73 episodes

Le podcast de Louie Media qui vous aide à renouveler votre bibliothèque. De grandes lectrices nous accueillent chez elles pour nous faire découvrir ce qu'il y a sur leurs étagères et partager trois livres qui comptent pour elles. Un mardi sur deux.


Interviews: Agathe Le Taillandier, Maud Ventura, Marie Salah, Oriane Olivier, Gladys Marivat, Elisabeth Philippe, Clémentine Goldszal.
Présentation: Agathe Le Taillandier. Édition et coordination: Maud Benakcha.

Le Book Club Louie Media

    • Books

Le podcast de Louie Media qui vous aide à renouveler votre bibliothèque. De grandes lectrices nous accueillent chez elles pour nous faire découvrir ce qu'il y a sur leurs étagères et partager trois livres qui comptent pour elles. Un mardi sur deux.


Interviews: Agathe Le Taillandier, Maud Ventura, Marie Salah, Oriane Olivier, Gladys Marivat, Elisabeth Philippe, Clémentine Goldszal.
Présentation: Agathe Le Taillandier. Édition et coordination: Maud Benakcha.

    Lisa Guez : Les vertiges des contes

    Lisa Guez : Les vertiges des contes

    Lisa Guez est metteuse en scène, dramaturge et enseignante-chercheuse. Son dernier spectacle Les femmes de Barbe Bleue est présenté au CENTQUATRE-PARIS. Il est lauréat du prix du jury et du prix des lycéens au Festival Impatience 2019: “On a repris le conte de Perrault et on a essayé de voir, à l’intérieur de ce conte, ce qui nous parlait encore aujourd’hui et comment on pourrait tisser des trajectoires de femmes de Barbe Bleue d’aujourd’hui”


    Dans cet épisode du Book Club, elle s’enregistre en note vocale dans deux lieux différents: allongée sur le grand lit d’un appart hôtel à Bordeaux et dans un appartement parisien pendant que sa machine à laver tourne. Elle nous raconte Conte de celui qui s’en alla pour connaître la peur des frères Grimm. Un conte “extrêmement étrange, très très foisonnant. Je pense que, du coup, cette dimension foisonnante et cette étrangeté fait qu’il marque moins l’esprit enfantin que des contes plus classiques”. L’histoire d’un homme qui part découvrir le monde dans le seul but de ressentir le frisson: “On peut comparer ça à quelqu’un qui décide de devenir, par exemple, artiste”. 


    Ces prochaines semaines, vos épisodes du Book Club donnent la parole à des créatrices programmées dans ce festival. Plus que jamais aujourd’hui, il est important de soutenir la culture. Comme le dit Lisa Guez : “Le Covid est arrivé et pour le moment on fait très peu de notre tournée. Donc le festival Les Singulie.re.s, on l’attend un peu comme le Messie parce qu’on a extrêmement envie de reprendre notre tournée au CENTQUATRE-Paris. On a beaucoup beaucoup beaucoup de désirs et on a beaucoup beaucoup d’espoirs sur les dates qu’on va pouvoir jouer enfin”.


    Le Book Club est un podcast présenté par Agathe le Taillandier. Oriane Olivier a envoyé le questionnaire de cette interview à Lisa Guez. Maud Benakcha est à l’édition et à la coordination du Book Club. Elle a par ailleurs fait le montage de cet épisode. Jean-Baptiste Aubonnet en a fait le mixage. Mélodie Lauret et Antoine Graugnard ont composé la nouvelle musique du générique du Book Club.


    Cet épisode est également rendu possible grâce à Maureen Wilson, responsable éditoriale, Marion Girard, responsable de production, Mélissa Bounoua, directrice des productions et Charlotte Pudlowski, directrice éditoriale.


    Le Book Club est une production de Louie Media. 


    La retranscription de l’épisode est disponible ici.
     
