11 episodes

Ensemble, améliorons la relation à nos enfants. Retrouvez des conseils, retours d'expériences, idées de jeux et chroniques de livres sur l'éducation des enfants. Le tout basé sur l'éducation positive et bienveillante et des pédagogies alternatives comme la pédagogie Montessori.



Retrouvez des podcasts dans les catégories :

1. Éducation positive

2. Jeux et activités

3. Conseils et astuces

4. Retours d'expérience

5. Moments en familles

6. Chroniques de livres pour parents et pour enfants

Éduquer différemment Éduquer différemment

    • Kids & Family
    • 5.0 • 1 Rating

Ensemble, améliorons la relation à nos enfants. Retrouvez des conseils, retours d'expériences, idées de jeux et chroniques de livres sur l'éducation des enfants. Le tout basé sur l'éducation positive et bienveillante et des pédagogies alternatives comme la pédagogie Montessori.



Retrouvez des podcasts dans les catégories :

1. Éducation positive

2. Jeux et activités

3. Conseils et astuces

4. Retours d'expérience

5. Moments en familles

6. Chroniques de livres pour parents et pour enfants

    Crise de colère de mon enfant : comment les éviter

    Crise de colère de mon enfant : comment les éviter

    Face à notre enfant qui hurle, crie et en arrive parfois à se rouler par terre (bref, qui fait une crise) nous sommes bien souvent exaspérés : “Mais pourquoi est-ce qu’il se met dans un état pareil ???” Et si au lieu de nous concentrer sur comment calmer notre enfant en pleine crise, nous nous demandions, comment éviter qu’il ne fasse cette crise de colère ?







    Car une fois que notre enfant hurle nous sommes bien souvent exaspérés. À ce moment, nous avons qu’une seule envie : qu’il se calme ! On aurait envie de lui crier de se taire ou de l’envoyer dans sa chambre pour avoir le calme.







    Et pourtant il est possible de ne pas en arriver à cet extrême. Grâce à ces quelques méthodes simples, éviter la prochaine crise de rage de notre enfant est à notre portée !















    Pourquoi notre enfant fait-il une crise ?







    Il n’y a malheureusement pas qu’une seule raison aux crises de colère de notre enfant.Stress, frustration, dispute avec un copain ou mauvaise journée à l’école sont autant de motifs qui peuvent déclencher la colère de nos bouts de chou.







    Mais quelle que soit la cause de la crise, elle exprime toujours un mal-être.







    Mes enfants, par exemple, sont plus sujet aux crises à la rentrée.À ce moment ils découvrent une nouvelle classe, un(e) nouveau/elle maître(sse), des nouveaux enfants et doivent adopter un nouveau rythme. Cela fait beaucoup de nouveautés d’un coup.







    Et dans ce nouvel environnement, avec une personne qu’ils connaissent à peine, comme tous les enfants, ils sont un peu stressés. Ils n’osent pas être pleinement eux-mêmes et se tiennent à carreau pour ne pas se faire disputer.







    En plus, ces changements perturbent leurs habitudes et les insécurisent (car les enfants préfèrent les routines à la nouveauté).







    Tout ça combiné fait qu’ils sont plus sensibles et moins bien dans leurs baskets.Ainsi, chaque contrariété servira (inconsciemment) de prétexte à décharger leurs tensions en criant ou pleurant.







    Les émotions ont besoin de s’exprimer







    Mais c’est une bonne chose !(vraiment)







    Et oui, nos émotions ne peuvent (ni de doivent) être contenues.Il est (très) important de les laisser s’exprimer (mais pas n’importe comment non plus).Car les émotions ne peuvent pas être éternellement enfermées à l’intérieur de nous. Un jour ou l’autre elles ressortent. Et quand ce moment arrive, c’est une véritable tempête qui s’abat sur la personne en face…







    Alors, la prochaine que votre enfant pique une crise, avant de le calmer, demandez-vous ce qui lui passe par la tête. Pour quelle bonne raison a-t-il besoin de décharger sa tension ?Cela vous aidera grandement à être empathique et donc plus patient(e) !







    5 méthodes pour éviter sa crise de colère







    La crise de rage est une manière pour notre enfant de se libérer de son stress. Mais avouons-le ce n’est pas très agréable de devoir “gérer” notre enfant qui hurle, pleure, voire nous tape.(Même si on sait qu’il ne le fait pas contre nous mais parce qu’il ne se sent pas bien.)







