49 min

S2E1 - Santé mentale et addictions - Kristel Piani Contre-addictions par Rose

    • Médecine parallèle

🎙 Pour ce premier épisode de la Saison 2 de Contre-addictions, nous faisons le point sur les liens entre santé mentale et addictions avec Kristel Piani, psychologue clinicienne addictologue.
💬 "C'est comme ça souvent qu'arrive l'addiction, que vient se placer l'addiction sur la psychiatrie qui était déjà là. C'est parce que ça sert à quelque chose. L'être humain est maso mais n'est pas complètement stupide. Si ça nous sert à rien, on ne le fait pas."
Aujourd’hui, nous plongeons à la découverte des liens profonds entre l'addiction et les tourments de l'âme. Dans le langage médical et psychiatrique, on nomme cela la comorbidité. Ce terme peu poétique désigne la présence simultanée de deux ou plusieurs troubles de natures différentes, mais qui coexistent dans la même personne. Et en matière de santé mentale et d’addiction, la comorbidité est courante : En effet, la présence d'un trouble de la santé mentale ou d’une neurodivergence (Bipolarité, schizophrénie, personnalité borderline, TDAH, HPI, HPE, hypersibilité, pour ne citer que les plus répandus) peut augmenter considérablement le risque de développer une addiction en raison de la vulnérabilité intrinsèque de la personne. Mais ce qui nous intéresse surtout aujourd’hui, c’est de savoir comment et pourquoi ces personnes trouvent souvent un soulagement à court ou long terme dans la prise de substances psychoactives. C’est ce qu’on appelle l’automédication. Elle est insidieuse, parce que progressive, et souvent inconsciente, surtout si l’on ignore le trouble qui se cache derrière cette dépendance. Quand on se sent bancal toute notre vie, et qu’on découvre une béquille sur laquelle s’appuyer, on ne la lâche pas de sitôt. Pire, on la chérit. Jusqu’à ce que la solution devienne le problème.
Kristel Piani, psychologue clinicienne addictologue depuis près de 15 ans affirme n’avoir jamais connu un patient addict qui ne soit pas atteint d’un trouble psy quelconque. L’addiction ne serait donc qu’un symptôme d’un trouble de la santé mentale ? Tout comme Kristel, j’en suis convaincue.
Comment certaines substances et comportements ont-ils permis de masquer ou de compenser des troubles de la santé mentale et neurodiversités durant des années, faute de juste diagnostic ? Comment endiguer cette automédication de masse ? Quelles solutions apporter aux enfants et adolescents avant qu’ils ne se dirigent eux aussi vers des produits qui apaiseraient leur souffrance ?
Ce podcast est produit par Double Monde Création et Rose
💌 Contre-addictions : @contreaddictionspodcast
💌 Rose : @rosekeren
💌 Agence Double Monde : @doublemonde_podcast


Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.

🎙 Pour ce premier épisode de la Saison 2 de Contre-addictions, nous faisons le point sur les liens entre santé mentale et addictions avec Kristel Piani, psychologue clinicienne addictologue.
💬 "C'est comme ça souvent qu'arrive l'addiction, que vient se placer l'addiction sur la psychiatrie qui était déjà là. C'est parce que ça sert à quelque chose. L'être humain est maso mais n'est pas complètement stupide. Si ça nous sert à rien, on ne le fait pas."
Aujourd’hui, nous plongeons à la découverte des liens profonds entre l'addiction et les tourments de l'âme. Dans le langage médical et psychiatrique, on nomme cela la comorbidité. Ce terme peu poétique désigne la présence simultanée de deux ou plusieurs troubles de natures différentes, mais qui coexistent dans la même personne. Et en matière de santé mentale et d’addiction, la comorbidité est courante : En effet, la présence d'un trouble de la santé mentale ou d’une neurodivergence (Bipolarité, schizophrénie, personnalité borderline, TDAH, HPI, HPE, hypersibilité, pour ne citer que les plus répandus) peut augmenter considérablement le risque de développer une addiction en raison de la vulnérabilité intrinsèque de la personne. Mais ce qui nous intéresse surtout aujourd’hui, c’est de savoir comment et pourquoi ces personnes trouvent souvent un soulagement à court ou long terme dans la prise de substances psychoactives. C’est ce qu’on appelle l’automédication. Elle est insidieuse, parce que progressive, et souvent inconsciente, surtout si l’on ignore le trouble qui se cache derrière cette dépendance. Quand on se sent bancal toute notre vie, et qu’on découvre une béquille sur laquelle s’appuyer, on ne la lâche pas de sitôt. Pire, on la chérit. Jusqu’à ce que la solution devienne le problème.
Kristel Piani, psychologue clinicienne addictologue depuis près de 15 ans affirme n’avoir jamais connu un patient addict qui ne soit pas atteint d’un trouble psy quelconque. L’addiction ne serait donc qu’un symptôme d’un trouble de la santé mentale ? Tout comme Kristel, j’en suis convaincue.
Comment certaines substances et comportements ont-ils permis de masquer ou de compenser des troubles de la santé mentale et neurodiversités durant des années, faute de juste diagnostic ? Comment endiguer cette automédication de masse ? Quelles solutions apporter aux enfants et adolescents avant qu’ils ne se dirigent eux aussi vers des produits qui apaiseraient leur souffrance ?
Ce podcast est produit par Double Monde Création et Rose
💌 Contre-addictions : @contreaddictionspodcast
💌 Rose : @rosekeren
💌 Agence Double Monde : @doublemonde_podcast


Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.

49 min