14 épisodes

Jusqu'au XIIe siècle, les livres s'écrivent essentiellement en latin et ont un caractère religieux. Une littérature profane se développe auprès des cours, celles d'Aquitaine, d'Angleterre et de Champagne.Troubadours et trouvères familiarisent les thèmes de l'amour courtois, que reprennent les romans de chevalerie des XIIe et XIIIe siècles. Chrétien de Troyes"met en roman", c'est-à-dire en langue romane, des contes bretons et légendes : ainsi naissent en français les premiers romans de la Table ronde.

Littérature médiévale : ressources Bibliothèque nationale de France

    • Livres
    • 5.0 • 2 notes

Jusqu'au XIIe siècle, les livres s'écrivent essentiellement en latin et ont un caractère religieux. Une littérature profane se développe auprès des cours, celles d'Aquitaine, d'Angleterre et de Champagne.Troubadours et trouvères familiarisent les thèmes de l'amour courtois, que reprennent les romans de chevalerie des XIIe et XIIIe siècles. Chrétien de Troyes"met en roman", c'est-à-dire en langue romane, des contes bretons et légendes : ainsi naissent en français les premiers romans de la Table ronde.

    Le Roman de la rose : Andrea Valentini, lecture par Denis Podalydès, version audio

    Le Roman de la rose : Andrea Valentini, lecture par Denis Podalydès, version audio

    Conférence dans le cadre de l'exposition "L'art d'aimer au Moyen Âge : Le Roman de la rose" par Andrea Valentini, lecture par Denis Podalydès.Andrea Valentini, lecture par Denis Podalydès
    Conférence du 1er octobre 2012

    • 57 min
    • video
    Le Roman de la rose : Andrea Valentini, lecture par Denis Podalydès, version vidéo

    Le Roman de la rose : Andrea Valentini, lecture par Denis Podalydès, version vidéo

    Conférence dans le cadre de l'exposition "L'art d'aimer au Moyen Âge : Le Roman de la rose" par Andrea Valentini, lecture par Denis Podalydès.Andrea Valentini, lecture par Denis Podalydès
    Conférence du 1er octobre 2012

    • 57 min
    L'art d'aimer au Moyen Âge par Michel Zink, version audio

    L'art d'aimer au Moyen Âge par Michel Zink, version audio

    Michel Zink, philologue français, spécialiste de la littérature française du Moyen Âge nous explique pourquoi il existe un art d'aimer propre au Moyen Âge. En effet, le Moyen Âge associe étroitement l'amour à la poésie. La nouveauté est de faire de l'amour la grande affaire de la poésie. L'art d'aimer à cette période est un art poétique ; celui qui aime est bon poète ; le langage de l'amour doit refléter les tensions, les contradictions et les joies de l'amour. C'est la grande intuition des troubadours et des trouvères, premiers poètes qui composent des chansons d'amour aux immenses succès dans les langues modernes d'Europe. Cette poésie se développe ainsi pendant tout le XIIe siècle. Au XIIIe siècle, les poètes ne se contentent plus de chanter l'amour passion mais tentent d'inclure toutes les formes de l'amour. En France, le Roman de la Rose écrit par deux auteurs, Guillaume de Lorris et Jean de Meun, raconte l'itinéraire d'une éducation sentimentale le temps d'un rêve pour aboutir à une grande réflexion sur la nature et les multiples formes de l'amour. Ce poème a eu une influence immense dans la littérature française et européenne et a suscité, au début du XVe siècle, une querelle littéraire dans laquelle s'illustra la première auteure « féministe », Christine de Pisan.

    • 32 min
    Le ''Roman de la rose'' : entretien avec Armand Strubel, version audio