    Heureusement ce n’est pas la seule ! Il est possible de laisser notre enfant décharger sa tension tout en évitant une grosse crise de colère.Voyons quelles sont ces méthodes :







    1. Se défouler dans une aire de jeu







    Si votre enfant a passé une dure journée et que vous le sentez bien pertubé et excité, il a sûrement besoin de se défouler pour décharger toute cette tension. Pourquoi à ce moment ne pas aller avec lui dans un parc ou une aire de jeu ?

    • 3 min
    Comment faire que mon bébé arrête ses caprices ?

    Comment faire que mon bébé arrête ses caprices ?

    On aimerait arrêter les caprices de notre bébé.Lorsqu’il crie, se roule par terre ou fait une grosse colère après s’être vu refuser ce qu’il voulait, on appelle cela un caprice.







    Mais qu’est-ce qu’un caprice ?







    Le caprice est un concept un peu flou. Nous avons tendance à appeler caprice tous les comportements de nos enfants qui nous dérangent et que l’on ne comprend pas (ou que l’on ne cherche pas à comprendre)







    Pourquoi un bébé se met dans tous ses états lorsque son papa refuse de lui donner son téléphone ? Est-ce que ce bébé teste son papa ? Est-ce qu’il essaie de le manipuler ? De “gagner” la bataille du téléphone ?Et du coup faut-il le gronder pour qu’il arrête de faire des caprices ?







    Ou, est-ce que les pleurs expriment sa frustration et son incapacité à “gérer” son émotion ? Et dans ce cas faut-il plutôt l’aider à retrouver son calme en l’apaisant ?







    Creusons un peu pour comprendre les caprices de notre bébé et découvrir la meilleure méthode à adopter lorsqu’il en fait un pour le faire arrêter.















    Note : Vous pouvez également découvrir ce que sont les caprices, comment y réagir et comment les stopper dans cette vidéo de 5 minutes.















    Le podcast est également disponible 🙂











    Qu’est-ce qu’un caprice ?







    « Il n’existe pas de caprice. Il s’agit d’un langage, il y a un message à décoder. »Isabelle Filliozat, Au cœur des émotions de l’enfant







    Voilà qui est dit.







    On a longtemps pensé que les caprices étaient des tentatives des enfants pour manipuler leur entourage.Il n’en est rien.Leur cerveau est encore trop immature. Ils n’en ont pas les capacités cérébrales.







    Les comportements que l’on nomme caprice peuvent avoir plusieurs explications.Il peut s’agir de frustration, d’un mal être ou d’insatisfaction.







    Pourquoi ce bébé pleure-t-il ?







    Ces comportements peuvent également être la façon dont nos enfants expriment un besoin.Si votre enfant veut absolument mettre ses chaussettes bleues alors que vous aviez choisi les rouges. Il exprime son besoin de s’affirmer en tant que personne. Il a ses propres désirs et les exprime en s’opposant à vous.







    S’il ne veut pas venir dîner alors que c’est “l’heure”, il manifeste peut-être son besoin de finir son activité avant de passer à autre chose.Imaginez que vous soyez sur le point de découvrir le meurtrier du polar passionnant que vous lisez et que l’on vous appelle “C’est l’heure de manger, viens tout de suite !”Vous essaierez sûrement de négocier “Attends, je termine !”. Ou au minimum vous seriez frustré et le feriez savoir “J’avais presque fini… T’aurais pu me laisser lire les 5 dernières pages quand même. T’es pas cool.”







    Dans tous les cas, il y a une explication logique.







    Il est bien facile de considérer que chaque réaction mystérieuse est un caprice !Maria Montessori, L’enfant







    En arrêtant d’appeler caprice tous les comportements que nous ne comprenons pas, nous apprendrons à mieux connaître notre enfant et à l’aider à exprimer ses émotions.







    L’émotion cachée derrière le “caprice”







    Quand notre bébé fait un “caprice”, plutôt que de crier ou de le punir, cherchons le besoin caché derrière cette crise.







    Pour cela, ne jugeons pas hâtivement son comportement. Prenons du recul sur la situation et essayons de nous mettre à sa place.







    Puis posons-nous ces quelques questions.

