84 episodes

Le balado consacré à la culture et à l’entretien des plantes comestibles

Radio légumes & Cie Bertrand Dumont

    • Leisure
    • 5.0 • 17 Ratings

Le balado consacré à la culture et à l’entretien des plantes comestibles

    Les terrestres charançons et les mouches volantes

    Les terrestres charançons et les mouches volantes

    /*! elementor - v3.9.0 - 06-12-2022 */

    .elementor-widget-text-editor.elementor-drop-cap-view-stacked .elementor-drop-cap{background-color:#818a91;color:#fff}.elementor-widget-text-editor.elementor-drop-cap-view-framed .elementor-drop-cap{color:#818a91;border:3px solid;background-color:transparent}.elementor-widget-text-editor:not(.elementor-drop-cap-view-default) .elementor-drop-cap{margin-top:8px}.elementor-widget-text-editor:not(.elementor-drop-cap-view-default) .elementor-drop-cap-letter{width:1em;height:1em}.elementor-widget-text-editor .elementor-drop-cap{float:left;text-align:center;line-height:1;font-size:50px}.elementor-widget-text-editor .elementor-drop-cap-letter{display:inline-block}  Cette émission est une présentation de Garant, créateur des outils Botanica.















    /*! elementor - v3.9.0 - 06-12-2022 */

    .elementor-widget-image{text-align:center}.elementor-widget-image a{display:inline-block}.elementor-widget-image a img[src$=".svg"]{width:48px}.elementor-widget-image img{vertical-align:middle;display:inline-block}























    Les charançons sont terrestres alors que les mouches sont aériennes. Par contre, toutes deux font des dommages aux racines, aux tiges et aux fruits qui peuvent être parfois confondus.Les charançonsLa présence des charançons se manifeste sur les racines par de minuscules tunnels qui s’enfoncent plus ou moins profondément dans les tissus. Les racines sont alors partiellement mangées. Avec certaines espèces, les feuilles sont plus ou moins dévorées et avec d’autres les fruits sont troués.Bien que chaque espèce ait ses spécificités, on peut brosser un portrait général des charançons. Leurs œufs sont blancs à la ponte, puis jaunâtre brunâtre ou noirs selon les espèces. Les larves ont des têtes brun pâle et un corps blanc crème et sans pattes. Celui-ci peut porter des lignes et des points de différentes couleurs. Les adultes ont un corps brun rougeâtre ou noir, parfois recouvert de poils robustes, parfois d’écailles. Le rostre, une pièce buccale allongée et pointue prolongée par un bec ou un suçoir et qui sert à l’insecte pour se nourrir, est long.Les charançons infestent les racines des carottes, céleris, panais, navets, aneths et persils; les feuilles et les graines des haricots, des pois et de plusieurs légumineuses; les fruits des poivrons, aubergines, tomates, cerises, pommes, prunes, bleuets en corymbe, poires et amélanchiers.Pour le cycle de vie, il faut différencier les charançons des fruits des charançons des racines.Les charançons des fruits peuvent produire plusieurs générations par année selon les conditions climatiques. Toutefois, certains insectes ne survivent pas aux hivers du Québec ce qui peut réduire le nombre de générations. Les œufs sont pondus à l’intérieur des bourgeons floraux et des jeunes fruits. Ils éclosent de 3 à 5 jours plus tard, donnant naissance à des larves qui perforent un trou, ce qui leur donne accès à l’intérieur des jeunes fruits afin de s’alimenter. Pendant environ 2 semaines, les larves consomment la chair ainsi que les graines des fruits. Arrivés à maturité, ils se transforment en pupes qui évoluent rapidement vers de nouveaux adultes. Le développement complet d’une génération se fait en général en 6 semaines.Les charançons des racines produisent 1 à 2 générations par année. Les adultes hibernent dans le sol et quand ils sortent au printemps, ils se nourrissent de feuilles.

