15 épisodes

ASI, présentée par Daniel Schneidermann, prolonge le travail de l'émission de France 5 : un retour critique sur des sujets traités dans les médias nouveaux et traditionnels. Retrouvez ici nos 15 dernières émissions en accès libre. Pour découvrir l'intégralité de nos publications (émissions, articles et chroniques), rendez-vous sur https://www.arretsurimages.net

Arrêt sur images - audio Arrêt sur images

    • Actualité du divertissement

ASI, présentée par Daniel Schneidermann, prolonge le travail de l'émission de France 5 : un retour critique sur des sujets traités dans les médias nouveaux et traditionnels. Retrouvez ici nos 15 dernières émissions en accès libre. Pour découvrir l'intégralité de nos publications (émissions, articles et chroniques), rendez-vous sur https://www.arretsurimages.net

    Mort de Cédric Chouviat : "Je pars du principe que Castaner est sincère"

    Mort de Cédric Chouviat : "Je pars du principe que Castaner est sincère"

    Plus d'un an après le début du mouvement des Gilets jaunes, le gouvernement et les médias semblent découvrir qu'il existe un sérieux problème de violences policières en France. Pourquoi maintenant ? Comment expliquer cet éventuel retournement ? Et s'agit-il seulement d'une inflexion du discours ou faut-il en attendre de vrais changements dans la politique du maintien de l'ordre en France ? Questions à nos trois invités : Assa Traoré, soeur d'Adama Traoré, décédé en juillet 2016 après son interpellation et membre du "Comité vérité et justice pour Adama" ; Doria Chouviat, veuve de Cédric Chouviat, livreur décédé le 5 janvier à Paris à la suite d'un contrôle routier ; et Arié Alimi, membre de la Ligue des Droits de l'Homme et avocat de la famille Chouviat.

    • 57 min
    Pollution lumineuse : "Contempler les étoiles, un autre rapport au monde"

    Pollution lumineuse : "Contempler les étoiles, un autre rapport au monde"

    En sommes-nous arrivés au point où il faut sauver la nuit ? Oui, il faut la sauver. La sauver de toutes les pollutions lumineuses qui masquent les étoiles, gaspillent inutilement de l'énergie et menacent de nombreuses espèces animales. Mais qui en veut à la nuit ? Les allergiques aux noctambules, ou plus largement la logique libérale pour laquelle tout interstice temporel doit être rentable ? Sur le plateau, deux invités aux approches complémentaires et, par certains aspects, contradictoires : Samuel Challéat, géographe et coordinateur du collectif RENOIR (Ressources environnementales nocturnes et territoires), auteur de "Sauver la nuit' (Editions Premier Parallèle) ; et Michaël Foessel, professeur de philosophie à Polytechnique, auteur de "La nuit : vivre sans témoin" (Editions Autrement).

    • 1h 8 min
    Nos années France 5 : "Quand tu es présentateur, tu ne peux pas sourire impunément"

    Nos années France 5 : "Quand tu es présentateur, tu ne peux pas sourire impunément"

    Et si on se replongeait dans de vieilles émissions d'ASI à la télé, distillées sur le site en calendrier de l'Avent depuis le début décembre ? Pour la fin d'année, Emmanuelle Walter prend la chaise de Daniel Schneidermann et en fait son invité, le temps d'une émission. Avec lui en plateau, André Gunthert, chroniqueur Arrêt sur images.