    • 5 min
    Se faire « obéir » sans crier ? Inciter à la coopération

    Se faire « obéir » sans crier ? Inciter à la coopération

    On demande des tas de choses à nos enfants : s’habiller, mettre leur manteau avant de sortir, se brosser les dents, manger des légumes, prendre le bain, etc.Et parfois ils en ont marre de faire tout ce qu’on leur demande.Et là que se passe-t-il ? Comment faire en sorte de se faire « obéir » sans crier ? Comment les inciter à coopérer sans entrer dans la confrontation ?







    Voici quelques astuces pour vous sortir de presque toutes les situations (et oui, malheureusement je n’ai pas de baguette magique 🙁 100% des situations ne pourront pas être résolues facilement)















    Note : Vous préférez les vidéos au texte ? Découvrez ma vidéo où Charlotte Ducharme me raconte comment elle s’y prend pour se faire obéir sans crier et sans tomber dans la rapport de force















    Le podcast est également disponible 🙂



















    Le dîner vient de se terminer. Comme tous les soirs, Margaux et sa maman montent dans la salle de bain pour commencer le rituel : pyjama, brosser les dents, lire l’histoire puis aller au lit.Mais ce soir Margaux ne veut pas se laver les dents. Elle a décidé qu’elle ne se les laverait pas et tient tête à sa maman. Mais maman veut absolument que les dents soit brossées, c’est la règle : elle insiste, force, menace… mais plus elle insiste et plus Margaux lui tient tête.Ce qui devait être fini en 5 minutes vire à l’affrontement. Margaux et sa maman finisse énervées, chacune ayant criée sur l’autre. Leur relation en a souffert et les dents sont toujours sales. Le sommeil va être dure à trouver ce soir…







    Alors, comment faire pour ne pas en arriver là ? Comment obtenir la coopération de nos enfants sans crier ni menacer ?







    Se faire obéir par la force ?







    Lorsque l’on cherche à se faire obéir en forçant notre enfant, quel est le message qu’on lui envoie ?







    Fais ce que je te dis et tais-toi.Tu n’as pas ton mot à dire, tu as juste à m’obéir aveuglément.







    Bien souvent cela se traduit par l’utilisation d’une punition « si tu ne te brosses pas les dents, tu seras privé de dessins animés demain ! »L’enfant comprend alors que s’il veut regarder la télé le lendemain, sa seule solution est d’obéir.







    Il coopère par peur de la punition et non par respect ou parce qu’il a compris l’importance de se brosser les dents.Cela ressemble plus à de la soumission qu’à de la coopération.







    Il n’est pas nécessaire d’en arriver là pour votre enfant coopère 😛







    Lors de l’utilisation de punitions, l’enfant ne retient pas pourquoi il a été puni, il retient seulement le fait qu’il a été puni. Il trouve cela injuste et a envie de se rebeller contre cette autorité qui lui est imposée. Il est en colère contre le parent qui l’a puni.







    Est-ce cela que vous voulez pour votre enfant ?







    Transmettre des valeurs pour se faire obéir sans crier







    Tous les parents ont envie de transmettre des valeurs à leurs enfants. Lorsque je vous pose la question, celles qui reviennent le plus souvent sont : le respect, la politesse, la bienveillance, l’empathie, l’estime de soi, le pardon.







    Lorsque l’on est dans un rapport de force, on impose et on oublie les valeurs à transmettre, on veut juste que notre enfant nous obéisse.

    • 16 min
    Terrible two : mes 4 astuces pour gérer la crise des 2 ans

    Terrible two : mes 4 astuces pour gérer la crise des 2 ans

    Lorsque l’on devient parent, on sait déjà que vers 12-13 ans, on va devoir faire face à l’adolescence, cette période où les enfants s’affirment et se rebellent contre l’autorité parentale.Mais bien avant, lorsque nos enfants sont encore tout petits, il existe une autre période d’affirmation et de rébellion : le terrible two ou crise des 2 ans.







    C’est une période où l’enfant change.Lui qui était si docile, commence à s’affirmer, à dire Non à tout ce que vous lui dites. Il crie et pleure à la moindre frustration.







    Rassurez-vous, cette période est tout à fait normale, tous les enfants passent par là. Elle fait partie du développement normal de l’enfant.







    Elle a été surnommée terrible two car elle survient aux alentours 2 ans et peut être difficile à vivre pour les parents comme pour l’enfant, découvrez mes 4 astuces pour qu’il se passe au mieux pour vous et votre enfant.