    See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

    • 18 min
    Juliette Navis : des désirs et un livre

    Juliette Navis : des désirs et un livre

    La metteuse en scène et comédienne Juliette Navis a un jour décidé de regarder en face ses propres désirs. Un livre lui a tendu la main: L’amant de Lady Chatterley de D.H. Lawrence. “Ce livre est lié à un moment charnière de ma vie de femme. Je l’ai lu à un moment où j’ai dû faire un choix qui m’a énormément coûté et qui a été décisif sur le reste de ma vie”. Ce roman est le récit d’un amour passionnel et charnel dans lequel l’héroïne découvre son corps, sa sensualité et la force d’une sexualité dont elle méconnaissait la puissance: “Ce livre m’a dit qu’il n’y avait pas de honte à avoir envie de chercher mon plaisir. Il m’a dit aussi que le plaisir était un chemin intime, noble et puissant et qu’il me permettrait de me retrouver”


    Le dernier spectacle de Juliette Navis s’appelle J.C. Il sera présenté au CENTQUATRE-PARIS dans le cadre du festival Les Singulier.e.s. Un festival qui met à l’honneur des créations transdisciplinaires et dont le Book Club est partenaire. Théâtre, danse, musique, arts visuels et cirque se mêlent autour d’un thème commun: le portrait et l’autoportrait. Et pour cette nouvelle édition, le programme prend une couleur plus que jamais féminine. 


    Ces prochaines semaines, vos épisodes du Book Club donnent la parole à des créatrices programmées dans ce festival. Plus que jamais aujourd’hui, il est important de soutenir la culture. Comme le dit Juliette Navis dans cet épisode: “Je pense que le spectacle vivant est nécessaire à l’équilibre d’une société [...] Je pense qu’on a besoin de partager des idées dans un même temps, ensemble. Dans un même lieu et dans un même temps”.


    Le Book Club est un podcast présenté par Agathe le Taillandier. Elle a également envoyé le questionnaire de cette interview à Juliette Navis. Maud Benakcha est à l’édition et à la coordination du Book Club. Elle a par ailleurs fait le montage de cet épisode. Jean-Baptiste Aubonnet a fait le mixage de cet épisode. Les talentueux.ses Mélodie Lauret et Antoine Graugnard en ont composé la nouvelle musique du générique du Book Club.


    Cet épisode est également rendu possible grâce à Maureen Wilson, responsable éditoriale, Marion Girard, responsable de production, Mélissa Bounoua, directrice des productions et Charlotte Pudlowski, directrice éditoriale.


    Le Book Club est une production de Louie Media. 


    La retranscription de cet épisode est disponible ici.
     
    See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

    • 18 min
    Marianne Chaillan : "Cette nouvelle a joué un rôle crucial dans ma vie" [REDIFFUSION]

    Marianne Chaillan : "Cette nouvelle a joué un rôle crucial dans ma vie" [REDIFFUSION]

    Marianne Chaillan est autrice et professeure de philosophie. Dans sa salle de classe comme dans ses livres, elle veille à rendre accessible la philosophie en proposant des analyses de références de la pop culture. Dans son dernier livre Ainsi philosophait Amélie Nothomb, elle propose une rencontre entre la célèbre romancière et d’éminents philosophes. Dans cet épisode, elle nous accueille dans son bureau aux allures de “joyeux chaos”. 


    Marianne Chaillan explique séparer dans deux bibliothèques distinctes les livres qu’elle possède. Dans son bureau sont rangés les ouvrages de philosophie, et dans sa chambre “tout ce qui est littérature”. Si elle différencie ainsi ses bibliothèques, c’est à cause de ce que dégagent la présence même des livres. “Je n’ai jamais pu avoir des livres de philosophie dans ma chambre par exemple, parce que j’ai toujours pensé que cela m’empêcherait de dormir, cela me mettrait des pensées peu propices à la quiétude et au sommeil”.
    Marianne Chaillan nous parle de la nouvelle “La femme adultère” tirée du recueil L’Exil et le Royaume d’Albert Camus, découverte alors qu’elle avait 16 ans, en cours de français. Dans cette nouvelle, Albert Camus raconte le parcours d’une femme, Janine, qui “a fait le choix de l’existence confortable”, et qui, lors d’un voyage où elle aperçoit le désert, va réaliser l’étendue du champ des possibles auxquels elle a renoncé au fil du temps. Face à l’infinie succession des dunes de sable, elle saisit “pour la première fois à quel point elle s’est emmurée dans sa propre vie”, privilégiant la sécurité au prix de ses libertés. 


