305 episodes

Podcast du Collège de France

Collège de France (Philosophie/Sociologie‪)‬ Collège de France

    • Education
    • 4.5 • 6 Ratings

Podcast du Collège de France

    01 - L'universel : aperçus historiques et perspectives contemporaines

    01 - L'universel : aperçus historiques et perspectives contemporaines

    Claudine Tiercelin
    Métaphysique et philosophie de la connaissance
    Année 2021-2022
    L'universel : aperçus historiques et perspectives contemporaines

    • 2 hr 5 min
    • video
    06 - Mérite et « méritocratie ». Motiver l'égalité ou l'inégalité ? - VIDEO

    06 - Mérite et « méritocratie ». Motiver l'égalité ou l'inégalité ? - VIDEO

    Pierre-Michel Menger
    Collège de France
    Année 2021 - 2022
    Sociologie du travail créateur
    Mérite et « méritocratie ». Motiver l'égalité ou l'inégalité ? - Introduction

    Les mathématiques, l'égalité des chances et l'excellence (2). Du sommet à la base et de la recherche à la formation scolaire.

    • 2 hr 1 min
    06 - Mérite et « méritocratie ». Motiver l'égalité ou l'inégalité ?

    06 - Mérite et « méritocratie ». Motiver l'égalité ou l'inégalité ?

    Pierre-Michel Menger
    Collège de France
    Année 2021 - 2022
    Sociologie du travail créateur
    Mérite et « méritocratie ». Motiver l'égalité ou l'inégalité ? - Introduction

    Les mathématiques, l'égalité des chances et l'excellence (2). Du sommet à la base et de la recherche à la formation scolaire.

    • 2 hr 1 min
    • video
    05 - Mérite et « méritocratie ». Motiver l'égalité ou l'inégalité ? - VIDEO

    05 - Mérite et « méritocratie ». Motiver l'égalité ou l'inégalité ? - VIDEO

    Pierre-Michel Menger
    Collège de France
    Année 2021 - 2022
    Sociologie du travail créateur
    Mérite et « méritocratie ». Motiver l'égalité ou l'inégalité ? - Introduction

    Les mathématiques, l'égalité des chances et l'excellence (1). Du sommet à la base et de la recherche à la formation scolaire.

    • 1 hr 59 min
    05 - Mérite et « méritocratie ». Motiver l'égalité ou l'inégalité ?

    05 - Mérite et « méritocratie ». Motiver l'égalité ou l'inégalité ?

    Pierre-Michel Menger
    Collège de France
    Année 2021 - 2022
    Sociologie du travail créateur
    Mérite et « méritocratie ». Motiver l'égalité ou l'inégalité ? - Introduction

    Les mathématiques, l'égalité des chances et l'excellence (1). Du sommet à la base et de la recherche à la formation scolaire.

    • 1 hr 59 min
    • video
    06 - Fiction, simulation, faire comme si - VIDEO

    06 - Fiction, simulation, faire comme si - VIDEO

    François Recanati
    Philosophie du langage et de l'esprit
    Collège de France
    Année 2021-2022
    Fiction, simulation, faire comme si

    L’intérêt de la philosophie contemporaine pour la fiction va bien au-delà de l’esthétique et des sous-disciplines philosophiques qui prennent l’art pour objet. La fiction nous parle de choses (ou de personnes) qui n’existent pas. Comment cela est-il possible ? Le fait d’en parler ou d’y penser ne confère-t-il pas à ces choses ou à ces personnes une existence minimale ? Puisque Superman est, comme chacun sait, doté de super-pouvoirs et qu’il peut voler dans les airs, ne s’ensuit-il pas (en vertu de la règle logique dite de « généralisation existentielle ») qu’il y a un individu qui peut voler dans les airs ? Mais que signifie ce « il y a », étant donné que Superman n’existe pas ? Ces questions, présentes depuis l’origine de la philosophie, mobilisent les logiciens, les philosophes du langage et les métaphysiciens.

    Beaucoup, depuis les travaux pionniers de Kendall Walton, voient la fiction comme une forme de simulation en continuité avec les jeux de faire-semblant des enfants. Lorsque l’acteur jouant le rôle de Hamlet emploie le nom propre « Horatio », il fait comme s’il y avait un individu nommé « Horatio » auquel il (ou, plus exactement, le personnage qu’il incarne) faisait référence en employant ce nom. De la même façon, Flaubert, lorsqu’il emploie le nom « Emma Bovary », fait comme s’il y avait, portant ce nom, une personne réelle dont le récit rapporte les faits et gestes. Ceux qui lisent le récit font de même — ils exercent leur imagination. Cette conception offre l’avantage d’être en prise directe avec les recherches des psychologues et des philosophes de l’esprit autour de ce qu’on appelle la théorie de la simulation.

    Les psychologues postulent une faculté spécifique qu’ils appellent « théorie de l’esprit » et qui nous permet notamment de nous représenter les états mentaux d’autrui (leurs intentions, leurs désirs et leurs croyances) et d’interpréter leur comportement à la lumière de ces états mentaux supposés. Parmi les théories mises en avant pour analyser cette faculté spécifique, la théorie dite de la simulation la fait reposer sur une aptitude plus fondamentale à se décentrer et à se projeter dans une situation imaginaire. Or c’est dans la pratique de la fiction que cette aptitude fondamentale à la simulation se manifeste de façon paradigmatique.

    Dans la communication linguistique ordinaire, le locuteur dit quelque chose et l’auditeur, s’il juge son interlocuteur digne de foi, croit ce qu’on lui dit et intègre l’information à sa base de données. Dans la communication fictionnelle (celle, par exemple, qui s’établit entre l’auteur et le lecteur au moyen du texte de fiction), le destinataire fait comme si un interlocuteur digne de foi lui communiquait des informations, et il enregistre celles-ci dans un compartiment mental séparé où il bâtit une représentation complexe de l’univers fictionnel qu’on lui dépeint. Alors que la représentation du monde perpétuellement mise à jour par notre cerveau guide notre comportement, la représentation de l’univers fictionnel n’a pas d’impact sur le comportement : elle est déconnectée, séparée de la représentation du monde que nous utilisons comme base de données pour agir. Cette déconnexion nous permet de ne pas confondre la fiction et la réalité.

    Ce phénomène de compartimentation va au-delà de la fiction entendue au sens étroit. La supposition est une opération intellectuelle qui fonctionne de la même façon. Lorsque vous supposez quelque chose, vous faites comme si vous admettiez cette chose, et vous en tirez les conséquences. Ces conséquences sont déduites de façon hypothétique. La déduction en question simule la déduction que vous feriez effectivement, ou pourriez faire, si vous a

    • 1 hr 21 min

Customer Reviews

4.5 out of 5
6 Ratings

6 Ratings

Top Podcasts In Education

Dr. Jordan B. Peterson
Lauryn Evarts & Michael Bosstick / Dear Media
TED
Daily Stoic
Motiversity
Rich Roll

You Might Also Like

France Culture
France Culture
Charles Robin
France Culture
France Culture
France Culture

More by Collège de France

Collège de France
Collège de France
Collège de France
Collège de France
Collège de France
Collège de France