    Note : vous préférez les vidéos au texte ? Pour vous, j’ai réalisé une courte vidéo pour passer le terrible two en douceur grâce à mes 4 astuces :















    Le podcast est également disponible 🙂



















    Qu’est-ce que le terrible two ?







    Le terrible two est une période qui commence à peu près vers 2 ans – entre 18 mois et 2 ans en fait.







    Avant cette période, les enfants font généralement ce qu’on leur dit de faire sans broncher :« Augustin tu as fait c**a, viens, je vais te changer la couche »« Gabrielle, c’est l’heure du repas »« Leo, c’est l’heure de la sieste »« Margot, on va sortir faire une promenade »







    Bref c’est l’idéal 😀







    Vers 18 mois, l’enfant commence à avoir conscience de sa propre existence, il comprend qu’il est un être à part entière et qu’il n’est pas une partie de vous.Tout naturellement, il va avoir envie de contrôler sa vie, et commencer à s’opposer à vos décisions :« Non, non, non »« Non, pas couche »







    Ce changement peut être brutal et arriver du jour au lendemain.C’est parfois déstabilisant.







    C’est pour ça qu’on appelle cette période terrible two car vers 2 ans, l’enfant qui était très docile se met tout d’un coup « faire des crises ».







    Quelles sont les origines du terrible two ?







    La période du Non des parents







    Les parents disent (trop) souvent « Non »







    Le terrible two suit en fait une autre période qui est beaucoup moins connue et qu’on appelle la période du Non des parents.







    Entre 12 et 18 mois, les bébés commencent à se déplacer et à découvrir des endroits de la maison qu’ils n’avaient encore jamais vu. Intrigués, ils vont se mettre à toucher à tout ce qui est à leur portée et la réponse des parents et bien souvent toujours la même : Non !







    L’enfant qui entend ces « Non, ne fait pas ci », « Non, ne touche pas à ça » va tout naturellement répéter ce mot tant entendu dès qu’il commencera à s’affirmer.







    Une période frustrante pour l’enfant







    À 18 mois, l’enfant a une bonne maîtrise de son corps : il sait marcher, courir, donner des coups de pieds, manipuler les objets.Mais il a envie de plus, il veut vous imiter et va se retrouver confronté à ses propres limites.







    Quelle frustration pour lui de ne pas être capable de faire le puzzle que vous avez sorti pour qu’il s’amuse&#823...

    • 13 min
    [Vidéo] Faire découvrir les sons et la musique à son enfant

    [Vidéo] Faire découvrir les sons et la musique à son enfant

    La musique est importante dans le développement de l’enfant. Comme le dit Tim Seldin dans son livre Éveiller, épanouir, encourager son enfant, la pédagogie Montessori à la maison, la musique participe au développement du cerveau de l’enfant car elle est directement liée aux régions du cerveau associées aux mathématiques et à l’identification de modèle.Et bien sûr, la musique développe la sensibilité artistique de l’enfant.







    Dans cette vidéo, je vous présente des livres musicaux, des CD et des instruments que nous laissons à disposition de ma fille afin qu’elle puisse découvrir par elle-même les sons et la musique.























    J’en parle dans la vidéo







    * Le livre Éveiller, épanouir, encourager son enfant, la pédagogie Montessori à la maison de Tim Seldin* Rondes de nuit (Hélène Bohy-Agnès Chaumié), il s’agit de « nouvelles » comptines en français qui changent un peu des traditionnelles !* Jazz for kids (Manuel Hermia) : des comptines traditionnelles mais en version musicale et jazzy ! Super !* Le soldat rose, un incontournable pour les enfants.* Comptines et berceuses du baobab (Didier Jeunesse comptines du monde) Nous aimons l’idée de lui faire découvrir d’autres musiques comme les musiques du monde.* Je n’aime pas le classique mais ça j’aime bien pour lui faire découvrir la musique classique (c’est un CD à nous qu’on aime écouter avec elle pour l’initier au classique)* Le CD d’histoires 14 histoires à écouter, des histoires toutes mignones racontées avec enthousiasme par Élodie Fondacci.* Un article écrit par Valérie Sabbah, enseigne musicale, qui explique comment enseigner la musique à la maison (vous n’avez pas besoin d’être musicien pour cela 😉 )







    Que pensez-vous de cette vidéo ?Laissez-moi votre avis en commentaire ! Je le lirai avec plaisir 🙂







    Vous avez aimé cette vidéo ?Abonnez-vous à la chaîne YouTube pour n’en manquez aucune !







