11 episodes

Assez parlé, le podcast où les écrivains se livrent. Pourquoi se sont-ils lancés dans l'écriture ? Qui sont les écrivains d'aujourd'hui ? Où écrivent-ils ? Lauren Malka leur pose la question ! 
“Écrire” : un acte divin, ineffable, inspiré ? A l’école d’écriture Les Mots, on tourne ce verbe dans tous les sens, et on pose toutes les questions, même les plus “sacrées”. On considère que l’écriture s’exerce, se raconte, se transmet, se chante, se dit, s’écrie. Dans le Podcast “Assez parlé”, on veut entendre les écrivains nous raconter leur quotidien et nous donner envie d’écrire. Le mythe de l’écrivain silencieux, on en a assez parlé. Aujourd’hui, ce sont eux que nous voulons entendre. Non pas les écrivains fantasmés, mais ceux que nous croisons dans nos ateliers d’écriture tous les jours et qui - on vous le promet ! - adorent bavarder pendant des heures en répondant aux questions qu’on ne leur pose jamais. Comment écrivent-ils ? Pourquoi ? A qui ? Depuis quand ? A quelle heure s’y mettent-ils ? A quel endroit ? A quoi ressemble leur livre avant d’être un livre ? Quelles voix tournent dans leur tête au moment où ils se mettent à leur table de travail ? Et comment ces voix, ces mots qui se bousculent dans leur cerveau deviennent-ils des histoires, récits, des nouvelles, des scenari ? Comment ont-ils débuté ? Continué ? Quelles ont été leurs plus grandes difficultés ? 
Elsa Flageul, David Thomas, Alice Zeniter, Yannick Haenel, Chloé Delaume, Agnès Michaux, Philippe Honoré… chaque mois, nous rencontrons les écrivains majeurs de la scène littéraire actuelle, ceux qui animent les ateliers d’écriture de l’école Les Mots, pour les interroger sur leur parcours et leur pratique d’écriture. Une précieuse collection d’entretiens pour connaître les joies, les doutes, les dessous de la vie d’écrivain et pour réveiller le désir d’écrire !
Lauren Malka : Journaliste, autrice et créatrice du podcast Assez parlé pour Les Mots, Lauren Malka interroge les écrivains dans la presse, à la radio, dans les festivals et à la télévision depuis 10 ans et n’a toujours pas épuisé toutes ses questions ! 
Diplômée du CELSA, formée à la littérature, à la philosophie et inspirée par son époque, elle chronique chaque mois dans les pages « livres » (entre autres) du Magazine Causette. En 2018, elle y a aussi publié sa première nouvelle de fiction. Le reste du temps, elle écrit un film-documentaire sur l'histoire de France à travers ses pratiques culinaires, anime des émissions de radio, et organise les événements littéraires de plusieurs institutions, salles de concerts (Ground Control, La Bellevilloise) et festivals. Jusqu'en 2017, elle a coordonné l'émission « Au Fil des mots », présentée par Christophe Ono-dit-Biot sur TF1. 
Elle a signé deux livres : « Les journalistes se slashent pour mourir. La presse face au défi numérique » (Robert Laffont, 2016) et « Le Goût de la philosophie » (Mercure de France, 2019).

Les Mots : Apprendre et s'inspirer auprès d'écrivains reconnus partout dans le monde (https://lesmots.co). 
Les Mots est une école d'écriture qui permet la transmission du savoir entre écrivains et personnes désireuses de progresser dans l'art d'écrire. Depuis son lancement, l'école a accueilli plus de 2500 participants et constitué un réseau de plus de 100 auteurs reconnus dans leur domaine, de Yannick Haenel à Isabelle Sorente, de Charles Pépin à Alice Zeniter. Heureux hasard de l’histoire, l'école se trouve dans une rue qui porte le nom d'un célèbre poète italien, la rue Dante, dans le quartier historique de la transmission littéraire à Paris, le quartier latin.

