59 min

David Wengrow, son oeuvre colossale avec David Graeber : "Au commencement était... Une nouvelle histoire de l’humanité‪"‬ Le podcast de So Sweet Planet

    • Personal Journals

Soutenez So Sweet Planet :
https://www.patreon.com/sosweetplanet
Ré-écrire une histoire plus juste de l’humanité.
"L’ultime opus commis par David Graeber, avec la complicité de son ami, le chercheur David Wengrow. Aboutissement du travail d’une vie, ils proposent un renversement magistral de nos convictions profondément ancrées sur l’histoire des trente derniers millénaires. 
Depuis des siècles, nous nous racontons sur les origines de l’inégalité une histoire très simple. Pendant l’essentiel de leur existence sur terre, les êtres humains auraient vécu au sein de petits clans de chasseurs-cueilleurs. Puis l’agriculture aurait fait son entrée, et avec elle la propriété privée. Enfin seraient nées les villes, marquant l’apparition non seulement de la civilisation, mais aussi des guerres, de la bureaucratie, du patriarcat et de l’esclavage. Or ce récit pose un gros problème : il est faux. 
David Graeber et David Wengrow se fixent l’objectif de "poser les bases pour une nouvelle histoire du monde". Une histoire du monde selon laquelle les "bandes" de chasseurs-cueilleurs n’étaient pas – comme on l’imagine bien souvent – des entités sociales parfaitement égalitaires, mais des groupes dotés de consciences politiques et capables de choisir une forme d’organisation sociale adaptée aux circonstances. Une histoire du monde selon laquelle l’humanité n’a pas vécu une Révolution agricole mais des milliers d’expérimentations de modes de cultures qui n’ont pas systématiquement aboutit à l’adoption de l’agriculture. Une histoire du monde dans laquelle il n’y a pas de fatalité, pas d’inexorable évolution vers les modes de domination contemporains. 
Les auteurs renversent les idées communément acceptées sur la nature humaine. Ils affirment que les hommes n’ont pas vécu dans des organisations égalitaires et bienveillantes avant d’adopter l’agriculture et d’"inventer" l’État. Que ce n’est pas parce que les humains ont toujours été capables de s’attaquer mutuellement, que la guerre a toujours existé. Que les hommes ne sont pas faits pour ne vivre qu’en petits groupes et que les larges communautés d’humains n’ont pas besoin d’être encadrées et contrôlées. 
Ce livre, étayé par des conclusions tirées de centaines de travaux de nombreuses disciplines scientifiques, montre que si quelque chose est allé de travers dans l’histoire humaine, c’est probablement que les hommes ont perdu la liberté d’imaginer et de mettre en place différentes formes d’organisation politique. Il raconte l’histoire de nombreuses sociétés "primitives" qui témoignent d’une époque où la flexibilité politique était un des principaux attributs humains."
David Wengrow est archéologue et professeur à l’institut d’archéologie de l’UCL (University College de Londres). Il s’est intéressé dans ses livres et articles universitaires à l’origine de l’écriture, à l’art antique, aux sociétés néolithiques, à l’émergence des premiers États en Égypte et en Mésopotamie… et son collègue David Graeber, qui malheureusement nous a quittés en septembre 2020, a été connu du grand public à travers le monde en tant que figure de proue du mouvement Occupy Wall Street. Il était Docteur en anthropologie et économiste, historien de la dette, anarchiste et c’est lui qui a identifié les "b******t jobs" sur lesquels il a écrit un livre très remarqué en 2018. 
Acheter Au commencement était... Une nouvelle histoire de l’humanité
Traduction simultanée : Michel Zlotowski
@Anne Greffe

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Soutenez So Sweet Planet :
https://www.patreon.com/sosweetplanet
Ré-écrire une histoire plus juste de l’humanité.
"L’ultime opus commis par David Graeber, avec la complicité de son ami, le chercheur David Wengrow. Aboutissement du travail d’une vie, ils proposent un renversement magistral de nos convictions profondément ancrées sur l’histoire des trente derniers millénaires. 
Depuis des siècles, nous nous racontons sur les origines de l’inégalité une histoire très simple. Pendant l’essentiel de leur existence sur terre, les êtres humains auraient vécu au sein de petits clans de chasseurs-cueilleurs. Puis l’agriculture aurait fait son entrée, et avec elle la propriété privée. Enfin seraient nées les villes, marquant l’apparition non seulement de la civilisation, mais aussi des guerres, de la bureaucratie, du patriarcat et de l’esclavage. Or ce récit pose un gros problème : il est faux. 
David Graeber et David Wengrow se fixent l’objectif de "poser les bases pour une nouvelle histoire du monde". Une histoire du monde selon laquelle les "bandes" de chasseurs-cueilleurs n’étaient pas – comme on l’imagine bien souvent – des entités sociales parfaitement égalitaires, mais des groupes dotés de consciences politiques et capables de choisir une forme d’organisation sociale adaptée aux circonstances. Une histoire du monde selon laquelle l’humanité n’a pas vécu une Révolution agricole mais des milliers d’expérimentations de modes de cultures qui n’ont pas systématiquement aboutit à l’adoption de l’agriculture. Une histoire du monde dans laquelle il n’y a pas de fatalité, pas d’inexorable évolution vers les modes de domination contemporains. 
Les auteurs renversent les idées communément acceptées sur la nature humaine. Ils affirment que les hommes n’ont pas vécu dans des organisations égalitaires et bienveillantes avant d’adopter l’agriculture et d’"inventer" l’État. Que ce n’est pas parce que les humains ont toujours été capables de s’attaquer mutuellement, que la guerre a toujours existé. Que les hommes ne sont pas faits pour ne vivre qu’en petits groupes et que les larges communautés d’humains n’ont pas besoin d’être encadrées et contrôlées. 
Ce livre, étayé par des conclusions tirées de centaines de travaux de nombreuses disciplines scientifiques, montre que si quelque chose est allé de travers dans l’histoire humaine, c’est probablement que les hommes ont perdu la liberté d’imaginer et de mettre en place différentes formes d’organisation politique. Il raconte l’histoire de nombreuses sociétés "primitives" qui témoignent d’une époque où la flexibilité politique était un des principaux attributs humains."
David Wengrow est archéologue et professeur à l’institut d’archéologie de l’UCL (University College de Londres). Il s’est intéressé dans ses livres et articles universitaires à l’origine de l’écriture, à l’art antique, aux sociétés néolithiques, à l’émergence des premiers États en Égypte et en Mésopotamie… et son collègue David Graeber, qui malheureusement nous a quittés en septembre 2020, a été connu du grand public à travers le monde en tant que figure de proue du mouvement Occupy Wall Street. Il était Docteur en anthropologie et économiste, historien de la dette, anarchiste et c’est lui qui a identifié les "b******t jobs" sur lesquels il a écrit un livre très remarqué en 2018. 
Acheter Au commencement était... Une nouvelle histoire de l’humanité
Traduction simultanée : Michel Zlotowski
@Anne Greffe

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

59 min