11 épisodes

L'Agenda Culturel de Beyrouth vous présente "Yaané ?", sa première chaîne de podcasts.

En 2021, Ella Morand et Leslie Saliba ont créé et hosté la première série intitulée "Yaané ? Précise ta pensée", le podcast qui va à la rencontre des jeunes artistes au Liban.

En 2022, Sarah Younan crée la seconde série quant à elle intitulée "Yaané ? Aux confins des identités" : cinq fragments de vie, cinq voix s’élèvent et nous entraînent aux confins des identités, là où se dévoile et se tisse le Liban de chaque Libanais.

Yaané ? Aux confins des identités Agenda Culturel

    • Culture et société
    • 5,0 • 2 notes

L'Agenda Culturel de Beyrouth vous présente "Yaané ?", sa première chaîne de podcasts.

En 2021, Ella Morand et Leslie Saliba ont créé et hosté la première série intitulée "Yaané ? Précise ta pensée", le podcast qui va à la rencontre des jeunes artistes au Liban.

En 2022, Sarah Younan crée la seconde série quant à elle intitulée "Yaané ? Aux confins des identités" : cinq fragments de vie, cinq voix s’élèvent et nous entraînent aux confins des identités, là où se dévoile et se tisse le Liban de chaque Libanais.

    #4 - Sur les voies de l'émancipation

    #4 - Sur les voies de l'émancipation

    Fort de ses pluralités, le Liban arrive difficilement à surmonter les différences sur lesquelles il repose pourtant. En 2019, la révolution ou thawra s’était érigée en trait d’union entre les citoyens de tous les horizons. Mais les nombreuses épreuves et la quasi-faillite que le pays subit depuis ont ralenti le mouvement.
    Le Liban s’est à nouveau divisé pour mal régner. Pour rompre le mauvais sort, une majorité de Libanais, arrimés comme souvent à leur espoir, misait gros sur les élections législatives. Ces dernières s’étant tenues, elles ouvrent les portes d’un changement et l’espoir d’un nouvel élan sociétal. En cela, il est plus que jamais nécessaire d’ausculter sous toutes ses coutures la nation libanaise et comprendre pourquoi il semble si difficile pour elle de faire société.

    Cette semaine, l'Agenda Culturel tend son micro à Sara Thebian, étudiante en droit à l’Université St Joseph de Beyrouth. Son Liban a elle n’est certainement pas le même que celui de ses camarades de fac. Originaire du Chouf, cette jeune druze de 21 ans n’a pas eu besoin de quitter le pays pour ne plus se sentir chez elle. En posant le pied à Beyrouth, c'est un tout autre monde qui s’ouvrait à elle, avec la drôle sensation d’être étrangère dans son propre pays.

    • 20 min
    #3 - La révolution des consciences

    #3 - La révolution des consciences

    Fort de ses pluralités, le Liban arrive difficilement à surmonter les différences sur lesquelles il repose pourtant. En 2019, la révolution ou thawra s’était érigée en trait d’union entre les citoyens de tous les horizons. Mais les nombreuses épreuves et la quasi-faillite que le pays subit depuis ont ralenti le mouvement. 
    Le Liban s’est à nouveau divisé pour mal régner. Pour rompre le mauvais sort, une majorité de Libanais, arrimés comme souvent à leur espoir, misait gros sur les élections législatives. Ces dernières s’étant tenues, elles ouvrent les portes d’un changement et l’espoir d’un nouvel élan sociétal. En cela, il est plus que jamais nécessaire d’ausculter sous toutes ses coutures la nation libanaise et comprendre pourquoi il semble si difficile pour elle de faire société.