    • 25 min
    Les maladies des taches foliaires: des formes différentes, une prévention commune

    Les maladies des taches foliaires: des formes différentes, une prévention commune

    Cette émission est une présentation de Bionik, une gamme d’engrais et de composts certifiés 100 % biologiques et produits au Québec.







































    L’apparition de petites taches sur les feuilles des légumes ou des fruitiers fait souvent monter le stress des jardiniers. Pourtant, les maladies des taches foliaires sont le plus souvent sans conséquences graves. Elles mènent généralement à un petit ralentissement de la végétation, sans entraîner de problèmes majeurs. Les formes les plus graves peuvent détruire quelques feuilles, en général proches du sol, et attaquent rarement les jeunes feuilles.Inutile de chercher à identifier avec précision les responsables de ces maladies, car il y en a plusieurs. La maladie la plus commune est l’alternariose. Toutefois, les maladies des taches foliaires peuvent être provoquées par la maladie de la tache alternarienne, la maladie de la tache ramularienne, la maladie de la tache stemphylienne, la maladie de la tache ascochytique ou de la cercosporose.Quelle que soit l’origine de ces maladies, elles se manifestent de façon assez semblable. On observe des taches de différentes grandeurs, réparties aléatoirement sur le limbe et parfois sur la marge des feuilles. Il peut s’agir :de taches brunes au contour diffus distribuées aléatoirement sur le limbe;de taches circulaires à irrégulières ou concentriques, grises à brun foncé, à noires;de taches ovales ayant un centre beige à brun clair bordé d’une marge pourpre;de taches angulaires, brun pâle avec un halo brun foncé;de petites taches humides brun foncé, plutôt ovales à angulaires,de petites taches circulaires brun foncé puis plus pâle qui prennent une coloration gris foncé à noires.Le cycle vital de ces maladies est assez similaire. Si certaines présentent des différences, cela ne change en rien les mesures de prévention et de contrôle. Les champignons pathogènes hivernent dans les résidus de culture, les mauvaises herbes et certaines plantes hôtes sensibles. Au printemps, ils produisent des spores qui sont ensuite dispersées par le vent et l’eau, les insectes, les équipements et les travailleurs. L’eau est un facteur important de dissémination, les spores atteignant les feuilles basses grâce aux éclaboussures provoquées par les pluies ou l’irrigation. Les maladies sont favorisées par de longues périodes humides, au moins 8 heures, et une température supérieure entre 18 °C et 20 °C selon le parasite. Certaines maladies sont aussi entraînées par l’alternance de conditions sèches et humides. Les symptômes apparaissent 2 à 3 jours après l’infection. Plusieurs cycles de nouvelles infections par saison sont souvent observés. En fin de saison ce sont les spores présentes sur les lésions foliaires qui contaminent le sol.Les plantes infectées par les maladies des taches foliaires sont les betteraves, les bettes à carde, les carottes, les cerises de terre, les choux, les concombres, les courges, les courgettes, les épinards, les haricots, les melons, les navets, les piments, les pois, les poivrons, les pommes de terre, les roquettes et les tomates.S’il est possible de contrôler les maladies des taches foliaires en utilisant un fongicide à base de prêle, du bicarbonate de soude ou de la bouillie bordelaise, à base de cuivre, les mesures de prévention sont les plus efficaces.Comme les spores hivernent dans le sol, on pratique la rotation de...

    • 16 min
    Les acariens : des araignées jaunes ou rouges microscopiques

    Les acariens : des araignées jaunes ou rouges microscopiques

    Cette émission est une présentation de Bionik, une gamme d’engrais et de composts certifiés 100 % biologiques et produits au Québec.











































