15 min

#15 - Laurent Mignard - Révéler les talents Micro des Argonautes

    • Entreprenariat

Laurent Mignard est compositeur, chef d’orchestre et trompettiste de jazz. Spécialiste internationalement reconnu de Duke Ellington, il nous transmet les préceptes du Duke dans la conduite du collectif.

Le management en entreprise a bien des choses à apprendre de la conduite d’un orchestre. « Le chef d’orchestre n’est pas le meilleur musicien, ça n’est pas ce qu’on attend de lui. Son rôle n’est pas d’apprendre aux musiciens leur métier mais d’imaginer l’endroit où on veut aller collectivement, et de créer les conditions pour que les musiciens aient envie d’y aller, sans donner d’ordres. » Une mission qui requiert une grande qualité d’écoute et de générosité, ainsi qu’un travail sur la posture.

« Duke Ellington disait à ses musiciens “Faîtes une ou deux choses bien, et laissez le reste aux autres”. Ainsi, il créait un terreau fertile pour que chacun de ses musiciens apporte son génie au collectif. Plus ils étaient reconnus dans leurs zones de force, plus Ellington en tirait profit. », résume le spécialiste.

Laurent Mignard apporte également sa vision de l’improvisation : « L’improvisation est réussie lorsqu’il se passe quelque chose et qu’on va dans un endroit que nous n’avions pas imaginé. L’Homme n’est jamais aussi créatif que lorsqu’il se pose aux frontière du chaos. C’est en se mettant délibérément en danger qu’on va puiser dans nos ressources. Cela passe par une acceptation inconditionnelle : le droit à l’erreur. N’oublions jamais qu’avant de marcher, on est tombé un sacré paquet de fois. »

Retrouvez Laurent Mignard sur LinkedIn pour en savoir plus sur le management collaboratif de Duke Ellington.

Laurent Mignard est compositeur, chef d’orchestre et trompettiste de jazz. Spécialiste internationalement reconnu de Duke Ellington, il nous transmet les préceptes du Duke dans la conduite du collectif.

Le management en entreprise a bien des choses à apprendre de la conduite d’un orchestre. « Le chef d’orchestre n’est pas le meilleur musicien, ça n’est pas ce qu’on attend de lui. Son rôle n’est pas d’apprendre aux musiciens leur métier mais d’imaginer l’endroit où on veut aller collectivement, et de créer les conditions pour que les musiciens aient envie d’y aller, sans donner d’ordres. » Une mission qui requiert une grande qualité d’écoute et de générosité, ainsi qu’un travail sur la posture.

« Duke Ellington disait à ses musiciens “Faîtes une ou deux choses bien, et laissez le reste aux autres”. Ainsi, il créait un terreau fertile pour que chacun de ses musiciens apporte son génie au collectif. Plus ils étaient reconnus dans leurs zones de force, plus Ellington en tirait profit. », résume le spécialiste.

Laurent Mignard apporte également sa vision de l’improvisation : « L’improvisation est réussie lorsqu’il se passe quelque chose et qu’on va dans un endroit que nous n’avions pas imaginé. L’Homme n’est jamais aussi créatif que lorsqu’il se pose aux frontière du chaos. C’est en se mettant délibérément en danger qu’on va puiser dans nos ressources. Cela passe par une acceptation inconditionnelle : le droit à l’erreur. N’oublions jamais qu’avant de marcher, on est tombé un sacré paquet de fois. »

Retrouvez Laurent Mignard sur LinkedIn pour en savoir plus sur le management collaboratif de Duke Ellington.

15 min