    Vous pouvez également écouter cette vidéo en podcast !







    Ou lire la transcription texte







    Bonjour, je suis Antoine du blog Éduquer différemment.







    Aujourd’hui je vais vous parler de musique et de comment initier son enfant aux sons et à la musique.Je vais vous parler de livres, de CD, de postes CD et également d’instruments de musique.







    Mais avant tout ça je vous invite, si vous ne l’avez pas encore fait, à télécharger notre guide « Accompagnez le développement de votre bébé étape par étape« .Et pour ne rater aucune de nos prochaines vidéos, abonnez-vous à notre chaîne YouTube !







    Voilà,

    • 11 min
    [Vidéo] Les critères d’un bon jouet

    [Vidéo] Les critères d’un bon jouet

    Dans une vidéo précédente, nous vous avons expliqué l’importance du jeu chez l’enfant.

    Il est l’un des éléments essentiels à son développement et à l’acquisition de compétences.

    Aussi, le choix des jouets est important.

    Mais devant le nombre incroyable de jeux existants comment choisir le bon jouet ?

    Dans cette vidéo, nous vous expliquons les 3 critères principaux à prendre en compte lors de l’achat d’un nouveau jouet pour être sûr de ne pas vous tromper 😉





    On en parle dans la vidéo

    Le livre Et si on jouait ? Le jeu durant l’enfance et pour toute la vie de Francine Ferland

    Que pensez-vous de cette vidéo ?

    Laissez-nous votre avis en commentaire ! Nous le lirons avec plaisir 🙂

    Vous avez aimé cette vidéo ?

    Abonnez-vous à la chaîne YouTube pour n’en manquez aucune !

    Vous pouvez également écouter cette vidéo en podcast !

    Ou lire la transcription texte



    Bonjour, je suis Antoine du blog Éduquer différemment.

    Je vous ai parlé dans une vidéo très récente de pourquoi et comment jouer avec son enfant (cliquez sur ce lien pour la regarder).

    Aujourd’hui je vais vous expliquer quels sont les critères à prendre en compte lors de l’achat d’un jouet pour être sûr de ne pas se tromper.

    Mais avant tout ça je vous invite, si vous ne l’avez pas encore fait, à télécharger notre guide « Accompagnez le développement de votre bébé étape par étape« .

    Et pour ne rater aucune de nos prochaines vidéos, abonnez-vous à notre chaîne YouTube !

    La sécurité

    Le premier critère à prendre en compte lors de l’achat d’un jouet c’est bien sûr la sécurité.

    C’est une composante fondamentale d’un jouet. Est-ce que le jouet est sécurisé ou non pour mon enfant ? C’est bien sûr la première chose à regarder.

    Ensuite il y a également la durabilité du jouet.

    Est-ce que le jouet est fait d’une matière qui est fragile ou d’un matériau plutôt résistant ?

    Est-ce que le jouet risque de casser facilement ou est-ce qu’il peut tomber par terre des dizaines de fois sans risque ?

    C’est un critère important. Si vous achetez un jouet qui coûte assez cher, vous n’avez sûrement pas envie de le voir se casser la semaine suivante !

    De même, les jouets complexes, avec différentes petites pièces seront sûrement plus fragiles qu’un jouet beaucoup plus simple.

    La polyvalence

    Le deuxième critère à prendre en compte, c’est la polyvalence.

    Plus un jeu est polyvalent et plus il va durer dans le temps car il s’adaptera au développement de l’enfant.

    Une méthode très simple pour savoir si un jeu est polyvalent qui a été imaginée par des spécialistes, c’est que selon eux 90 % du jeu doit provenir de l’enfant et seulement 10 % du jouet. Si cette proportion est respectée, c’est un bon jouet.

    Par exemple, les Kapla, les Lego, ou même les Playmobil. Avec ces 3 jouets, si l’enfant reste passif il ne se passera rien. Toute l’étape de créativité et d’imagination provient de l’enfant, ce sont des bons jouets.

    C’est à partir des petits Lego que l’enfant va pouvoir construire des univers extraordinaires avec lesquels jouer : construire des fermes, des voitures,

    • 8 min

Customer Reviews

5.0 out of 5
1 Rating

1 Rating

Top Podcasts In Kids & Family

Listeners Also Subscribed To