Assez parlé, le podcast qui donne envie d'écrire Assez parlé par l'école d'écriture Les Mots

    • Arts

Assez parlé, le podcast où les écrivains se livrent. Pourquoi se sont-ils lancés dans l'écriture ? Qui sont les écrivains d'aujourd'hui ? Où écrivent-ils ? Lauren Malka leur pose la question ! 
“Écrire” : un acte divin, ineffable, inspiré ? A l’école d’écriture Les Mots, on tourne ce verbe dans tous les sens, et on pose toutes les questions, même les plus “sacrées”. On considère que l’écriture s’exerce, se raconte, se transmet, se chante, se dit, s’écrie. Dans le Podcast “Assez parlé”, on veut entendre les écrivains nous raconter leur quotidien et nous donner envie d’écrire. Le mythe de l’écrivain silencieux, on en a assez parlé. Aujourd’hui, ce sont eux que nous voulons entendre. Non pas les écrivains fantasmés, mais ceux que nous croisons dans nos ateliers d’écriture tous les jours et qui - on vous le promet ! - adorent bavarder pendant des heures en répondant aux questions qu’on ne leur pose jamais. Comment écrivent-ils ? Pourquoi ? A qui ? Depuis quand ? A quelle heure s’y mettent-ils ? A quel endroit ? A quoi ressemble leur livre avant d’être un livre ? Quelles voix tournent dans leur tête au moment où ils se mettent à leur table de travail ? Et comment ces voix, ces mots qui se bousculent dans leur cerveau deviennent-ils des histoires, récits, des nouvelles, des scenari ? Comment ont-ils débuté ? Continué ? Quelles ont été leurs plus grandes difficultés ? 
Elsa Flageul, David Thomas, Alice Zeniter, Yannick Haenel, Chloé Delaume, Agnès Michaux, Philippe Honoré… chaque mois, nous rencontrons les écrivains majeurs de la scène littéraire actuelle, ceux qui animent les ateliers d’écriture de l’école Les Mots, pour les interroger sur leur parcours et leur pratique d’écriture. Une précieuse collection d’entretiens pour connaître les joies, les doutes, les dessous de la vie d’écrivain et pour réveiller le désir d’écrire !
Lauren Malka : Journaliste, autrice et créatrice du podcast Assez parlé pour Les Mots, Lauren Malka interroge les écrivains dans la presse, à la radio, dans les festivals et à la télévision depuis 10 ans et n’a toujours pas épuisé toutes ses questions ! 
Diplômée du CELSA, formée à la littérature, à la philosophie et inspirée par son époque, elle chronique chaque mois dans les pages « livres » (entre autres) du Magazine Causette. En 2018, elle y a aussi publié sa première nouvelle de fiction. Le reste du temps, elle écrit un film-documentaire sur l'histoire de France à travers ses pratiques culinaires, anime des émissions de radio, et organise les événements littéraires de plusieurs institutions, salles de concerts (Ground Control, La Bellevilloise) et festivals. Jusqu'en 2017, elle a coordonné l'émission « Au Fil des mots », présentée par Christophe Ono-dit-Biot sur TF1. 
Elle a signé deux livres : « Les journalistes se slashent pour mourir. La presse face au défi numérique » (Robert Laffont, 2016) et « Le Goût de la philosophie » (Mercure de France, 2019).

Les Mots : Apprendre et s'inspirer auprès d'écrivains reconnus partout dans le monde (https://lesmots.co). 
Les Mots est une école d'écriture qui permet la transmission du savoir entre écrivains et personnes désireuses de progresser dans l'art d'écrire. Depuis son lancement, l'école a accueilli plus de 2500 participants et constitué un réseau de plus de 100 auteurs reconnus dans leur domaine, de Yannick Haenel à Isabelle Sorente, de Charles Pépin à Alice Zeniter. Heureux hasard de l’histoire, l'école se trouve dans une rue qui porte le nom d'un célèbre poète italien, la rue Dante, dans le quartier historique de la transmission littéraire à Paris, le quartier latin.