    Plus connus sous le nom d’araignées jaunes ou rouges, les acariens sont des arachnoïdes, et donc pas des insectes, souvent invisibles à l’œil nu. Ils dévoilent leur présence par les toiles et leurs symptômes, parfois, mais plus rarement par leur grand nombre.Les acariens se manifestent par un feuillage qui prend une teinte bronzée, jaune ou grisâtre. En cas d’infestation sévère, les feuilles jaunissent. Sous les feuilles on peut observer de très fines toiles d’araignée et de très petits points. Il est plus facile de les voir avec une loupe.Les acariens ont des œufs sphériques, lisses, translucides ou jaune pâle. Les larves ont une forme ovale et quatre paires de pattes. Le corps des adultes, qui mesure de 0,4 à 0,5 mm, est ovale, jaune, rouge, parfois orangé, avec des points noirs selon les espèces.Les acariens infestent les concombres, les courges, les courgettes, les aubergines, les haricots, les melons et les pois. Du côté des fruitiers, ce sont les fraisiers, les framboisiers, les houblons et les pommes.Leur cycle de vie est de 4 à 6 générations par année. Les femelles fécondées hibernent généralement sous le couvert végétal alors que les mâles meurent à l’automne et n’hibernent pas. Au printemps de la mi-avril à la mi-mai, dès que la température atteint 12 °C, les femelles reprennent leur activité. Elles pondent sur le feuillage des plantes. Plus le temps est chaud, plus le développement est rapide, plus il y a de générations. Les araignées se nourrissent en piquant les feuilles et en suçant la sève. Les fins fils de soie facilitent les déplacements. En cas de populations élevées, le feuillage peut-être complètement recouvert d’une fine toile.On peut prévenir l’apparition des acariens en évitant les apports trop importants en azote, en laissant agir les insectes bénéfiques et en bannissant l’utilisation de pesticides de synthèse à large spectre. On peut contrôler une infestation en traitant le dessous des feuilles au savon insecticide ou au savon noir. Le soufre ou une préparation à base de prêle sont des fongicides, mais ils ont des effets bioacaricides. En mouillant régulièrement le dessous des feuilles, on crée de l’humidité, ce qui limite la reproduction et diminue donc de l’apparition de nouvelles générations. Finalement, on laisse agir les insectes bénéfiques naturels ou on en introduit.

    • 13 min
    Être (ou ne pas être) dans les prunes!

    Être (ou ne pas être) dans les prunes!

     Cette émission est une présentation de Garant, créateur des outils Botanica.







































    Les prunes ont une origine complexe et quelque peu mystérieuse. On pense qu’il s’agirait d’hybrides naturels qui seraient apparus dans les Balkans il y a plusieurs centaines de milliers d’années. Les pruniers japonais sont originaires de Chine, de Taiwan, ainsi que du nord du Laos, du Myanmar et du Viêtnam.Les paléontologues ont retrouvé des noyaux fossilisés de pruniers sauvages vieux de plus de 8 000 ans, dans les vallées du Rhin supérieur et du Danube. D’autres noyaux remontant au Néolithique, il y a entre 3 000 et 7 000 ans, ont été aussi mis au jour. À l’âge du bronze, il y a entre 1 200 à 3 000 ans, les pruniers étaient présents en Suisse, en Italie, en Allemagne et en Autriche.Il existe différentes formes de prunes. Les prunes américaines (La Crescent), les prunes européennes (Italienne, Mirabelle et Reine-Claude), les prunes japonaises (Brookred, Fofonoff, Shiro), les prunes hybrides (Toka) et les prunes-cerises (Dura, Kappa, Optata) dont la dimension des fruits se situe entre une grosse cerise et une petite prune. Les pruneaux sont des fruits séchés à partir d’une variété de prune particulière.La peau ou la chair des variétés de prunes peut être jaune, verte, rouge, bleue, noire et multicolore. La pulpe est moelleuse ou ferme. Le noyau est adhérent ou pas.Les pruniers demandent une pollinisation croisée. Celle-ci est difficile et elle est une source d’échec. Les meilleurs pollinisateurs sont le prunier américain, le prunier noir et le prunier japonais sous la forme d’espèce pure. Si l’espace est limité, on utilise 2 variétés qui fleurissent au même moment.Il faut attendre de 3 à 7 ans pour obtenir la mise à fruits des pruniers. Ce temps varie selon les formes et les variétés.Les prunes présentent une grande diversité de goût, les saveurs étant différenciées d’une variété à l’autre. Elles peuvent être croquantes ou très juteuses en passant par le farineux. Certaines sont très sucrées, d’autres sucrées-acidulées, et d’autres franchement acides.Les prunes sont une excellente source d’antioxydants, variable d’une variété à l’autre. Les composés sont différents entre les prunes à dominante jaune et celles à dominante rouge. Plus elles sont colorées de rouge, plus elles sont riches en antioxydants. Toutes les prunes contiennent des fibres alimentaires. Ce sont de très bonnes sources de fer et de vitamine B6, de bonne source de vitamines B2, B3, C, K, ainsi que de cuivre magnésium, manganèse et potassium.Ces plantes de plein soleil demandent un sol plus ou moins riche, meuble, frais et bien drainé. Elles sont moyennement gourmandes et moyennement assoiffées. Elles sont assez faciles à cultiver si on prend soin de planter les bonnes variétés pour la pollinisation.On choisit les variétés en s’assurant qu’elles ont les mêmes dates de maturation :* Maturité hâtive : BlackIce™, ‘Dura’, ‘Fofonoff’, ‘Kappa’, ‘La Crescent’ et ‘Pembina’* Maturité de mi-saison : ‘Brookgold’, ‘Convoy’, ‘Manor’, ‘Mirabelle’, ‘Reine Claude’, ‘Shiro’, ‘Superior’, ‘Toka’ et ‘Waneta’* Maturité tardive : ‘Brookred’, ‘Burbank’, ‘Italian’, ‘Opata’, ‘Sapa’ et ‘Stanley’On procède à la plantation de ces pruniers comme pour n’importe quel arbre et au cours de la ...

