9 episodes

Chaque mois, Pellicules et Pourritures Nobles se propose, par le biais de votre hôte, M. GRAVLAX, de remettre en lumière un film « curieux », par son ambiance, sa vie, sa carrière, son contexte ou encore par sa structure. Pour cela, M.GRAVLAX s’appuie sur la documentation disponible (scénario, roman, coupures de presse, traces numériques,…) pour retracer le fond et la forme du film, voir ce qui aurait pu ou dû être, et essayer de redonner un peu de noblesse à ces bobines qu’on laisse souvent injustement pourrir, victimes de préjugés défavorables.

Pellicules et Pourritures Nobles Mr Gravlax

    • Télévision et cinéma
    • 5.0 • 1 Rating

Chaque mois, Pellicules et Pourritures Nobles se propose, par le biais de votre hôte, M. GRAVLAX, de remettre en lumière un film « curieux », par son ambiance, sa vie, sa carrière, son contexte ou encore par sa structure. Pour cela, M.GRAVLAX s’appuie sur la documentation disponible (scénario, roman, coupures de presse, traces numériques,…) pour retracer le fond et la forme du film, voir ce qui aurait pu ou dû être, et essayer de redonner un peu de noblesse à ces bobines qu’on laisse souvent injustement pourrir, victimes de préjugés défavorables.

    Épisode 04 – « RUE BARBARE » de Gilles BÉHAT ( 1984 ) / Du sang, de la chique et du mollard !!!

    Épisode 04 – « RUE BARBARE » de Gilles BÉHAT ( 1984 ) / Du sang, de la chique et du mollard !!!

    Dans cette 5ème incursion du podcast « Pellicules et Pourritures Nobles » dans le terrain cinématographique particulier, curieux et singulier, Mr GRAVLAX vous propose de revenir sur un genre très spécial : le film de baston ( ou celui de loubards ) avec l’analyse de son digne représentant. À savoir « RUE BARBARE » de Gilles Béhat ( 1984 ).

    Beaucoup plus profond que l’étiquette de film bourrin et 80’s qu’on ait souvent tenté de lui coller assez facilement, « RUE BARBARE » voit la confrontation acharnée de Daniel CHETMAN ( Bernard Giraudeau ) et Mathias HAGEN ( Bernard-Pierre Donnadieu ), anciens acolytes dans la bande du quartier qui désormais maintiennent une « coexistence pacifique » avec chacun qui ignore l’autre.
    « Chet » vit sa vie avec sa femme Édith, volée à Hagen quelques années auparavant. Tandis que Hagen devient le caïd de « La Rue » en suscitant la peur et/ou l’admiration auprès des habitants de cette banlieue sordide… Jusqu’au soir où Chet prête assistance à une jeune Chinoise, objet des basses convoitises de Hagen.

    « RUE BARBARE », c’est aussi le combat d’un homme pour maintenir sa dignité dans un monde hostile. Un homme qui n’accepte pas la solution de facilité qui est celle de se taire et de renier ses principes fondamentaux pour avoir une tranquillité relative ( car elle a un prix ).
    Enfin, c’est aussi le mélange entre l’univers du film noir américain ( influence du roman de David GOODIS dont est tiré le film ) et celui de la France des banlieues du début des années 80. Mélange qui sent le souffre et qui fonctionne dans les grandes largeurs.
    Bonne écoute. Mr GRAVLAX.

    Découpage de l'épisode :

    - De 2'' à 16'’18''’ : Introduction et contexte ( + bande-annonce du film ) ;
    - De 16’’18’’’ à 51''20''' : Présentation de l’équipe du film ;
    - De 51’’20’’’ à 2’56’’59’’’ : Déroulé et analyse du film ;
    - De 2'56''59'''à 3'25’’52’’’ : Suppléments et bonus ;
    - De 3'25’’52’’’ à 3’48’’02’’’ : Critiques et avis sur le film et Outro ;
    - De 3’48’’02’’’ à la fin : Conclusion et Outro.