    La paternité en littérature avec Alexandre Lacroix

    La paternité en littérature avec Alexandre Lacroix

    A l’occasion de la parution de son nouveau livre, “La Naissance d’un père” chez Allary, Alexandre Lacroix, co-fondateur de l'école Les Mots revient sur l’importance centrale dans sa vie de son rapport à la paternité ainsi que son rapport quotidien à l’écriture depuis l’âge de 6 ans. Une histoire qui ressemble à une fable. 
    Comment Alexandre Lacroix, qui a co-fondé en 2017 l’école Les Mots, a-t-il pu, en seulement 20 ans, publier près de vingt romans et essais, quatre albums pour enfants, plusieurs centaines d’articles journalistiques et entretiens philosophiques, tout en dirigeant un journal (Philosophie Magazine) et en devenant, environ tous les quatre ans, père d’un nouvel enfant ? Nous lui avons enfin posé la question ! 
    Dans cet épisode, enregistré à l’occasion de la parution de son nouveau roman, “La Naissance d’un père” (en août 2020 chez Allary), il revient sur l’importance centrale dans sa vie de son rapport à la paternité. Il se rappelle aussi de sa première expérience d’écriture qui lui apparaît aujourd’hui comme une foudroyante prémonition et nous raconte avec quelle détermination il a travaillé à devenir écrivain. D’une voix tranquille, déroulant une pensée limpide et inspirante, ce philosophe-essayiste-romancier aux nombreuses responsabilités nous explique comment s’organisent ses journées, son rapport quotidien à l’écriture depuis l’âge de 6 ans et nous apprend de bonnes nouvelles sur l’avenir de l’école Les Mots. 

    Création et réalisation : Lauren Malka. Musique : “Machine à écrire” Paroles : Louise Pressager / Musique Ferdinand Identité graphique : Nina Jovanovic. Direction générale : Elise Nebout.  

    Extrait lu dans l’épisode
    “La Naissance d’un père” d’Alexandre Lacroix (Allary éditions, 28 août 2020) (pages 57 à 61)

    • 27 min
    Épisode 9 - Quand l'écriture s'installe dans notre vie avec Constance Joly-Girard

    Épisode 9 - Quand l'écriture s'installe dans notre vie avec Constance Joly-Girard

    Constance Joly-Girard nous montre que l’écriture peut s’installer dans notre vie, sans effort de discipline ni cérémonie et trouver une place qu’on n’a jamais cherché à lui assigner.
    Avec Constance Joly-Girard, le Podcast “Assez parlé” ouvre une nouveau cycle d’épisodes consacrés à celles et ceux, de plus en plus nombreux.se.s, que nous appelons les “Mots publiés à savoir les participants d’ateliers qui sont allés au bout d’un manuscrit et qui ont réussi le faire paraître (ce qui, bien-sûr, est la plus belle récompense pour notre école !) ! Fidèle du 4 rue Dante, Constance a été particulièrement marquée par un atelier d’écriture, animé par l’écrivain Arnaud Delalande, dont elle parle dans ce podcast et pendant lequel elle a écrit les prémices de son premier roman. Paru peu de temps plus tard aux éditions Flammarion, sous le titre “Le matin est un tigre” (signé Constance Joly), ce livre a transformé une “éditrice-qui-n’écrira-jamais” en écrivaine-qui-ne-s’arrête-jamais.
    Dans cet épisode, elle raconte le jour où une jolie première phrase lui est venue à l’esprit, à un moment où elle traversait une épreuve extrêmement difficile, et où, pour la première fois en 49 ans de vie, elle a ressenti le besoin de savoir ce qui se cachait derrière, notamment en poussant la porte de l'école Les Mots. Elle revient sur son enfance, cherche à comprendre ce qui, à l’époque, lui donnait tellement envie d’écrire tout en la freinant, à commencer par le regard mi-encourageant mi-intimidant de ses parents. Elle raconte tous les moments infimes et insaisissables qui ont jalonné la construction, lente, prudente et courageuse à la fois, de son tout premier récit et de sa vocation de romancière. 
    En janvier 2021, elle publiera un deuxième roman chez Flammarion sur l’histoire de son père qui a tardivement découvert son homosexualité et qui a fait partie des premières victimes du Sida. Sincère, émouvante et poétique, Constance Joly-Girard nous montre que l’écriture peut s’installer dans notre vie, sans effort de discipline ni cérémonie et trouver une place qu’on n’a jamais cherché à lui assigner.  

