1,452 episodes

Développez facilement votre culture dans le domaine de la santé avec un podcast par jour !

Choses à Savoir SANTE Choses à Savoir

    • Health & Fitness
    • 5.0 • 3 Ratings

Développez facilement votre culture dans le domaine de la santé avec un podcast par jour !

    Existe-t-il un lien entre célibat et mort précoce ?

    Existe-t-il un lien entre célibat et mort précoce ?

    Plusieurs études récentes montrent que les personnes vivant en couple auraient moins de risques de mourir de manière précoce. Les célibataires et, d'une manière générale, les personnes seules, seraient donc plus vulnérables à cet égard.

    Les personnes mariées mieux protégées

    Deux études insistent sur l'effet protecteur de la vie de couple. Ainsi, une récente étude japonaise a porté sur plus de 620.000 personnes. Elle reprend les résultats de plusieurs travaux, menés sur le continent asiatique entre 1963 et 2015.

    Plus de 86 % de ces personnes, âgées de 54 ans en moyenne, étaient mariées. Durant la période de recherche, plus de 123.000 décès ont été constatés. Et les chercheurs ont remarqué que, pour les personnes mariées, le risque de mourir d'une manière précoce était moins élevé de 15 %.

    Une autre étude, réalisée, au début des années 2000, dans les 43 pays du Conseil de l'Europe, allait dans le même sens. Elle indiquait qu'à l'âge de 50 ans un célibataire avait trois fois plus de risques de mourir qu'une personne mariée.

    Dans ces études, les personnes divorcées ou séparées, et vivant seules, sont mises sur le même plan que les célibataires. Enfin, les hommes semblent profiter plus que les femmes de cet effet protecteur de la vie de couple.

    Les conditions d'une vie plus saine

    Comment expliquer cette meilleure protection des personnes mariées ? En premier lieu, elles bénéficient des conseils et des attentions de leurs conjoints, qui les encouragent à se soigner et à consulter un médecin le cas échéant.

    N'ayant pas de responsabilités familiales, les célibataires ont plus tendance à adopter des conduites à risque. Par ailleurs, la vie de couple s'accompagne souvent d'une meilleure situation financière, qui conduit les conjoints à surveiller leur santé de plus près.

    De même, par l'effet d'une sorte d'émulation, les couples ont souvent une meilleure hygiène de vie. Ainsi, ils adoptent souvent un régime alimentaire plus sain que celui des célibataires.

    Enfin, si les femmes semblent moins protégées par le mariage, c'est parce que les tâches ménagères et l'éducation des enfants pèsent davantage sur elles, notamment en Asie.
    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

    • 2 min
    La vitamine D est-elle vraiment efficace face au Covid ?

    La vitamine D est-elle vraiment efficace face au Covid ?

    Même si l'épidémie de Covid s'est ralentie dans certains pays, elle n'est pas pour autant terminée. Aussi la recherche de traitements efficace se poursuit-elle. L'un d'eux pourrait être à base de vitamine D.

    De fortes doses de vitamine D

    Des médecins avaient déjà attiré l'attention sur le rôle que pouvait jouer la vitamine D dans le traitement du Covid. Une nouvelle étude française confirme son efficacité.

    Elle a porté sur deux groupes de patients. Le premier était composé de personnes ayant contracté le Covid et âgées de 65 ans et plus. Ces patients présentaient, en plus de cette maladie, au moins un facteur de risque supplémentaire.

    Ce qui n'était pas le cas des personnes de l'autre groupe, âgées de 75 ans et plus. Dans les 72 heures suivant le diagnostic, les médecins ont donné une forte dose de vitamine D aux patients du premier groupe.

    Quant aux personnes composant le second groupe, elles ont reçu une dose plus faible.

    Pour atténuer les formes graves de la maladie

    Les résultats de cette étude semblent concluants. En effet, l'administration, aussitôt après le diagnostic, de fortes doses de vitamine D ferait sensiblement reculer la mortalité liée au Covid.

    Par conséquent, l'usage de la vitamine D serait particulièrement recommandé pour traiter les formes graves de la maladie. Malgré tout, cette action de la vitamine D ne se ferait plus sentir au-delà de 28 jours.

    Un apport suffisant en vitamine D serait donc un bon moyen de se protéger contre les formes graves du Covid. À cet égard, la prise de vitamine D sous forme d'ampoules ou de compléments alimentaires n'est pas la seule solution.

    Une exposition raisonnable au soleil permet aussi au corps d'en fabriquer. Ceci étant, la vitamine D n'est pas un remède miracle contre le Covid. En premier lieu, nous l'avons vu, son efficacité, qui ne dépasse pas le premier mois, est assez brève.

    La vitamine D ne peut donc pas représenter un traitement durable contre la maladie. Par ailleurs, les médecins rappellent qu'une consommation excessive de vitamine D peut entraîner des effets secondaires gênants, comme des nausées ou une certaine faiblesse.
    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

    • 2 min
    Pourquoi le Fentanyl est-il souvent mortel ?

    Pourquoi le Fentanyl est-il souvent mortel ?