    La lecture de cette nouvelle a marqué Marianne Chaillan “au fer rouge”. Elle a immédiatement été saisie d’une angoisse: “Mon idée fixe a été: comment ne pas devenir cette femme, comment ne pas un jour me retourner sur ma propre vie à 50 ans et me dire “Quoi? C’était ça ma vie?””. Terrorisée par l’idée d’un jour faire face à cette même réalisation, le personnage de Janine a accompagné Marianne Chaillan dans tous les choix auxquels elle a dû faire face au cours de sa vie. “Cette nouvelle m’a aidée, vraiment, mais de manière diffuse, latente, à chaque carrefour, à chaque fois que s’est posé pour moi entre la facilité de la route commune et la crainte que peuvent inspirer les chemins de traverse”. Aujourd’hui encore, cette histoire la guide, lui intimant “d'affronter le risque d’exister” et d’oser s’aventurer dans le désert. 


    Le Book Club est un podcast présenté par Agathe le Taillandier. Marianne Chaillan a répondu aux questions de la journaliste Maud Ventura. Lucile Rousseau-Garcia a fait le montage de cet épisode. Jean-Baptiste Aubonnet en a fait le mixage et Pauline Thomson en a composé la musique. Maud Benakcha est à l’édition et à la coordination de ce podcast.


    Marion Girard est responsable de productions, Maureen Wilson, responsable éditoriale. Mélissa Bounoua est directrice des productions et Charlotte Pudlowski directrice éditoriale.


    Pour que les podcasts de Louie soient accessibles à toutes et tous, des retranscriptions écrites des épisodes sont disponibles sur notre site internet. Si celle de l’épisode que vous cherchez n’est pas encore disponible, vous pouvez nous écrire à hello@louiemedia.com


    Cet épisode a été diffusé la première fois le 14 juillet 2020.
     
    See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

    • 26 min
    Marina Rollman : "La littérature te réconcilie avec l’idée que la tristesse c’est chouette aussi" [REDIFFUSION]

    Marina Rollman : "La littérature te réconcilie avec l’idée que la tristesse c’est chouette aussi" [REDIFFUSION]

    On se sépare des gens comme on se sépare des livres: dans la douleur et la nostalgie. On tourne cette dernière page en essayant de faire durer le plaisir, en profitant de la délicatesse de chaque mot, de la force de la syntaxe et de la complexité des personnages. A la différence près que les relations ne peuvent pas toujours être reconstruites, alors que nous pouvons relire sans fin les livres. Mais: “C'est ça qui est beau, de se dire "ça ne dure pas" donc kiffez ces plaisirs terrestres”.(12’55)


    L'humoriste Marina Rollman, que l’on entend au micro de Maud Ventura, nous dévoile son livre - Un bonheur parfait  de James Salter. Ce roman, elle l’a ouvert pour la première fois à 20 ou 21 ans: “dans le bus.” (10’22) et, depuis il ne l’a pas quittée. Ce livre trace l’histoire d’un couple d’américains que l’on suit tout au long de leur vie, soit pendant une quarantaine d’années. Du point de vue de Marina Rollman, c’est un livre sur la beauté du quotidien, ce genre de livres qui “font apprécier la vie” (10’43) et ces auteurs ou ces artistes qui permettent de “mieux voir" (10’53) 
    "Ca ne rend pas le monde beau, ça aiguise mon oeil" (11’20)


