20 épisodes

Bienvenue sur le podcast qui s’interroge sur les métiers, leurs significations, leurs transformations et leurs places dans nos vies. 
Vous entendrez ici des personnalités qui vous raconteront leurs parcours , leurs expériences professionnelles et les regards qu’ils portent sur leurs métiers. 
Grâce à leurs récits ponctués d’archives sonores de l’INA, vous pourrez découvrir au fil des épisodes, les métiers qui nous entourent. 
Bienvenue dans le monde merveilleux du travail, bienvenue dans sur le métier. Bonne écoute !  

///////////////////////////////////////////////////////////////

Création originale : Elvire CASSAN 
Production, enregistrement, textes : Elvire CASSAN 
Monteur : Stéphane Huguet 
DA : Florence Rampin 
Archives INA

Si vous aimez ce podcast est que vous voulez le soutenir, prenez 1' pour mettre 5 étoiles sur Apple Podcasts, çà m'aide beaucoup :-)! 

Pour suivre les coulisses et l'actualité du Podcast, rdv sur insta: https://www.instagram.com/surlemetierpodcast/ ou sur le site internet : surlemetier.com

Sur le métier Sur le métier

    • Culture et société
    • 5,0 • 29 notes

Bienvenue sur le podcast qui s’interroge sur les métiers, leurs significations, leurs transformations et leurs places dans nos vies. 
Vous entendrez ici des personnalités qui vous raconteront leurs parcours , leurs expériences professionnelles et les regards qu’ils portent sur leurs métiers. 
Grâce à leurs récits ponctués d’archives sonores de l’INA, vous pourrez découvrir au fil des épisodes, les métiers qui nous entourent. 
Bienvenue dans le monde merveilleux du travail, bienvenue dans sur le métier. Bonne écoute !  

///////////////////////////////////////////////////////////////

Création originale : Elvire CASSAN 
Production, enregistrement, textes : Elvire CASSAN 
Monteur : Stéphane Huguet 
DA : Florence Rampin 
Archives INA

Si vous aimez ce podcast est que vous voulez le soutenir, prenez 1' pour mettre 5 étoiles sur Apple Podcasts, çà m'aide beaucoup :-)! 

Pour suivre les coulisses et l'actualité du Podcast, rdv sur insta: https://www.instagram.com/surlemetierpodcast/ ou sur le site internet : surlemetier.com

    #18- THEO PIERROT : JOUEUR DE FOOT PROFESSIONNEL : UN METIER DE COMPETITEUR AU SERVICE D'UNE EQUIPE

    #18- THEO PIERROT : JOUEUR DE FOOT PROFESSIONNEL : UN METIER DE COMPETITEUR AU SERVICE D'UNE EQUIPE

     « Toutes les émotions et
    les grandes clés de la vie sont contenues dans le football », disait l’écrivain brésilien Paulo Coelho.  

      

    Issue d’une famille originaire du sud-ouest, le sport qu’on
    regardait à la télé c’était plutôt le rugby. Pourtant le 12 juillet 1998, et
    comme 19 millions de français on regarde la finale de la coupe du monde de
    foot : France/Brésil.  La France a
    gagné : ma grand-mère pleine de joie et emportée par cette victoire
    inattendue, se tourne vers mon grand-père assis dans le canapé en cuir du salon
    et dis, on ouvre une bouteille ? Il acquiesça bien qu’en réalité Elle ne
    lui demandait pas vraiment son avis et c’est ainsi que nous avons fêté la
    victoire de la France en 98 avec une coupe de champagne- c’était autant
    exceptionnel que l’était cette victoire. De beaux souvenirs  

    20 ans plus tard, la France remporte à nouveau la coupe du
    monde et cette fois ci, nous fêtons cette victoire avec Boubacar, ado rencontré
    quelques mois plus tôt avec lequel nous partageons notre quotidien. Au début,
    le dialogue était difficile entre nous, on savait pas trop quoi se dire, il
    fallait apprendre à se connaitre à s’apprivoiser, puis un jour on a parlé foot et c’est devenu notre sujet de prédilection,
    celui qui animait notre jeune ado débarqué de Guinée quelques mois plus tôt.  

