736 episodes

Tous les matins du lundi au vendredi, Jean-Guillaume Santi reçoit un journaliste de la rédaction du "Monde" pour bien comprendre les enjeux de l'actualité.

L’Heure du Monde Le Monde

    • News
    • 4.8 • 13 Ratings

Tous les matins du lundi au vendredi, Jean-Guillaume Santi reçoit un journaliste de la rédaction du "Monde" pour bien comprendre les enjeux de l'actualité.

    Inde : comment Narendra Modi menace la démocratie

    Inde : comment Narendra Modi menace la démocratie

    Le 22 janvier 2024, Narendra Modi proclame l’avènement d’une « nouvelle ère », en inaugurant le temple d’Ayodhya, dans l’Etat de l’Uttar Pradesh. Cette inauguration sur les ruines d’une mosquée est un acte fondateur, il entérine la domination des hindous sur le reste de la population indienne, en particulier sur la communauté musulmane.

    Car le nationalisme hindou est le projet politique que Narendra Modi souhaite parachever, s’il est réélu pour un troisième mandat, à l’issue des élections générales qui débutent vendredi 19 avril.

    Au-delà de ses attaques contre les musulmans, Narendra Modi n’a cessé, lors des dix dernières années, de réprimer toute voix dissonante à l’encontre de son pouvoir – que ce soit celles de ses opposants politiques, celles des universitaires ou des journalistes.

    Dans cet épisode du podcast « L’Heure du Monde », Sophie Landrin, correspondante du Monde en Inde et autrice d’une biographie intitulée Dans la tête de Narendra Modi, brosse le portrait du premier ministre indien et analyse son idéologie.

    Un épisode de Marion Bothorel. Réalisation et musiques : Amandine Robillard. Présentation et rédaction en chef : Jean-Guillaume Santi. Suivi éditorial : Adèle Ponticelli.

    ---
    Pour soutenir "L'Heure du Monde" et notre rédaction, abonnez-vous sur abopodcast.lemonde.fr

    • 23 min
    Enquête : le deal secret avec TotalEnergies qui a fait de Blablacar un géant du covoiturage

    Enquête : le deal secret avec TotalEnergies qui a fait de Blablacar un géant du covoiturage

    « Grâce à vous, le leader mondial du covoiturage est français : c’est une fierté ! ». Dans un message posté sur le réseau social LinkedIn, en 2022, Emmanuel Macron félicite les dirigeants de la start-up française Blablacar.

    Mais ce que le président de la République ne précise pas, c’est que ce succès de la plateforme de covoiturage française repose notamment sur plusieurs dizaines de millions d’euros versés chaque année à Blablacar par Total Energies, grâce à un dispositif validé par l’Etat.

    L’arrangement date de 2012 quand le géant pétrolier cherche alors un moyen de répondre à la nouvelle obligation que lui impose l’Etat français : financer chaque année un certain nombre d’actions en faveur de la sobriété énergétique, dont l’impact est mesuré à l’aide de certifications d’économies d’énergie (CEE).

    A cette époque, Total Energies obtient du gouvernement que Blablacar puisse émettre ces fameux CEE afin que le fournisseur d’énergie les lui rachète. Cette manne financière pour la start-up va être pérenisée pendant une dizaine d’années, malgré des risques de distorsion du marché et une large surévaluation des économies d’énergie dues au covoiturage.

    Dans cet épisode du podcast « L’Heure du Monde », Maxime Vaudano et Adrien Sénécat, journalistes au du pôle enquête des Décodeurs du Monde, nous raconte les dessous de cet accord entre Blablacar et Total Energies.

    Un épisode de Marion Bothorel. Réalisation et musiques : Amandine Robillard. Présentation et rédaction en chef : Jean-Guillaume Santi. Dans cet épisode : Extraits d’une publicité radio de Total Energies.