    (Remarque après réécoute : 2 dialogues du film ont été insérés par faille du logiciel de montage 2 fois de suite / Sautez de 2'08''43''' à 2'10''37''' ET de 2'25''23''' à 2'27''18''' / Désolé pour ce désagrément. Mr Gravlax)

    Crédits Musique :

    Générique du film par Hector Drand ( https://www.youtube.com/watch?v=twZaaHQls74 ) / https://www.amazon.fr/Bo-Rue-Barbare-Bernard-Lavilliers/dp/B005S0G3NK
    Outro : « Y’a peut-être un ailleurs » de Bernard Lavilliers ( https://www.youtube.com/watch?v=wkIy2GbZsrg )
    « Midnight Shadows » par Jean-Pierre Kalfon ( Version Lavilliers : https://www.youtube.com/watch?v=fFd646ObOt0 )
    « Rue Barbare » de Cj Sordide ( https://www.youtube.com/watch?v=fKcOj07blro / https://itunes.apple.com/fr/album/id1112198879?app=itunes )
    Générique de fond du podcast Pellicules et Pourritures Nobles : « Regrets » par Jean-Félix Lalanne (B.O. du film "Le Passage")
    Générique de fond de la rubrique « Équipe du film » : « Khmer » de Nils Petter Molvaer
    Générique de fond de la rubrique « Suppléments et Bonus » : « Breakdown Suite » par Serge Gainsbourg (B.O. Du film « Si j'étais espion »)
    Générique de fond de la rubrique « Avis » : « Pop Mod » par Claude Bolling (B.O. du film "Le Magnifique").

    Lien bande-annonce cinéma :
    https://www.youtube.com/watch?v=u14og2kcxTs

    Lien Interview Giraudeau-Lanvin au JT d’Antenne 2 le 10 janvier 1984 :
    http://www.ina.fr/video/CAB8400222501

    Lien Interview Bernard-Pierre Donnadieu ( Supplément DVD du film de 2006 ) :
    https://www.dailymotion.com/video/x325rpm

    Lien épisode "Titre provisoire" de Rurik Sallé sur "Rue Barbare" :
    https://www.youtube.com/watch?v=Kp-dJG7keAo

    Liens articles dans la rubrique « Avis et Critiques » :
    https://www.avoir-alire.com/rue-barbare-la-critique
    h

    • 3 hrs 55 min
    Épisode 03 - "BAXTER" de Jérôme BOIVIN (1989) - Version Intégrale

    Épisode 03 - "BAXTER" de Jérôme BOIVIN (1989) - Version Intégrale

    Le lien de cet épisode intégral étant "flottant", il est désormais "ancré" pour être plus facilement accessible. Des transitions ont été enregistrées pour en faire un véritable épisode intégral lié. Bonne écoute. Mr Gravlax.

    Épisode 03 - "BAXTER" de Jérôme BOIVIN (1989) - 2nde partie / Une vie de chien

    Épisode 03 - "BAXTER" de Jérôme BOIVIN (1989) - 2nde partie / Une vie de chien

    Voici donc la seconde partie de l’incursion de « Pellicules et Pourritures Nobles » sur le film « Baxter » de Jérôme Boivin ( 1989 ). Elle comporte tout d’abord une partie « Suppléments » avec comme grands moments l’interview du réalisateur donnée en 2002, l’avis de Patrick Raynal ( directeur de la collection « Série Noire » jusqu’en 2004 ) sur le roman et son adaptation filmique, et aussi tous les compléments sur les différents personnages. Cela permettra d’avoir une version « intégrale » de l’ensemble.

    Il y a aussi une grande partie « Avis et critiques », plus longue qu’à l’accoutumé. Avec notamment beaucoup d’opinions sur le film qui nous viennent d’outre-Atlantique où il semble avoir été bien sollicité dans les vidéo-clubs. Cela peut donner un angle et des points de vue originaux.

    Version intégrale de l'épisode : https://ia601509.us.archive.org/23/items/BaxterEpisodeIntgral/Baxter%20-%20Episode%20int%C3%A9gral.mp3

