24 episodes

La crise sanitaire de la COVID-19 n’est qu’une des plus récentes illustrations du fait que l’humanité ne se porte pas bien. Que la planète elle-même ne va pas bien. Et malgré le grave trauma planétaire que la pandémie a causé, à l’heure actuelle, l’humanité ne possède pas les outils pour ne pas que cela se reproduise. Forcément donc, cela se reproduira. La COVID-19, tout comme les crises climatiques, de la bio-diversité, de l’eau, de la résistance aux antimicrobiens, des océans, de la génétique, de la pollution ou encore de la menace nucléaire nous démontrent, plus que jamais, que nous sommes tous frères et sœurs de sang et de fragilité sur cette de plus en plus petite sphère. Planet Republyk propose un plan afin de faire plus efficacement face aux menaces globales à la pérennité de l’humanité et des écosystèmes par l’instauration, par un chemin inédit, d’un parlement mondial réellement supranational à représentation directe en dehors du schème dysfonctionnel habituel des luttes de pouvoir entre nations. Planet Republyk offre une possibilité d’ancrage pour la portion de l'humanité qui se considère déjà citoyenne de la terre. Un espoir, une nouvelle foi (du latin fides, « confiance ») en quelque sorte.​

Planet Republyk Eric Boucher

    • Government

La crise sanitaire de la COVID-19 n’est qu’une des plus récentes illustrations du fait que l’humanité ne se porte pas bien. Que la planète elle-même ne va pas bien. Et malgré le grave trauma planétaire que la pandémie a causé, à l’heure actuelle, l’humanité ne possède pas les outils pour ne pas que cela se reproduise. Forcément donc, cela se reproduira. La COVID-19, tout comme les crises climatiques, de la bio-diversité, de l’eau, de la résistance aux antimicrobiens, des océans, de la génétique, de la pollution ou encore de la menace nucléaire nous démontrent, plus que jamais, que nous sommes tous frères et sœurs de sang et de fragilité sur cette de plus en plus petite sphère. Planet Republyk propose un plan afin de faire plus efficacement face aux menaces globales à la pérennité de l’humanité et des écosystèmes par l’instauration, par un chemin inédit, d’un parlement mondial réellement supranational à représentation directe en dehors du schème dysfonctionnel habituel des luttes de pouvoir entre nations. Planet Republyk offre une possibilité d’ancrage pour la portion de l'humanité qui se considère déjà citoyenne de la terre. Un espoir, une nouvelle foi (du latin fides, « confiance ») en quelque sorte.​

    Argumentaire 1 : Ce que la pandémie nous a appris que nous savions déjà...

    Argumentaire 1 : Ce que la pandémie nous a appris que nous savions déjà...

    La crise sanitaire de la maladie à coronavirus, de son origine, fort probablement lié au commerce de la chaire d’une espèce menacée; à sa fulgurante et globale propagation; jusqu’à la réponse des gouvernements et entreprises n’est qu’une des plus récentes illustrations du fait que l’humanité ne se porte pas bien. Que la planète elle-même ne va pas bien. Pourtant, on ne semble pas capable de s’arrimer pour trouver les solutions ou, si elles existent, pour les mettre en application. La COVID-19 nous a pourtant démontré, plus que jamais, que nous sommes tous frères et sœurs de sang et de fragilité sur cette de plus en plus petite sphère. 
    Que parfois le nationalisme ou les sacro-saintes lois du marché pour certains dossiers touchant l’ensemble de la biosphère, n’ont tout simplement pas leur place. Qu’ils sont obscènes et néfastes.

    • 18 min
    Argumentaire 2 : Les sources des problèmes

    Argumentaire 2 : Les sources des problèmes

    Paradoxalement, si on définit l’utopie comme un manque de réalisme et de rationalité, un nombre croissant de citoyens estime désormais que l’utopie est passée du côté de ceux qui persistent à défendre un paradigme incapable de stopper notre marche civilisationnelle vers le chaos.

    • 14 min
    Argumentaire 3 : Nos obsolètes organisations internationales

    Argumentaire 3 : Nos obsolètes organisations internationales

    Les problèmes de l'ONU, de ses organes, dont le Conseil de sécurité ou de toutes autres organisations internationales sont pratiquement toujours liés au nationalisme, au communautarisme ou au corporatisme. Chacun y défend l'intérêt de sa nation propre, de ses corporations, de ses entreprises, avant celui de l'humanité, de l'environnement et de la justice. 
    Les personnes qui sont nommées pour y représenter les nations sont précisément nommées par les gouvernements en place et sont donc redevables uniquement aux pouvoirs en place et à leurs agendas respectifs.
    De plus, l’ONU et ses institutions sont en constant conflit d’intérêts. Elles sont dépendantes financièrement des cotisations des États membres qui sont proportionnelles à leur PIB.

    • 16 min
    Argumentaire 4 : Sur la nécessité d’un parlement mondial efficace et légitime

    Argumentaire 4 : Sur la nécessité d’un parlement mondial efficace et légitime

    Dans un système démocratique, les citoyens élisent déjà leurs représentants à plusieurs niveaux. Il y a des conseils municipaux, des parlements régionaux et des parlements nationaux. L’Europe s’est dotée du premier parlement continental. 
    Les penseurs contemporains de cette gouvernance semblent s'entendre sur un idéal vers lequel tendre : comme chaque être humain a la même valeur, chaque être humain doit équivaloir à un vote. Toutefois, les canevas proposés finissent toujours par s'en éloigner passablement pour des considérations politiques, nationalistes ou par simple pragmatisme; pour ne pas dire défaitisme.
    Le travers récurrent de ces penseurs est qu’ils supputent constamment qu'un parlement mondial à venir sera érigé par les États-nations. Les nations demeurent pourtant, au sein même de l'ONU et des institutions internationales, la source du désespérant immobilisme face aux enjeux globaux. Tout espoir digne de ce nom, de refondation des démocraties ne pourra émerger que d’une citoyenneté regénérée. 

    • 14 min
    Argumentaire 5 : Un parlement mondial ... mais pour faire quoi?

    Argumentaire 5 : Un parlement mondial ... mais pour faire quoi?

    Avant d’aller plus loin dans l'argumentaire construit en faveur du projet de Planet Republyk et de se lancer, dès le prochain épisode, dans l'historique du mouvement planétariste, énumérons, dans cet épisode, quelques-uns de ces enjeux, concernant tout un et chacun des quelques presque huit milliards d’êtres humains qu’abrite cette terre et qu’une gouvernance mondiale pourrait/devrait mieux adresser, que les nations individuellement, si elle était légitime, autonome et souveraine sur ces enjeux.  

    • 15 min
    Histoire du planétarisme 1 : Les premiers citoyens du monde

    Histoire du planétarisme 1 : Les premiers citoyens du monde

    Les concepts de cosmopolitisme, de citoyenneté universelle ou de gouvernance planétaire ne datent pas d’hier. De fait, de nombreuses esquisses de gouvernance mondiale ont été élaborées au fil des siècles par de proches conseillers de monarques, des intellectuels et/ou des humanistes. Une union des humains de la terre n'est donc pas une idée originale. 

    Toutefois, l’avantage que nous avons sur ces idéalistes du passé pour l’avènement de la république universelle du genre humain est que nous détenons des outils dont eux ne disposaient pas et osons aussi l'espérer, un niveau global d’intelligence, d’instruction, de politisation, mais surtout de conscience, plus élevé que celui d’il y a quelques siècles, voire millénaires.

    • 17 min

Top Podcasts In Government

Crooked Media
Roman Mars
Prologue Projects
The DSR Network
The Lawfare Institute
The DSR Network