    ---
    Pour soutenir "L'Heure du Monde" et notre rédaction, abonnez-vous sur abopodcast.lemonde.fr

    • 16 min
    JO : aux origines de la crispation sur les athlètes transgenres et intersexes

    JO : aux origines de la crispation sur les athlètes transgenres et intersexes

    En juin 2022, la fédération internationale de natation décidait d’exclure de ses compétitions féminines les femmes transgenres ayant effectué une transition après leur puberté. Un peu moins d’un an plus tard, c’était au tour de World athletics, la fédération internationale d’athlétisme, de prendre une mesure similaire. Ces règles vaudront pour les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024, le Comité international olympique (CIO) laissant chaque fédération statuer sur ces questions.

    Les deux instances ont justifié cette décision par un souci d’équité sportive : selon ces fédérations, le fait d’être née et d’avoir grandi en étant considérée comme un homme biologiquement donnerait un avantage à ces sportives, malgré le traitement hormonal qu’elles suivent dans le cadre de leur transition. Si la question des athlètes transgenres se pose depuis peu dans le sport de haut niveau, la question du genre et d’une iniquité que pourraient provoquer des athlètes jugées trop « masculines » dans les compétitions féminines, elle, est présente depuis le début du XXe siècle.

    Mais cette exclusion des athlètes intersexes et transgenres se justifie-t-elle sur le plan scientifique ? Le fait d’avoir un taux de testostérone plus élevé que la moyenne des femmes, ou d’avoir effectué une puberté en tant qu’homme, donne-t-il un véritable avantage à ces sportives ? Pourquoi une telle crainte de l’iniquité sur les questions de genre ? Réponse dans cet épisode du podcast « L’Heure du Monde » avec Clément Martel, chef adjoint du service des sports au Monde.

    Un épisode écrit et présenté par Adélaïde Tenaglia. Rédaction en chef : Margaux Lannuzel. Réalisation et musiques : Amandine Robillard. Dans cet épisode : extrait du journal de 20 heures de France 2 du 20 août 2009.

    ---
    Pour soutenir "L'Heure du Monde" et notre rédaction, abonnez-vous sur abopodcast.lemonde.fr

    • 20 min
    Israël-Iran : jusqu’où ira l’embrasement ?

    Israël-Iran : jusqu’où ira l’embrasement ?

    Mise à jour : depuis l'enregistrement de cet épisode, le chef d’état-major de l’armée israélienne, Herzi Halevi, a promis lundi soir une « riposte » à l’attaque iranienne.
    ---
    Les quelque trois cents missiles et drones envoyés par l’Iran, dans la nuit du samedi 13 au dimanche 14 avril, ont été interceptés « à 99 % », selon l’armée israélienne, sans presque aucun dégât. Cette attaque directe de la République islamique d’Iran contre Israël est une première, une « rupture profonde » d’après le président Emmanuel Macron, qui s’est exprimé sur BFM-TV/RMC.

    Dès lors, Israël pourrait vouloir répliquer, au risque d’une escalade régionale qui pourrait dégénérer. Lundi, les appels internationaux à éviter un embrasement régional se multipliaient, mais cela sera-t-il suffisant ?

    Comment expliquer ce regain de tensions entre les deux pays ? Est-ce une nouvelle étape du conflit entre ces puissances ennemies du Moyen-Orient ? Et quelles conséquences sur la guerre en cours dans la bande de Gaza ?

    Dans cet épisode du podcast « L’Heure du Monde », Alain Frachon, éditorialiste au Monde et spécialiste des relations internationales, explique les risques d’une confrontation directe entre l’Etat hébreu et la république islamique.