    Découpage de l’épisode :
    - De 2’’ à 3’’43’’’ : Introduction

    - De 3’’43’’’ à 1’41’’55’’’ : SUPPLÉMENTS

    De 3’’43’’’ à 7’’48’’’ : Analyse rapide du titre original du roman : « Hell Hound » ( Chien de l’Enfer ) et ses différentes légendes ;
    De 7’’48’’’ à 24’’19’’’ : Analyse et extraits de l’interview de Jérôme Boivin, réalisateur de « Baxter » ;
    De 24’’19’’’ à 33’’25’’’ : Analyse et diffusion des propos de Patrick Raynal, directeur de la Série Noire jusqu’en 2004, sur le roman de Ken Greenhall et de son adaptation par Jérôme Boivin et Jacques Audiard ;
    De 33’’25’’’ à 45’’55’’’ : Analyse et compléments sur la famille Prescott ( « Madame Deville » dans le film, première propriétaire de Baxter, sa fille Florence et son gendre Jim Rapp ou Roger Morel dans le film ) ;
    De 45’’55’’’ à 1’00’’10’’’ : Analyse et compléments sur le couple Grafton ( deuxième propriétaire de Baxter / Jeune couple du film, Jean et Noelle ou John et Nancy dans le roman ) ;
    De 1’00’’10’’’ à 1’13’’45’’’ : Analyse et compléments sur le couple Fine ( Jason et Sara, parents de Carl, troisième et dernier propriétaire de Baxter / comprend le complément sur le passage inédit du dîner avec les Grafton ) ;
    De 1’13’’45’’’ à 1’23’’56’’’ : Analyse et compléments sur le personnage de Carl Fine ( Charles dans le film, troisième et dernier propriétaire de Baxter ) ;
    De 1’23’’56’’’ à 1’29’’14’’’ : Analyse et compléments sur le personnage de Mary Cuzzo ( institutrice / quelques compléments aussi sur son père, Monsieur Cuzzo ) ;
    De 1’29’’14’’’ à 1’37’’16’’’ : Analyse et compléments sur les Bartnik ( ou Barsky dans le film : le père Joseph et la fille Veronica ou Stéphanie dans le film ) ;
    De 1’37’’16’’’ à 1’41’’55’’’ : Deux monologues inédits de Baxter

    - De 1’41’’55’’’ à 3’07’’34’’’ : AVIS et CRITIQUES

    De 1’44’’25’’’ à 1’52’’56’’’ : Critiques Allociné
    De 1’52’’56’’’ à 2’08’’43’’’ : Critiques Sites Français
    De 2’08’’43’’’ à 2’27’’29’’’ : Critiques Spectateurs IMDB
    De 2’27’’29’’’ à 2’51’’12’’’ : Critiques Sites étrangers
    De 2’51’’12’’’ à 3’07’’34’’’ : Critiques sur Sens Critique

    - De 3’07’’34’’’ à la fin : Conclusion et Outro

    Crédits Musique :

    Générique de fond du podcast Pellicules et Pourritures Nobles : « Regrets » par Jean-Félix Lalanne (B.O. du film "Le Passage")
    Générique de fond de la rubrique « Suppléments et Bonus » : « Breakdown Suite » par Serge Gainsbourg (B.O. Du film « Si j'étais espion »)
    Générique de fond de la rubrique « Avis et Critiques » : « Pop Mod » par Claude Bolling (B.O. du film "Le

    • 3 hrs 12 min
    Épisode 03 - "BAXTER" de Jérôme BOIVIN (1989) - 1ère partie / Chienne de vie

    Épisode 03 - "BAXTER" de Jérôme BOIVIN (1989) - 1ère partie / Chienne de vie

    Pour sa 4ème incursion dans le terrain cinématographique étrange et singulier, Pellicules et Pourritures Nobles s’intéresse au cas de « BAXTER », film français de Jérôme Boivin qui le co-scénarise avec Jacques Audiard en 1989. Véritable film curieux mettant en scène un bull-terrier qui nous livre ses pensées intimes ainsi que les plans qu’il échafaude pour pouvoir trouver le maître idéal, « sans amour ni peur », qui saura le comprendre et faire son bonheur.

    Film protéiforme tant il emprunte à différents genres cinématographiques, foisonnant de thématiques et de propositions audacieuses, Baxter est réputé pour le malaise qu’il distille tout au long du défilement des bobines, et aussi pour le souvenir qu’il laisse dans les esprits une fois son visionnage terminé.

    Dans cette première partie, Mr Gravlax présente l’équipe qui se trouve derrière ce film ( qui pour beaucoup est l’un des premiers, sinon le premier de leur carrière ) ainsi que le déroulé du film qui permettra de livrer une sorte de « version intégrale » de ce qu’aurait pu être le film et de nous renseigner sur le processus d’adaptation.

    Découpage de l’épisode :
    - De 2’’ à 5’’10’’’ : Introduction ;
    - De 5’’48’’’ à 19’’29’’’ : Présentation de l’équipe du film ;
    - De 19’’29’’’ à 3’30’’10’’’ : Déroulé du film ;
    - De 3’30’’10’’’ à la fin : Conclusion.

