1 hr 54 min

Épisode 18 - Géographies de l'altérité avec Bochra Mana‪ï‬ Cadre bâti

    • Society & Culture

On avait bien hâte de rencontrer Bochra Manaï, la toute première commissaire au Bureau de la lutte contre le racisme et les discriminations systémiques à la Ville de Montréal. Nul besoin de préciser, s’il fallait encore s’en convaincre, que Bochra n’a pas grand-chose à voir avec la figure polarisante qu’on a bien voulu dépeindre au détour de sa nomination.

Géographe de cœur (et d’action), docteure en études urbaines de l’INRS (une autre !), Bochra nous livre son parcours au fil des lieux traversés : son enfance en Tunisie, ses années de jeunesse à Paris, sa découverte et son amour pour Montréal. De ses migrations jusqu’à la recherche en études urbaines, elle nous parle du fait de devenir l’Autre, de conjuguer des identités multiples, de cohabiter sur un territoire et de faire cohabiter intérieurement ses identités.Bochra nous livre ici à une géographie de l’intime, à une réflexion sur ces lieux traversés qui nous transforment et nous révèlent à nous-mêmes. Que peut bien vouloir dire quitter son chez-soi, puis arriver dans un nouveau lieu et expérimenter l’altérité ?

Cet épisode est aussi l’occasion d’explorer comment la recherche transforme la chercheuse ou le chercheur, comment cela nous force à nous situer — et dans le cas de Bochra, à « situer sa propre intersectionnalité » à travers l’étude de réalités autres.

Au fil de la discussion, les morceaux du casse-tête se mettent en place et on en vient à comprendre ce qui l’anime dans son poste de commissaire, soit le fait de maintenir une « saine tension utile » pour que survienne un changement nécessaire à la Ville de Montréal. Bochra nous donne accès à son quotidien de commissaire : comment localiser les angles morts, identifier les acteurs de la transformation et les soutenir pour, à terme, faire de Montréal une administration — et une ville — inclusive. Devenir l’autre pour mieux revenir à soi : voilà le parcours qui est proposé ici.

On avait bien hâte de rencontrer Bochra Manaï, la toute première commissaire au Bureau de la lutte contre le racisme et les discriminations systémiques à la Ville de Montréal. Nul besoin de préciser, s’il fallait encore s’en convaincre, que Bochra n’a pas grand-chose à voir avec la figure polarisante qu’on a bien voulu dépeindre au détour de sa nomination.

Géographe de cœur (et d’action), docteure en études urbaines de l’INRS (une autre !), Bochra nous livre son parcours au fil des lieux traversés : son enfance en Tunisie, ses années de jeunesse à Paris, sa découverte et son amour pour Montréal. De ses migrations jusqu’à la recherche en études urbaines, elle nous parle du fait de devenir l’Autre, de conjuguer des identités multiples, de cohabiter sur un territoire et de faire cohabiter intérieurement ses identités.Bochra nous livre ici à une géographie de l’intime, à une réflexion sur ces lieux traversés qui nous transforment et nous révèlent à nous-mêmes. Que peut bien vouloir dire quitter son chez-soi, puis arriver dans un nouveau lieu et expérimenter l’altérité ?

Cet épisode est aussi l’occasion d’explorer comment la recherche transforme la chercheuse ou le chercheur, comment cela nous force à nous situer — et dans le cas de Bochra, à « situer sa propre intersectionnalité » à travers l’étude de réalités autres.

Au fil de la discussion, les morceaux du casse-tête se mettent en place et on en vient à comprendre ce qui l’anime dans son poste de commissaire, soit le fait de maintenir une « saine tension utile » pour que survienne un changement nécessaire à la Ville de Montréal. Bochra nous donne accès à son quotidien de commissaire : comment localiser les angles morts, identifier les acteurs de la transformation et les soutenir pour, à terme, faire de Montréal une administration — et une ville — inclusive. Devenir l’autre pour mieux revenir à soi : voilà le parcours qui est proposé ici.

1 hr 54 min