    Le ''Roman de la rose'' : entretien avec Armand Strubel, version audio

    Armand Strubel nous raconte l'histoire du "Roman de la Rose" autour de trois points : un roman écrit à deux mains par Guillaume de Lorris et Jean de Meun, comment le "Roman de la Rose" a-t-il été lu au XIIIe et XIVe siècle et peut-on lire ce texte aujourd'hui. Le "Roman de la Rose" a été écrit en deux temps avec, cas unique dans la littérature médiévale, une rupture complète de ton et d'univers de pensée. La première partie extraordinaire concerne l'imaginaire courtois, transposition narrative de la poésie lyrique alors que la deuxième partie devient un support pour toute une série d'enseignements et de savoirs. Au XIIIe et XIVe siècle, les livres sont très rares et chers aussi le "Roman de la Rose" connait alors un immense succès car on y trouve tout. Il est lu de façon fragmentaire surtout pour sa deuxième partie comme une encyclopédie, un livre de raison, de références et un recueil de citations. Le "Roman de la Rose" est souvent considéré comme un texte comique. Sa deuxième partie s'ouvre progressivement vers un discours ironique et satirique avec l'arrivée de personnages ridicules comme la Vieille, le moine Faux Semblant, Abstinence Contrainte ou encore Genius. Jean de Meun utilise alors le procédé de la personnification pour crée des situations grotesques. Les milles derniers vers sont composés de métaphores de langage autour de la reproduction. Aujourd'hui, la lecture du roman permet surtout de reconstituer la culture, l'imaginaire extrêmement riche d'un intellectuel de cette époque.

    • 28 min
    • video
    Le "Roman de la rose" : entretien avec Armand Strubel, version vidéo

    Le "Roman de la rose" : entretien avec Armand Strubel, version vidéo

    Armand Strubel nous raconte l'histoire du "Roman de la Rose" autour de trois points : un roman écrit à deux mains par Guillaume de Lorris et Jean de Meun, comment le "Roman de la Rose" a-t-il été lu au XIIIe et XIVe siècle et peut-on lire ce texte aujourd'hui. Le "Roman de la Rose" a été écrit en deux temps avec, cas unique dans la littérature médiévale, une rupture complète de ton et d'univers de pensée. La première partie extraordinaire concerne l'imaginaire courtois, transposition narrative de la poésie lyrique alors que la deuxième partie devient un support pour toute une série d'enseignements et de savoirs. Au XIIIe et XIVe siècle, les livres sont très rares et chers aussi le "Roman de la Rose" connait alors un immense succès car on y trouve tout. Il est lu de façon fragmentaire surtout pour sa deuxième partie comme une encyclopédie, un livre de raison, de références et un recueil de citations. Le "Roman de la Rose" est souvent considéré comme un texte comique. Sa deuxième partie s'ouvre progressivement vers un discours ironique et satirique avec l'arrivée de personnages ridicules comme la Vieille, le moine Faux Semblant, Abstinence Contrainte ou encore Genius. Jean de Meun utilise alors le procédé de la personnification pour crée des situations grotesques. Les milles derniers vers sont composés de métaphores de langage autour de la reproduction. Aujourd'hui, la lecture du roman permet surtout de reconstituer la culture, l'imaginaire extrêmement riche d'un intellectuel de cette époque.

    • 28 min
    • video
    L'art d'aimer au Moyen Âge par Michel Zink, version vidéo

    L'art d'aimer au Moyen Âge par Michel Zink, version vidéo

    Michel Zink, philologue français, spécialiste de la littérature française du Moyen Âge nous explique pourquoi il existe un art d'aimer propre au Moyen Âge. En effet, le Moyen Âge associe étroitement l'amour à la poésie. La nouveauté est de faire de l'amour la grande affaire de la poésie. L'art d'aimer à cette période est un art poétique ; celui qui aime est bon poète ; le langage de l'amour doit refléter les tensions, les contradictions et les joies de l'amour. C'est la grande intuition des troubadours et des trouvères, premiers poètes qui composent des chansons d'amour aux immenses succès dans les langues modernes d'Europe. Cette poésie se développe ainsi pendant tout le XIIe siècle. Au XIIIe siècle, les poètes ne se contentent plus de chanter l'amour passion mais tentent d'inclure toutes les formes de l'amour. En France, le Roman de la Rose écrit par deux auteurs, Guillaume de Lorris et Jean de Meun, raconte l'itinéraire d'une éducation sentimentale le temps d'un rêve pour aboutir à une grande réflexion sur la nature et les multiples formes de l'amour. Ce poème a eu une influence immense dans la littérature française et européenne et a suscité, au début du XVe siècle, une querelle littéraire dans laquelle s'illustra la première auteure « féministe », Christine de Pisan.

    • 32 min

Avis d’utilisateurs

5.0 sur 5
2 notes

2 notes

Classement des podcasts dans Livres

D’autres se sont aussi abonnés à

Plus par Bibliothèque nationale de France