    Marina Rollman qui “essaie d’être quelqu’un de culturé mais [qui] n’y arrive pas toujours” (1’48) nous accueille dans sa bibliothèque rangée par langues “Je lis beaucoup en anglais, un peu trop je pense, mon vocabulaire français s’est appauvri en fait” (2’26). La raison de ce rangement est simple: "Parfois la littérature francophone m'impressionne, je ne sais pas par où entrer” (2’45). 
    A la fin de cette rencontre, ce qui nous reste, c’est notamment cette phrase de Marina Rollman: “Je trouve ça toujours très beau les gens qui arrivent à concilier un intellect fou avec quelqu’un avec qui tu as envie de passer une soirée” (2’17) C’est exactement ce que l’on s’est dit en la découvrant un peu plus, elle, dans sa bibliothèque et à travers ses lectures de femme “woke, social warrior [et] féminazie” (6’36): la sensation d’avoir passé un temps précieux avec une femme avertie, forte et engagée.


    Cet épisode a été mené par Maud Ventura. Le montage a été réalisé par Amel Almia. Maud Benakcha a été en charge de l’édition et de la coordination. Jean-Baptiste Aubonnet était au mix. Cet épisode est présenté par Agathe Le Taillandier. 


    Pour que les podcasts de Louie soient accessibles à toutes et tous, des retranscriptions écrites des épisodes sont disponibles sur notre site internet. Si celle de l’épisode que vous cherchez n’est pas encore disponible, vous pouvez nous écrire à hello@louiemedia.com


    Cet épisode a été diffusé pour la première fois le 3 mars 2020.
     
    See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

    • 26 min
    Delphine de Vigan : “Certains livres m’ont ouvert des portes” [REDIFFUSION]

    Delphine de Vigan : “Certains livres m’ont ouvert des portes” [REDIFFUSION]

    Delphine de Vigan est écrivaine, scénariste et réalisatrice. Au micro de Clémentine Goldszal, elle nous fait découvrir sa bibliothèque et nous présente trois livres qui l’ont marquée. Trois oeuvres littéraires écrites par des femmes : L’Empreinte d’Alex Marzano-Lesnevich aux éditions Sonatine, Le Présent Infini s’arrête de Mary Dorsan aux éditions POL et Tropique de la violence de Nathacha Appanah aux éditions Gallimard. 


    “Pour moi écrire, c’est trouver sa propre langue sans cesse et tenter, si possible, de la préserver si tenté qu’on l’a trouvé”. Dans ce premier épisode du Book Club, Delphine de Vigan nous fait visiter sa bibliothèque, partiellement composée de livres de sa grand-mère et de sa mère. Elle nous explique comment ces livres, qu’elle chérit tant, l’aident parfois dans la construction de ses propres oeuvres littéraires (7’25). Elle évoque aussi sa peur d’être influencée par une voix qui n’est pas la sienne dans ses périodes d’écritures (9’55). 
    Puis, l’écrivaine nous raconte sa rencontre avec l’autrice de L’Empreinte, Alex Marzano-Lesnevich, comment elle s’est jetée sur son livre (13’44) et les similarités avec son roman Rien ne s’oppose à la nuit, publié aux éditions JC Lattès (19’43). “Je suis intimement convaincue que le fait que ce livre (Rien ne s’oppose à la nuit) existe, désamorce en partie toutes ces choses qui hantent les familles, tous ces secrets, tous ces non-dits qui hantent les familles et les rongent” (20’07) 
    Delphine de Vigan nous dit pourquoi Le Présent Infini s’arrête de Mary Dorsan est un récit qui dérange mais aussi à quel point il est juste (22’13) et comment ces livres peuvent changer le regard du lecteur (26’52). 


    Enfin, l’écrivaine française raconte comment Tropique de la violence de Nathacha Appanah a rythmé son été (30’40), la complexité du processus d’adaptation cinématographique de ce livre, comment faire pour ne pas perdre la beauté d’une oeuvre littéraire quand on passe de l’écrit à l’image (33’53) et en quoi Tropique de la violence est un livre politique. 
    Cet entretien a été mené par Clémentine Goldszal. Pauline Thompson a composé la musique. Maud Ventura était à l'édition et à la coordination. Jean-Baptiste Aubonnet a fait le mix. Charlotte Pudlowski était à la rédaction en chef.
    Cet épisode est sponsorisé par Audible.