    Prescrit comme anti-douleur, le Fentanyl est un opiacé de synthèse très puissant. Utilisé comme une drogue, ce produit provoque de très nombreux décès, surtout aux États-Unis. Même si elle est moins grave, la situation en Europe demeure préoccupante.

    Un anti-douleur extrêmement puissant

    Fabriqué avec des produits chimiques, le Fentanyl est un opioïde de synthèse. Il est beaucoup plus puissant que des drogues comme l'héroïne ou la morphine.

    Ce produit est utilisé de deux manières. C'est d'abord un médicament, prescrit sur ordonnance. Son action analgésique est très efficace. C'est pourquoi il est en principe réservé aux malades ressentant des douleurs très vives, dans le cadre d'un cancer par exemple.

    Mais, notamment aux États-Unis, ce médicament, ainsi que d'autres anti-douleurs similaires, semblent parfois prescrits à des patients qui n'en ont pas vraiment besoin.

    De même, les laboratoires sont accusés d'avoir vanté les vertus d'un médicament très dangereux s'il n'est pas pris dans le cadre d'une stricte surveillance médicale.

    Une drogue très dangereuse

    Mais cet analgésique est souvent détourné de son usage médical. Souvent mélangé à de l'héroïne ou de la cocaïne, le Fentanyl devient alors une véritable drogue, vendue de façon illégale. On la trouve sous forme de comprimés, mais aussi de poudre ou de spray.

    Comme toutes les drogues, cette substance peut provoquer une véritable addiction. Et conduire à des overdoses mortelles. On estime ainsi qu'aux États-Unis, entre 1999 et 2018, environ 400.000 personnes seraient mortes à la suite d'une overdose aux opiacés. Le Fentanyl est souvent cité comme l'un d'eux.

    En 2018, même si le nombre de décès par overdose aux opiacés a légèrement régressé, 32.000 personnes ont tout de même perdu la vie de cette manière.

    Même si elle n'est pas épargnée, l'Europe est un peu moins concernée par une telle situation. D'abord parce que les conditions de prescription des anti-douleurs, et donc du Fentanyl, sont plus strictes. Par ailleurs, les traitements de substitution à l'héroïne sont plus accessibles.

    Mais le vieux continent n'en est pas pour autant à l'abri du danger. En effet, 15 kilos de Fentanyl, et de dérivés de ce produit, ont été saisis en 2017, contre un seul kilo l'année précédente.
    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

    • 2 min
    Qu'est-ce que la dysphorie de genre ?

    Qu'est-ce que la dysphorie de genre ?

    Certaines personnes ne se sentent pas à l'aise dans l'identité de genre qui leur a été assignée à la naissance. Elles peuvent alors souffrir de ce que les spécialistes appellent une dysphorie de genre.

    La conviction intime d'être un homme ou une femme

    Une personne transgenre revendique une autre identité sexuelle que celle que sa naissance lui a attribuée. Il arrive qu'elle vive mal ce décalage entre son identité sexuelle physiologique et le genre qu'elle ressent comme le sien.

    Dans ce cas, elle peut souffrir de dysphorie de genre. Il ne s'agit pas d'un trouble mental, mais d'un état de détresse qui se signale par des perturbations de l'humeur et une certaine anxiété.

    La dysphorie de genre peut apparaître très tôt dans l'enfance ou se manifester au moment de l'adolescence ou même plus tard. Elle montre bien que le genre d'une personne n'est pas seulement défini par son appartenance physiologique aux sexes masculin ou féminin.

    Il dépend tout autant de la conviction intime d'être un homme ou une femme, au-delà même des apparences biologiques.

    Un état parfois très mal vécu

    La dysphorie de genre peut être diagnostiquée dès l'enfance. Dans ce cas, certains symptômes peuvent être relevés, comme le fait de vouloir porter des vêtements ne correspondant pas à son sexe biologique ou le rejet des jouets normalement associés à ce sexe.

    D'autres symptômes permettent de reconnaître la dysphorie de genre quand elle se manifeste plus tard. En règle générale, elle touche davantage les hommes.

    Elle est provoquée par ce sentiment très fort que sexe biologique et genre ne coïncident pas de manière automatique. Ce qui prouve à quel point le cerveau est capable de s'adapter aux expériences que nous vivons.

    Cet état peut être très mal vécu, surtout quand les personnes concernées font l'objet d'un rejet social ou familial. Certaines ressentent une vive angoisse et des accès de dépression, d'autres vont jusqu'à se mutiler.

    Une psychothérapie adaptée peut permettre à ces personnes de surmonter leur détresse. Si cela s'avère nécessaire, un changement d'identité sexuelle peut être entrepris, grâce à l'administration d'hormones ou même par voie chirurgicale.
    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

    • 2 min
    Le stress rend-il plus sympathique ?

    Le stress rend-il plus sympathique ?

    Le stress n'a pas que effets négatifs. Il favoriserait l'action et donnerait de l'énergie à ceux qui le ressentent. Mais il les rendrait aussi plus sympathiques.