    Parce que le foot ça permet ça, çà rassemble, c’est trans
    générationnel transculturel, çà unit au delà de nos différences. Alors, quand
    la France a gagné le 15 juillet 2018, je me rappelle du sourire radieux de
    Boubacar et de son extinction de voix suite à sa nuit passé sur les Champs Élysées
    à célébrer cette victoire. De beaux souvenirs.  

    Le foot, ce sport collectif né au milieu du xixe siècle en Grande-Bretagne et devenu en un siècle le plus populaire au monde. On compte en France 2 millions de licenciés et seulement 0,1% sont des joueurs de foot pro. Parmi eux des stars connues internationalement, véritables héros nationaux, Mbappé, Messi, Ronaldo, Giroud qui gagnent des millions, sur
    lesquels les marquent investissent, et qui vont rêver les enfants du monde
    entier et aussi des joueurs comme Théo qui exerce ce métier depuis 2015, d’abord
    attaquant en centre de formation, il occupe aujourd’hui le poste de défenseur
    au FC Seraing,, l’équipe de Liège en Belgique qui vient de monter  en première division.  Dans cet épisode, Théo né en 94,  m’ a raconté son parcours démarré dans le foot
    à l’âge de 12 ans, son double cursus entre le foot et les études supérieures,
    son quotidien d’athlète de haut niveau, on a parlé pressions, détermination,
    sacrifices en écoutant des archives Ina avec les vois de Platini ou Cantona
    entre autres. Vous découvrirez au micro du podcast, son quotidien hors norme d’un passionné du ballon rond qui a réussi à en faire son métier dans un monde où la concurrence fait rage.   





    ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////



    Si vous aimez ce podcast et que vous souhaitez le soutenir, prenez 1' pour mettre 5 étoiles sur Apple Podcast, ça m'aide beaucoup :)- ! 



    Pour suivre les coulisses et l'actualité du podcast, rdv sur Insta : https://www.instagram.com/surlemetierpodcast/ ou sur le site internet: surlemetier.com



    Création Originale (Production, enregistrement, textes): Elvire CASSAN 



    Archives INA 

    • 47 min
    #17 LISA BLUM: ARTISTE - L'INTIME AU COEUR DE SA CREATION

    #17 LISA BLUM: ARTISTE - L'INTIME AU COEUR DE SA CREATION

    Ado, je démarrais et terminais mes journées avec un walkman, mon SONY auto reverse noir, je l’ai étrenné pendant des années, Paris, Rome, Limoges, Figeac, Toulouse, Lisbonne, et retour. J’en ai usé des cassettes, j’en ai écouté des artistes, des chansons, j’ai dansé avec ce walkman des milliers de fois. Ce walkman symbole et vestige de mon adolescence, il était visé à mes oreilles en permanence et ça m’a d’ailleurs valu une légère perte de l’audition de l’oreille gauche.    Quand je le regarde lorsque  je suis en train d’écrire l’intro de cet épisode, ça me fait sourire et ça me rappelle que quand Éléphant a sorti son premier album en 2013, les walkmans avait disparus et j’écoute la musique sur mon portable principalement dans le métro pour me endre au boulot, matin et soir j’ai donc écouté Elephant pendant de longs mois, je connais encore certaines de leurs chansons par cœur, je me souviens avoir eu envie de danser à maintes reprises dans les wagons de la ligne 2 du métro, je crois même que sur leurs titres un instant ou collective mon amour je me souviens plus bien, j’ai dû esquissé quelques pas de danses parce que ceux qui me connaissent bien savent que mon mantra est une phrase de Pina Bausch : « Dansez dansez sinon nous sommes perdus ».   J’ai beaucoup beaucoup dansé depuis ma naissance,  et aujourd’hui en me rendant à la Nouvelle Seine pour rencontrer Lisa, je marche dans un Paris baigné par le soleil du mois d’octobre, le corps en mouvement  portée par la musique dans mes écouteurs et par la joie de cette rencontre parce que Lisa a accepté de participer à ce nouvel episode et de me confier son rapport intime à son métier d’artiste. Lisa est une artiste comme peut l’être Olivia Moore, mais son rapport au métier son parcours sont différents parce qu’il existe autant de manière d’exercer, d’incarner d’habiter notre métier qu’il existe d’individus.   Notre rapport au métier est un récit personnel et c’est donc un récit personnel que Lisa va nous livrer aujourd’hui.  Dans cet épisode, avec Lisa  on a parlé de Christian Bobin, on a écouté des très belles archives de l’Ina avec Annie Ernaux ou Valeria Bruni Tedeschi entre autres. Elle m’a raconté son parcours, son spectacle MEILLEURE VIE,  ses projets, son processus créatif, ses
    inspirations, et ce qu’est faire profession de foi. 





    ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

    Si vous aimez ce podcast et que vous souhaitez le soutenir, prenez 1' pour mettre 5 étoiles sur Apple Podcast, ça m'aide beaucoup :)- ! 

    Pour suivre les coulisses et l'actualité du podcast, rdv sur Insta : https://www.instagram.com/surlemetierpodcast/ ou sur le site internet: surlemetier.com

    Création Originale (Production, enregistrement, textes): Elvire CASSAN 

    Archives INA 

       

    • 37 min
    #16 THOMAS : SOMMELIER DE TERRAIN ET PASSEUR D'EMOTIONS

    #16 THOMAS : SOMMELIER DE TERRAIN ET PASSEUR D'EMOTIONS

     Sommelier voici un mot qui a subi une curieuse réduction de sens au cours de sa longue existence au Moyen Âge le sommelier désignait le garçon d’écurie celui qui s’occupait des bêtes de somme un peu plus tard, le mot se spécialisa et le sommelier devient l’officier chargé des bagages dans les voyages de la cour dans les couvents et les grandes
    maisons il avait la responsabilité du linge et de la vaisselle des provisions et de la cave. C’est au 17e siècle enfin que le sommelier devint à la cour et chez les princes le nom du responsable lors des repas, du couvert et des vins et c’est cette dernière fonction qui a subsistée : les riches demeures ont fermé leurs portes et le mot s’applique aujourd’hui donc à la personne chargée des vins dans un restaurant. Je suis donc en compagnie aujourd’hui de Thomas sommelier à Paris pour ce nouvel épisode du podcast sur le métier.   Thomas qui a depuis sa tendre enfance a voulu devenir sommelier. Il démarre sa vie professionnelle à l’Atlantide à Nantes chez Jean Yves Guého, puis il s’envole pour Londres pour son premier poste de sommelier au Gavroche, il enchaine ensuite au 1920 à Megève et chez Cédric Bechade à l’auberge basque de St Pée sur Nivelle. Il est aujourd’hui sommelier chez les Becs Parisiens à Paris. 

    Dans cet épisode thomas m’a confié sa passion du métier, on a parlé vin, vigneron, enfance et émotion parce que finalement pour reprendre les mots de Pascal Léonetti meilleur sommelier de France en 2006, le bon vin c’est celui qui fait plaisir.  

       
    ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////



     Si vous aimez ce podcast et que vous souhaitez le soutenir, prenez 1' pour mettre 5 étoiles sur Apple Podcast, ça m'aide beaucoup :)- ! 



    Pour suivre les coulisses et l'actualité du podcast, rdv sur Insta : https://www.instagram.com/surlemetierpodcast/ ou sur le site internet: surlemetier.com