    Pour que les podcasts de Louie soient accessibles à toutes et tous, des retranscriptions écrites des épisodes sont disponibles sur notre site internet. Si celle de l’épisode que vous cherchez n’est pas encore disponible, vous pouvez nous écrire à hello@louiemedia.com


    Cet épisode a été diffusé pour la première fois le 9 juillet 2019.
     
    See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

    • 42 min
    Lison Daniel : "On passe beaucoup de temps à se regarder passer à côté de sa carrière" [REDIFFUSION]

    Lison Daniel : "On passe beaucoup de temps à se regarder passer à côté de sa carrière" [REDIFFUSION]

    Lison Daniel est scénariste et comédienne. En ce moment elle participe à l’écriture d’une série pour Netflix sous la direction de Fanny Herrero, la créatrice de la série Dix pour Cent. Elle tient aussi le compte instagram les.caractères, où elle incarne avec humour une galerie de personnages du quotidien, plus ou moins caricaturaux. On y rencontre Aurélie, esthéticienne à Marseille, Isabelle, une quadra qui a très mal vécu son confinement sur la côte d’Emeraude, ou encore Yvan, psychanalyste à la mine renfrognée. 
    Les ami.e.s de Lison Daniel le lui disent volontiers en découvrant sa collection de romans et de pièces de théâtre: elle “n’est pas fâchée avec la lecture”. La comédienne aime flâner pendant des heures dans la librairie en bas de chez elle, à la recherche de nouveaux ouvrages. “Je parcours les rayonnages et je laisse faire parce qu'il y a toujours un livre ou deux qui m'interpelle. Le titre, l'auteur, la quatrième, il y a toujours quelque chose qui m'intrigue”. 


    Dans cet épisode elle nous présente le livre Martin Eden, de l’écrivain américain Jack London. Ce roman d’aventures suit le jeune matelot Martin Eden près de San Francisco dans les années 1920. De condition très pauvre, il se lance pour défi de se cultiver, afin de séduire Ruth, une jeune femme issue de la bourgeoise dont il est éperdument amoureux. Cette soif de connaissances fait naître en lui le désir de devenir écrivain. Il s’efforcera alors de réaliser son rêve, envers et contre tout. Lison Daniel découvre ce roman pour la première fois il y a trois ans. “Quand je le lis, je suis dans une espèce de brouillard professionnel horrible. Je veux être comédienne, je veux être scénariste, mais en fait, je suis surtout serveuse parce qu’aucun agent ne veut de moi, parce qu’aucune boîte de production ne veut travailler avec moi”. La “ténacité incroyable du personnage” frappe la jeune femme, qui tire de cet ouvrage la force de persévérer dans le milieu artistique. La même année, elle lance le compte les.caractères avec sa cousine Laura. “J'ai décidé de ne pas attendre qu'on vienne me chercher et de faire mes choses de mon côté”. 


    Le Book Club est un podcast présenté par Agathe le Taillandier. Marine Revol a envoyé les questions de cette interview à Lison Daniel. Clémence Lecart a fait le montage de cet épisode. Jean-Baptiste Aubonnet en a fait le mixage et Pauline Thomson en a composé la musique. Maud Benakcha est à l’édition et à la coordination de ce podcast, avec l’aide de Lucile Rousseau-Garcia.
    Marion Girard est responsable de productions, Maureen Wilson, responsable éditoriale. Mélissa Bounoua est directrice des productions et Charlotte Pudlowski directrice éditoriale.


    Pour que les podcasts de Louie soient accessibles à toutes et tous, des retranscriptions écrites des épisodes sont disponibles sur notre site internet. Si celle de l’épisode que vous cherchez n’est pas encore disponible, vous pouvez nous écrire à hello@louiemedia.com


    Cet épisode est une rediffusion. Il a été diffusé la première fois le 18 août 2020.
     
    See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

    • 25 min

Top Podcasts In Books

Listeners Also Subscribed To

More by Louie Media