    Un épisode de Garance Muñoz et Claire Leys. Musiques et réalisation Amandine Robillard. Présentation et rédaction en chef Jean-Guillaume Santi.
    ---
    Ecoutez notre épisode : Hamas, Hezbollah, Houthistes : comment l’Iran a déployé une « toile d’araignée » de milices au Moyen-Orient

    Pour soutenir "L'Heure du Monde" et notre rédaction, abonnez-vous sur abopodcast.lemonde.fr

    • 22 min
    CNews : le casse-tête de l’Arcom pour mieux faire respecter le pluralisme politique dans les médias

    CNews : le casse-tête de l’Arcom pour mieux faire respecter le pluralisme politique dans les médias

    C’est une petite révolution qui s’annonce dans la façon dont l’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (Arcom) s’assure que l’équilibre des temps de parole politiques soit bien respecté.

    A la suite d’une plainte en 2022 de l’association Reporters sans frontières qui dénonçait les manquements de CNews envers ses obligations de pluralisme politique, le Conseil d’Etat « juge que, pour apprécier le respect par une chaîne de télévision, quelle qu’elle soit, du pluralisme de l’information, l’Arcom doit prendre en compte la diversité des courants de pensée et d’opinions représentés par l’ensemble des participants aux programmes diffusés, y compris les chroniqueurs, animateurs et invités, et pas uniquement le temps d’intervention des personnalités politiques ».

    Comment l’Arcom va-t-elle procéder sans pour autant « cataloguer » politiquement chaque personnalité s’exprimant à l’antenne ? En vertu de quelle loi les chaînes de la TNT doivent-elles veiller à cet équilibre ? Le déséquilibre constaté sur les chaînes du groupe Canal+ peut-il avoir des conséquences sur la réattribution des fréquences TNT qui aura bientôt lieu ?

    Dans cet épisode du podcast « L’Heure du Monde », Aude Dassonville et Brice Laemle, journalistes spécialistes des médias au Monde, nous expliquent le casse-tête de l’Arcom face à cette nouvelle donne.

    Un épisode de Jean-Guillaume Santi. Montage : Cyrielle Bedu. Réalisation et musique originale : Amandine Robillard.

    ---
    Pour soutenir "L'Heure du Monde" et notre rédaction, abonnez-vous sur abopodcast.lemonde.fr

    • 19 min
    Intelligence artificielle : faut-il avoir peur des deepfakes ?

    Intelligence artificielle : faut-il avoir peur des deepfakes ?

    Les prochaines élections aux Etats-Unis ou dans l’Union européenne seront-elles celles des deepfakes ? En janvier, deux scandales ont mis à nouveau la lumière sur la viralité et les risques de ces trucages particulièrement réalistes générés par intelligence artificielle : des fausses images pornographiques de Taylor Swift largement partagées sur Internet et un faux message audio de Joe Biden communiqué à des électeurs démocrates lors des primaires.

    Qu’est ce qui différencie ces deepfakes d’autres faux contenus sur Internet ? Sont-ils nécessairement malveillants ? Comment se prémunir des risques de désinformation ou de manipulation en période électorale ?

    Dans cet épisode du podcast « L’Heure du Monde », Morgane Tual, journaliste au Monde et spécialiste des questions numériques, nous explique comment les deepfakes ont évolué au fil des innovations technologiques et à quel point il faut, ou non, s’en méfier.

    Un épisode de Diane Jean. Réalisation, habillage et musiques : Amandine Robillard et Epidemic Sound. Rédaction en chef : Margaux Lannuzel. Présentation : Jean-Guillaume Santi.

    ---
    Pour soutenir "L'Heure du Monde" et notre rédaction, abonnez-vous sur abopodcast.lemonde.fr

    • 20 min

Customer Reviews

4.8 out of 5
13 Ratings

13 Ratings

Top Podcasts In News

De 7
De Tijd
LEGEND
Guillaume Pley
DS Vandaag
De Standaard
Les Grosses Têtes
RTL
Björn in the USA
VRT NWS
De Stemmen van Assisen
Nieuwsblad

You Might Also Like

Les actus du jour - Hugo Décrypte
Hugo Décrypte
La Story
Les Echos
Chaleur Humaine
Le Monde
Les Enjeux internationaux
France Culture
Géopolitique
France Inter
Le monde devant soi
Slate.fr