    • 29 min
    La forêt jardin : un écosystème comestible

    La forêt jardin : un écosystème comestible

    Cette émission est une présentation de Bionik, une gamme d’engrais et de composts certifiés 100 % biologiques et produits au Québec.











































    Qu’on lui donne les noms de jardin-forêt, de forêt jardin, de forêt fruitière, de forêt comestible ou de jardin verger, c’est à la fois un concept très ancien et relativement nouveau. Durant des millions d’années, les humains ont prélevé une partie de leur nourriture dans la forêt. Il n’y a que 10 000 à 12 000 ans qu’ils ont commencés à cultiver des végétaux. Avec le temps cette pratique de cueillette a été en grande partie oubliée, mais elle revient sous une nouvelle forme : la forêt jardin.Une forêt jardin est un système durable, autonome, résilient, productif sans avoir recours aux énergies fossiles, généralement sans besoins en eau (à l’exception des périodes de plantation) ni en engrais. Les objectifs d’un tel aménagement sont de produire localement des fruits, petits fruits, baies, légumes permanents, plus rarement éphémères, plantes aromatiques et médicinales, ainsi que des champignons. Ce n’est pas un concept rigide. Au contraire, il est ouvert et il en existe de nombreuses variantes aussi bien dans la conception que pour l’implantation.À quoi ressemble une forêt jardin? C’est un espace qui, selon les concepts, s’apparente à un verger organisé ou se rapproche d’une forêt ouverte.À première vue les concepts de forêt et de jardin semblent s’opposer. Il y a effectivement dualité. La forêt est un espace libre, plus ou moins nourricier, alors que le jardin et le verger sont organisés, travaillés et productifs. La forêt jardin s’inspire de la forêt sans en être une. C’est une forêt ouverte, un espace où le couvert forestier est moins dense que dans une forêt traditionnelle, les arbres sont très espacés, il y a des clairières, et les lisières sont riches en plantes de soleil. C’est donc principalement une forêt d’arbres et d’arbustes fruitiers à laquelle on ajoute d’autres plantes nourricières et des plantes utiles à l’équilibre de l’écosystème.Une forêt jardin s’organise généralement en strates. En partant du sol, on en distingue 3 :* La strate inférieure. Elle abrite des plantes permanentes ou éphémères, des couvre-sol et des champignons. On y plante donc des petits fruits rampants, des légumes, des fines herbes, des plantes pollinisatrices, des fleurs comestibles, des plantes grimpantes en couvre-sol, des plantes fixatrices d’azote, des plantes accumulatrices, des champignons exotiques au sol (sur bûche, sur paille, sur sciure, etc.) et on y laisse pousser les champignons sauvages;* La strate intermédiaire. Elle est composée de petits arbres, de gros arbustes et de grimpants. On y installe des arbres fruitiers nains et semi-nains, des arbustes fruitiers cultivés et sauvages, des arbustes à noix, des grimpants comestibles ainsi que de petits arbres, arbustes et grimpants fixateurs d’azote;* La strate supérieure. Aussi appelée canopée, elle est confectionnée avec de grands arbres. On y met en terre des fruitiers standards greffés et sauvages, des arbres à noix et des arbres fixateurs d’azote.On peut aussi l’organiser par couches. En partant du sol, on discerne les couches suivantes :* Racines : légumes racines, bulbes et tubercules* Couvre-sol : plantes permanentes basses, petits fruits bas* Éphémères : plantes comestibles,