    Création Originale (Production, enregistrement, textes): Elvire CASSAN 



    Archives INA 

    • 25 min
    #EPISODE SPECIAL : BRICE EYMARD-DIRECTEUR GENERAL DU CIVP : LE MARKETING DU VIN

    #EPISODE SPECIAL : BRICE EYMARD-DIRECTEUR GENERAL DU CIVP : LE MARKETING DU VIN

     C’est sous le Soleil de Provence que je vous emmène. Niché au cœur de la première région productrice de vin rosé AOC en France, le vignoble provençal s’étire entre mer et colline sur 200 kilomètres.  Dans les 5 000 exploitations des appellations Côte de
    Provence, Coteaux d’Aix en Provence et Coteaux varois de Provence, les
    vendanges touchent à leur fin. Bientôt, ce sera la mise en bouteilles. Bientôt,
    le bruit des glaçons. Cette année 150 millions de bouteilles sortiront des fûts
    contre 170 millions les meilleures années. La faute à l’aléa climatique et à l’incendie qui a ravagé cet été le massif des Maures.   Mandarine, mangue, melon, pêche, groseille. Le rosé et sa palette de couleurs évoquent instantanément l’été. Mais depuis une dizaine d’années, le rosé se déguste hors saison estivale et plus seulement dans l’Hexagone.   

    Devenu tendance, le rosé s’arrache sur les marchés. Et dans cette constellation, le vin de Provence est la star incontestée. 38 % des rosés AOC français et 4,2 % des rosés du monde sont produits en Provence. Longtemps sur la 3e marche du podium, les ventes de rosé à l’international explosent, + 6 % en volume en 2020, avec pour moteur les Etats
    Unis mais aussi le Canada, le Royaume-Uni, l’Allemagne, et même l’Australie.   Le rosé serait-il en train de prendre sa revanche ?  Les investisseurs en raffolent, les célébrités lui déroulent le tapis rouge. En 2012, l’acteur Brad Pitt a acquis le domaine de Miraval, «
    la vallée des merveilles », George Clooney celui du Canadel,
    George Lucas, le domaine de Margüi.  La filière connait un boom mondial. Alors comment s’explique cette success story ?  Là où Alfred de Musset affirmait à George Sand,
    « qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse », producteurs et négociants soignent le produit autant que le design et le marketing. Et pour assurer la promotion des rosés de Provence, le Conseil Interprofessionnel des vins de Provence (le CIVP) vielle à l’intérêt collectif de quelques 600 vignerons et négociants.  

    Directeur général du CIVP, Brice Eymard est mon invité. Dans cet épisode, nous allons parler vin, ingénieur agronome, promotion, marketing, dégustations, influenceurs, croissance à plusieurs chiffres, mais aussi transition écologique. Ou comment le rosé est passé de star de l’apéro à star des marchés mondiaux. C’est parti !   

    ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

     Si vous aimez ce podcast et que vous souhaitez le soutenir, prenez 1' pour mettre 5 étoiles sur Apple Podcast, ça m'aide beaucoup :)- ! 

    Pour suivre les coulisses et l'actualité du podcast, rdv sur Insta : https://www.instagram.com/surlemetierpodcast/ ou sur le site internet: surlemetier.com



    Création Originale (Production, enregistrement, textes): Elvire CASSAN 

    Texte et animation de cet épisode : Florence Creux-Thomas 

    Archives INA 

    • 39 min
    #15 BRICE-ALBAN : VIGNERON DANS LE MEDOC: LA CULTURE DES VIGNES EN BIO & BIODYNAMIE

    #15 BRICE-ALBAN : VIGNERON DANS LE MEDOC: LA CULTURE DES VIGNES EN BIO & BIODYNAMIE

    Les vignes font partie des plantes les plus anciennes de la terre elles étaient là bien avant les hommes. L’histoire du vin commence par le passage progressif de la vigne sauvage à la vigne cultivée. Au 7eMillénaire avant notre ère, elles ont modelé et formé les paysages du monde et favorisé le commerce.  Elles sont également connues pour avoir contribué aux mythologies, aux religions et aux traditions. En somme l’histoire de la vigne se confond avec celle de l’humanité. C’est à partir du 17e siècle que l’activité viticole
    s’oriente vers la recherche de vin de plus grande qualité.  Au 19e siècle le phylloxéra, un
    puceron introduit accidentellement dans le sud de la France va détruire une
    grande partie du vignoble français et pour combattre ce fléau la solution a été
    de greffer les vignes sur des racines de vigne américaine résistante.  Cette destruction massive a entraîné une pénurie des vins ce qui entraînera les abus mais aussi les premières réglementations avec la création du service de la répression des fraudes en
    1905 et en 1935 celle d’appellation d’origine contrôlée.  