    Cette semaine, l'Agenda Culturel tend son micro à Suzanne Abdul-Reda, professeur et chercheuse en science de l’éducation à l’Université publique de la Pédagogie de Beyrouth. Issue d’une famille bi-confessionnelle, chiite et chrétienne, elle a tout de suite su s’affranchir des diktats politico-religieux et se forger un esprit libre et indépendant. La révolution fut un véritable moment de grâce où les barrières sont devenues des ponts et où pour une fois “l’espace public est devenu nôtre”. C’est dans cette action sociale qu’elle puise son énergie pour fonder une société libanaise égalitaire et horizontale.

    • 25 min
    #2 - Dis-moi comment tu parles, je te dirai qui tu es

    #2 - Dis-moi comment tu parles, je te dirai qui tu es

    Cette semaine, l'Agenda Culturel tend son micro à Amin Jules Iskandar, architecte et président de l’association Tur Levnon qui promeut la langue syriaque. Pour lui nul doute, en oubliant notre langue originelle, nous avons abandonné notre identité. “Quand un peuple n’ose plus défendre sa langue, il est mûr pour l’esclavage”, Rémy de Gourmont.  

    À la fois fort de ses pluralités, le Liban ne semble pas arriver à surmonter les différences sur lesquelles il repose pourtant. En 2019, la révolution ou thawra s’était érigée un bref instant en trait d’union entre les citoyens de tout horizon. Mais le naturel est revenu au galop et avec lui les dissensions. Chacun est retourné dans son carcan familier, protégé de l'altérité. Le Liban s’est à nouveau divisé pour mal régner. À l’approche des élections législatives de mai, il est plus que jamais nécessaire d’ausculter sous toutes ses coutures la nation libanaise et comprendre pourquoi il est si difficile pour elle de faire société.

    • 30 min
    #1 - Les tabous forgent l'identité

    #1 - Les tabous forgent l'identité

    Cette semaine, l'Agenda Culturel tend son micro à Christelle Younes, cofondatrice de la boîte de production Bee On Set productions et productrice exécutive du long métrage Aa Amal Tiji de George Barabi. Sa participation au film a déclenché pour la trentenaire une prise de conscience inédite qui a profondément et irrémédiablement transformé sa vision d'elle-même et de la société libanaise. Un vent de liberté qu’elle veut répandre sur toute la société libanaise.

    À la fois fort de ses pluralités, le Liban ne semble pas arriver à surmonter les différences sur lesquelles il repose pourtant. En 2019, la révolution ou thawra s’était érigée un bref instant en trait d’union entre les citoyens de tout horizon. Mais le naturel est revenu au galop et avec lui les dissensions. Chacun est retourné dans son carcan familier, protégé de l'altérité. Le Liban s’est à nouveau divisé pour mal régner. C'est pourquoi, à l’approche des élections législatives de mai, il est plus que jamais nécessaire d’ausculter sous toutes ses coutures la nation libanaise et comprendre pourquoi il est si difficile pour elle de faire société.

    • 21 min
    #7 - John Achkar, humoriste

    #7 - John Achkar, humoriste

    On a bien rigolé cette semaine en compagnie de John Achkar, humoriste et entrepreneur. Il revient sur ses premières scènes, ses premiers flops, ses meilleurs sketchs mais également sur son processus de création et ses projets parallèles à la scène.

    • 42 min
    #6 - Aurélien Zouki, co-fondateur du Collectif Kahraba

    #6 - Aurélien Zouki, co-fondateur du Collectif Kahraba

    Nous rencontrons cette semaine Aurélien Zouki, co-fondateur du Collectif Kahraba et de la Hammana Artist House. Il nous présente les grands projets de ces deux institutions, incontournables sur la scène culturelle libanaise, qui œuvrent à la démocratisation et à la décentralisation culturelles.

    • 42 min

Avis

5,0 sur 5
2 notes

2 notes

Classement des podcasts dans Culture et société

Fifty States — un Podcast Quotidien
Quotidien
Affaires sensibles
France Inter
Le 7h00 de Brut.  
Brut.
Folie Douce, libérer la parole sur la santé mentale
Lauren Bastide
Les Pieds sur terre
France Culture
Transfert
Slate.fr Podcasts