    Version intégrale de l'épisode : https://ia601509.us.archive.org/23/items/BaxterEpisodeIntgral/Baxter%20-%20Episode%20int%C3%A9gral.mp3

    Crédits Musique :
    « Baxter Theme » par Marc Hilman et Patrick Roffé ( https://www.youtube.com/watch?v=X1q38tbjbIM )
    Fin de l’épisode : « The Bike » par Marc Hilman et Patrick Roffé ( https://www.youtube.com/watch?v=_MMrya-m_DI )
    Générique de fond du podcast Pellicules et Pourritures Nobles : « Regrets » par Jean-Félix Lalanne (B.O. du film "Le Passage")
    Générique de fond de la rubrique « Équipe du film » : « Khmer » de Nils Petter Molvaer

    Lien Bande-Annonce du film : https://www.youtube.com/watch?v=ME3HKJFDWk4
    Film disponible sur YouTube ( sous-titres anglais ) : https://www.youtube.com/watch?v=_fZN69FKVeY&t=58s

    • 3 hrs 34 min
    Épisode bonus XXL - Alain Delon dans les 90's, le renouveau solitaire

    Épisode bonus XXL - Alain Delon dans les 90's, le renouveau solitaire

    "Ne Réveillez Pas Un Flic Qui Dort" fut le premier élément qui marqua la désertion de plus en plus marquée du public dans les salles projetant les films d'Alain Delon. Les années 1990 furent celles où la star ne modéra pas ses efforts pour renouveler son image, ses collaborations et ses styles de films pour retrouver le public mais aussi pour relever des défis d'acteur et garder l'envie du métier.

    La constitution du dossier de cet épisode bonus par Mr Gravlax s'est avérée plus prolifique que prévu et apporte une prise de recul sur la star, les raisons de ses choix, l'angle de chaque projet, et les qualités et défauts ( ou erreurs ) de chacun d'entre eux. Certains méritent d'être réévalués avec le temps.

    Après l'évocation de "Parole de Flic" qui est complémentaire avec l'épisode de Pellicules et Pourritures Nobles sur "Ne Réveillez Pas Un Flic Qui Dort", celle de la mini-série "Cinéma" que Delon a tourné pour TF1 en 1988 ( et qui ne fut certainement pas sans conséquences sur l'image que l'acteur a véhiculé ), Mr Gravlax parlera de tous les films de Delon dans les années 1990, leur conception, les observations personnelles de votre hôte, les critiques reçues et le bilan de chacun de ces métrages.

    Découpage de l'épisode :

    - De 2'' à 5'’07’'' : Introduction ;
    - De 5’’07’’’ à 22''09''' : « Parole de flic » de José Pinheiro ;
    - De 22''09'''à 30’’52’’’ : « Le Passage » de René Manzor ;
    - De 30’’52’’’ à 57’’15’’’ : La mini-série « Cinéma » de Philippe Lefebvre ;
    - De 57''15''' à 1'20''22''' : « Nouvelle Vague » de Jean-Luc Godard ;
    - De 1'20''22''' à 1'41''10''' : « Dancing Machine » de Gilles Béhat ;
    - De 1'41''10''' à 2'08''47''' : « Le Retour de Casanova » d’Édouard Niermans ;
    - De 2'08''47''' à 2'27''49''' : « Un Crime » de Jacques Deray ;
    - De 2'27''49''' à 2'47''36''' : « L’Ours en Peluche » de Jacques Deray ;
    - De 2'47''36''' à 2'52''36''' : « Les Cent et Une Nuits de Simon Cinéma » d’Agnès Varda ;
    - De 2'52''36''' à 3'03''04''' : « Le Jour et La Nuit » de Bernard-Henri Lévy ;
    - De 3'03''04''' à 3'07''45''' : « Les Acteurs » de Bertrand Blier ;
    - De 3'07''45''' à 3'15''27''' : Conclusion

    Crédits Musique :

    Générique de fond du podcast Pellicules et Pourritures Nobles : « Regrets » par Jean-Félix Lalanne (B.O. du film "Le Passage")
    Générique de la mini-série "Cinéma" par Jean-Marie Sénia
    Générique du film "Dancing Machine" : "Supernature" de Marc Cerrone ( https://www.youtube.com/watch?v=cJ5V3OZdIZM )
    Générique du film "Le Retour de Casanova" par Michel Portal et Bruno Coulais
    Générique du film "Un Crime" par Frédéric Botton
    Générique du film "L'Ours en Peluche" par Romaro Musumarra
    Générique du film "Le Jour et La Nuit" : Extrait de "Night & Day" d'Ella Fitzgerald ( https://www.youtube.com/watch?v=PEM_63_P0CY )
    Outro : "I Don't Know" interprétée par Alain Delon et Phyllis Nelson ( https://www.youtube.com/watch?v=Bfy0DgDiLcM )

    Interview d’Alain Delon au JT d’Antenne 2 pour « Le Passage » de René Manzor :
    https://www.youtube.com/watch?v=tufK5o1yLVA

    Cinéma Cinémas avec Delon sur le tournage de « Nouvelle Vague » de Jean-Luc Godard :
    https://www.youtube.com/watch?v=7AdLGESuCbA