    Au tournant des années 60, le métier de vigneron connaît une révolution : efficacité et rentabilité sont les 2 mamelles de cette nouvelle ère. Avec une rapidité et une brutalité inouïes la manière de cultiver les raisins se transforme : mécanisation, engrais chimique, utilisation des pesticides.  Alors que la vigne en France représente 3,7% de la surface agricole,  elle en consomme 20% des phytosanitaires et même si on ne détient pas encore la preuve irréfutable de l’incidence néfaste des pesticides sur la santé humaine et sur la biodiversité ( 1/3 des oiseaux néanmoins ont disparu des campagnes françaises depuis 15 ans) et les vignerons ne peuvent pas ignorer qu’ils sont infiniment plus exposés que les
    consommateurs : 90% des résidus des pesticides utilisés pour cultiver la vigne disparaissent lors de la fermentation mais donc 10% de ces résidus sont susceptibles de contaminer le produit final, le vin.  Ce n’est pas le cas du vin bio du  Clos Grange Vieille , produit par Brice- Alban ROUALEC, vigneron implanté dans le Médoc depuis 2015.  Situé à 1 km de l’estuaire de la Gironde et à 20 km de l’océan atlantique à Saint christoly du Médoc se trouve ce vignoble de 3 hectares (cépages cabernet sauvignon merlot) transmis par Gislaine et Gérard qui ont toujours travaillé la terre avec douceur. Cette terre qui en 50 ans n’a jamais vu un désherbant mais juste les outils, le sourire, l’effort et depuis
    2008 le pas mesuré des chevaux ce vignoble qui produit 20 000 bouteilles par an c’est la volonté d’être bio depuis 20 ans ce qui est plutôt rare en ce Médoc si humide si océanique et d’intégrer à cette pratique les principes de la biodynamie dès 2008. Dans cet épisode, Brice-Alban m’a expliqué ce qu’est la culture en biodynamie les différentes étapes pour fabriquer du vin la pénibilité de son métier et ce qu’il faut de passion ou de folie pour aimer l’exercer. 



    ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

      Si vous aimez ce podcast et que vous souhaitez le soutenir, prenez 1' pour mettre 5 étoiles sur Apple Podcast, ça m'aide beaucoup :)- ! 



    Pour suivre les coulisses et l'actualité du podcast, rdv sur Insta : https://www.instagram.com/surlemetierpodcast/ ou sur le site internet: surlemetier.com



    Création Originale: Elvire CASSAN 

    Production, enregistrement, textes: Elvire CASSAN





    Musique :Malibu by Boheme et Overdrive by AntonVlasov 

    Don't worry Be happy 





    Archives INA 

    • 38 min
    #14 YOHAN : ARTISAN BOULANGER : LEVAIN NATUREL, FARINE BIO, FERMENTATION LENTE AU COEUR DE SON ART

    #14 YOHAN : ARTISAN BOULANGER : LEVAIN NATUREL, FARINE BIO, FERMENTATION LENTE AU COEUR DE SON ART

     Les Français aiment le pain. 90% en ont à la maison la majeure partie du temps. Et le jugent incontournable dans leur alimentation. Le pain est un aliment central du repas gastronomique à la française, ce repas est d’ailleurs inscrit depuis 2010 au patrimoine
    culturel immatériel de l’humanité par l’Unesco.  L’histoire du pain se fond dans l’histoire des civilisations elle commence au néolithique il y a plus de 8000 ans  du 15e au 11e siècle avant notre ère les égyptiens en invente plus de 40 sortes aux dates aux figues et au miel pour le seul plaisir des pharaons, l’empire Romain lui régale les foules avec du pain et des jeux ; au 18e siècle la mécanisation permet d’améliorer la qualité du pain les paysans en consomme jusqu’à 2 livres  par jour il restera la base de l’alimentation jusqu’en 1950 le pain devient alors plus blanc et moins bon.  