    Crédits
    Création et réalisation : Lauren Malka. Musique : “Machine à écrire” Paroles : Louise Pressager / Musique Ferdinand Identité graphique : Nina Jovanovic. Direction générale : Elise Nebout.  
    Extrait lu dans l’épisode
    “Le matin est un tigre” de Constance Joly (pages 39-40)

    • 26 min
    Épisode 8 - Écrire dans le désordre avec Julien Blanc-Gras

    Épisode 8 - Écrire dans le désordre avec Julien Blanc-Gras

    Julien Blanc-Gras raconte son goût pour la liberté dans la vie comme en écriture. 
    Julien Blanc-Gras - Depuis l’âge de 25 ans, l’écrivain-voyageur Julien Blanc-Gras traverse les latitudes pour raconter, dans des romans, des essais, des bandes-dessinées ou pour des reportages dans la presse, les vies qui peuplent notre planète. En juillet 2020, il animera son premier atelier d’écriture à l’école Les Mots sur le thème “Raconter le monde contemporain, avant tout une affaire de style”.
    Avant cela, il a pris le temps, au lendemain du déconfinement et de la réouverture des parcs parisiens, de s’asseoir à l’ombre d’un arbre pour tout nous raconter. Dans ce podcast, il revient sur son enfance à Gap, la grande bibliothèque de ses parents coiffeurs amoureux des livres, son adolescence mais surtout, la première fois qu’il a goûté la liberté : ce premier grand départ à l’étranger qui a fait de lui un écrivain-voyageur. Il revient aussi sur l’aventure de la paternité, qui, comme le voyage et l’écriture, est devenu le secret de son optimisme. Avec une joie de vivre communicative, il nous offre une bouffée d’air frais ! 
    Reporter (entre autres) pour la Revue Long Cours, le magazine de voyage Aller-retour et le magazine du Monde, romancier, documentariste, il est l’auteur d’une dizaine de romans ou récits, d’un essai, d’une bande dessinée et de nombreux reportages pour la presse. En mai 2020, il a signé son premier documentaire sur France 5 intitulé « Effondrement ? Sauve qui peut le monde », co-réalisé avec Alfred de Montesquiou. En juin 2020, son dernier roman “Comme à la guerre” sortira au Livre de Poche”. 
    Ses écrits alternent romans familiaux (In utero, Comme à la guerre) et récits de voyage nous menant en Amérique latine (Gringoland, Prix du Premier Roman de Chambéry), dans les îles du Pacifique (Paradis avant liquidation), au Groenland (Briser la glace, Prix Philéas Fogg) ou dans le monde entier comme dans Touriste ou Envoyé un peu spécial, son prochain récit qui paraîtra chez Stock en 2021. 

    Crédits
    Création et réalisation : Lauren Malka. Musique : “Machine à écrire” Paroles : Louise Pressager / Musique Ferdinand Identité graphique : Nina Jovanovic Direction générale : Elise Nebout. 