    • 1h 18 min
    Avent #19. Le jour où on a croisé une censure myope

    Avent #19. Le jour où on a croisé une censure myope

    Directeur de l'information de France 2, Olivier Mazerolle s'était juré, pour des raisons qui lui appartiennent, de ne jamais venir sur le plateau d'Arrêt sur images. Promis juré. Et pourtant ce 21 septembre 2003 il est là, rageur, penaud, repentant, après une lourde erreur de sa chaîne.Résumons. A Toulouse, une rumeur urbaine persistante a affirmé que l'ancien maire Dominique Baudis (devenu entretemps président du CSA) avait participé à des orgies, au cours desquelles des prostitués auraient été assassinées. Dans l'emballement et la concurrence entre chaînes, France 2 a diffusé un témoignage délirant, sans aucun fondement. Ce n'est sans doute pas la première fois qu'un media diffuse une information délirante, mais il se trouve que là, la victime de la rumeur est président du CSA, et ça change tout.A Arrêt sur images, nous décidons de consacrer à cette affaire une enquête tout en images, tournée à Toulouse. Moyens exceptionnels, pour une affaire hors normes. Mais alors que notre émission est prête à être diffusée, le directeur de France 5, Jean-Pierre Cottet, s'émeut. Cette affaire est "sale", me dit-il, affligé, ajoutant que la diffusion n'est pas justifiée par une actualité immédiate. Ce dernier argument est recevable. J'accepte de surseoir à la diffusion de l'enquête jusqu'au jour, certainement proche, où un rebondissement la justifiera. Là-dessus, je reçois un appel de Baudis, auprès de qui la direction de France 5, manifestement peu au fait des détails de l'affaire, s'est vantée de ce report. Baudis s'alarme. Il tient à me signaler que pour sa part, il est parfaitement favorable à la diffusion de notre enquête. Je le rassure. Il n'a jamais été question de "trapper" cette enquête, et le report ne saurait être long.Comme par miracle, la direction de France 5 est soudain très pressée de diffuser notre enquête. Mais en l'assortissant d'une réponse du directeur Mazerolle. Problème : notre enquête est déjà longue. Qu'à cela ne tienne, pour la première fois dans l'histoire de l'émission, France 5 casse sa grille, et va nous offrir dix minutes supplémentaires. Ainsi, à l'issue de ce quiproquo, leçon de choses en direct sur les rapports de force dans la télévision publique en France, nous avons diffusé cette semaine-là l'émission la plus longue de toute notre histoire. Et fait l'expérience, pour la première et la dernière fois, d'une tentative de censure, tellement stupide qu'elle s'est auto-détruite. DS.Vous trouvez que chacun devrait avoir accès à ce contenu ? Nous aussi ! C'est pourquoi en décembre, nous ouvrons les fenêtres : ce contenu, comme beaucoup d'autres, est gratuit ! Pour nous aider à mettre un maximum de contenus en accès libre, c'est le moment de nous soutenir par un don, défiscalisable à 66%. Et comme chaque année, ça se passe par ici.

    • 1h 4 min
    Avent #18. J6M, un maître du monde chez ASI

    Avent #18. J6M, un maître du monde chez ASI

    Ce 10 décembre 2000, nous recevons un maître du monde. Plus précisément, Jean-Marie Messier, alias "J6M" (Messier-moi-même-maître-du-monde"), comme l'appellent les Guignols, "ses" Guignols, puisque J6M est patron de Vivendi, maison mère de Canal+. Cette émission ne mériterait d'ailleurs pas d'être aujourd'hui un de nos chocolats de l'Avent, si elle n'avait donné le prétexte à une violente attaque contre ASI. Dans un film, Enfin pris, le réalisateur Pierre Carles, proche de Pierre Bourdieu (reçu quelques années plus tôt, avec les suites polémiques que l'on sait), s'est procuré un petit morceau de conversation d'avant émission. On m'y entend assurer au PDG de Vivendi Universal qu'il ne sera, Dieu merci, pas questionné sur les chiffres. Anodine conversation phatique d'échauffement, mais dont Carles tire une interprétation qui connaitra un certain succès : ASI ménage le puissant patron de multinationale ? C'est donc que ASI est vendue à Messier. Forcément vendue.


