe et je pense que le podcast est vraiment intéressant et éducatif. (Pardon mon français n’est past génial).

Victoria Chartier ,

Un gros kiffe

La Poudre, c’est une révolution. Ça te prends pour ne plus te lâcher. Je ne me lasse pas de découvrir et redécouvrir ces femmes qui sont fortes, belles, courageuses, ambitieuses, heureuses, chacunes à leur manière. Ma bouée de survie dans mon chemin féministe 💪🏼

CERX07 ,

Plaisir

Semi marathon fait aujourd’hui la voix de Laurene Bastide et Julie Gayet dans les oreilles. Un vrai moment de plaisir
Merci la poudre pour ce podcast bienveillant

Top Podcasts In Society & Culture

Listeners Also Subscribed To

More by Nouvelles Écoutes