1 hr 14 min

Appliquer la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents (LSJPA) au Québec et au Canada‪ ‬ Centre international de criminologie comparée

    • Social Sciences

L'opinion veut que le Québec soit distinct du reste du Canada, ce que par ailleurs le reste du Canada nous rend bien. Cette relative stratification des opinions se retrouve encore bien prégnante dans le discours que tiennent à la fois les institutions et les intervenants en regard des modalités d'intervention à l'endroit des adolescents délinquants. Vu du Québec, il n'y aurait pratiquement qu'ici que la question de la délinquance des jeunes est traitée par le biais d'une approche de resocialisation où la coercition ne s'exercerait qu'en dernier recours. Les statistiques canadiennes désagrégées par province montrent cependant un portrait bien différent et, surtout, des similitudes et des différences qui vont bien au-delà d'une hypothétique dichotomie Québec -- Reste du Canada. Ainsi, ces mêmes statistiques montrent que les taux d'incarcération demeurent relativement bas au Québec, à 12%. Or, ce pourcentage, bien qu'en deca de la moyenne canadienne (15,4%), est similaire à celui du Nouveau- Brunswick (12,2%) mais au-dessus de celui de l'Alberta (10,5%). De tels chiffres, en fait, ne font finalement que refléter des manières différentes d'aborder l'intervention en délinquance; ils ne nous disent toutefois rien de ces différents dispositifs. Par exemple, qu'en est-il de la distribution de l'intervention en fonction des rôles investis par l'institutionnel versus ceux pris en charge par des organismes communautaires de justice alternative? Qui, des services sociaux provinciaux ou des services correctionnels, prend quelle part de l'intervention en délinquance? C'est pour répondre, en partie, à ces questions que notre présentation proposera un bilan raisonné des manières de faire l'intervention en délinquance au Québec et ailleurs au Canada. Cette présentation de données qualitatives sera suivie d'une courte présentation de résultats d'une recherche quantitative tout-à-fait originale et qui brosse le portrait des caractéristiques des 5400 adolescents et adolescentes ayant reçu une sentence LSJPA qui a fait l'objet d'intervention par le Centre jeunesse de Québec/Institut universitaire entre 2003 et 2012.

L'opinion veut que le Québec soit distinct du reste du Canada, ce que par ailleurs le reste du Canada nous rend bien. Cette relative stratification des opinions se retrouve encore bien prégnante dans le discours que tiennent à la fois les institutions et les intervenants en regard des modalités d'intervention à l'endroit des adolescents délinquants. Vu du Québec, il n'y aurait pratiquement qu'ici que la question de la délinquance des jeunes est traitée par le biais d'une approche de resocialisation où la coercition ne s'exercerait qu'en dernier recours. Les statistiques canadiennes désagrégées par province montrent cependant un portrait bien différent et, surtout, des similitudes et des différences qui vont bien au-delà d'une hypothétique dichotomie Québec -- Reste du Canada. Ainsi, ces mêmes statistiques montrent que les taux d'incarcération demeurent relativement bas au Québec, à 12%. Or, ce pourcentage, bien qu'en deca de la moyenne canadienne (15,4%), est similaire à celui du Nouveau- Brunswick (12,2%) mais au-dessus de celui de l'Alberta (10,5%). De tels chiffres, en fait, ne font finalement que refléter des manières différentes d'aborder l'intervention en délinquance; ils ne nous disent toutefois rien de ces différents dispositifs. Par exemple, qu'en est-il de la distribution de l'intervention en fonction des rôles investis par l'institutionnel versus ceux pris en charge par des organismes communautaires de justice alternative? Qui, des services sociaux provinciaux ou des services correctionnels, prend quelle part de l'intervention en délinquance? C'est pour répondre, en partie, à ces questions que notre présentation proposera un bilan raisonné des manières de faire l'intervention en délinquance au Québec et ailleurs au Canada. Cette présentation de données qualitatives sera suivie d'une courte présentation de résultats d'une recherche quantitative tout-à-fait originale et qui brosse le portrait des caractéristiques des 5400 adolescents et adolescentes ayant reçu une sentence LSJPA qui a fait l'objet d'intervention par le Centre jeunesse de Québec/Institut universitaire entre 2003 et 2012.

1 hr 14 min

Top Podcasts In Social Sciences

More by Université de Montréal