    Extraits lus dans l’épisode
    “Comme à la guerre” de Julien Blanc-Gras (pages 20-21)

    • 26 min
    Épisode hors-série en confinement

    Épisode hors-série en confinement

    “Assez parlé”, le podcast : “Assez parlé”, c’est le podcast de l’école Les Mots qui interroge la fabrique des écrivains et qui donne envie d’écrire. Pour cet épisode hors-série spécial confinement, nous avons demandé aux écrivaines et écrivains à l’affiche des ateliers d’écriture à distance au printemps / été 2020 de nous dire ce que le confinement change dans leurs habitudes de lecture et d’écriture quotidienne.  
    Résumé de l’épisode : Pendant cette période où le temps est suspendu, les mots nous manquent. Ceux que l’on réussit à attraper au vol en les lisant ou en les posant sur le papier nous accompagnent ensuite pendant longtemps comme des amis précieux. Pour vous accompagner le mieux possible, nous avons demandé aux écrivains qui animent les prochains ateliers d’écriture à l’école Les Mots d’enregistrer leur voix, depuis leur lieu de quarantaine, pour nous dire ce que le confinement change dans leurs habitudes de lecture et d’écriture. Au générique de cet épisode (par ordre d’apparition) :
    Sonia Feertchak (https://lesmots.co/ecrivain/sonia-feertchak), écrivaine passionnée par le féminin, autrice de “L’Encyclo des filles” (Plon), réédité chaque année depuis 2002 et de nombreux romans jeunesse et essais dont “Les femmes s’emmerdent au lit. Le désir à l’épreuve du féminisme et de la pornographie” (Albin Michel, 2015).
    Jérôme Attal (https://lesmots.co/ecrivain/jerome-attal), écrivain, auteur, compositeur, interprète, et scénariste qui a signé de nombreuses chansons, fictions et des essais dont, tout récemment, le roman “La petite sonneuse de cloches (Robert Laffont, 2019) et “J’aurais voulu être un Beatles” (Le Mot et le Reste, février 2020).
    Sophie Lemp (https://lesmots.co/ecrivain/sophie-lemp), autrice de fictions radiophoniques pour France Culture et de trois romans dont le dernier : “Les miroirs de Suzanne” (Allary, 2019). 
    Sandrine Roudeix (https://lesmots.co/ecrivain/sandrine-roudeix), romancière, photographe pour la presse et scénariste pour la télévision, co-autrice du téléfilm « Moi, Grosse » (diffusé en 2019 sur France 2) et autrice d’une dizaine de livres dont trois romans. Le dernier s’appelle « Diane dans le miroir » au Mercure de France) . 
    Agnès Michaux, romancière, traductrice et réalisatrice. Autrice de plus de vingt livres dont une douzaine de romans. Son dernier essai publié s’appelle “Dictionnaire de l’espionnage” (en association avec la série de Canal Plus “Le Bureau des légendes”) et son dernier roman : “La Fabrication des chiens” (Belfond, 2020).

    Crédits pour l’épisode hors-série spécial confinement 
    Création et réalisation : Lauren Malka. Musique : “Machine à écrire” Paroles : Louise Pressager / Musique Ferdinand Identité graphique : Nina Jovanovic. Direction générale : Elise Nebout.