    • 34 min
    Il ne faut pas confondre navets et rutabagas

    Il ne faut pas confondre navets et rutabagas

     Cette émission est une présentation de Sème-saveurs,  le spécialiste des plantes comestibles prêtes à planter.











































    Très souvent confondu, il existe bel et bien de différences marquées entre les navets et les rutabagas? Cela est principalement dû au fait que les appellations changent d’un pays ou d’une région à l’autre. Les navets ont un extérieur, blanc, parfois avec un collet rose, leur chair est généralement blanche, parfois jaune doré. Les feuilles sont disposées en rosette directement sur la racine. Les rutabagas ont la peau des racines jaunâtre et un collet brun. La chair est jaune foncé. Une très courte tige porte les feuilles.Le navet est originaire de nord de l’Europe. Il y est cultivé depuis plus de 4 000 ans. Le rutabaga a une drôle d’origine. C’est un croisement, spontané ou pas, on l’ignore, de navet et de chou frisé que l’on appelle aussi chou vert ou kale en anglais! Ces origines sont nébuleuses. Elles remonteraient à la fin du Moyen Âge, en Scandinavie où on les appelait rottabaggar.Les navets ont des racines rondes avec le dessus aplati. Ils peuvent être blanc et rose, totalement blancs, complètement jaunes ou totalement rouges. Il existe peu de variétés de rutabagas.Il faut de 35 à 60 jours après le semis avant de récolter les navets, et de 85 à 95 jours pour les rutabagas.Les navets ont un goût proche du radis, légèrement piquant, avec des notes d’ail chez certaines variétés. Crus, ils sont croquants, cuits, ils sont tendres. Les rutabagas ont un goût assez prononcé, des arômes puissants et des notes terreuses. Plus ils sont jeunes, plus ils sont doux!Les navets renferment des antioxydants de la vitamine C et des fibres alimentaires. Les rutabagas sont riches en vitamine C, et une source de minéraux et d’oligo-éléments et ils contiennent notamment de vitamine B1 et B9.Navets et rutabagas sont des légume-racines éphémères qui demandent le plein soleil et une terre légère. Ce sont des plantes gourmandes et moyennement assoiffées, assez faciles à cultiver.On sème ces légumes au printemps, directement au jardin potager, dès qu’il est possible de travailler le sol. Une température du sol de 15 °C leur convient. Le semis se fait à la volée ou en ligne. On enterre les graines à environ 1 cm de profondeur. La levée a lieu au bout de 4 à 8 jours, quand les plantes ont développé deux feuilles vraies, on éclaircit de manière à laisser 10 cm autour de la plante pour les navets et 15 cm pour les rutabagas.Pour les variétés de navets à maturité rapide, on peut semer à la fin de l’été pour une récolte automnale. Ce n’est pas possible pour les rutabagas, beaucoup plus longs à arriver à maturité.On peut cultiver les navets et les rutabagas en association avec les carottes, les choux de Bruxelles, les haricots, les oignons verts et les panais, ainsi que les ciboulettes et les romarins.Les navets ou les rutabagas en pot peuvent être cultivés dans des pots de 20 cm de profondeur et de ± 20 cm de diamètre. Ils ont besoin de 3 litres de mélange par plant.On devrait faire 1 ou 2 apports d’engrais naturel au cours de l’été. Les arrosages doivent être réguliers, mais sans excès.Les insectes ravageurs les plus problématiques sont les altises. On observe aussi des charançons, des a style="color: #008000;" href="https://radiolegumes.com/%ef%bf%bcpierides-du-chou-fausse-arpenteuses-du-chou-et-fausse-teignes-...

    • 23 min

Customer Reviews

5.0 out of 5
17 Ratings

17 Ratings

Top Podcasts In Leisure

Clutterbug™
Critical Role
Studio71
Trash Taste Podcast
urbn podcasts
Rooster Teeth