      

    Ce pain qualifié d’hyper blanc un peu lessivé comme le dit Steven Kaplan, historien du pain dans son ouvrage "Pour le pain",  apparait en raison de l’utilisation d’un blé standardisé répondant à des critères de rentabilité, mais qui bourré de gluten aboutit à un pain de mauvaise qualité, qui fait grossir et au gout uniforme.  

      

    Aussi, la désaffection pour le pain provoque, dans le dernier tiers du xxe siècle, la
    fermeture de nombreuses boulangeries artisanales en France. Cinquante mille boulangeries existaient encore en 1960, pour quarante-cinq millions d'habitants. Elles ne sont en 2020 plus que trente deux milles pour soixante-six millions d'habitants soit 1 boulangerie pour 1800 habitants.   Ces boulangeries artisanales se trouvent
    confrontées également à la grande distribution, mais elles résistent en suscitant des lois réglementant la fabrication du pain. 

    Ainsi, àpartir des années 80, de nombreux boulangers réinstallent des fours à bois afin
    de renouer avec les traditions, et de retrouver le goût authentique d’un pain
    cuit au feu de bois. Comme Lionel Poilane connu pour sa miche au levain. Des «appellations protégées» sont également mises en place.   Un pain de tradition française garanti sans additif est défini par un décret de 1993 

      

    À partir de 1997, le terme de boulangerie est réservé aux seuls boulangers sélectionnant eux-mêmes leurs farines, pétrissant leur pâte et cuisant leurs pains sur le lieu de vente.  

    Comme le fait Yohan, artisan boulanger Chez DU PAIN, une boulangerie de quartier à Paris qui vend du pain bio à fermentation lente avec du levain naturel et travaille avec des matières premières de qualités, issus des blés du moulin artisanal de Gilles Matignon dans le 77, en circuit court donc.   Yohan est un passionné, qui travaille de nuit dans
    le fournil de la boulangerie situé bd des filles du calvaire pour offrir à la clientèle du pain frais au petit matin.  Il nous raconte dans cet épisode, sa reconversion professionnelle par amour du pain, son quotidien de boulanger et l’évolution de son métier. Nous lui rendrons visite dans le fournil pour assister aux différentes étapes de la panification et entendre le pain chanter à la sortie du four. 







    //////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////



    Si vous aimez ce podcast et que vous souhaitez le soutenir, prenez 1' pour mettre 5 étoiles sur Apple Podcast, ça m'aide beaucoup :)- ! 



    Pour suivre les coulisses et l'actualité du podcast, rdv sur Insta : https://www.instagram.com/surlemetierpodcast/ ou sur le site : surlemetier.com



    Création Originale: Elvire CASSAN 

    Production, enregistrement, textes: Elvire CASSAN

    Montage : Stéphane Huguet



    Musique :Malibu by Boheme et Overdrive by AntonVlasov 

    Extrait LA femme du Boulanger Pagnol

    Extrait Jacques Dutronc 

    ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

    • 31 min

Avis

5,0 sur 5
29 notes

29 notes

To54000 ,

Des témoignages très intéressants.

J’aime ce format avec des passages de l’INA qui mettent en perspective avec le métier.

kicou10 ,

Sympa le podcast sur le métier de vigneron

Tout juste revenue de Bourgogne où j’ai fait une immersion dans les vins, la culture du vin, c’était intéressant d’écouter le métier de vigneron.
pourquoi pas la prochaine fois avoir un portrait de femme vigneronne car ce métier et l’environnement restent un peu trop masculin à mon goût !

Mimi243_ ,

Merci pour ce beau partage !

Hey Girl ! C’est Mlle Geeks,

Nous avons échangé sur IG, merci pour le partage de ton podcast que je trouve très intéressant. J’y participerai avec plaisir 😉

Beau projet 👏🏾

Classement des podcasts dans Culture et société

D’autres se sont aussi abonnés à…