6 épisodes

René, 67 ans, raconte à sa fille Nina ses années 52-62, ses années algériennes, celles de l'enfance et de la guerre. En cinq épisodes, il fait appel à ses sens pour se souvenir de ce que ses yeux d’enfant ont vu, de ce que son nez sentait, de ce qu’il mangeait et ne mange plus, de ce que ses mains saisissaient pour jouer, de ce que son corps ressentait sous le soleil oranais, les langues mêlées qu’il entendait au marché, les bruits sourds des armes et, parfois, des larmes.

«52-62, mon enfance en Algérie», un podcast Slate.fr par Nina Pareja.

52-62, mon enfance en Algérie Slate.fr

    • Histoire
    • 4.9, 93 notes

René, 67 ans, raconte à sa fille Nina ses années 52-62, ses années algériennes, celles de l'enfance et de la guerre. En cinq épisodes, il fait appel à ses sens pour se souvenir de ce que ses yeux d’enfant ont vu, de ce que son nez sentait, de ce qu’il mangeait et ne mange plus, de ce que ses mains saisissaient pour jouer, de ce que son corps ressentait sous le soleil oranais, les langues mêlées qu’il entendait au marché, les bruits sourds des armes et, parfois, des larmes.

«52-62, mon enfance en Algérie», un podcast Slate.fr par Nina Pareja.

Avis d’utilisateurs

4.9 sur 5
93 notes

93 notes

samir H 1 ,

Touchant et intelligent témoignage

Je suis algérien né en Algérie indépendante. Je vis en France depuis 20 ans
J’ai trouvé ce témoignage plein de sensibilité, sincère et intelligent.
Même ayant grandi dans un autre environnement,j’ai retrouvé plein de similitudes que ce soit pour la vie en Algérie ou l’arrivée et la vie en France.
Merci beaucoup pour ce partage et ce témoignage d’humanité. C’est vivifiant
Samir

JulieHega ,

Somptueuse mémoire

Je ne sais que très peu de chose de l’Algérie, et encore moins de cette guerre qui reste un immense tabou aujourd’hui.
À travers ce podcast j’ai découvert mon histoire, non pas strictement la mienne, mais celle que j’ai en partage avec sept milliards d’autres êtres. Quelle joie d’y accéder de la manière la plus intense qui soit. Rien ne vaut l’intimité, nous n’inventerons jamais plus. Je n’ai pas de mot. Juste une écoute silencieuse du monde à travers ces 5 épisodes.
J’ai été submergée par une émotion inconnue. La vague de quelque chose en moi qui se reconnaît quelque part, ailleurs et qui agit comme un rappelle du mystère que constitue la mémoire.

Merci.

oLudivine ,

Transporté par un récit de qualité !

Le premier épisode m’a transporté et j’ai hâte d’écouter la suite. Cela me donne envie d’interroger mon père sur son enfance, qu’il me raconte aussi par les sens le pays où il a grandi sa culture nigériane que je ne connais que trop peu. Une très belle découverte, et merci pour la qualité de ce podcast !

Classement des podcasts dans Histoire

D’autres se sont aussi abonnés à

Plus par Slate.fr