    Lire aussi
    1996 : Bourdieu à Arrêt sur images



    Quand nous recevons Messier, c'est le patron-star que nous souhaitons interroger, celui qui trône sur toutes les couvertures de magazines. Avec le tout-puissant et omni-médiatisé patron de Vivendi, nous tentons, comme d'habitude, de passer derrière l'image. Nous sommes en 2000. Messier est au sommet. Ses acquisitions américaines ruineuses n'ont pas encore plombé les comptes de Vivendi, ou bien personne ne le sait en dehors de Vivendi (et en tout cas, pas nous). Il n'a pas encore été sèchement remercié par le conseil d'administration, encore moins condamné pour ses multiples irrégularités de gestion (il subira plusieurs condamnations, de 2004 à 2014). Pouvions-nous anticiper ? Comme si nous étions experts comptables, ou magistrats financiers !Alors, de quoi parlons-nous dans cette émission ? De questions que l'on peut juger futiles, mais qui sont les nôtres. Par exemple, on ébrèche son story telling sur l'épargne salariale, en rappelant que les 50 plus hauts salaires de Vivendi recevront chacun 12 500 fois plus de stock options, que les salariés de base. Les yeux dans les yeux, je lui demande si un salarié de base est 12 500 fois moins important qu'un dirigeant du groupe. Je ne sais pas si d'autres journalistes lui avaient déjà posé ce genre de questions. Hélène Risser révèle, extraits à l'appui, qu'il ne raconte pas la même histoire au public français et américain à propos de ses séjours à New York. On essaie d'éclairer ses rapports avec le patron de Canal+ de l'époque, Pierre Lescure. Bref, une émission que l'on peut juger dispensable (pour Messier comme pour nous), mais certainement pas "vendue", comme l'a suggéré un habile montage, contre lequel nous fûmes impuissants. Inutile de dire que je n'ai jamais revu ensuite J6M, ni eu affaire à lui de quelque façon. Tout ça pour ça... DS.Vous trouvez que chacun devrait avoir accès à ce contenu ? Nous aussi ! C'est pourquoi en décembre, nous ouvrons les fenêtres : ce contenu, comme beaucoup d'autres, est gratuit ! Pour nous aider à mettre un maximum de contenus en accès libre, c'est le moment de nous soutenir par un don, défiscalisable à 66%. Et comme chaque année, ça se passe par ici.

    • 50 min
    Avent #17. Fous du Loft

    Avent #17. Fous du Loft

    Et brusquement, au printemps 2001, tout le monde devient fou. Alain Rémond a envie de vomir. "Ca fait 20 ans que je suis chroniqueur, c'est ce que j'ai vu de pire. C'est pas une sitcom, c'est leur vie qui est en jeu. C'est d'un sadisme..." Et je renchéris : "Téléphoner pour éliminer, c'est d'une brutalité incroyable. C'est le but que vous souhaitiez atteindre ?"Sur le plateau, ce 13 Mai 2001, le directeur des programmes de M6, Thomas Valentin, feint de se défendre, mais il doit jubiler intérieurement. Le but est atteint : Loft Story fait le buzz. Mieux : Loft Story déchire la France. CQFD : toute polémique sur Loft Story devient une annexe de Loft Story. Le concept diabolique aimante et ingurgite tout propos qui lui est consacré. A cette première émission de télé-réalité en France, nous allons consacrer six émissions de suite. Rien de moins. Bien entendu, nos audiences sont au rendez-vous, les meilleures de toutes l'histoire d'ASI mais, juré craché, celà n'entre pas en ligne de compte dans mon esprit. Je suis tout simplement scotché par la nouveauté et l'ambiguïté diabolique du programme. Ainsi que par les réactions contradictoires d'attraction-répulsion qu'il suscite en moi, comme chez tous ses spectateurs. Je cherche un fuir un piège, mais chaque mouvement m'y enserre davantage. Celà peut s'appeler une enquête de terrain. DS.Vous trouvez que chacun devrait avoir accès à ce contenu ? Nous aussi ! C'est pourquoi en décembre, nous ouvrons les fenêtres : ce contenu, comme beaucoup d'autres, est gratuit ! Pour nous aider à mettre un maximum de contenus en accès libre, c'est le moment de nous soutenir par un don, défiscalisable à 66%. Et comme chaque année, ça se passe par ici.

    • 52 min

Avis d’utilisateurs

Emmy755 ,

Indispensable !!

Indispensable , réjouissant , intelligent , fin , indépendant c’est Arrêt sur Image

Nas2045 ,

Merveilleux contre temps

Brillante émission qui prend le temps d’examiner. L’arrêt sur image propice à l’analyse et la mise en perspective à l’heure de l’immédiateté et du flux continu est devenu un contre temps . Contre l’air du temps et contre tempête (médiatique évidemment).
Les émissions sur le cinéma sont un délice .

Merci pour votre précision et objectivité depuis tant années .

Classement des podcasts dans Actualité du divertissement

D’autres se sont aussi abonnés à