    Reportage de France 3 sur le tournage du « Retour de Casanova » :
    http://www.ina.fr/video/MOC9205120037

    Interview de Jacques Deray au JT de France 2 pour « Un Crime » :
    https://www.youtube.com/watch?v=EHuwNHM_L0U

    Épisode de "Mange Tes Navets" sur "Le Jour et la Nuit" de BHL, "L'ARTHROSE DE LAUREN BACALL" :
    https://www.youtube.com/watch?v=NeXSSzsyeJA

    • 3 hrs 19 min
    Épisode 02 - "NE RÉVEILLEZ PAS UN FLIC QUI DORT" de José PINHEIRO (1988) / Y’a-t-il un flic pour sauver la Police ?

    Épisode 02 - "NE RÉVEILLEZ PAS UN FLIC QUI DORT" de José PINHEIRO (1988) / Y’a-t-il un flic pour sauver la Police ?

    Dans ce troisième épisode de Pellicules et Pourritures Nobles, Mr GRAVLAX décortique ce qui fut le dernier polar mettant en scène un Alain Delon « justicier », à savoir « Ne réveillez pas un flic qui dort » réalisé par José Pinheiro ( 1988 ).

    Le trio « Delon – Pinheiro – Fajardie » avait déjà fait équipe en 1985 sur « Parole de flic » qui représentait, avec déjà des imperfections, l’apogée du Delon commercial ( et donc un des derniers gros succès auprès du public de l’acteur ). Cependant, les multiples défauts de « Ne réveillez pas… » réhaussent la vision de « Parole de flic » ainsi que son niveau. Si l’on prend les deux films en miroir, « Parole de flic » remporte largement la mise.
    À partir du roman à l’origine du métrage ( « Clause de Style », Frédéric Fajardie, 1984 ) et d’autres documents, Mr Gravlax amène sans prétention aucune quelques pistes pour voir ce qui aurait pu l’améliorer ou lui donner plus d’ampleur.

    Le visionnage de « Ne réveillez pas un flic qui dort » est toujours intéressant si on laisse son premier degré au vestiaire. À ce titre, il a pleinement sa place dans la vidéothèque de « Pellicules et Pourritures Nobles ». Mr Gravlax vous souhaite une bonne écoute.

    Découpage de l'épisode :
    - De 2'' à 24'14'' : Introduction, contexte et présentation de l'équipe du film ;
    - De 24’14’’ à 2'30''15''' : Déroulé et analyse du film ;
    - De 2'30''15'''à 2'43’’35’’’ : Suppléments et bonus ;
    - De 2'43’’35’’’ à la fin : Critiques et avis sur le film et Outro.

    Crédits Musique :
    Générique du film par Pino Marchese / Final : Morceau "Jennifer Grindel" de Pino Marchese
    Générique de fond du podcast Pellicules et Pourritures Nobles : « Regrets » par Jean-Félix Lalanne (B.O. du film "Le Passage")
    Générique de fond de la rubrique « Équipe du film » : « Khmer » de Nils Petter Molvaer
    Générique de fond de la rubrique « Suppléments et Bonus » : « Breakdown Suite » par Serge Gainsbourg (B.O. Du film « Si j'étais espion »)
    Générique de fond de la rubrique « Avis » : « Pop Mod » par Claude Bolling (B.O. du film "Le Magnifique").

    Lien Bande-Annonce du film :
    https://www.youtube.com/watch?v=yuQtogcoXKE

    Quelques œuvres du peintre Roland Cat, dont Grindel est amateur dans le roman :
    https://www.google.fr/search?q=roland+cat+peintre&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwiD2N3MlMfVAhWDa1AKHbUdBakQ_AUICigB&biw=1600&bih=794

    Lien Reportage JT Antenne 2 Leymergie – Delon :
    http://www.ina.fr/video/CAB88024065
    https://www.youtube.com/watch?v=qbKfKH5mI9U

    Sketch des Inconnus « Cinéma, Cinémas » :
    https://www.youtube.com/watch?v=kpVnkCa9Ov4

    Lien iTunes B.O. « Ne Réveillez Pas Un Flic Qui Dort » de Pino Marchese :
    https://itunes.apple.com/us/album/le-meilleur-des-ann%C3%A9es-80-best-cin%C3%A9ma-ne-r%C3%A9veillez/id481615444

    • 3 hrs 19 min

Customer Reviews

5.0 out of 5
1 Rating

1 Rating

Top Podcasts In Télévision et cinéma

2 Heures de Perdues
PARDON LE CINÉMA
A24
We Love Cinema
iHeartPodcasts
CAPTURE MAG