    • 13 min
    Épisode 7 - Ne jamais renoncer à sa création avec Diane Brasseur

    Épisode 7 - Ne jamais renoncer à sa création avec Diane Brasseur

    Diane Brasseur revient sur ses les plaisirs immenses et minuscules qui ont jalonné son parcours et qui l’ont amenée à devenir romancière...
    Diane Brasseur est une romancière particulièrement appréciée à l’Ecole Les Mots. Elle a été l’une des premières à rejoindre l’aventure lors de la création de l’école en 2017 et, trois ans plus tard, ses ateliers ne désemplissent pas. Ecrivaine et scripte pour le cinéma, Diane voue une passion absolue aux souvenirs et mène un combat : celui de ne jamais laisser un artiste renoncer à sa création.
    Dans ce podcast, elle revient sur les plaisirs immenses et minuscules qui ont jalonné son parcours et qui l’ont amenée à devenir romancière : le premier rapport au papier, les premières lectures, les ateliers d’écriture qu’elle a fréquentés dès l’âge de 14 ans, le premier coup de fil d’éditeur dont elle livre un récit saisissant. Elle nous lit ses brouillons d’adolescence, nous montre ses carnets et nous explique la façon toute artisanale dont elle a fabriqué son dernier roman, à partir de milliers de lettres familiales. Une vraie immersion dans son propre atelier d’écrivaine. 
    Autrice de trois romans, tous parus aux éditions Allary, “Les Fidélités” (2014), “Je ne veux pas d’une passion” (2015) et La Partition (2019), Diane Brasseur a tourné une trentaine de long métrages avec des cinéastes comme Olivier Marchal, David Foenkinos, et Valérie Lemercier et aime particulièrement accompagner des réalisateurs pour le tournage de leur premier film : Nicolas Bedos, Abd Al Malik, Andréa Bescond et Eric Metayer par exemple. 

    Crédits
    Création et réalisation : Lauren Malka. Musique : “Machine à écrire” Paroles : Louise Pressager / Musique Ferdinand Identité graphique : Nina Jovanovic. Direction générale : Elise Nebout.  

    Extraits lus par Diane Brasseur : Extraits de ses journaux intimes : 
    “Dans mon roman, il y aura” (écrit à 24 ans)
    Brouillon qui formera l’incipit de son premier roman publié “Les Fidélités” (Allary, 2014)

    Extrait lu par Lauren Malka : “Les Fidélités” de Diane Brasseur (premières pages)
    “Je ne veux pas vieillir. Je ne veux pas que des taches brunes apparaissent sur mes mains, je ne veux pas avoir la goutte au nez sans m’en rendre compte, je ne veux pas demander à mon interlocuteur de répéter ce qu’il vient de dire en glissant ma main en cornet derrière mon oreille pour faire caisse de résonance. Je ne veux pas oublier le nom d’une ville où j’ai été, je ne veux pas moins bander, je ne veux pas qu’on me cède la place dans le bus même s’il m’arrive de le faire, même si je dis à ma !lle de le faire. Je ne veux pas envisager la mort sereinement. J’ai 54 ans et, depuis un an, je trompe ma femme avec une autre femme, une femme plus jeune que moi, une jeune femme qui a vingt-trois ans de moins que moi. 
    Je voudrais qu’ils aient tort, ceux qui penseront : «Et alors ? Ce sont des choses qui arrivent au bout de dix-neuf ans de mariage.» Ceux qui auront de l’empathie pour moi parce qu’ils ont déjà vécu cette situation, ceux qui tenteront une explication psychologique. Je voudrais les empêcher de faire le calcul : «Quel âge auras-tu quand elle aura 37 ans ? » Je voudrais qu’ils aient tort, ceux qui nous regardent un peu trop longtemps dans la rue, au parc, au restaurant. Ceux qui m’adressent un sourire complice et viril comme si j’étais au volant d’une belle voiture. Je ne serais pas surpris si, un de ces jours, je recevais une tape amicale dans le dos. 
    À quoi ressemble la maîtresse d’un homme marié ? Elle est belle, elle est jeune, elle est un tout petit peu vulgaire. Son appétit sexuel est insatiable. Elle est fragile et elle n’a pas con!ance en elle. Elle ne s’engage pas, ça l’arrange d’être avec un homme mari