    Des entretiens d'embauche fictifs

    Une nouvelle étude britannique met en avant des effets peu connus du stress. Pour les découvrir, les chercheurs ont soumis un groupe d'une trentaine de participants à un entretien d'embauche fictif, censé provoquer des manifestations de stress. Les séances étaient filmées.

    Au terme de cette expérience, on leur a demandé d'évaluer leur niveau de stress. Par ailleurs, un échantillon de salive a été prélevé sur chaque participant.

    Puis les enregistrements ont été montrés à des recruteurs, qui devaient eux aussi estimer le degré de stress des candidats. Ceux qu'ils ont jugés le plus stressés étaient les mêmes qui avaient déclaré ressentir de l'anxiété durant les entretiens.

    Un résultat qui prouve qu'un observateur attentif peut déceler, grâce à des signes non verbaux, la présence du stress chez un interlocuteur.

    Par ailleurs, les prélèvements de salive, chez les personnes les plus angoissées, avaient révélé la présence d'un taux élevé de cortisol, l'hormone du stress.

    Un état de faiblesse qui suscite la sympathie

    Mais les évaluateurs devaient également indiquer s'ils éprouvaient ou non de la sympathie pour les personnes testées. Or, les participants montrant les signes de stress les plus nets ont été jugés plus sympathiques par les recruteurs.

    Pour les chercheurs, le stress, provoquant des réactions positives, aurait été sélectionné, au cours de l'évolution, comme un ressenti utile, favorable aux interactions avec autrui, donc à la préservation de l'espèce.

    Le stress serait interprété comme un signal de faiblesse et un appel à l'aide. Or, les membres de l'espèce humains se signalant par leur tendance à coopérer, cette demande d'aide serait perçue de manière positive, du moins par certains.

    Elle permettrait que se manifeste chez l'interlocuteur bienveillant un véritable sentiment d'empathie. En d'autres termes, la personne qui, par son stress, signalerait un état de vulnérabilité temporaire, se rendrait sympathique à un partenaire qui profiterait de l'occasion pour déployer, non pas une attitude de rivalité, mais une volonté de coopération.
    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

    • 2 min
    Qui sont les Radium Girls ?

    Qui sont les Radium Girls ?

    Même si l'on connaissait le caractère dangereux de certains métaux radioactifs, comme le radium, des ouvriers les ont tout de même manipulés, pour fabriquer divers produits. Ce fut notamment le cas d'ouvrières américaines surnommées les "Radium Girls".

    Des ouvrières exposées au radium

    De 1917 à 1926, une usine américaine située dans le New Jersey, l'United States Radium Corporation, a utilisé du radium pour fabriquer une peinture luminescente. Elle faisait briller dans l'obscurité les objets qui en étaient revêtus.

    Cette usine produisait notamment des montres destinées à l'armée, dont le cadran était recouvert de peinture luminescente. Environ 70 femmes peignaient ces montres, certaines étant même amenées à manipuler le radium.

    Contrairement aux techniciens et chimistes de l'entreprise, elles travaillaient sans protection particulière, et pour un salaire assez dérisoire. Et leur travail était d'autant plus dangereux qu'elles avaient acquis de fâcheuses habitudes.

    En effet, certaines effilaient les pinceaux dont elles se servaient avec leurs lèvres. D'autres se peignaient les dents ou les ongles avec cette peinture, pour surprendre leurs amis.

    De graves troubles de santé n'ont pas tardé à se déclarer. En effet, le système osseux de plusieurs ouvrières s'est révélé très fragile. De nombreux cas de cancer des os et de nécrose de la mâchoire ont également été signalés.

    Les suites de l'affaire des "Radium Girls"

    Malgré les démarches entreprises par leurs employeurs, cinq plaignantes ont réussi, en 1927, à porter l'affaire en justice. Le retentissement donné au procès par les médias a permis aux ouvrières de donner plus de poids à leurs allégations.

    De fait, la justice leur a donné gain de cause, en accordant à chaque plaignante une indemnisation de 10.000 dollars, plus une rente annuelle.

    Par ailleurs, cette affaire a sans doute contribué à la reconnaissance d'une des affections causées par l'ingestion de radium comme une maladie professionnelle. Elle a également fait progresser les droits des travailleurs.

    En effet, les conclusions de ce procès ont fait jurisprudence, permettant aux salariés de poursuivre leur entreprise en cas de préjudice subi au travail. À la suite de cette affaire, les conditions de travail se sont d'ailleurs notablement améliorées.
    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

    • 2 min

Customer Reviews

5.0 out of 5
3 Ratings

3 Ratings

Top Podcasts In Health & Fitness

ZEIT ONLINE
Ismene, Sebastian und Moritz
Chrissi-Joy
Paulina Thurm
DER STANDARD
Emma Gunavardhana

You Might Also Like

Choses à Savoir
Choses à Savoir
Choses à Savoir
Choses à Savoir
Choses à Savoir
Choses à Savoir

More by Choses à Savoir

Choses à Savoir
Choses à Savoir
Choses à Savoir
Choses à Savoir
Choses à Savoir
Choses à Savoir