    • 26 min
    Épisode 6 - Écrire, un plaisir d'enfant ! Avec Jessica Nelson

    Épisode 6 - Écrire, un plaisir d'enfant ! Avec Jessica Nelson

    Jessica Nelson est romancière, co-fondatrice de la maison d’édition Les Saints Pères (https://www.lessaintsperes.fr/fr/) qui reproduit, en tirage limité, les manuscrits de grands écrivains, et elle vient tout juste de rejoindre l’aventure de l’école Les Mots pour animer un atelier au long cours intitulé “Aller au bout d’une histoire” (https://lesmots.co/long-cours/aller-au-bout-d-une-histoire). Elle est aussi membre du jury de “La Rencontre”, nouveau système mis en place par Les Mots pour permettre aux jeunes auteurs ayant finalisé un manuscrit de l’envoyer à l’école pour être lus par des professionnels et éventuellement, si le manuscrit est abouti, présenté à des éditeurs. 
    Dans ce podcast, Jessica Nelson partage le plaisir d’enfant avec lequel elle aborde l’écriture et la littérature. Mais elle raconte aussi les difficultés, les moments de panne, de blocage, les refus d’éditeurs qui lui ont permis de se construire et d’apprendre à écrire. Enfin et surtout, elle nous parle de sa passion de toujours : les manuscrits d’écrivains comme Marcel Pagnol, Flaubert, Raymond Radiguet…  et de tous les trésors d’apprentissage qu’ils recèlent.
    Autrice de plusieurs romans (dont “Mesdames, souriez chez Fayard, “Tandis que je me dénude” et “Debout sur mes paupières” chez Belfond) et d’un essai sur l’anorexie (“Tu peux sortir de table” chez Fayard), Jessica Nelson vient de publier une biographie romancée sur l’un de ses écrivains préférés, Raymond Radiguet : “Brillant comme une larme” (Albin Michel). 

    Création et réalisation : Lauren Malka. Musique : “Machine à écrire” Paroles : Louise Pressager / Musique Ferdinand Identité graphique : Nina Jovanovic. Direction générale : Elise Nebout.  

    Extrait lu : “Brillant comme une larme”, (éditions Albin Michel, janvier 2020
    “Raymond ignorait toutefois que sa vocation de poète impressionnerait autant Alice. A-t‑il été prétentieux en en faisant mention ? Il s'agit pourtant bien d'un désir qui le tenaille depuis fort longtemps ; chaque jour, il s'astreint à écrire quelques vers. À présent qu'Alice est au courant, prétendre à ce titre lui paraît tout naturel. Il sera poète. Ou plus exactement : il est poète. – Une carrière de poète, cela se vit, mais cela se pense, aussi ! fait remarquer Alice. Regardez-moi. Regardeznous. Mon rêve est d'exposer mes modestes oeuvres. Cependant, je ne connais personne dans le milieu artistique parisien. Je sais que, sans appui, mon travail ne sera pas présenté au public. C'est pour cela que je me suis adressée à votre père. – Vous insinuez que je vais devoir trouver des appuis ? Que le travail seul ne suffit pas ? Un nuage plane brièvement au-dessus des jeunes gens. Alice a, sans le vouloir, profondément vexé le garçon. – Raymond, ce n'est pas ce que j'ai voulu dire, bien sûr que votre talent suffit, enfin, un coup de pouce ne sera pas de trop ! Ce serait un tremplin pour que votre art s'épanouisse ! Raymond ne réplique pas, de peur de gâcher leur parenthèse romantique en répliquant qu'il n'a besoin de personne pour avancer. Il sait au fond qu'elle n'a pas tort. N'étant pas le rejeton d'une famille aisée ou d'une dynastie influente, ne brillant pas au sein d'une constellation d'artistes, publier sa poésie risque d'exiger une sacrée dose de patience. Son intuition lui souffle à nouveau qu'il serait judicieux de contacter Apollinaire. Il se promet de reprendre la rédaction d'une lettre de présentation, dès son retour à Saint-Maur. Alice, de son côté et malgré l'ombre du nuage, se sent pousser des ailes. Ce soir, ses propres parents ne manqueront pas de la questionner : où est-elle allée, qu'at‑elle commandé, a-t‑elle déposé sa liste de mariage, choisi les meubles de la chambre à coucher ? Elle répo

    • 26 min

Listeners Also Subscribed To